Var (fleuve)

Infos
Vue du Var à Entrevaux Estenc, village de la source du Var Le Var (en occitan : Var selon la norme classique et la norme mistralienne) est un fleuve du sud-est de la France dont le nom signifie cours d'eau en langue ligure (langue des anciens Ligures). Sa source est située à Estenc, un hameau du village d'Entraunes situé à une altitude de 1 800 mètres, près du col de la Cayolle (2 327 m) dans les Alpes-Maritimes et son parcours de
Var (fleuve)

Vue du Var à Entrevaux Estenc, village de la source du Var Le Var (en occitan : Var selon la norme classique et la norme mistralienne) est un fleuve du sud-est de la France dont le nom signifie cours d'eau en langue ligure (langue des anciens Ligures). Sa source est située à Estenc, un hameau du village d'Entraunes situé à une altitude de 1 800 mètres, près du col de la Cayolle (2 327 m) dans les Alpes-Maritimes et son parcours de 120 kilomètres s'achève dans la mer Méditerranée entre Nice et Saint-Laurent-du-Var. Le Var formait, avant le rattachement du comté de Nice en 1860, la frontière orientale de la France sur la Méditerranée et donnait ainsi son nom au département limitrophe. Après le rattachement, un nouveau département des Alpes-Maritimes fut créé (il en avait existé un sous la Révolution et l'Empire) englobant le fleuve et coupant le département du Var de l'origine de son nom. Le Var coule maintenant presque entièrement dans les Alpes-Maritimes à l'exception d'une brève incursion dans les Alpes-de-Haute-Provence à Entrevaux. On remarque, sur l'arc de triomphe de l'Étoile à Paris les mentions Le Var (bataille du Var) et armée du Var en souvenir de la bataille des guerres de la Révolution et de l’armée de la Révolution française.

Hydrographie

Le Var reçoit les contributions de 5 affluents principaux :
- rive gauche :
-le Cians (25 km) au lieu dit du Pont-du-Cians (en aval de Puget-Théniers),
-la Tinée (75 km) dans les gorges de la Mescla et
-la Vésubie (48 km) au niveau de Plan-du-Var ;
- rive droite :
-le Coulomp (au Pont de Gueydan)
-l'Estéron au niveau de Saint-Martin-du-Var (64 km). Il reçoit par ailleurs de nombreux affluents secondaires : le Tuébi (à Guillaumes), la Chalvagne (à Entrevaux), la Roudoule (à Puget-Théniers). Le niveau du cours d'eau est habituellement bas, 50 à 100 m³/s en règle générale, mais il est réputé pour ses crues soudaines et importantes, son débit monte alors en quelques heures à 1 000 m³/s, atteint 3 500 m³/s en crue centennale et jusqu'à 5 000 m³/s en crue millennale. Sa dernière crue importante eut lieu le 5 novembre 1994.

Hydrologie

Le Var est un petit fleuve fort abondant, comme tous les cours d'eau issus des régions alpestres. Son débit a été observé sur une période de 34 ans (1974-2007), à Nice, au pont Napoléon III tout près de son embouchure dans la mer (ne pas cocher la case "Station en service") . Le bassin versant du fleuve y est de 2 820 km², c'est à dire sa totalité. Le débit moyen interannuel ou module du fleuve à Nice est de 49, 4 m³ par seconde. Le Var présente des fluctuations saisonnières typiques d'un régime à dominante nivale. On y distingue en effet deux périodes de crue. Les hautes eaux d'automne portent le débit mensuel moyen à un niveau situé entre 61 et 66 m³ par seconde, en octobre-novembre (maximum en octobre) et sont suivies d'une baisse de débit jusqu'aux environs de 40 m³ par seconde en février. Suit alors une deuxième montée du régime aboutissant à un second sommet - le plus important - en mai (74, 5 m³). Il est dû à la fonte des neiges. Dès lors dès le mois de juin, s'amorce la décrue suivie des basses eaux d'été qui mènent le débit moyen à son étiage du mois d'août avec une moyenne mensuelle de 25, 9 m³ par seconde, ce qui reste très confortable, il est vrai. Au total, les oscillations saisonnières paraissent ainsi fort peu importantes, mais les fluctuations sont bien plus prononcées sur de courtes périodes. À l'étiage, le VCN3 peut chuter jusque 8, 9 m³, en cas de période quinquennale sèche, ce qui reste élevé en comparaison avec la moyenne des cours d'eau de France. Rappelons que le VCN3 est la quantité minimale écoulée ou débit minimal sur trois jours consécutifs. Quant aux crues, elles peuvent être très importantes. Les QIX 2 ou débit calculé de crue biennale et QIX 5 (débit calculé de crue quinquennale) valent respectivement 810 et 1 400 m³. Le QIX 10 ou débit calculé de crue décennale est de 1 700 m³ par seconde et le QIX 20 de 2 100 m³. Quant au QIX 50 ou valeur calculée du débit de crue cinquantennale, il n'a pas été calculé. (voir note Le QIX 20 ou débit calculé pour une crue vicennale, est la valeur du débit calculé pour une crue n'ayant statistiquement lieu que tous les 20 ans. On calcule aussi le QIX 50, c'est à dire la valeur du débit calculé pour une crue cinquantennale, n'ayant statistiquement lieu que tous les 50 ans. Enfin le QIX 2 et le QIX 5 sont les débits calculés pour une crue biennale et quinquennale, c'est à dire une crue qui doit se produire en moyenne tous les deux ou cinq ans. Ils permettent d'apprécier les risques à plus court terme.). Cela signifie que, par exemple, tous les deux ans on doit s'attendre à une crue de l'ordre de 810 mètres cubes, et que tous les cinq ans, une crue de 1 400 mètres cubes doit survenir, statistiquement du moins. Pour se faire une idée de l'importance de ces débits, on peut les comparer à ceux de la Seine à Alfortville (ne pas cocher la case "Station en service") , avant son confluent avec la Marne. Le QIX 5 de la Seine vaut 1 000 m³ (contre 1 400 pour le Var) et son QIX 20 se monte à 1 400 m³ (soit bien moins que les 2 100 du Var). Ainsi les crues du Var sont nettement supérieures à celles de la Seine à l'entrée de Paris (voir aussi débit de la Seine à Paris). Le débit instantané maximal enregistré a été de 3 770 m³ par seconde le 5 novembre 1994, tandis que la valeur journalière maximale était de 1 460 m³ par seconde le même jour. En comparant la première de ces valeurs avec l'échelle des QIX du fleuve, il apparaît que ces crues étaient bien plus importantes que les crues vicennales attendues, et sans doute très exceptionnelles. Au total, le Var est un fleuve abondant, alimenté par des précipitations elles aussi abondantes, dans la région des Alpes avant tout. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 553 millimètres annuellement, ce qui est élevé, largement supérieur à la moyenne d'ensemble de la France, et seulement inférieur à certaines zones des Pyrénées, des Alpes du nord, aux Cévennes et quelques autres sommets du Massif Central français, aux Vosges et au Jura. Le débit spécifique du fleuve (ou Qsp) atteint le chiffre de 17, 5 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Notes et références

Voir aussi

- La Tinée
- La liste des fleuves de France ==
Sujets connexes
Alpes-Maritimes   Alpes-de-Haute-Provence   Arc de triomphe de l'Étoile   Armée du Var   Cians   Col de la Cayolle   Comté de Nice   Coulomp   Crue   Crue centennale   Débit de la Seine à Paris   Débit spécifique   Entraunes   Entrevaux   Estéron   Fleuve   France   Guillaumes   Lame d'eau   Ligures   Liste des armées de la Révolution   Liste des fleuves de France   Massif des Vosges   Massif du Jura   Mer Méditerranée   Module (hydrologie)   Nice   Norme classique de l'occitan   Norme mistralienne   Occitan   Paris   Plan-du-Var   Puget-Théniers   Roudoule   Saint-Laurent-du-Var   Saint-Martin-du-Var   Seine   Tinée   Var (département)   Vésubie  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^