Positivisme

Infos
Le terme positivisme désigne un ensemble de courants qui dérivent de la pensée d'Auguste Comte :
- au départ, le positivisme scientifique d'Auguste Comte (1798-1857), développé de 1830 à 1845,
- l'évolution du positivisme d'Auguste Comte vers une forme "religieuse", avec sa "religion" de l'humanité (1847-1857),
- le positivisme juridique,
- le positivisme logique fondé dans les années 1920 par le Cercle de Vienne,
- certains courants du p
Positivisme

Le terme positivisme désigne un ensemble de courants qui dérivent de la pensée d'Auguste Comte :
- au départ, le positivisme scientifique d'Auguste Comte (1798-1857), développé de 1830 à 1845,
- l'évolution du positivisme d'Auguste Comte vers une forme "religieuse", avec sa "religion" de l'humanité (1847-1857),
- le positivisme juridique,
- le positivisme logique fondé dans les années 1920 par le Cercle de Vienne,
- certains courants du positivisme anglais qui dérivent de l'altruisme comtien,
- enfin le néopositivisme contemporain. Le positivisme a fortement marqué la plupart des domaines de la pensée occidentale, y compris dans le monde anglo-saxon. Même si la plupart des philosophes contemporains considère le positivisme comme dépassé, il n'en reste pas moins qu'un certain esprit positiviste subsiste à travers certaines formes de pensées, et que les structures qu'il a contribué à mettre en place en sont fortement marquées.

Origines

Les idées du positivisme puisent leur source dans certaines formulations de d'Alembert et Turgot, ainsi que par leurs amis et élèves Lagrange et Condorcet. On cherchait en effet dès la deuxième moitié du à expliquer le progrès de l'esprit humain (Condorcet) par le développement des "sciences positives" (mathématiques, physique, chimie, ...). Le courant philosophique du positivisme commença à se structurer en France dans la première moitié du . Ce terme fut propagé par Saint-Simon (Claude Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon) et encore davantage popularisé en philosophie par Auguste Comte, qui travailla étroitement avec Saint-Simon, dont il fut le secrétaire de 1817 à 1824.

Grandes étapes historiques

Positivisme scientifique d'Auguste Comte

Le positivisme scientifique d'Auguste Comte affirme que l'esprit scientifique va, par une loi inexorable du progrès de l'esprit humain, appelée loi des trois états, remplacer les croyances théologiques ou les explications métaphysiques. Le positivisme scientifique correspond au Cours de philosophie positive, écrit de 1830 à 1842, avec la loi des trois états. En devenant « positif », l'esprit renoncerait à la question « pourquoi ? », c'est-à-dire à chercher les causes premières des choses. Il se limiterait au « comment », c'est-à-dire à la formulation des lois de la nature, exprimées en langage mathématique, en dégageant, par le moyen d'observations et d'expériences répétées, les relations constantes qui unissent les phénomènes, et permettent d'expliquer la réalité des faits. Ernest Renan, Ernst Mach, parmi bien d'autres, ont repris une approche très voisine.

Positivisme religieux d'Auguste Comte

Le positivisme "religieux", correspond à une deuxième phase de la pensée d'Auguste Comte, assez différente de la première. Dans cette période, la pensée de Comte dérive vers une pensée pseudo-religieuse (religion de l'humanité) fondée sur une sorte de culte des morts : Comte est le "grand-prêtre" de l'humanité, la société est dirigée par les scientifiques, l'Humanité est un Grand-Être... C'est une théorie qui établit des relations en société sur la base de lois scientifiques et techniques, supposées apporter l'ordre, le progrès, l'amour au sens de l'altruisme (amour généralisé à des groupes humains plus larges que l'union des sexes). Elle fait abstraction de la recherche sur le sens de la vie, les origines et les fins de l'Homme, le bonheur... Les ouvrages écrits dans cette phase sont :
- le système de politique positive (1851-1854) qui développe la sociologie selon Comte,
- le "catéchisme positiviste",
- et la synthèse subjective. Selon Raquel Capurro, le positivisme trouve sa source dans une forme de culte de la Raison, qui eut lieu pendant la Révolution française en 1793-1794.

Positivisme juridique

Le positivisme juridique est une doctrine juridique dans laquelle le droit se réduit au droit positif tel qu'il est décrit dans les codes. Le principal représentant de ce courant est l'Autrichien Hans Kelsen (1881-1973), auteur de la constitution de l'Autriche en 1920. Hans Kelsen s'est inspiré du système de politique positive d'Auguste Comte (ouvrage écrit dans la phase dite "religieuse" de la philosophie de Comte) pour élaborer une théorie de la pyramide des normes, encore appelée normativisme. Le positivisme juridique exclut toute référence à un « droit naturel ». Ces thèses sont exposées dans la Théorie pure du droit de Hans Kelsen. Le droit positif est, d'ailleurs, un des fondements de ce que Hans Kelsen a pu appeler l'État de droit.

Positivisme logique

Néopositivisme contemporain

Dans le contexte contemporain, on assimile le positivisme et le scientisme. On appelle « néopositivisme » une théorie qui est un pur et simple scientisme. Le néopositivisme n’a conservé du positivisme originel que le recours aux faits comme principe de démarcation entre le sens et le non-sens. Le néopositivisme n’exploite ce principe que pour disqualifier toute spéculation qui n’est pas réductible à un raisonnement formalisable, c’est-à-dire toute philosophie appelée de façon méprisante « métaphysique ». Le paradoxe est qu'au contraire, pour Auguste Comte, la fin de la métaphysique signifiait, à une époque où la philosophie était encore enfermée dans des schémas pré-établis, la libération des possibilités spéculatives de la philosophie. Selon l'encyclique Fides et Ratio, dans le contexte actuel, la prise en compte de la métaphysique ne nuit pas à la spéculation philosophique, en vue de la recherche de sens, pour tout ce qui concerne les sciences de la vie notamment. L'histoire officielle de l'École polytechnique s'intitule "la pensée préservée". Cette histoire n'a pas été mise à jour depuis la première guerre mondiale. Un volume complet concerne Saint-Simon Claude Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon et Auguste Comte.

Relation avec l'utilitarisme

Voir aussi :
-
-

Domaines influencés par le positivisme

Le positivisme a exercé une influence considérable dans la deuxième moitié du et jusqu'à la Seconde Guerre mondiale.

Dans la médecine

La médecine a été chronologiquement le premier domaine influencé par le positivisme, à travers des personnalités comme :
- le docteur Robinet,
- Pierre Laffitte (1823-1903), "converti" en 1845, qui prit la tête de l'"Église positiviste" (société positiviste), après la mort d'Auguste Comte,
- Claude Bernard, médecin et physiologiste français ; C'est par la médecine que l'influence s'est transmise à l'Amérique latine.

En philosophie

L'influence d'Auguste Comte s'est transmise à :
- Ernest Renan, écrivain, philosophe, philologue et historien français ;
- Hippolyte Taine philosophe et historien ;
- pendant l'entre-deux guerres dans le Cercle de Vienne (positivisme logique)
- et se fait sentir de nos jours dans le néopositivisme contemporain, qui est une forme de scientisme.

Dans l'enseignement

Les lois sur l'enseignement primaire de Jules Ferry (28 mars 1882) se sont inspirées du positivisme. Marcellin Berthelot introduisit l'esprit positiviste dans l'enseignement secondaire lorsqu'il fut ministre de l'instruction publique (1886-1887).

Dans le droit

L'influence a été très forte sur le droit, à travers le mouvement du positivisme juridique :
- Théories du normativisme et de l'État de droit de Hans Kelsen, qui a donné le droit positif français,
- Théorie de l'État de service de Léon Duguit.

En Littérature, fiction et linguistique

Auguste Comte a influencé :
- Jules Verne qui, dans Les voyages extraordinaires (54 volumes), publiés par son éditeur Pierre-Jules Hetzel, a donné une certaine vision du monde à la jeunesse de cette époque.
- Émile Littré, philologue et médecin français, auteur d'un dictionnaire.
- Linguistique : les mots "altruisme", "synergie", sont d'origine positiviste. Le mot "sociologie" a été inventé par Sieyès et non par Auguste Comte, qui l'a seulement popularisé.

En économie

Mélangée avec d'autres idéologies, l'influence s'est manifestée aussi dans l'économie (conjuguée avec le saint-simonisme). John Stuart Mill, économiste anglais, fut séduit par les idées de Comte, mais s'en détourna vers 1842).

En sociologie

Auguste Comte est souvent considéré en France comme l'un des précurseurs de la sociologie. En fait, le terme de sociologie fut créé par Sieyès, et l'étude des phénomènes sociaux était antérieure à Comte (voir sociologie). Il n'en reste pas moins vrai que, dans l'évolution de la pensée occidentale des deux derniers siècles, le positivisme de Comte a influencé des sociologues comme Émile Durkheim, ou Herbert Spencer (utilitarisme anglais).

En politique

Surtout à partir de la deuxième moitié du :
- Charles Maurras : le fondateur de l'Action Française a été très influencé par le positivisme et particulièrement par la synthèse subjective, selon Jacques Prévotat ;
- Les mouvements socialistes au ont été marqués par le positivisme. Claude Allègre, dans son dictionnaire amoureux de la science, note que Jean Jaurès, sans doute marqué par son époque, aurait assisté aux banquets dits républicains de la "secte" positiviste ;
- le général André, à l'origine de la loi sur le service militaire de 1905, a cotoyé la société positiviste et présidé l'inauguration de la statue d'Auguste Comte place de la Sorbonne en 1902.
- Charles Maurras et plusieurs personnalités de 'Action française' ont été influencés par le positivisme. Jacques Prévotat dans les catholiques et l'Action française indique que Charles Maurras a eu une "nuit d'extase" après la lecture de la Synthèse subjective d'Auguste Comte.

Dans la méthodologie historique

Le positivisme a introduit de nouvelles formes de méthodologie historique, notamment chez les historiens Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos.

Autres

De nombreux polytechniciens ont été influencés jusqu'au milieu du .

Extension géographique

Monde anglo-saxon

L'influence s'est fait sentir sous la forme du positivisme anglais, dans certaines formes d'altruisme, qui à travers John Stuart Mill rejoignent les théories utilitaristes de Jeremy Bentham. Herbert Spencer a aussi subi l'influence positiviste. Les États-Unis ont été influencés à travers le positivisme anglais.

Amérique latine

En Amérique latine, Raquel Capurro note que ce sont des médecins qui ont apporté le positivisme à travers les mouvements révolutionnaires qui se sont produits sur ce continent au Brésil, en Argentine, en Uruguay, où existent des temples positivistes. Le positivisme a pris une forme scientifique ou "religieuse" selon les cas. La devise « Ordre et progrès » figure sur le drapeau brésilien (Ordem e progresso), elle atteste de la forte influence qu'a eue le positivisme en Amérique latine dès la fin du (voir aussi Raquel Capurro). En 1903, l'Église positiviste du Mexique achète l'immeuble de la rue Payenne à Paris, où se trouve la maison de Clotilde de Vaux, et transforme l'appartement de Clotilde en "résumé culturel de la religion de l'humanité". Au premier étage, on peut visiter une chapelle de l'humanité, reproduction conforme à échelle réduite du plan de temple de l'Humanité qu'avait conçu Comte.

Le positivisme aujourd'hui

Note sur l'esprit de la recherche scientifique

Les thèses développées par Comte vers le milieu du ne sont plus vraiment applicables à la recherche scientifique de ces dernières décennies. Les avancées de la recherche ont eu pour effet de trouver de nouvelles explications (le « pourquoi ») de différents phénomènes :
- La déviation du périhélie de Mercure (ce qui nous aurait fait passer à côté de la Relativité générale)
- D'autres corrections de trajectoires astronomiques ayant conduit à la découverte d'Uranus, Neptune et Pluton
- La loi de Képler, ce qui aurait fait passer à côté de la loi d'attraction de Newton. La théorie du Big bang pose la question de la cause première : si celui-ci a eu lieu, il ne peut par définition avoir de cause, mais cela n'implique pas pour autant qu'on ne puisse pas lui trouver une raison (voir ontologie), de même que la somme des angles d'un triangle en géométrie euclidienne a une raison sans avoir à proprement parler de cause chronologiquement. Une insatisfaction créée par la mécanique quantique chez les physiciens vient précisément du fait que nous disposons de tous les moyens de prédire le comment sans avoir de modèle nous suggérant le pourquoi sous-jacent. Il en va de même pour la physique des particules (pourquoi ces charges et masses de particules et pas d'autres ? Pourquoi ces quarks-là et pas d'autres ? Pourquoi ces constantes universelles et pas d'autres ? Pourquoi ces lois de la physique et pas d'autres ?). Refuser d'envisager ces questions serait mettre fin au processus de recherche en physique, ainsi qu'à une chance d'assouvir la très grande curiosité humaine en ce domaine. Ce serait aussi le moyen assuré de n'en jamais trouver les réponses, si réponses il y a. L'essor des sciences cognitives a par ailleurs pour effet de montrer qu'à une certaine granulation il n'y a plus entre le pourquoi et le comment de séparabilité aussi nette que celle qu'on y voyait autrefois (voir autopoièse).

Conséquences

Les deux sens (scientifique et religieux) ont en commun de refuser la théologie et la métaphysique dans une explication scientifique. Celle-ci doit reposer uniquement :
- sur des faits du monde physique et matériel complétés d'un processus rationnel d'induction
- sur des conséquences des mathématiques, et en particulier de la logique. La téléologie propre à l'éthique d'Aristote est brouillée.

Position de quelques contemporains

- Christian de Perthuis, dans la conclusion de son livre la génération future a-t-elle un avenir ?, montre que les certitudes scientifiques introduites par le positivisme n'ont plus de valeur aujourd'hui.
- Raymond Aron, après une étude approfondie des oeuvres complètes d'Auguste Comte, a constaté que cette philosophie est dépassée ; sa philosophie de l'histoire s'écarte du positivisme. ==
Sujets connexes
Action française   Altruisme   Amérique latine   Angèle Kremer-Marietti   Argentine   Auguste Comte   Autrui   Brésil   Cartésianisme   Causalité   Cause   Cause première   Cercle de Vienne   Charles-Victor Langlois   Charles Maurras   Charles Seignobos   Chimie   Claude Allègre   Claude Bernard   Croyance   Culte de la Raison et de l'Être suprême   Discours de la méthode   Droit   Droit naturel   Droit positif   Déduction logique   Ernest Renan   Ernst Mach   Esprit   Explication   Fiction   Fides et Ratio   Gravitation   Hans Kelsen   Herbert Spencer   Hippolyte Taine   Idéologie   Induction (logique)   Jacques Prévotat   Jean Jaurès   Jeremy Bentham   Jeunesse   John Stuart Mill   Joseph-Louis Lagrange   Jules Ferry   Jules Verne   Linguistique   Liste des concepts de la philosophie   Littérature   Loi des trois états   Léon Duguit   Marcellin Berthelot   Mathématiques   Matérialisme   Monde (univers)   Mécanique quantique   Médecine   Méditations métaphysiques   Métaphysique   Méthodologie historique   Neptune (planète)   Nicolas de Condorcet   Normativisme   Objet (philosophie)   Ontologie (philosophie)   Perception   Philosophie   Philosophie de l'histoire   Physique   Pierre-Jules Hetzel   Pierre Laffitte   Politique   Positivisme   Positivisme juridique   Positivisme logique   Progrès   Périhélie   Raison   Raquel Capurro   Raymond Aron   Relativité générale   Religiosité   René Descartes   Révolution française   Saint-simonisme   Sciences cognitives   Sciences économiques   Scientisme   Seconde Guerre mondiale   Secte   Sens   Sociologie   Sujet (philosophie)   Synergie   Système de politique positive   Séparabilité   Théologie   Téléologie   Uranus (planète)   Uruguay  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^