Jansénisme

Infos
Cornelius Jansen, évêque d'Ypres, auteur de l’Augustinus et père du jansénisme Le jansénisme est une doctrine catholique dérivée de la pensée d'Augustin d'Hippone (Saint Augustin). Il a été développé par Cornélius Jansen (1585-1638) dit Jansénius, évêque d'Ypres, en Belgique, (un diocèse maintenant disparu) dans l’AugustinusAppellation abrégé de la publication posthume Augustinus seu doctrina sancti Augustini de humanæ nat
Jansénisme

Cornelius Jansen, évêque d'Ypres, auteur de l’Augustinus et père du jansénisme Le jansénisme est une doctrine catholique dérivée de la pensée d'Augustin d'Hippone (Saint Augustin). Il a été développé par Cornélius Jansen (1585-1638) dit Jansénius, évêque d'Ypres, en Belgique, (un diocèse maintenant disparu) dans l’AugustinusAppellation abrégé de la publication posthume Augustinus seu doctrina sancti Augustini de humanæ naturæ sanitate, ægritudine, medicina adversus pelagianos et massilienses tribus tomis comprehensa., publié en 1640 à LouvainIl fut ensuite publié à Paris en 1641, puis à Rouen en 1643.. Le jansénisme s'inscrit en réaction contre l'humanisme et le molinisme. Cette doctrine a été source d'une grande controverse dans le monde catholique au .

Origine du jansénisme

Le terme jansénisme, inventé par les adversaires de Port-Royal-des-Champs, fut longtemps utilisé comme un terme commode pour désigner l’augustinisme tel que le comprirent et le diffusèrent Jansénius et Jean Duvergier de Hauranne, abbé de Saint-Cyran de France. Comme tous les mots prétendant définir une pensée théologique, il est inadéquat parce que réducteur. On préfère parler aujourd'hui de l'« augustinisme de Port-Royal ». Cet augustinisme se diffusa en France grâce à Jean Duvergier de Hauranne, abbé de Saint-Cyran, ami de Jansénius, avec qui il partagea de longues années d'étude et de recherches à Cam-des-Prats près de Bayonne. Lorsque Jean Duvergier de Hauranne, abbé de Saint-Cyran, devint directeur du monastère de Port-Royal, l'augustinisme qu'il professait trouva un terrain favorable pour s'épanouir par le biais de la direction spirituelle. Mais l'influence de Saint-Cyran ne se limita pas au monastère de Port-Royal ; le groupe des Solitaires, puis les Petites Écoles, enfin les nombreuses relations et amitiés qu'il entretenait, aussi bien dans le monde ecclésiastique que dans les milieux de la noblesse et les milieux parlementaires, firent de lui un directeur recherché, au point d'inquiéter le pouvoir en la personne de Richelieu, qui avait autrefois été son ami. Arrêté en 1638 et incarcéré près de cinq années au donjon de Vincennes, Saint-Cyran meurt quelques mois après sa libération, en octobre 1643. Ses dirigés et ses amis assurent la pérennité de son augustinisme en lui imprimant leur marque propre : on quitte alors le premier Port-Royal. Une autre histoire commence, qui s'inscrit dans la continuité certes de Saint-Cyran, mais adopte aussi des positions que celui-ci n'eût pas entièrement approuvées.

Doctrine

Le jansénisme revêt une forme doctrinale, celle de Jansénius, et une forme appliquée, celle de Port-Royal, et en cela il fait partie de la Réforme catholique française.
-L'homme est totalement déchu par suite du péché originel, il tend vers le Mal de façon naturelle. Cette vision de l'homme est proche de celle du calvinisme.
-Seule la grâce de Dieu peut le pousser vers le Bien et le détourner de la « délectation terrestre ».
-Cette grâce exige de ceux qui la reçoivent une foi à toute épreuve et un combat quotidien contre le Mal : « à la morale de l'honnête homme, les jansénistes opposent celle de la sainteté » (René Taveneaux).
-Les jansénistes exigent de leurs pénitents une contrition parfaite pour leur donner l'absolution. On retrouve ici l'idéal d'intransigeance de Calvin, dans la pratique de la foi.
-Dans la doctrine janséniste, l'Élection est très restrictive. Il faut entendre par Élection, l'idée que l'on a été choisi par Dieu, du fait des actes, la sincérité, la manifestation de la vérité, et justement la Grâce que l'on manifeste.
-Le problème de la Prédestination est très important dans le Jansénisme. Cela implique que des Signes, liés à cette Grâce et à cette Élection, soient manifestés dans l'Esprit et par l'Esprit et du fait « des Plans de Dieu » et de la Révélation Divine. Mais, à condition que, dès lors que ces principes ont été appliqués, l'on soit conduit à adopter une attitude propice à la Réception Divine, à se purifier et à être Humble.
-Il faut bien comprendre que, malgré des attitudes rappelant le calvinismeLes XVI, XVII et XVIII Provinciales de Blaise Pascal témoignent des calomnies répandues contre le jansénisme du fait de cette apparente affinité., le Jansénisme reste un mouvement typiquement catholique et gallican. En particulier, il révère les saints et pratique tous les sacrements de la vie catholique, en particulier la confession et la fréquente communion. Néanmoins le jansénisme n'est pas une doctrine statique, il s'est uni à des influences diverses. Il existe, en fait, non pas un jansénisme mais plusieurs.

Jésuites et Jansénistes

Jésuites et Jansénistes se sont vivement opposés tout au long du . Leurs visions sont diamétralement opposées : les Jésuites insistent sur la liberté personnelle dans toute décision, alors que les Jansénistes sont fatalistes et pensent que tout est écrit à l'avance. Les Jansénistes diffusent leur théorie via les Petites écoles et ont des disciples et sympathisants célèbres comme Racine et Pascal. Leur prosélytisme en fait des pédagogues réputés. À la suite d'un désaccord entre la Sorbonne et Antoine Arnauld, chef de file des jansénistes depuis la mort de Jean Duvergier de Hauranne, les jansénistes cherchèrent un défenseur en la personne de Pascal. C'est l'origine de la série de lettres dites Les Provinciales, par Pascal, où il s'opposa avec vigueur aux Jésuites (1656) dont certains, par un abus de la casuistique, tombaient dans ce que l'on appela le jésuitisme. Les lettres de Pascal eurent un grand succès littéraire. Mais la virulence de la querelle et les thèses jansénistes déplaisent au pape Innocent X et à Louis XIV qui veulent unifier les chrétiens en éradiquant le jansénisme et le protestantisme. En mars 1656, le gouvernement décrète la fermeture des Petites écoles. Le 19 décembre 1657, le roi tient un lit de justice pour promulguer la bulle Ad Sacram d'Alexandre VII condamnant officiellement les thèses jansénistes. L'impact sera grave sur l'image des jésuites et de l'Église catholique. Marc Fumaroli note : Le roi ordonnera la fermeture et le déplacement des religieuses jansénistes de l'abbaye de Port Royal le 29 octobre 1709, puis l'abbaye sera rasée en 1711 pour éviter d'en faire un lieu de pèlerinage. En particulier, les jansénistes furent condamnés par la bulle Vineam Domini.

Postérité du jansénisme

La destruction de Port-Royal et la dissolution des ordres religieux qui en étaient l'incarnation fit de cette doctrine un symbole de résistance passive et non-violente à l'arbitraire royal. En effet, tandis qu'au plan religieux le quiétisme d'un Fénelon relayait auprès de l'aristocratie l'alternative au parti dévot (mépris de la casuistique, conviction intérieure), l'éclat des Jansénistes était préservé intact :
- auprès du petit peuple des villes, comme le montrent les événements des Convulsionnaires de Saint-Médard (1727-1732) ;
- auprès de la noblesse de robe composant les parlements : après la mort de Louis XIV, et tout au long du XVIIIe siècle, ces magistrats se réclameront du jansénisme, et obtiendront finalement de Louis XV l'expulsion des Jésuites de France (1763).

Notes

Voir aussi

- Angélique Arnauld
- Antoine Arnauld
- Casuistique
- Cornelius Jansen
- Grâce efficace
- Jean Duvergier de Hauranne
- Paix clémentine
- Le pari de Blaise Pascal
-

Bibliographie

Livres

- Jean-Pierre Chantin, Le jansénisme, CERF.
- Bernard Cottret, Monique Cottret et Marie-José Michel (éd.), Jansénisme et puritanisme, actes du colloque du 15 septembre 2001, tenu au Musée national des Granges de Port-Royal-des-Champs, préface de Jean Delumeau, Paris, Nolin 2002.
- Monique Cottret, Jansénismes et Lumières. Pour un autre XVIIIè siècle, Albin Michel, Paris, 1998.
- Louis Cognet, Le jansénisme, PUF, collection « Que sais-je ? », 1967.
- Lucien Goldmann, Le dieu caché. Étude sur la vision tragique dans les Pensées de Pascal et dans le théâtre de Racine, Gallimard, Paris, 1955.
- Marie-José Michel, Jansénisme et Paris, Klincksieck, 2000.
- René Taveneaux, Le Jansénisme en Lorraine, 1640-1789, J. Vrin, 1960.
- René Taveneaux, Jansénisme et politique, A. Colin, 1965.
- René Taveneaux, Jansénisme et prêt à intérêt, J. Vrin, 1977.
- René Taveneaux, La Vie quotidienne des jansénistes aux xviie et xviiie siècles, Hachette, 1985.
- Dale K. Van Kley, Les origines religieuses de la Révolution française 1560-1791, traduit de l'anglais par Alain Spiess, Paris, Éd. du Seuil, coll. « L'univers historique », 2002.
- Léopold Willaert, Les origines du Jansénisme dans les Pays-Bas catholiques, Bruxelles, 1948.

Revue

- Monique Cottret, "Aux origines du républicanisme janséniste: le mythe de l'Eglise primitive et le primitivisme des Lumières", R.H.M.C. Paris, 1983, pp. 99-115.
- Monique Cottret, "Voltaire au risque du jansénisme. Le Siècle de Louis XIV à l'épreuve du jansénisme", Voltaire et le Grand Siècle, sous la direction de Jean Dagen et Anna-Sophie Barrovecchio, Voltaire Foundation, Oxford, 2006, pp.387-397.
- La Revue d’histoire des religions a publié dans son numéro du 2 trimestre 2003 un article de Jean-Louis Quantin avec pour titre : « Augustinisme, sexualité et direction de conscience : Port-Royal devant les tentations du duc de Luynes ». La conclusion du est la suivante : « cette affaire, bien documentée par une série exceptionnelle de lettres de direction conservées, révèle les impasses pratiques de la morale de Port-Royal ».

Cinéma

- Cinéaste influencé par le jansénisme : Robert Bresson.
- 1969 : Ma nuit chez Maud d'Éric Rohmer : le film traite en partie de la morale pascalienne et du jansénisme.
- 2006 : Fragments sur la grâce de Vincent Dieutre. ==
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^