Toponymie française

Infos
La toponymie a toujours intéressé les érudits. À l'origine d'interprétations souvent douteuses ou farfelues (suivant les règles d'une étymologie populaire), elle n'a acquis son caractère scientifique que dans la seconde moitié du . En France, une étape importante a été la réalisation de dictionnaires topographiques pour chaque département, projet mis en place dans les années 1870, qui a abouti pour une trentaine de départements. Chaque toponyme y est présenté avec un maximum de
Toponymie française

La toponymie a toujours intéressé les érudits. À l'origine d'interprétations souvent douteuses ou farfelues (suivant les règles d'une étymologie populaire), elle n'a acquis son caractère scientifique que dans la seconde moitié du . En France, une étape importante a été la réalisation de dictionnaires topographiques pour chaque département, projet mis en place dans les années 1870, qui a abouti pour une trentaine de départements. Chaque toponyme y est présenté avec un maximum de détails sur son évolution au fil des siècles, à partir de sa première mention dans les textes les plus anciens, généralement médiévaux. Même si certains ont étudié le sujet avant lui, Auguste Longnon est considéré comme le fondateur en France d'une toponymie véritablement méthodique et systématique, avec son ouvrage Noms de lieux de la France, paru en 1920. Par la suite, d'autres chercheurs ont développé les travaux de Longnon, notamment Albert Dauzat, Charles Rostaing et Ernest Nègre. Aujourd'hui, plusieurs spécialistes continuent d'approfondir les recherches toponymiques.

Classification des toponymes français

Il existe deux façons de classer les toponymes en France. On peut le faire selon les diverses strates linguistiques qui se sont succédé dans le pays, depuis le pré-indo-européen jusqu'au français moderne (une variante de cette classification est de diviser les noms par périodes historiques). On peut aussi privilégier un classement selon la nature des lieux : rivières, montagnes, terres cultivées et incultes, lieux d'habitation, lieux de culte, termes liés à l'élevage, à l'industrie ou à l'artisanat, etc.

Classement par strates linguistiques ou historiques

Toponymes préceltiques

Il est évident que certains toponymes remontent à ce qu'on peut appeler « la nuit des temps », on les appelle par commodité pré-indo-européens ou encore préceltiques. Il existerait plusieurs types de substrats préceltiques : un substrat primordial, (paléo- ou néo-)lithique — dont on trouve quelques vestiges dans le basque —, puis des couches successives, comme le ligure — les suffixes -asque, -osque, du sud de la France et de l'Italie du nord (Manosque, Gréasque, Turbiasque, Monégasque, Côme comasco, Bergame bergamasco), remonteraient aux Ligures, même si cette parenté est contestée ; on attribue également aux Ligures les suffixes -inco, -inca et -elo, -elio. L'ibère — qui n'aurait pas laissé de traces en toponymie, mais serait responsable de certaines altérations phonétiques, par exemple f > h, fait également partie de ce substrat pré-indoeuropéen. Notons que les villes de Nice et d'Antibes (du grec Νικη et Αντιπολις), fondées par des colons grecs au , font partie stricto sensu d'un substrat préceltique (les Gaulois n'étaient pas encore arrivés dans la région à cette époque), mais qui n'est évidemment pas pré-indo-européen (voir infra). Ces toponymes ancestraux sont surtout liés au relief ou à l'hydrologie. Faute de documents, on les regroupe par racines, certaines plus ou moins douteuses, d'autres avérées par le grand nombre des toponymes qui leur correspondent. C'est le cas de la racine kar/kal, avec le sens de rocher, sommet rocheux, mais aussi rivière caillouteuse, à l'origine d'une impressionnante liste de toponymes, par exemple les cours d'eau de la Garonne, de la Charente ou du Cher. Quelques racines préceltiques :
-
-(ah)ar
(hydronyme) : Arc, Hérault, Arve, Arrondine…
-
-ahuar
(hydronyme) : Avre, Aulne , Gard, Var…
-
-atur
(hydronyme) : Adour, Yerre , Hyères .
-
-dur,
-dor
(hydronyme) : Durance, Drôme, Dordogne, Doire, Doron, Dranse…
-
-el
(hydronyme) : Ill, Ille, Ellé, Elez.
-
-rod
(hydronyme) : Roanne, Rhône…
-
-alis
(relief) : Alsace, Alesia…
-
-(k)ar
(relief) : Carnac , Arradon , Arzal, Arles, Aravis, Arize, Ares, Armenaz, Archamps…
-
-cala
(relief) : Callac, Cassis, Galibier, calanque, chalet…
-
-calm
(relief) : La Chaux, Chaumes, Montcalm…
-
-cant
(relief) : Cantal…
-
-clap
(relief) : la Clape… On ajoutera que des termes très fréquents en toponymie (roche, motte) sont vraisemblablement d'origine préceltique.

Substrat celtique

Les Gaulois, ou Celtes, étaient sans doute installés dans une partie de la Gaule dès le , puis leur population s'est étendue, en France, jusqu'à la Méditerranée et aux Pyrénées. Si le substrat celtique est assez pauvre au niveau des noms communs, il est au contraire très riche en toponymes et hydronymes (voir un exemple chez les ). Certains des termes considérés comme celtiques sont sans doute préceltiques, mais il est difficile de faire la différence. Beaucoup de racines celtiques (ou gauloises, c'est la même chose) sont utilisées dans des noms composés. La liste ci-dessous présente quelques-unes des racines les plus employées :
- briga (= hauteur, puis château-fort) : La Brigue, Vandœuvres, Vendeuvre (Vandobriga)
- briva (= pont) : Brive, Chabris, Samarobriva (ancien nom d'Amiens)
- ceton , ceto : (= bois) : qui devait évolué en ce(t) ou ci(t), latinisé en cetum ou citum que nous retrouvons dans la plupart des noms de localités qui se terminent par cy, - comme dans Sancy qui vient de Seno-ceton "ancien bois" - çay, cé, cey, ciac, cieu, sey, cey, xay, say, sais, gey, zy, quay, qué : Marçay , Marcé , Marcey, Marciac, Marcieu, Marcy, Mercey , Mercy, Meurcé, Mergey, Marzy, Marquay, Margouët-Meymes (Gers), et comme noms de hameaux dans le Gers on retrouve Margouet à Ramouzens et Margoy à Panassac ; en Haute-Garonne, Margoy à Aspect; dans les Basses-Pyrénées, Marcoueyt à Puyoo.Dans le Puy-de-Dôme, on trouve aussi Marcoué à Saint-Hérent et Marcoueix à Pontaumur; dans le Pas-de-Calais, Marquoy à Robecq, et aussi à Françay dans le Loir-et-Cher; dans la Sarthe, Marcoué à Saint-Longis.Dans la Gironde, Coimères, au centre d' une région boisée entre Langon et Bazas, et non loin de Lados, serait un pluriel de Ceta-Mara "grand bois" avec les composants dans le même ordre qu' en breton dans Coat-Meur.De Ceto-Maron viennent peut-être Kaymard à Pruines, et le Pic de Kaymard à La Fouillade.
- condate (= confluent) : Condé, Condat
- dunon, latinisé en dunum (= colline, puis forteresse) : Lyon (Lugdunum), Verdun (Virodunum), Autun (Augustodunum)
- ialo (= espace découvert, terre défrichée puis village) : utilisé comme suffixe, ce terme est à l'origine de la plupart des noms de localités terminés par -euil dans le Nord (Argenteuil, Auteuil, Verneuil) et -ouls ou -ols dans le Sud (Tréjouls, Marvejols)
- magos ou magus (= champ, puis marché) : Caen (Catumagos), Rouen (Rotomagos), Senlis (dont le nom primitif était Augustomagus), Charenton, Argentan, Argenton
- nanto (= vallée) : Nans, Nantua, Mornant, Nancy, Nandy , Nançay , Nangy , Nance , Nances , Nangis , Nangeville , Nançois , Nanteuil, Nant , Nans-sous-Sainte-Anne , Nans , Les Nans.
- morginno (= cours d'eau frontière) : la Morge, actuelle frontière franco-suisse à l'est du lac Léman (et de nombreux autres en France)
- randa (= la frontière) : tous les Randons, Randens, Arandons, Chamarande, etc.
- ritum (= gué) : Bédarrides, Chambord, Niort, Limoges (Augustoritum)
- nemeton, latinisé en nemetum (= temple, lieu sacré) : Augustonemetum (un des anciens noms de Clermont-Ferrand) Les toponymes gaulois peuvent aussi être liés à des noms de divinités, par exemple Lug (Lyon, Laon) ou Nemausos (Nîmes, Nemours). D'autres, plus tardifs, ont été donnés à de grandes villes en fonction des peuples gaulois qui les habitaient (Paris, Metz, Nantes , Rodez, Amiens, Bourges, Troyes...). Voir à ce sujet Liste des peuples gaulois en France.

Noms grecs

Les Grecs, en sillonnant la Méditerranée, y ont établi un certain nombre de comptoirs. C'est le cas notamment des Phocéens, probables fondateurs de Marseille, mais le nom même de la ville (Massalia) n'est sans doute pas grec et son origine demeure obscure. Ce n'est pas le cas pour d'autres villes méridionales, dont l'étymologie grecque est à peu près certaine : Agde (Agathê = bonne), Nice (Nikaia = victorieuse), Antibes (Antipolis = la ville d'en face, face à Nice), ou encore Leucate (Leukatês, dérivé de leukos = blanc). Même origine grecque pour Monaco (Monoikos, terme évoquant la solitude, interprété différemment selon les auteurs : soit la maison solitaire, soit un site dédié à Héraklès Monoikos). On peut aussi signaler que le suffixe -polis (la ville) a été utilisé beaucoup plus tard dans d'autres formations, par exemple Gratianopolis, l'actuelle Grenoble.

Latin et roman

Cette catégorie, la plus vaste de toutes, inclut d'une part les toponymes créés à l'époque de la domination romaine, dont les exemples sont nombreux, même si les toponymes n'ont pas forcément survécu sous leur forme latine : Aquae Augustae (Dax), Narbo Martius (Narbonne), Aquae Sextiae (Aix-en-Provence), Forum Martis (Corseul)... On y trouve aussi tous les noms qui ont été créés par les diverses langues romanes, en particulier la langue d'oïl, l'occitan ou le francoprovençal, avec leurs nombreux dialectes et variantes régionales, mais aussi le corse et le catalan. On se contentera ici d'évoquer les noms de domaines dits gallo-romains, à l'origine de tant de noms de villes et de villages. Lorsque les défrichements permettaient la création d'un nouveau domaine rural, puis d'une agglomération, le suffixe gaulois le plus utilisé était -ialo (-euil dans le Nord et -ouls ou -ols dans le Sud après évolution phonétique). Deux nouveaux suffixes apparaissent avec la colonisation romaine, -anum et -acum.
Suffixe -anum
Le suffixe latin -anum est à l'origine de la plupart des toponymes terminés par -an (-à en catalan), parfois -ans : Lézignan, Perpignan, Frontignan, Romans, Balan, Chambaran, Corneilla, Vinça. De tels noms sont formés à partir du probable fondateur du domaine, par exemple Frontinius pour Frontignan ou Cornelius pour Corneilla. Ils jouaient au départ le rôle d'adjectifs accompagnant des termes tels que fundus ou villa. Dans ce dernier cas le suffixe est au féminin : ex. Marignane 'domaine de Marinus'. Probablement dérivé de ce suffixe, le suffixe -anicum, au pluriel -anicos, qui sous-entend le terme agros (= champs), se retrouve dans de nombreux toponymes du sud de la France sous la forme -argues : Baillargues, Marsillargues, Olargues, Vauvenargues...
Suffixe -acum
Le second suffixe, typique de l'aire gallo-romaine, est -acu(m). Il sert généralement à former des noms de domaine basés sur le nom de leur fondateur. Il se peut qu'il soit également utilisé sur des radicaux purement géographiques, par exemple dans Campagnac. On le retrouve dans des centaines de noms de communes, sous des formes diverses qui caractérisent des régions ou des zones linguistiques distinctes. Ainsi, Aurelius est à la fois à l'origine des communes d'Aurillac et d'Orly et Maximiacum conduit aussi bien à Messimy qu'à Meximieux. ---- Répartition par zones du suffixe -acum ---- principalement dans les régions occitanes (Sud-Ouest, Massif central) mais aussi en Charentes, Vendée et dans la Bretagne de langue gallo
- -ac, -acq : Vitrac, Floirac, Florac, Fleurac, Savignac ce suffixe est parfois transformé en -at en Limousin et Auvergne :
- -at : Cunlhat, Royat ---- à majorité dans l'Ouest, l'Île-de-France, le Nord et le Nord-Est, régions d'oïl
- -ay : Savenay,
- -é : Vitré
- -ey : Fleurey, Thoissey
- -y : Vitry, Champigny, Savigny, Sévigny, Chantilly ---- dans le Centre-Est, régions franco-provençales
- -at : Viriat, Jayat
- -eu(x) : Virieu, Savigneux, Fleurieu-sur-Saône,
- -ex : Perrex, Thônex, Morgex, Ferney-Voltaire (anciennement Fernex). ---- dans le Nord-Est, régions germanisées (Alsace et Moselle francique)
--ach : Rouffach, Durmenach, Brisach
--ig : Epfig

Noms germaniques

Les implantations puis les invasions germaniques ont forcément laissé des traces dans la toponymie. C'est évident pour l'Alsace et la Moselle francique, c'est aussi vrai pour une bonne partie du nord de la France et, plus rarement, pour les régions méridionales. Les nouveaux domaines créés à la fin du haut Moyen Âge et à l'époque carolingienne sont maintenant formés à partir d'anthroponymes germaniques. On continue d'utiliser le suffixe -acum, mais on emploie aussi le suffixe -ingen, qui deviendra parfois -ing, ou -ange , que l'on retrouve dans les toponymes lorrains ou alsaciens mais aussi, sous les formes ou -ingues (et variantes diverses), dans les régions voisines : Affringues, Gravelines, Puttelange, Hagondange. De nombreux noms germaniques liés au relief, à la végétation ou à l'habitat sont également utilisés. En voici quelques-uns :
- berg ou prich (= montagne, colline) : Berg, Kaysersberg
- baki ou bach(= cours d'eau, ruisseau) : Forbach, Merlebach, Roubaix, Wambez
- bronn (=fontaine) : Cadenbronn
- burg (= place-forte, puis ville) : Strasbourg, Bourg-en-Bresse, Le Bourget, Hombourg
- dorf ou stroff (= village) : Torpes, Brouderdorff
- fara (= famille, puis domaine) : La Fère, Fèrebrianges
- ham, heim (= maison, puis hameau, village) : Molsheim, Hames, Hamel, Ouistreham

Toponymes normands

Ces toponymes pourraient être rattachés à la rubrique précédente, dans la mesure où les Normands sont un peuple germanique, utilisant une langue germanique. Cependant, celle-ci (le norrois) est suffisamment différente des autres pour mériter une rubrique spéciale, d'autant que les toponymes créés ne se rencontrent en principe qu'en Normandie et sont très caractéristiques. Le norrois est en effet à l'origine de divers suffixes (-beuf, -fleur, -tot) entrant en composition dans de nombreux noms de villes et de villages. Voir l'article spécialisé Toponymie normande.

Toponymes bretons

Les toponymes bretons peuvent avoir des origines gauloises ou gallo-romaines (à noter par exemple les nombreux villages terminés par -ac). Mais on retiendra surtout les noms celtiques formés sur des racines venues d'outre-Manche (Britto-romains). Chacun connaît les toponymes commençant par ker (variantes : car, quer). Plus de 18 000 noms de lieux bretons sont formés sur cette racine. En vieux breton, ker avait le sens d'enceinte fortifiée. Par la suite, il pourra désigner indifféremment une ferme, un hameau ou un village. Quelques exemples : Kergrist, Kermaria, Kersaint. D'autres termes servent à désigner des agglomérations. Voici les plus courants :
-treb, trev (lieu habité, puis église succursale) : Trébédan, Tréguennec, Trévou-Tréguignec
-lann (à rapprocher du gallois llan = église, mais aussi du breton lann = lande, d'où le fait que le terme a été souvent associé à des ermitages) : Lamballe, Landivisiau, Lanester
-lok (du latin locus, avec ici le sens de lieu sacré, église ou paroisse dédiée à un saint) : Locmaria, Locronan, Loctudy.
-plou (du latin plebem = peuple, mais ayant pris en breton le sens de paroisse) : Plougastel (la paroisse du château), Plounévez (la nouvelle paroisse), Plouhinec (la paroisse aux ajoncs). Voir article spécialisé : Toponymie bretonne.

Toponymes basques

Le basque étant une langue agglutinante, il n'est pas rare de trouver des toponymes basques assez longs. On peut citer quelques curiosités assez impressionnantes, surtout au niveau des lieux-dits. Ainsi Éric Vial (Les Noms de villes et de villages, éd. Belin) cite, dans la commune de Béhorléguy, le lieu-dit Inthasendarragiratzeburukoharia, autrement dit le rocher du 'sentier boueux du bout de la fougeraie'. Le plus souvent cependant, on a affaire à des toponymes constitués de deux termes :
- un radical relatif à la végétation ou à la topographie
- un collectif, locatif ou qualificatif Par ex.
- Ameztoi < Ametz 'chêne tauzin' + -doi 'lieu'
- Gorostiaga < Gorosti 'houx' + -aga (collectif)
- Uhalde < Ur 'eau' + alde '(à) côté (de)'
- Bidarte (Bidart) < Bide 'chemin' + arte 'entre, intermédiaire'
- Iratzabal < Iratze 'fougeraie' + zabal 'étendue' Mais on trouve aussi simplement Larre 'lande', Mendi 'montagne', Bizkai / Biscay 'contrefort'... L'expansion démographique a produit des noms de lieux comme Iri berri, domaine neuf. Avec sa variante Irun berri, il constitue l'un des noms de ville protohistorique les plus répandus dans l'aire aquitano-ibérique : Auch (Elimberrum, Eliberris), Lombez (Gers), Irunberri / Lumbier (Navarre), Lombers (Tarn), Elna / Elne (Illiberri), Elvira (Iliberri), Granada / Grenade (Illiberi; Andalousie)... Sur les contreforts cantabriques, c'est la variante Huri barri (Ullibarri) qui prévaut. On note que le r doux basque correspond au l latin. Le suffixe basque -oz(a), gascon -os(se) \ -òç(a) et aragonais -ués a constitué de nombreux noms de village dans l'aire vasconne : Uztarroz 'domaine du pieu', Mendoza 'domaine du mont', Biscarrués = Biscarrosse 'domaine du tertre'... Il a également formé des noms de domaine aquitano-romains face aux noms gallo-romains en -acum : Baliros "domaine de Valerius". À noter le toponyme azpe, pied de falaise, qui s'est répandu le long des Pyrénées : vallée d'Aspe, Aspet... Le toponyme peut se terminer par l'article défini -a. Mais ce dernier a tendance à disparaître, cédant parfois la place à un -e non étymologique (résidu de déclinaison) : Ibarre pour ibar(ra) '(la) vallée'. L'étendue française de ces toponymes va de l'Atlantique (au sud d'Arcachon) et s'étend le long des Pyrénées. Voir article spécialisé : Toponymie basque.

Classement selon la nature ou la destination des lieux

Topographie

Les villages médiévaux se sont souvent bâtis sur des hauteurs. D'où le très grand nombre de toponymes comportant le mot mont, parfois seul (Mons), le plus souvent en composition avec un adjectif (Montaigu, Beaumont, Clermont, Montfort) ou un nom de personne (Montbéliard, Montdidier). Les sommets sont aussi fréquemment désignés par le latin podium, à l'origine des mots occitans puy, pech ou pey (Le Puy, Puylaurens, Puget). S'il y a des sommets, il y a aussi des vallées, et là encore les toponymes sont innombrables : Laval, Valbonne, Vals, Vaux, Vaucresson. Quant aux villages, ils peuvent être bâtis entre deux vallées (Entrevaux, Entraigues), mais surtout à proximité de cours d'eau ou de sources. Le latin rivus a été très productif (Rieux, Rioux, Xonrupt), tout comme fons (source) et son dérivé fontana (fontaine) : Fontanges, Fontenay, Fontenelle, Fontevraud, Hontanx.

Végétation et cultures

Lorsque le relief ou la présence d'un cours d'eau ne sont pas suffisamment pertinents, le plus simple est de nommer un lieu en fonction de sa végétation, forêts ou bois, champs cultivés, prés, landes. Si on prend le seul exemple des lieux boisés, on s'aperçoit que 56 communes françaises ont le mot forêt dans leur nom, tandis que celles qui comportent le mot bois se comptent par centaines. À quoi on peut ajouter le latin silva, à l'origine de nombreux toponymes (La Selve, Lasseube, Tresserve), ou encore le gaulois brogilo (bois clôturé), à l'origine des divers Breuil, Breil ou Brille. Les bois sacrés (latin lucus) ont donné notamment Le Luc, Lucq ou encore Lucmau, Luplanté. On peut aussi nommer les lieux en fonction de l'arbre ou de la plante qui y pousse :
- l'aulne ou l'aulnaie ou le vergne : Aulnoye, Bernède, Grand-Auverné, Lannoy, Lavergne, Launay, Vernet ;
- le buis : La Boissière, Bussières, Buxières, Bouxières ;
- le châtaignier : Châtenoy, Castanet, Castagnède ;
- la fougère ou la fougeraie : Feugères, Fougères, le Grand-Fougeray, le Petit-Fougeray, Fougerolles, Heugas ;
- le frêne ou la frênaie : Fragne, Fresnoy, Fraisses, Fréchou-Fréchet ;
- le hêtre ou la hêtraie : Faux, Fay, La Fayette, Hagetmau, Fénery ;
- le houx : Aigrefeuille, Gréolières, Arpheuilles ;
- le noisetier : Lavelanet, Averan, Coudray, Corroy, Vaissière ;
- l'orme ou l'ormaie : L'Houmeau, Oulmes, l'Ormay (le Grand-Bornand) ;
- le tilleul : Tilly, Le Theil, Thieux ;
- etc.

Habitation

L'habitat peut être groupé ou dispersé. Dans le premier cas (villes, villages), on a déjà vu l'importance des suffixes latins ou latinisés -acum et -anum. Une autre façon de former ces macrotoponymes est d'utiliser le mot ville (qui selon les époques a son sens latin de domaine rural ou celui d'agglomération), soit au début du nom, soit à la fin, le plus souvent en composition avec un adjectif (Belleville, Villefranche) ou un nom de personne (Villegaudin, Villehardouin). Très productif également le mot court, du latin cohort, cour de ferme : (Clignancourt, Courdimanche), évoquant au départ un domaine rural. S'agissant de villages, de hameaux, de petits groupes de maisons, on a beaucoup utilisé le latin villare : Villars, Villiers, Villersexel, Aubervilliers. Autre emploi fréquent : celui du mot vicus (Vic, Vicq, Vy, Neuvic, Neuvy et de son dérivé vicinus (Beauvoisin, Le Vésinet). Puis vient l'habitat dispersé, celui du mansus latin et du mansionile. Le premier donne les nombreux toponymes occitans comportant le mot mas, par exemple Le Mas-d'Azil. Le second est à l'origine de l'ancien français mesnil, qu'on retrouve dans Ménilmontant ou Le Blanc-Mesnil. On n'oubliera pas les fermes, fréquemment représentées par le mot d'origine germanique borde et ses dérivés : Bourdeaux, Bourdelles, Lasbordes. Enfin, le latin casa est à l'origine de Cazes, La Chaise ou encore Chèzeneuve.

Métiers, industries

Deux sortes de bâtiments ont laissé d'importantes traces en toponymie : la forge et le moulin, assez proches l'un de l'autre car au Moyen Âge tous deux étaient mus le plus souvent par l'énergie hydraulique. Il est d'ailleurs fort possible que des termes tels que mouline ou moulinet aient désigné des forges plutôt que des moulins. Le mot latin désignant une forge était fabrica. On lui doit les toponymes La Faurie, Farges, Fargues, ou encore Fabrègues et Faverges, sans compter les nombreux Forge(s), par exemple Forges-les-Eaux. L'extraction du fer est pour sa part évoquée par les nombreux Ferrières ou La Ferrière présents un peu partout en France. Les moulins sont bien sûr représentés par des toponymes tels que Moulins, mais aussi par Bécherel ou Becquerel (métaphore évoquant le bruit du moulin, à partir du terme becquerelle = bavarde), Choiseul (moulin à augets), Quincampoix (à qui qu'il en pèse, phrase qui aurait été prononcée par les meuniers). D'autres lieux évoquent des carrières (La Perrière), des mines (d'argent, l'Argentière), des sablières (Sablonnières), des salines (Salival), des tuileries (Thuillières), des verreries (Verrières) ou même des savonneries (Savonnières), mais on n'oubliera pas que la France était surtout rurale, avec de nombreux termes liés à l'élevage, aux cultures et à la commercialisation des produits.

Fortifications

Parmi les termes évoquant les forteresses médiévales, il convient de retenir d'abord le mot roche (ou roque selon les régions, latin rocca sans doute d'origine préceltique), qui peut certes désigner un rocher, mais qui dans la plupart des cas a été attribué à des châteaux bâtis sur des éperons rocheux. D'où les nombreux Roquefort et Rochefort, ou encore Laroque-des-Albères, La Roche-Guyon et bien d'autres. Autre terme très fécond, château (latin castellum) : Châteaufort, Châteauneuf, Castelsarrasin, Castelnaudary, Châtillon et les diminutifs Châtelet ou Castelet. On ne confondra pas castellum avec castrum qui désignait non pas un château, mais une ville ou un village fortifiés. C'est à castrum que l'on doit Castres et Castries, mais aussi La Châtre ou Châtres. D'autres mots ont évoqué des fortifications, par exemple mur, qui semblerait lié souvent à des enceintes d'origine romaine : Mûr-de-Bretagne, Murs, Murat, Murviel. On n'oubliera pas plessis, terme désignant au départ un enclos, mais en général attribué à des enclos fortifiés. 26 communes françaises s'appellent Plessis, ainsi que des dizaines de hameaux.

Domaine religieux

La christianisation du pays a entraîné celle de ses toponymes. Plusieurs d'entre eux désignent des bâtiments religieux ayant pour origine des noms latins :
- cella (grenier à provisions puis ermitage, petit monastère) : La Celle, La Celle-Saint-Cloud, Lalacelle
- basilica (tribunal ou marché, puis église) : Bazoches, Bazeilles
- ecclesia (église) : Neuvéglise, Églisolles, Grisolles
- monasterium (monastère) et son dérivé monasteriolum : Montreuil, Montreux, Moustier, Monthiers, Noirmoutier
- oratorium (petite chapelle, oratoire) : Ouroux, Ouzouer, Oradour
- cappella (chapelle) : La Capelle, Capelle, La Chapelle
- altare (autel) : Les Autels, Autheux, Les Authieux (le terme pourrait, dans certains cas, s'appliquer à des dolmens) Diverses localités sont vouées à Dieu : Villedieu, La Chaise-Dieu, Dieulefit. Mais l'immense majorité des noms d'origine religieuse est constituée par les hagiotoponymes, terme désignant des localités dédiées à un saint. Le plus vénéré d'entre eux est saint Martin, évangélisateur de la Gaule, qui a donné son nom à 238 communes (voir Saint-Martin) et à d'innombrables hameaux. Il est suivi par Jean (171), Pierre (162), Germain (127) et Laurent (99). À l'exception de la Vierge Marie, les saintes sont beaucoup moins nombreuses, la plus populaire étant sainte Colombe (28 communes). On ajoutera que saint(e) est parfois remplacé par don ou dan, dame, par exemple dans Dampierre, Dompierre (en comptant ces toponymes, Pierre prend la seconde place à Jean), Dommartin, Dammarie, Dannemarie, Dame-Marie. En comptant tous les saint(e), les dan (dame) ou don, sans oublier les toponymes bretons commençant par exemple par loc, environ 5 000 communes françaises sont dédiées à des saints, sur les 36 497 que compte le pays.

Routes et chemins

Les routes romaines ont laissé leur empreinte dans le paysage mais aussi souvent dans la toponymie. Quelques exemples :
- strata : Lestrade, Estrées, Étrez
- via : Aubevoye, Courbevoie, ou encore le diminutif Viols
- calceata (chaussée) : La Chaussée, Cauchy, La Chaussade Les embranchements sont surtout représentés par les noms formés sur quadrivium (ou quadruvium), autrement dit un carrefour : Carrouges, Charroux, Charols. Trivium est à l'origine de Trèves, et il y a de fortes chances pour que Cinquétral signifie cinq routes. Autres éléments liés aux routes, les ponts, représentés par le gaulois briva (Brive) ou par le latin pons, qui l'a souvent remplacé. Ainsi Briva Isarae est devenu Pontoise. Peuvent également être rattachés aux routes les relais et les auberges. Le latin stabulum (écurie, puis relais, auberge) a donné Les Estables, Étables ou Étaules. Quant à taverna, on lui doit Tavernay, Malataverne ou encore le Ternay de l'Isère. L'étude des noms des voies de communications s'appelle 'odonymie'. Outre les lieux cités ci-dessus, l'odonymie s'intéresse aussi aux rues. Pendant des siècles, ces dernières ont tiré leur nom du lieu vers lequel elles menaient (rue du Moulin), du métier qu'on y pratiquait (rue des Tanneurs), d'un personnage important qui y habitait (rue Mazarine), d'un bâtiment qui s'y trouvait ou de son enseigne (rue du Plat-d'Étain) etc. Sous la Monarchie de Juillet, on a recommandé aux communes de donner à leurs rues des noms de batailles victorieuses : d'où les nombreuses rues de Wagram ou de Marengo. Par la suite, ce furent les personnages célèbres que l'on conseilla d'utiliser, la France étant remplie d'artères ou de places dédiées à Victor Hugo, à Pasteur, au maréchal Foch ou au général de Gaulle. Plus récemment, la création de nouveaux quartiers ou de lotissements a entraîné des choix discutables, toutes les rues d'un même secteur étant consacrées à un thème unique : arbres, fleurs, oiseaux, sportifs célèbres, etc. Il est évident qu'il n'y a pas la moindre pervenche dans la rue des Pervenches, ni, hélas, le moindre coquelicot dans celle des Coquelicots.

Créations modernes et contemporaines

Un certain nombre de communes ont été au fil des siècles débaptisées, généralement pour prendre le nom d'une personnalité. Quelques exemples :
- Albertville (Savoie), ainsi nommée en 1834 en l'honneur du roi de Sardaigne Charles-Albert.
- Amélie-les-Bains, 1840, en l'honneur de la reine Amélie, épouse de Louis-Philippe.
- Bourg-Madame, 1815, en l'honneur de Madame, femme du duc d'Angoulême.
- Broglie, 1742, en l'honneur du duc de Broglie, qui en avait la seigneurie.
- Decazeville, 1827, en l'honneur du duc Decazes, ancien ministre de Louis XVIII.
- Eugénie-les-Bains, 1861, en l'honneur de l'impératrice Eugénie de Montijo.
- Le cas de Pontivy est significatif : à partir du 18 brumaire an XII (9 novembre 1804), le nom est changé en Napoléonville, redeviendra Pontivy sous la Restauration avant de s'appeler Bourbonville, puis de nouveau Napoléonville sous Napoléon III. On n'oubliera pas les communes de la région parisienne, dont certaines ont été créées au , avec des noms parfois liés à des auberges ou des guinguettes. C'est le cas, pour des raisons diverses, de Malakoff, Le Kremlin ou Robinson. Autre nouveauté de la fin du , la commune de Jullouville, station balnéaire créée en 1881 par Armand Jullou. Deux curiosités du :
- Genilac, commune née en 1973 de la fusion de Saint-Genis et de La Cula ;
- Parnoy-en-Bassigny, commune née de la fusion de Parnot et de Fresnoy. Au rang des créations contemporaines, il faut placer les départements, qui datent de 1790 et dont les noms, sans grande originalité, renvoient presque tous à la rivière qui les traverse ou à la montagne qui les domine. Exceptions notables, le Calvados (du nom d'un rocher au large de la côte), la Côte-d'Or (du nom de la teinte dorée que prenait le vignoble en automne, nom qui fut par la suite attribuée à la côte viticole), le Finistère (< finis terræ), le Nord, point cardinal, le Pas-de-Calais, du nom du détroit, et les Yvelines, baptisé d'après l'ancien nom du massif forestier de Rambouillet (Yveline < Yvette, Evette, littéralement petite eau, en raison des nombreux étangs). Plus récemment, les régions administratives ont parfois repris les noms d'anciennes provinces, mais on a aussi assisté à la naissance de curieux hybrides, telle la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, abrégée en PACA. Parmi les créations proprement toponymiques, il faut citer les villes nouvelles, comme Saint-Quentin-en-Yvelines, Marne-la-Vallée ou Villeneuve-d'Ascq, le nom des étangs artificiels, etc. Les rares mutations se font soit à l'instigation des conseils municipaux, par exemple Châlons-sur-Marne devenu Châlons-en-Champagne, soit à l'occasion de regroupements de communes. Par exemple Cherbourg devenu officiellement Cherbourg-Octeville ou Bruay-la-Buissière, mais plus anciennement Boulogne-Billancourt, Maisons-Alfort, Charleville-Mézières…).

Mélioratifs

L'usage de mélioratifs dans la dénomination des toponymes n'est pas une nouveauté, et dès le Moyen Âge les agglomérations nouvelles, peut-être pour attirer vers elles les populations des villages voisins, vantaient le charme ou la sécurité des lieux, voire les avantages qu'on pouvait en tirer. L'adjectif beau entre ainsi en composition dans d'innombrables noms de lieux. Le plus banal de tous : Beaulieu, nom de 23 communes françaises. Guère plus original : Belleville (seul ou en composition dans 14 communes). Mais comme les nouveaux villages étaient souvent situés sur des hauteurs, c'est Beaumont qui est largement en tête (55 communes). Depuis ces hauteurs, la vue était imprenable, gage de sécurité et éventuellement de plaisir. D'où les noms tels que Mirabeau, Mirabel, Beauregard, Beauvoir ou Belvédère. L'idée de forteresse imprenable apparaît notamment dans des noms tels que Bellegarde. Si le lieu n'est pas qualifié de beau, il peut être nommé bon, les deux termes étant souvent équivalents en ancien français : Bonneville, Bonneval, Bonrepos. Enfin, il n'est pas rare que des localités dont le nom ancien commençait par mal- se soit transformées pour être plus attrayantes. Ainsi, dès le Moyen Âge, Malpas (le mauvais passage) est devenu Bompas (Pyrénées-Orientales). Il semble aussi que Mantes-la-Vilaine, à côté de Mantes-la-Jolie, soit devenue simplement Mantes-la-Ville. On peut également considérer comme des mélioratifs des termes tels que Villeneuve ou Villefranche. Souvent créées au , ces localités offraient dans bien des cas à leurs habitants l'exemption des droits seigneuriaux si pesants dans les villages voisins.

Voir aussi

- Toponymie
- Hydronymie
- Toponymes dénaturés
- Noms de lieux insolites
- Toponyme pléonastique
- Toponymie occitane
- Toponymie normande
- Toponymie belge

Bibliographie

Ouvrages utilisés :
- Charles Rostaing : Les Noms de lieux (Que sais-je, PUF 1961, épuisé) ; 1 édition 1945, 11 édition 1992 (ISBN 2-13-044015-0)
- H. d'Arbois de Jubainville : Recherches sur l'origine de la propriété foncière et des noms de lieux habités en France (période celtique et période romaine), 703 pages, Paris 1890
- Albert Dauzat et Charles Rostaing : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France (Larousse 1963, épuisé, réimpression Librairie Guénégaud)
- Albert Dauzat : La toponymie française, Bibliothèque scientifique, Payot, Paris, 1960. Réimpression 1971.
- Éric Vial : Les noms de villes et de villages (Belin, collection le français retrouvé, 1983) ISBN 2701104769
-Ernest Nègre : Toponymie générale de la France (3 vol. Droz 1990-1998) ISBN 2600001336
- Louis Deroy et Marianne Mulon : Dictionnaire des noms de lieux (Le Robert, 1994) ISBN 285036195X
- Christian Baylon, Paul Fabre : Les noms de lieux et de personnes (Nathan Université, 1982), épuisé
- Pierre-Yves Lambert : La langue gauloise (Errance, 2003) ISBN 2-87772-224-4
- Xavier Delamarre : Dictionnaire de la langue gauloise (éditions errance, 2001) ISBN 2-87772-198-1
- André Pégorier : Les noms de lieux en France, glossaire de termes dialectaux (IGN, 1997) ISBN 2-85595-048-1. Édition augmentée et revue, 2006, disponible en ligne .
- On consultera aussi les divers ouvrages parus dans la collection Noms de lieux, classés par régions ou départements (éditions Bonneton). ==
Sujets connexes
Abbaye de Fontevraud   Adour   Affringues   Agde   Aigrefeuille   Aix-en-Provence   Albertville   Alsace   Amiens   An XII   Années 1870   Antibes   Aragonais   Aravis   Arc (fleuve)   Ares   Argentan   Argenteuil (Val-d'Oise)   Argenton   Arize   Arles   Arpheuilles   Arradon   Arve   Arzal   Aspect   Aubervilliers   Aubevoye   Auch   Aulnaie   Aulne   Aulne (fleuve)   Aurillac   Autheux   Autun   Auvergne   Averan   Avre   Baillargues   Balan   Baliros   Basque   Bataille de Marengo   Bataille de Wagram   Bazas   Bazeilles   Bazoches   Beaulieu   Beaumont   Beauregard   Beauvoir   Beauvoisin   Becquerel   Bellegarde   Belleville   Belvédère (architecture)   Berg   Bergame   Bernède   Bidart   Biscarrosse   Bompas   Bonneval   Bonneville   Bonrepos   Boulogne-Billancourt   Bourdeaux   Bourdelles   Bourg-Madame   Bourg-en-Bresse   Bourges   Bouxières-aux-Dames   Breil   Breton   Breuil   Brisach   Britto-romains   Broglie (Eure)   Brouderdorff   Bruay-la-Buissière   Brumaire   Buis   Bussières   Buxières   Bécherel   Bédarrides   Béhorléguy   Cadenbronn   Caen   Calanque   Callac   Calvados   Campagnac   Cantal   Capelle   Carnac   Carrouges   Cassis (Bouches-du-Rhône)   Castagnède   Castanet   Castelnaudary   Castelsarrasin   Castres   Castries   Catalan   Celtes   Chabris   Chalet   Chambaran   Chambord   Champigny   Chantilly   Charenton   Charles de Gaulle   Charleville-Mézières   Charols   Charroux   Chaumes   Choiseul   Châlons-en-Champagne   Châtaignier   Châteaufort   Châteauneuf   Châtelet   Châtenoy   Châtillon   Châtres   Chèzeneuve   Clermont-Ferrand   Clermont (Oise)   Condat   Condé   Confluent   Coquelicot   Corneilla   Corroy   Corse   Corseul   Coudray   Courbevoie   Courdimanche   Cunlhat   Côme   Côte-d'Or   Côte d'Or   Dame-Marie   Dammarie   Dampierre   Dannemarie   Dax   Decazeville   Dictionnaire   Dieulefit   Dommartin   Dompierre   Drôme (rivière)   Dun (forteresse)   Durance   Durmenach   Département français   Ellé   Elne   Entraigues   Entrevaux   Epfig   Estrées   Eugénie-les-Bains   Eugénie de Montijo   Fabrègues   Farges   Fargues   Faux   Faverges   Fay   Ferney-Voltaire   Ferrières   Feugères   Finistère   Fleurac   Fleurey   Fleurieu-sur-Saône   Floirac   Florac   Fontanges   Fontenay   Fontenelle   Forbach   Forges-les-Eaux   Fougeraie   Fougerolles   Fougères   Fraisses   France   Francique   Francoprovençal   Françay   Fresnoy   Frontignan   Fréchou-Fréchet   Frênaie   Frêne   Fèrebrianges   Fénery   Galibier   Gallo   Gard   Garonne   Gascon   Gaule   Genilac   Gironde   Grand-Auverné   Grand-Fougeray   Gravelines   Grec ancien   Grenade (Espagne)   Grenoble   Grisolles   Gréasque   Gréolières   Hagetmau   Hagondange   Hameau   Hamel   Haute-Garonne   Heugas   Hombourg   Hontanx   Houx   Hyères (rivière)   Héraclès   Hérault   Hêtraie   Ibères   Ill   Jayat   Jean (apôtre)   Jullouville   Kaysersberg   Kergrist   L'Argentière-la-Bessée   L'Houmeau   La Boissière   La Brigue   La Capelle   La Celle   La Chaise   La Chaise-Dieu   La Chapelle   La Chaussade   La Chaux   La Châtre   La Faurie   La Fayette   La Ferrière   La Fouillade   La Fère   La Perrière   La Roche-Guyon   La Selve   La Turbie   Lados   Lalacelle   Lamballe   Landivisiau   Lanester   Langon (Gironde)   Langue d'oïl   Lannoy   Laon   Laroque-des-Albères   Lasbordes   Lasseube   Launay   Laurent de Rome   Laval (Mayenne)   Lavelanet   Lavergne   Le Blanc-Mesnil   Le Bourget (Seine-Saint-Denis)   Le Grand-Bornand   Le Luc   Le Mas-d'Azil   Le Petit-Fougeray   Le Plessis-Robinson   Le Puy   Le Theil   Le Vésinet   Les Autels   Les Authieux   Les Estables   Les Nans   Lestrade   Leucate   Lieu-dit   Ligure   Ligures   Limoges   Limousin   Liste des peuples gaulois en France   Locmaria   Locronan   Loctudy   Loir-et-Cher   Lombers   Lombez   Louis-Philippe Ier   Louis Pasteur   Louis de France (1775-1844)   Lucmau   Lug (dieu)   Luplanté   Lyon   Lézignan   Maisons-Alfort   Malakoff (Hauts-de-Seine)   Malataverne   Manosque   Marcey-les-Grèves   Marciac   Marcieu   Marcy   Marcé   Margouët-Meymes   Marignane   Marinus   Marne-la-Vallée   Marquay   Marseille   Marsillargues   Martin de Tours   Marvejols   Marzy   Marçay   Massif central   Mercey   Mercy   Mergey   Messimy-sur-Saône   Metz   Meurcé   Meximieux   Mine (gisement)   Mirabeau (Alpes-de-Haute-Provence)   Mirabel   Molsheim   Monaco   Monarchie de Juillet   Mons (homonymie)   Montaigu   Montbéliard   Montcalm   Montdidier   Montfort   Monthiers   Montreuil   Montreux (Meurthe-et-Moselle)   Morgex   Mornant   Moselle (département)   Moulins   Moyen Âge   Murat   Murs   Ménilmontant   Mûr-de-Bretagne   Nance   Nances   Nancy   Nandy   Nangeville   Nangis   Nangy   Nans   Nans-les-Pins   Nans-sous-Sainte-Anne   Nant   Nantes   Nanteuil   Nantua   Nançay   Nançois-le-Grand   Napoléon III   Napoléon Ier   Narbonne   Nemeton   Nemours   Neuvic   Neuvy   Neuvéglise   Nice   Niort   Noisetier   Nord   Nord (département)   Normandie   Normands   Nîmes   Occitan   Olargues   Oradour   Orly   Ormaie   Orme   Ouistreham   Oulmes   Ouroux   Panassac   Paris   Parnoy-en-Bassigny   Pas-de-Calais   Pas de Calais   Perpignan   Perrex   Pervenche   Phocée   Pierre (apôtre)   Plouhinec   Plounévez-Lochrist   Pontaumur   Pontivy   Pontoise   Provence-Alpes-Côte d'Azur   Pruines   Puget   Puttelange   Puy   Puy-de-Dôme   Puylaurens   Pyrénées   Quincampoix   Rambouillet   Ramouzens   Restauration française   Rhône   Rieux   Rioux   Roanne   Robecq   Rochefort   Rodez   Romans   Roquefort   Roubaix   Rouen   Rouffach   Royat   Sablonnières   Saint-Germain   Saint-Hérent   Saint-Just-Ibarre   Saint-Longis   Saint-Martin   Saint-Quentin-en-Yvelines   Sainte-Colombe   Salival (Moselle)   Sancy   Sardaigne   Savenay   Savignac   Savignat   Savigneux   Savigny   Savonnières   Senlis (Oise)   Strasbourg   Sévigny   Tavernay   Ternay   Thieux   Thoissey   Thuillières   Thônex   Tilly   Toponyme pléonastique   Toponymes dénaturés   Toponymie   Toponymie basque   Toponymie belge   Toponymie bretonne   Toponymie générale de la France   Toponymie normande   Toponymie occitane   Torpes   Tresserve   Troyes   Trèves   Trébédan   Tréguennec   Tréjouls   Trévou-Tréguignec   Valbonne   Vals   Vandœuvres   Var (fleuve)   Vaucresson   Vauvenargues   Vaux   Vendeuvre   Verdun (Meuse)   Vernet   Verneuil   Verrières   Vic   Vicq   Victor Hugo   Vieux norrois   Villars   Villedieu   Villefranche   Villeneuve   Villeneuve-d'Ascq   Villersexel   Villiers   Vinça   Viols   Viriat   Virieu   Vitrac   Vitry   Vitré   Wambez   Yerre   Yvelines  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^