Edmund Husserl

Infos
Edmund Husserl (8 avril 1859 - 26 avril 1938) est un philosophe allemand, fondateur de la phénoménologie transcendantale.
Edmund Husserl

Edmund Husserl (8 avril 1859 - 26 avril 1938) est un philosophe allemand, fondateur de la phénoménologie transcendantale.

Biographie

Husserl est né le 8 avril 1859 à Prostějov en Moravie. Il fait d'abord des études en mathématiques, avec Weierstrass avant de se consacrer à la philosophie où il tentera de refonder celle-ci en tant que science rigoureuse. D'origine juive, il se convertit au protestantisme luthérien le 8 avril 1886. En 1887, il est privat-dozent à l'université de la Halle. En 1906, il obtient le titre de professeur titulaire à Göttingen, puis à Fribourg en Brisgau de 1916 à 1928. Le professeur Husserl se voit interdire l'accès à la bibliothèque de l'université de Fribourg en application de la législation antisémite adoptée par les Nazis en avril 1933. Il est radié du corps professoral en 1936. C'est à Vienne, puis à Prague, que Husserl fera ses dernières conférences. Martin Heidegger est son plus célèbre élève. Jean-Paul Sartre, Maurice Merleau-Ponty et Michel Henry en France, ont pu s'en inspirer. Bien qu'il n'ait jamais été son étudiant, Max Scheler a aussi subi l'influence de Edmund Husserl. Chez lui ont étudié aussi Edith Stein et Roman Ingarden.

Philosophie

Pour constituer une philosophie comme science rigoureuse, Husserl doit trouver :
- un fondement absolu ;
- une méthode d'investigation permettant d'avancer dans ses recherches. « Quiconque veut vraiment devenir philosophe devra « une fois dans sa vie » se replier sur soi-même et, au-dedans de soi, tenter de renverser toutes les sciences admises jusqu'ici et tenter de les reconstruire. » (Méditations cartésiennes, Introduction)

Le cogito

C'est dans le cogito que Husserl trouve le fondement absolu de sa philosophie : c'est une notion qu'il emprunte à Descartes, selon une filiation qu'il revendique explicitement dans ses Méditations cartésiennes (dont Emmanuel Lévinas assurera la traduction française). Pourquoi est-ce un fondement absolu ?
- parce que c'est un principe auquel toute expérience revient, qui fonde toute expérience ;
- parce qu'il n'est pas lui-même fondé (sans quoi l'on risquerait une régression à l'infini de principe en principe) ;
- parce qu'il est universel, c'est-à-dire partagé par tous les humains, et en tout temps. Mais une fois dégagé ce principe, il reste à trouver une méthode d'investigation pour constituer une véritable science rigoureuse.

Essence

L'acceptation du cogito comme fondement absolu a pour conséquence naturelle de placer l'étude de la conscience au centre des préoccupations de la phénoménologie. Comme dans la Phénoménologie de l'esprit de Hegel, la phénoménologie husserlienne est donc une science de la conscience – mais c'est peut-être l'un des rares rapprochements possibles entre les deux entreprises, qui restent très différentes. La phénoménologie est la science des phénomènes, de ce qui apparaît à la conscience. Pour rendre possible cette science, il faut « revenir aux choses mêmes » : les décrire telles qu'elles se présentent à la conscience. La véritable connaissance est la connaissance des essences, c'est-à-dire de ce qui demeure invariant dans les modifications de perspectives que l'esprit a sur les choses. En effet, tout objet a ses déterminations d'après la perspective de la conscience ; l'objet vécu ne sera donc donné en totalité que par la synthèse totale des points de vue. Ainsi, pour décrire la structure des phénomènes, faut-il que la conscience perçoive, par l'intuition, ces essences. C'est par allusion à Platon que Husserl appelle essences ces structures universelles que la phénoménologie entend dégager et fonder sur le cogito. Si Husserl reprend ce terme, l'un des plus vieux de la philosophie, c'est parce qu'il se situe dans une tradition philosophique qu'il entend réaliser. La philosophie est un projet consistant à vouloir dégager la structure rationnelle du monde : la phénoménologie a les moyens de réaliser ce projet.

Épochè

Mais comment dégager ces essences à partir de l'expérience commune (Husserl dit souvent « naïve ») de la conscience, si cette expérience est toujours particulière ? Comment prétendre sortir l'universel du particulier sans sombrer dans l'arbitraire ? Pour sortir de ce paradoxe, Husserl avance la notion d'épochè, qu'il emprunte, une fois encore, à la tradition philosophique (ce terme grec a été utilisé par les Sceptiques dans le sens de « suspension du jugement »). L'épochè consiste à « mettre entre parenthèses » ce que chaque vécu de conscience a de particulier, révélant ainsi sa seule structure universelle. Husserl définit ainsi cette notion dans les Méditations cartésiennes : "C'est la méthode universelle et radicale par laquelle je me saisis comme moi pur, avec la vie de conscience pure qui m'est propre, vie dans et par laquelle le monde objectif tout entier existe pour moi, tel justement qu'il existe pour moi". Cette méthode résulte de l'évidence apodictique d'un "Ego cogito" qui est universel par sa présence possible chez tous les êtres particuliers.

Intentionnalité

L'épochè révèle également par là, d'un point de vue méthodologique, l'une des structures fondamentales de la phénoménologie, aussi importante que le cogito : l'intentionnalité. C'est de son maître Franz Brentano que Husserl reprend ce concept. Il désigne le caractère fondamentalement orienté de la conscience. La conscience n'a pas le même mode d'être que des objets physiques, et c'est la structure de l'intentionnalité qui distingue le psychique du physique. La conscience n'est pas une boîte dans laquelle entrent des images, des perceptions, etc., mais elle est à chaque fois une visée (la visée intentionnelle), qui est donneuse de sens. Par exemple, la perception d'une pomme n'est pas l'imagination d'une pomme, quoique l'objet visé (ou noème) soit le même : ce qui diffère, c'est la nature de l'acte de visée (ou noèse).

Aperçus sur l'ontologie husserlienne

On pourra se reporter à l'ouvrage de Jacques Derrida de La Grammatologie (1967) qui l' évoque dans son chapitre II et dont ces lignes sont inspirées. Il est important de comprendre que la structure hylè-morphè recoupant intuitivement le couple conceptuel matière-forme, bien qu'elle soit une composante réelle reell et on real du vécu, n'est pas en elle-même une réalité Realität. Derrida: " Quant à l'objet intentionnel, par exemple le contenu d'une image, il n'appartient réellement reell ni au monde ni au vécu." Est-ce à dire qu'il n'a aucune consistance ? Certes non, il s'agit pour Husserl d'une composante non-réelle du vécu. On voit donc que son ontologie emprunte un vocabulaire déroutant pour la tradition et que la zone du vécu accueille des types de strates hiérarchisées: la réalité, la composante réelle de la structure hylé-morphé et la composante non-réelle de l'objet intentionnel. Ici non-réel n'est aucunement synonyme d'inexistence. Simplement, l'objet intentionnel doit être appréhendé de manière nettement plus subjectiviste que les idéalités objectives platoniciennes. Conclusion: l'image acoustique par exemple, en tant qu'objet intentionnel, ne doit pas être analysée comme la copie de la réalité externe par la réalité interne. Il s'agit précisément de refouler le modèle du portait critiqué dans les Ideen I et de surmonter l'opposition entre la réalité extérieure et la réalité intérieure.

Bibliographie

- Logische Untersuchungen, Bd. I: Prolegomena zur reinen Logik, Niemeyer. (Recherches logiques)
- Logische Untersuchungen, Bd. II/1: Untersuchungen zur Phänomenologie und Theorie der Erkenntnis, Niemeyer.
- Logische Untersuchungen, Bd. II/2: Elemente einer phänomenologischen Aufklärung der Erkenntnis, Niemeyer.
- Formale und transzendentale Logik. Versuch einer Kritik der logischen Vernunft, Niemeyer. (Logique formelle et logique transcendantale)
- Erfahrung und Urteil, Meiner. (Expérience et Jugement)
- Husserliana, volume I: Cartesianische Meditationen und Pariser Vorträge (Méditations Cartésiennes).
- Hua II: Die Idee der Phänomenologie.
- Hua III: Ideen zu einer reinen Phänomenologie und phänomenologischen Philosophie, 1. Buch: Allgemeine Einführung in die reine Phänomenologie. (Idées directrices pour une phénoménologie pure et une philosophie phénoménologique)
- Hua IV: Ideen zu einer reinen Phänomenologie und phänomenologischen Philosophie, 2. Buch: Phänomenologische Untersuchungen zur Konstitution.
- Hua V: Ideen zu einer reinen Phänomenologie und phänomenologischen Philosophie, 3. Buch: Die Phänomenologie und die Fundamente der Wissenschaften.
- Hua VI: Die Krisis der europäischen Wissenschaften und die transzentale Phänomenologie: Eine Einleitung in die phänomenologische Philosophie (La Crise des sciences européennes)
- Hua VII: Erste Philosophie (1923-1924), 1. Teil : Kritische Ideengeschichte. (Philosophie première)
- Hua VIII: Erste Philosophie (1923-1924), 2. Teil : Theorie der phänomenologischen Reduktion.
- Hua IX: Phänomenologische Psychologie.
- Hua X: Zur Phänomenologie des inneren Zeitbewußtseins (1893-1917).
- Hua XI: Analysen zur passiven Synthesis, aus Vorlesungs- und Forschungsmanuskripten 1918-1926.
- Hua XII: Philosophie der Arithmetik.
- Hua XIII: Zur Phänomenologie der Intersubjektivität. Texte aus dem Nachlaß, 1. Teil : 1905-1920.
- Hua XIV: Zur Phänomenologie der Intersubjektivität. Texte aus dem Nachlaß, 2. Teil : 1921-1928.
- Hua XXII: Aufsätze und Rezensionen (1890-1910).
- Hua XXIII: Phantasie, Bildbewußtsein, Erinnerung. Zur Phänomenologie der anschaulichen Vergegenwärtigungen. Texte aus dem Nachlaß (1898–1925).
- Hua XXIV: Einleitung in die Logik und Erkenntnistheorie. Vorlesungen 1906-1907.
- Hua XXV: Aufsätze und Vorträge (1911-1921).
- Hua XXVI: Vorlesungen über Bedeutungslehre Sommersemester 1908.
- Hua XXVII: Aufsätze und Vorträge (1922-1937).
- Hua XXVIII: Vorlesungen über Ethik und Wertlehre 1908-1914.
- Hua XXX: Logik und allgemeine Wissenschaftstheorie. Vorlesungen 1917/1918 mit ergänzenden Texten aus der ersten Fassung 1910/1911.

Sur Husserl

- Jacques English: Le vocabulaire de Husserl, éditions Ellipses, 2002.
- Jacques English: Sur l'intentionnalité et ses modes, éditions PUF, 2006. ==
Sujets connexes
Carl Stumpf   Cartésianisme   Connaissance   Conscience   Edith Stein   Essence (philosophie)   Franz Brentano   Fribourg-en-Brisgau   Hermann Weyl   Idées directrices pour une phénoménologie pure et une philosophie phénoménologique   Intentionnalité   Jean-Paul II   Jean-Paul Sartre   John McDowell   Karl Weierstrass   Kazimierz Ajdukiewicz   Kurt Gödel   Martin Heidegger   Maurice Merleau-Ponty   Max Scheler   Michel Henry   Méditations cartésiennes   Ontologie (philosophie)   Philosophe   Phénoménologie   Phénoménologie de l'esprit   Platon   Prostějov   Recherches logiques (Husserl)   René Descartes   Robert Brandom   Roman Ingarden   Rudolf Carnap   Science   Science et conscience   Stanisław Leśniewski   Transcendantal   Wilfrid Sellars  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^