Tourisme

Infos
Le tourisme est le fait de voyager dans, ou de parcourir pour son plaisir, un lieu autre que celui où l'on vit habituellement. La Tour Eiffel, un symbole touristique de Paris en France Initialement uniquement rattaché aux loisirs (avec la connotation péjorative d'un voyage fait à la va-vite) et à la santé (voyage au soleil pour fuir le mauvais temps), le tourisme englobe désormais également l'ensemble des activités économiques auxquelles la personne fait appel lors d
Tourisme

Le tourisme est le fait de voyager dans, ou de parcourir pour son plaisir, un lieu autre que celui où l'on vit habituellement. La Tour Eiffel, un symbole touristique de Paris en France Initialement uniquement rattaché aux loisirs (avec la connotation péjorative d'un voyage fait à la va-vite) et à la santé (voyage au soleil pour fuir le mauvais temps), le tourisme englobe désormais également l'ensemble des activités économiques auxquelles la personne fait appel lors d'un déplacement inhabituel (transports, hôtels, restaurants, etc.). Il peut s'agir, par exemple d'un voyage d'affaire (on parle alors de « tourisme d'affaires »), d'un pèlerinage religieux (« tourisme cultuel »), ou d'aller se faire soigner dans un autre pays que celui dans lequel on réside. On parle alors de tourisme médical. Pratiquer le tourisme permet en outre de marquer des pauses dans son emploi du temps utilitaire imposé par la nécessité de gagner sa vie. Le touriste s'intéresse généralement à la culture ou à la nature des lieux qu'il visite (par ex. la plage). Cette pratique a été longtemps l'apanage de gens fortunés qui pouvaient se permettre de voyager, pour voir des constructions remarquables, des œuvres d'art ou goûter d'autres cuisines. Le tourisme a donné naissance à une véritable industrie lorsque les classes moyennes des pays occidentaux (Europe et d'Amérique du Nord) ont pu commencer à voyager. C'est l'amélioration générale du niveau de vie qui a permis aux gens de se consacrer davantage à leurs loisirs, et notamment au tourisme, sans oublier les progrès considérables en matière de transports (transport maritime, ferroviaire mais surtout aérien). Nice sur la Côte d'Azur, 2 destination touristique de France après Paris

Une pratique pluri-séculaire

Les grands fondateurs britanniques

Les termes tourisme et touriste furent utilisés officiellement pour la première fois par la Société des Nations pour dénommer les gens qui voyageaient à l'étranger pour des périodes de plus de 24 heures. Mais l'industrie du tourisme est bien plus ancienne que cela. La Sagrada Família à Barcelone en Espagne Pour qu'il y ait tourisme, quatre paramètres essentiels doivent être réunis :
-le goût de l'exotisme, de la découverte d'autres cultures;
-de l'argent disponible pour des activités non-essentielles;
-du temps libre;
-des infrastructures et moyens de communication sécurisants et facilitants le voyage et le séjour. Le terme de tour devint populaire en Grande-Bretagne au quand le « Grand Tour of Europe » (Grand Tour de l'Europe) devint une part de l'éducation des jeunes et riches gentilshommes britanniques. Pour parachever leur éducation et fuir le mauvais temps de leur île natale, nombre de jeunes gens allaient partout en Europe, mais surtout en des lieux d'intérêt culturel et esthétique comme Rome, la Toscane ou les Alpes, et les capitales européennes. Le Taj Mahal en Inde Nombre d'artistes britanniques et européens dès le faisaient le « voyage en Italie » comme par exemple Claude Lorrain. Si Rome, Naples et Florence attiraient depuis longtemps les visiteurs étrangers, c'est l'influence des poètes romantiques comme Lord Byron et William Blake qui rendirent la campagne, les Alpes, les torrents et les gorges de montagnes populaires. Les aristocrates britanniques du XVIIIe raffolaient particulièrement du « Grand Tour », profitant de l'occasion pour découvrir les richesses artistiques et archéologiques de l'Italie en particulier, et accumuler des trésors artistiques de toute l'Europe. Ils jouèrent un rôle prépondérant dans la naissance de l'archéologie, avec la découverte de Pompéi et Herculanum, notamment. Ils ont ramené ainsi des œuvres d'art dans des quantités jamais égalées ailleurs en Europe, c'est ce qui explique la richesse actuelle de nombreuses collections tant publiques que privées britanniques. Le tourisme de cette époque était fondamentalement élitiste, voyage d'agrément et de formation qui permettait de rencontrer ses homologues dans toute l'Europe. La ville de New York aux États-Unis Le tourisme au sens moderne ne s'est pas développé avant le ; il représente de nos jours la majeure partie de l'industrie touristique. Le début de l'industrialisation du tourisme fut une invention britannique au , avec notamment la création de la première agence de voyage par Thomas Cook. Cela répondait aux besoins croissants de déplacement, pour toutes sortes de motifs, des Britanniques dont le pays fut le premier pays européen à s'industrialiser. Dans un premier temps, seuls les propriétaires des moyens de production, des usines, les commerçants et la nouvelle classe moyenne bénéficièrent de temps libre, mais aussi d'envies accrues de voyages, par exemple visiter les expositions universelles (la première exposition universelle a lieu à Londres en 1851 et draine plusieurs millions de visiteurs). Le tourisme se diversifie au cours du : voyage d'agrément, voyage d'affaire, thermalisme, recherche du soleil à la froide saison, notamment pour soigner la tuberculose, fléau de l'époque. L'origine britannique de cette nouvelle industrie est attestée par de nombreux noms :
-à Nice, la longue esplanade le long de la mer est encore connue comme la Promenade des Anglais ;
-dans de nombreuses stations touristiques de l'Europe continentale, les palaces ont des noms comme Hôtel Bristol, l' Hôtel Carlton ou l' Hôtel Majestic. Le Machu Picchu au Pérou Ce sont également des touristes britanniques qui inventèrent les sports d'hiver en Suisse dans le village de Zermatt. Avant l'arrivée des premiers touristes, les villageois de Zermatt considéraient simplement que leur long hiver enneigé était une période pendant laquelle la meilleure chose à faire était de rester à l'abri du froid et de fabriquer des horloges à coucou ou d'autres objets mécaniques.

Le chemin de fer

Le tourisme de masse ne commença à se développer que lorsque les moyens de transport eurent progressé et que le nombre de gens bénéficiant de temps libre eut augmenté. L'invention du chemin de fer eut un effet majeur en rendant le bord de mer facilement accessible pour les citadins britanniques...

Tendances actuelles

L'Opéra de Sydney en Australie Le tourisme n'est plus seulement « toute personne en déplacement hors de son environnement habituel pour une durée d'au moins une nuitée, et d'un an au plus» (définition de l'Organisation mondiale du tourisme) ; c'est un ensemble beaucoup plus vaste d'activités, de pratiques extrêmement variées. Si jusqu'en 1936 il était l'apanage de classes sociales assez "favorisées", avec l'instauration des congés payés il a connu un essor tout autre; la masse des travailleurs et de leurs familles pouvant ainsi enfin se déplacer pour leur agrément. Quelques tendances lourdes émergent ces dernières années. Tout d'abord, on observe un émiettement de la durée des vacances, avec pour corollaire un étalement de la « saison ». Cette tendance à l'émiettement contribue aussi à développer un tourisme de proximité. On observe également un goût plus prononcé pour l'itinérance : la mobilité s'accroît en fonction de la météo, des besoins familiaux, des envies du moment, des fêtes ou événements divers. Cette diversité des goûts et des pratiques contribue également au développement des séjours à thèmes. Ces facteurs impliquent une bonne connaissance des Flux touristiques. Ces dernières années, en raison d'une diminution du temps de travail offrant à chacun plus de temps de loisirs mais aussi en fonction du coût de la vie qui, en augmentation constante, limite les dépenses, s'est créé le "tourisme d'un jour" qui prend de plus en plus d'extension. Le temple des guerriers à Chichén Itzá au Mexique Le tourisme se branche aussi directement sur le travail par le biais du tourisme d'affaires et par l'incentive. Le premier concerne toute l'offre touristique (divertissement, découverte) qui entoure les voyages d'affaires, les congrès, les séminaires, les salons - et la France est encore pour quelques années la première destination mondiale des Salons et congrès. L'opportunité est le voyage organisé pour le personnel d'une entreprise, en français : voyage de stimulation. Il peut comprendre des épreuves sportives ou ludiques, mais aussi des activités culturelles, en complément de séminaires ou de réunions. On observe que les pratiques se diversifient, s'entrecroisent, créant autant de niches pour les producteurs du tourisme. Une clientèle ne se définit plus par une pratique unique, une pratique ne définit plus un seul profil de clientèle. En Chine, le tourisme et la consommation ont fortement augmenté : en 2003, on estime que plus de 100 millions de Chinois ont parcouru et visité leur pays.

Les produits éditoriaux à destination des touristes

Deux types de produits éditoriaux concernent le tourisme : les guides de tourisme et les revues spécialisées. Ce panorama de l'édition touristique ne serait pas complet si on omettait l'offre gratuite qui a deux sources principales :
- les collectivités territoriales qui font par des brochures la promotion de leurs infrastructures touristiques (office de tourisme, comité départemental du tourisme, comité régional du tourisme
- Maison de la France
- les tours opérateurs qui produisent chaque année le catalogue de leurs destinations mises en vente. Outre leur gratuité, elles présentent l'inconvénient d'être limitées géographiquement dans le premier cas, ou d'être limitées à une offre constituée et peu informative pour d'autres usages que ce à quoi la destine le tour opérateur dans le second cas. En définitive, elle ne sont pas concurrentielles avec la production éditoriale marchande.

Le guide de tourisme

Livre Hebdo, revue hebdomadaire du Syndicat national de l'édition consacre traditionnellement un numéro spécial au tourisme et aux voyages en mars, chaque année. Le lac Pukaki et le Mont Cook en Nouvelle-Zélande L'édition touristique : ce sont 1150 ouvrages publiés en 2000 par l'édition francophone, principalement des guides de voyages. A ce jour, les objets principaux des guides de voyage sont :
- Le repérage : itinéraire, hôtellerie, restauration (ex. : Guide du routard)
- L'offre culturelle : monuments, sites, curiosités, musées, (ex. : Guides bleus) Le marché est très concentré, dominé largement par le trio Hachette - Michelin - Gallimard qui à eux seuls représentent environ 80 % du marché - mais des éditeurs de taille plus modeste se taillent des parts considérables, par exemple Le Petit Futé, avec en 2000 une production de 300 titres. L'édition touristique se prête très bien à une production de niche :
- Rivages : avec les destinations de charme (un profil de clientèle)
- Autrement : approche littéraire des destinations, à travers le regard d'écrivains, (un profil d'écriture)
- Solilang : guides qui proposent des expériences de vie quotidienne (jouer au loto en Grèce, aller dans un hammam en tunisie, etc.)
- Parigramme : 100 titres consacrés exclusivement à Paris, avec la collection Le Guide du promeneur, (une destination unique)
- Editions du Plaisancier : consacré exclusivement à la navigation de plaisance, (une activité unique pour une clientèle très ciblée)
- Guides CitySpeaker : une collection de guide culturels et pratiques à télécharger sous la forme de fichiers audio, lisibles sur un baladeur numérique.
- Ou encore Rando Editions : spécialisé sur les ouvrages de randonnées dans les Pyrénées, (une destination unique et une activité unique). De plus, contrairement à d'autres domaines éditoriaux, les éditeurs provinciaux sont très bien représentés : par exemple, Ouest France, Didier Richard, Rando Editions. Les Chutes Niagara au Canada et aux États-Unis

Quels contenus ?

L'approche dominante des ouvrages produits par l'édition touristique est une approche par destination géographique. Ces dernières années émerge un nouveau type de guide, par clientèle-cible : par exemple, la Collection Petits Voyageurs des Editions Milan, ou encore Ado-guide lancé par les Editions de La Martinière. Une autre approche est possible : l'approche thématique. La plus ancienne et la plus fortement établie est celle consacrée à la restauration et à l'hôtellerie (guide Michelin, Gault-Millau, le Bottin Gourmand). L'approche thématique s'élargit à d'autres domaines : écologie, sports, religion, qui correspondent à des pratiques des touristes, ou à des domaines de l'offre :
- Guide des vacances écologiques des Editions du Fraysse,
- Jardins de France des Editions Actes Sud,
- ou encore Séjours équestres édité par la Fédération nationale des Gîtes ruraux,
- et aussi des guides de campings
- etc. L'île de Moorea en Polynésie française Une des conditions de la réussite de l'édition touristique est de coller au plus près aux évolutions du tourisme, aussi les niches thématiques sont-elles particulièrement adaptées.

Quel réseau de distribution ?

Le Syndicat national de l'édition évalue la vente d'ouvrages de tourisme à plus de 11 millions d'exemplaires, soit un peu plus de 500 millions de F. de CA. Ces ouvrages sont vendus majoritairement sur support papier dans les librairies qui sont nombreuses à avoir un rayon spécialisé « Tourisme, voyages ». Par exemple, pour les FNAC, le rayon tourisme représente 15% de l'activité librairie, (et occupe environ 45% du linéaire sciences humaines) ou encore, chez Ombres Blanches, libraire toulousain, le tourisme fait l'objet d'un magasin à part, fortement identifié. De nombreuses grandes villes ont au moins une librairie spécialisée : Paris, Lyon, Montréal, Bruxelles, Lille, etc. (cf annexe 2c : liste des librairies spécialisées).

Pour quels utilisateurs ?

le Lone cipress est un passage incontournable pour les touristes de la côte de Californie ; il est situé dans la seventeen mile drive qui longe la baie de Monterey, avant la ville de Carmel-by-the-Sea Les utilisateurs de guides n'hésitent pas à acheter plusieurs guides : environ 2, 5 guides pour un voyage - soit au moins un guide généraliste avec hôtellerie restauration et un guide plus culturel. Environ 68 % des 40 millions de Français qui partent en vacances au moins une fois par an achètent des guides de tourisme. De plus, il faut noter l'usage qui se développe d'acheter plusieurs guides pour la région où l'on habite, ce qui est le pendant du développement du tourisme de proximité. Les guides de tourisme sont utilisés traditionnellement pendant le voyage, d'où pour beaucoup une taille adaptable à la boîte à gants de l'automobile. Un certain nombre de guides (les mêmes que les précédents ou d'autres) ont une fonction préparatoire au voyage, ou encore une fonction de souvenir. Dans le premier cas (préparation du voyage), on trouve notamment les ouvrages précis et rigoureux avec des informations factuelles à jour : ils servent à déterminer l'itinéraire, les visites projetées, ils servent aussi à budgétiser le voyage. Dans le deuxième cas (souvenir), on trouve des ouvrages comportant plus de rédactionnel destiné à compléter la connaissance du territoire découvert lors du voyage, une iconographie plus riche qui les range dans la catégorie des beaux livres illustrés.

Nouveaux supports

Les pyramides d'Égypte La plupart des éditeurs de guides touristiques amorce en ce moment un virage vers les supports électroniques en ligne, tout en n'abandonnant pas le papier qui a pour lui d'être itinérant, quoique pesant, et qui présente de plus l'inconvénient majeur d'être obsolète quasiment dès sa parution, notamment pour les renseignements pratiques. Le guide sur support électronique, notamment en ligne, a pour lui d'être mis à jour instantanément. Il est particulièrement adapté à un public de niche, qui prépare activement son voyage, qui recherche des informations fiables et qui dispose d'outils informatiques et télématiques. L'édition de guides touristiques s'intéresse de plus en plus aux nouveaux supports, notamment mobiles. Un bel exemple sur support électronique est proposé par l'éditeur australien Lonely Planet (qui édite encore principalement sur support papier) dont le site francophone reçoit 80 000 visiteurs par mois en 2001, (il faut préciser que son site anglophone reçoit près de 3 millions de visiteurs par mois). Ce site n'est pas encore marchand, la fonction portail est privilégiée, mais Lonely Planet travaille à un projet de guide vendu directement en ligne. Des guides créés par LP sont déjà disponibles sur PSP pour certaines grandes villes européennes. Le Guide du Routard est l'éditeur de guides dont le site est le plus visité (en 2007, le site comptabiliserait plus de 700 000 pages vues par jourInterview vidéo de Philippe Gloaguen, créateur du Routard, pour le blog www.be-noot.com, 24 mai 2007, ), et son offre s'est désormais élargie à des guides audios, en partenariat avec Nouvelles Frontières, et des guides sur GPS, en partenariat avec le constructeur Navigon. Quant à Michelin, certaines bonnes adresses issues des Guides Rouges ou des Guides Verts sont désormais disponibles sur les GPS développés par la marque. Mais les guides francophones sont globalement en retard par rapport à l'offre sur support électronique des guides anglophones : le site lonelyplanet.com propose des extraits de chapitres à télécharger ; Rough Guides propose plusieurs solutions, tels la consultation intégrale de guides en ligne, des podcasts, les guides sous forme de ebooks, des cartes interactives et des bonnes adresses à télécharger sur un iPod ; DK a lancé a lancé un nouveau site interactif consacré au voyage, basé sur les informations des collections Eyewitness ...

Statistiques du tourisme mondial

Tourisme récepteur

Top 10 en 2001 Statistiques de l'OMT, en millions d'arrivées internationales L'OMT a deux méthodes de calcul pour analyser l'évolution globale annuelle du tourisme. Il s'agit, d'une part les arrivées de touristes internationaux aux frontières et les recettes du tourisme international. Arrivées de touristes internationaux, en millions de personnes. (
-)Source: The Economist Pocket World in Figures, 2005. (
-)Source: Faits saillants du tourisme de l'Organisation mondiale du tourisme, 2006.
Recettes du tourisme international,
en milliards de dollars U.S. Le rapport inverse entre France et États-Unis au niveau des arrivées et des recettes (1e place ou 3e place), s'explique par le fait que les séjours en France sont généralement du fait d'un tourisme de courte durée, les touristes se déplaçant souvent dans les pays voisins de l'Europe, eux-mêmes très attractifs, tandis qu'aux États-Unis, ce sont souvent des voyages de longue durée (en moyenne 3 semaines). De plus, la nature des touristes n'est pas la même (tourisme familial au lieu de tourisme d'affaire), ce qui fait que les dépenses sont bien moins grandes en France.

Tourisme émetteur

Dépenses de tourisme international, en milliards de dollars U.S. Note : les dépenses entre les deux premiers pays, l'Allemagne et les États-Unis, doivent être nuancées du fait qu'elles sont très influencées par le taux de change euro / dollar très favorable à l'Allemagne.

L'historique de la construction de l'administration du tourisme en France

La construction de l’administration du tourisme (1910 - 1962)

La première administration du tourisme apparaît en 1910 avec la création d’un office national du tourisme à l’initiative d’Alexandre Millerand, ministre des Travaux publics. Simultanément est créé le Conseil supérieur du tourisme, organe consultatif. La loi du 24 septembre 1919 élargit les compétences de l’Office national du tourisme et fixe ses moyens financiers. Le premier bureau du tourisme voit le jour à Londres en 1920, ainsi qu’un Bureau d’information touristique « Maison de la France » situé aux Champs Elysées, à Paris. L’Etat va commencer à prendre conscience de l’intérêt de développer l’activité touristique pendant la période de l’entre deux guerres. Plusieurs initiatives vont être lancées. On peut citer à titre d’exemple le Crédit hôtelier qui va permettre le développement des hébergements touristiques. C’est à cette même période que la France apparaît comme la première destination touristique au monde. Le Commissariat général au tourisme et le Comité national d’expansion du tourisme et du thermalisme succèdent à l’Office national du Tourisme en 1935. Une première réglementation des professions voit également le jour. Les congés payés apparaissent en 1936. Ils vont être le facteur principal de la démocratisation du tourisme en permettant l’accès aux vacances à un plus grand nombre de nos concitoyens. En 1946, le commissariat général est reconstitué, devenant direction générale du tourisme en 1952 et rétablit comme commissariat au tourisme de 1959 à 1974. A cette date prend forme l’organisation actuelle de l’administration du tourisme.

Le développement de l’administration du tourisme (1962 à aujourd’hui)

L’époque des grands chantiers (1962-1973)

Cette période correspond à la mise en place dans le cadre de la planification nationale de nombreux projets qui ont pour principal objectif de favoriser la croissance, réduire les déséquilibres du territoire et d’offrir une alternative à l’émergence de nouvelles destinations touristiques comme l’Espagne. Cette période va se traduire par le lancement d’importants programmes d’aménagement des littoraux (Languedoc-Roussillon) et le développement des stations de sports d’hiver. Le tourisme est successivement rattaché aux ministères des Travaux publics et des Transports, de l’Equipement et de l’Aménagement du territoire.

L’évolution des mœurs : vers un tourisme mieux maîtrisé (1974-1980)

Les aménagements touristiques récents sont remis en question. On va opter pour des formes plus douces de développement mieux intégrées dans le paysage et qui vont s’inscrire dans la durée. L’État adopte des directives pour l’aménagement et la protection du littoral et de la montagne. Le tourisme est alors rattaché aux ministères de la Qualité de la Vie, de la Culture et de l’Environnement, enfin de la Jeunesse des sports et des loisirs.

La véritable reconnaissance économique du tourisme (1981 – aujourd’hui)

Les collectivités territoriales investissent massivement dans les projets touristiques grâce à la décentralisation qui élargit leurs domaines de compétences (Loi de 1985). Parallèlement, le tourisme procure aux échanges extérieurs les surplus d’une balance touristique presque chaque année confortée. Le tourisme apparaît désormais comme une véritable industrie. Le 30 mars 1982 est créée l’Agence nationale pour les chèques vacances (ANCV), établissement public à caractère industriel et commercial ayant pour mission de contribuer au développement du tourisme pour tous. Le 7 juillet 1982 est créée l’Agence Nationale pour l’Information touristique (ANIT). Le 21 mars 1984 est crée le groupement d’intérêt économique « Bienvenue France ». De 1986 à 1988 : un secrétaire d’Etat au Tourisme est nommé auprès du ministre de l’Industrie. Les actions de promotion sont regroupées au sein d’un groupement d’intérêt économique « Maison de la France ». Ce GIE va se substituer à l’ANIT, Bienvenue France, intègre la sous-direction de la promotion de la direction des industries touristiques et va assurer l’animation des services du tourisme français à l’étranger. De 1988 à 1993 : un ministre délégué au Tourisme est nommé auprès du ministre de l’Industrie. Création de l’Observatoire national du Tourisme (ONT) en 1993, outil de diffusion de données publiques sur le tourisme. L'Agence Française de l'Ingénierie Touristique (AFIT) est créée la même année et a pour vocation principale d’adapter l'offre touristique française aux évolutions de la société et de la consommation pour mieux répondre à la demande. La direction du Tourisme se substitue à la direction des industries touristiques en 1993, elle est chargée d’élaborer et de mettre en œuvre la politique générale du tourisme. De 1993 à 1995 : le tourisme est rattaché au ministère de l’Equipement, des Transports et du Tourisme. Début 1995, un ministre est chargé du Tourisme puis, jusqu’en 1997, il devient ministre délégué chargé du tourisme. De 1997 à mai 2002 : un secrétaire d’Etat est chargé du tourisme. Le secrétariat d’Etat au Tourisme est rattaché du ministère de l’Equipement, des Transports et du Logement. 1998 voit la création de la Bourse Solidarité Vacances, groupement d’intérêt public placé sous l’autorité du ministre en charge du Tourisme dans le cadre de la loi de lutte et de prévention contre les exclusions. Les compétences de l’Etat ont été fixées par la loi du 23 décembre 1992 portant répartition des compétences dans le domaine du tourisme. Certaines dispositions de cette loi sont en cours de réforme dans le cadre du projet de loi relatif aux responsabilités locales actuellement en cours d’examen devant le Parlement. source: http://www.tourisme.gouv.fr/fr/z1/ministere_delegue/historique/

Conséquences

Les conséquences du tourisme peuvent être :
- une privatisation du patrimoine ;
- un saccage des écosystèmes ;
- une folklorisation des sociétés ;
- la consommation des mœurs.

Voir aussi

Notes

Bibliographie

- M. Boyer, Le Tourisme, Le Seuil, coll. "Peuples et société", 1 édition 1972
- Georges Cazes, Fondements pour une géographie du tourisme et des loisirs, Bréal, Coll. "Amphi géo", 1992
- Pearce Douglas, Géographie du Tourisme, Nathan université, 1993
- Rémy Knafou, Atlas de France : tourisme et loisirs: Volume 7, Relus-La Documentation Française, 1997
- Jean-Michel Dewailly, Emile Flament, Le tourisme, Paris, SEDES, 2000, ISBN 71819071X
- Équipe Mit (Mobilité, Itinéraire et Territoires) de l'Université Paris VII-Denis-Diderot, dirigé par Rémy Knafou
- Tourismes 1, Lieux communs, Belin, coll. Mappemonde, 2002.
- Tourismes 2. Moments de lieux, Belin, coll. Mappemonde, 2005.
- Mathis Stock (coord.), Tourisme, lieux, acteurs, enjeux, Belin, 2003. ===
Sujets connexes
Actes Sud   Alpes   Amérique du Nord   Archéologie   Australie   Autrement   Barcelone   Bottin   Californie   Canada   Centre de villégiature   Chemin de fer   Chichén Itzá   Chutes Niagara   Comité départemental du tourisme   Comité régional de tourisme   Côte d'Azur   Dénotation et connotation   Espagne   Europe   Exotisme   Exposition universelle   Florence   Flux touristiques   France   Gallimard   Gault-Millau   Grande-Bretagne   Guide du routard   Guides bleus   Géographie du tourisme   Hachette Livre   Herculanum   Inde   La Martinière   Lac Pukaki   Loisir   Londres   Lonely Planet   Lord Byron   Machu Picchu   Maison de la France   Mexique   Michelin   Mont Cook   Monterey   Moorea   Naples   New York   Nice   Nouvelle-Zélande   Office de tourisme   Opéra de Sydney   Organisation mondiale du tourisme   Paris   Patrimoine (culture)   Petit Futé   Polynésie française   Pompéi   Privatisation   Pyramides d'Égypte   Pèlerinage   Pérou   Rome   Royaume-Uni   République populaire de Chine   Résidence secondaire   Sagrada Família   Société des Nations   Station touristique   Suisse   Syndicat national de l'édition   Séjour linguistique   Taj Mahal   Thermalisme   Thomas Cook   Toscane   Tour Eiffel   Tour opérateur   Tourisme   Tourisme d'affaires   Tourisme de découverte économique   Tourisme de la drogue   Tourisme de masse   Tourisme expérimental   Tourisme médical   Tourisme responsable   Tourisme rural   Tourisme sexuel   Tourisme spatial   Tourisme équitable   Tuberculose   Université Paris VII-Denis-Diderot   Voyage   William Blake   Zermatt  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^