Médecin (France)

Infos
:Cet article concerne la profession de médecin en France, pour des informations plus générales voir Médecin. En France, un médecin (parfois improprement appelé docteur dans le langage familier) est un professionnel de santé habilité à exercer la médecine après avoir été admis à différents examens sanctionnant plusieurs années d'études médicales et titulaire d’un diplôme d'État de docteur en médecine, et éventuellement en outre d'un Doctorat
Médecin (France)

:Cet article concerne la profession de médecin en France, pour des informations plus générales voir Médecin. En France, un médecin (parfois improprement appelé docteur dans le langage familier) est un professionnel de santé habilité à exercer la médecine après avoir été admis à différents examens sanctionnant plusieurs années d'études médicales et titulaire d’un diplôme d'État de docteur en médecine, et éventuellement en outre d'un Doctorat en médecine . Il peut exercer à l’hôpital, avoir une activité libérale ou travailler dans différentes structures (industrie pharmaceutique, administration, médias…). Dans le langage populaire, un médecin peut également être désigné par le nom argotique de toubib.

Les études de médecine

Types d’exercice

Médecins hospitaliers

Le médecin, peinture de 1891 par Samuel Luke Fildes, The Doctor Plusieurs types de médecins peuvent travailler à l’hôpital (en dehors des internes en Europe et des résidents au Canada) et ont des statuts différents. Les internes (étudiants en 3 cycle, après la sixième année, en Europe) et les résidents (médecins en formation, ayant obtenu leur doctorat après 5 ans d'université, au Canada) ont le droit de prescrire et d'entreprendre des actes thérapeutiques ou diagnostiques (cf études de médecine).

Les contrats et la pratique en Europe

Contrats à durée déterminée


- Les vacataires : ces médecins travaillent par vacations d’une demi-journée. La rémunération est faible et le statut précaire (fin de contrat sans indemnités). Les postes sont occupés soit en attente d’un poste plus stable, soit de manière à conserver une activité hospitalière tout en exerçant une activité libérale (médecin « en ville »). Nombre de médecins libéraux conservent une ou plusieurs vacations hebdomadaires, soit pour uitliser des plateaux techniques ou des appareillages sophistiqués qu'ils ne peuvent acquérir en cabinet, soit pour bénéficier de l'apport formateur que constitue le travail collectif dans un établissement hospitalier.
- Les faisant fonction d’interne, ou FFI : médecins, le plus souvent diplômés étrangers, assument la fonction d’interne dans des services de CHU déficitaires, contre une rémunération faible, et la possibilité d’avoir un diplôme (attestation de formation spécialisée) décerné par une université, qui n’autorise pas l’exercice de la spécialité en France.
- Les assistants : il s’agit d’un contrat à durée déterminée (quelques années) et constitue essentiellement un post-Internat où le médecin peut parfaire ses connaissances.
- Les chefs de clinique-assistants, ou CCA : il s’agit d’un contrat à durée déterminée (le plus souvent de deux à quatre ans) dans un service hospitalo-universitaire et suit l’Internat. Le médecin a une activité de soins mais également d’enseignement et/ou de recherche. Le premier contrat est de deux ans, renouvelables deux fois pour un an. On parle de clinicat.
- Les assistants hospitalo-universitaires, ou AHU : il s’agit de l’équivalent des chefs de clinique-assistants dans les spécialités non-cliniques, comme la Radiologie, l’Anatomie Pathologique, la Biologie médicale...

Contrats à durée indéterminée

- Les praticiens associés contractuels, ou PAC : il s’agit d’un contrat à durée indéterminée mais de statut hybride, destiné à disparaître. Le médecin doit dans un premier temps passer un concours national théorique et sur titres. Ce statut est essentiellement destiné à fournir un statut moins précaire aux médecins étrangers mais doit fusionner à terme avec celui de praticien hospitalier.
- Les praticiens hospitaliers, ou PH, sont recrutés par un concours national. Il s’agit d’un contrat à durée indéterminée. Ils constituent la charpente du corps médical dans les centres hospitaliers généraux.
- Les praticiens hospitalo-universitaires sont recrutés par un concours national sur titres et travaux. Ils sont à mi-temps soignants et à mi-temps enseignants et/ou chercheurs. LES PHU ONT UN POSTE A DUREE DETERMINEE 8 ans post internat, soit CCUAH+PHU = 8 ans maximum
- Les professeurs d’Université - praticiens hospitaliers (PU-PH) et maîtres de conférences d’Université - praticiens hospitaliers (MCU-PH) sont les enseignants-chercheurs d'une UFR de médecine. Ils assurent la triple mission des CHU, le soin, la recherche, l’enseignement. Ils assurent aussi bien l’enseignement des sciences fondamentales, que des sciences biocliniques ou de la pathologie. Ils accèdent à ces fonctions par des titres universitaires complémentaires au cursus médical (anciennement maîtrise, DEA, doctorat), et le plus souvent après un Clinicat. Les postes d'enseignants de médecine sont directement attribués aux UFR de médecine par l'État, sans passage par les instances de l'université de tutelle (article 32 de la Loi Savary).

Rémunération et statut

- Les médecins hospitaliers sont rémunérés en fonction de leur ancienneté et de leur catégorie, mais jamais en fonction de leur spécialité.
- Contrairement aux autres membres du personnel de l'hôpital, ils n'ont pas le statut d'agent de la fonction publique hospitalière, assimilée aux fonctionnaires. Ils ont un statut particulier de praticien hospitalier (ils cotisent par exemple au secteur général...)

Autres fonctions

- Les chefs de service : ils sont nommés pour une durée déterminée (cinq ans en règle générale) par la commission médicale d’établissement. Ils n’ont pas de droits particuliers ni de rémunération supérieure. Ils sont chargés d’un certain nombre de tâches administratives, en plus de leur mission de soins. Cela explique une certaine désaffection pour cette fonction, notamment dans les centres hospitaliers non universitaires.

Médecins libéraux

Il s’agit communément des médecins installés dans un cabinet de consultation.

Convention avec la Sécurité Sociale

En France, les médecins libéraux sont, par défaut, dit « conventionnés », c’est-à-dire que leurs prestations sont remboursées par la sécurité sociale suivant un tarif fixé. Les médecins « non conventionnés » sont l’exception, leurs honoraires ne sont remboursés qu'à un taux symbolique. Ils sont minoritaires (
Sujets connexes
Alain Savary   Centre hospitalier universitaire   Doctorat en médecine   Démographie médicale   France   Histoire de la médecine   Médecin   Médecine   Médecine générale   Omnipraticien   Sécurité sociale   Sécurité sociale en France   Unité de formation et de recherche  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^