Numération maya

Infos
La numération maya est une numération de position de base 20 (à une irrégularité près). Les chiffres de 1 à 19 s'écrivent suivant un système additif à l'aide de traits horizontaux valant 5 et de points valant 1. Le système maya possède en outre une notation pour le zéro positionnel (forme de coquillage - ou la main fermée).
Numération maya

La numération maya est une numération de position de base 20 (à une irrégularité près). Les chiffres de 1 à 19 s'écrivent suivant un système additif à l'aide de traits horizontaux valant 5 et de points valant 1. Le système maya possède en outre une notation pour le zéro positionnel (forme de coquillage - ou la main fermée).

Liste des chiffres

Exemples

La numération maya écrit les chiffres verticalement, les unités en bas. Pour les dates Attention, le système maya comporte une seule irrégularité (pour les dates seulement !) : le troisième étage ne comptera pas une 400-aine mais une 360-aine (20×18). Ceci reporte l'étage suivant non pas à la 8000-aine mais à la 7200-aine (20×18×20) et le cinquième à la 144000-aine (20×18×20×20).

Forme du zéro cardinal maya

La forme du zéro des codex n'est pas un coquillage. Ce signe allongé représente un couteau (notamment un couteau de sacrifice) et dérive vraisemblablement du signe du miroir d'obsidienne poli. La forme coquillage est rare, mais attestée. Sur les monuments, le zéro cardinal n'a jamais cette forme, mais celle d'une demi-fleur à quatre pétales, ou celle d'une tête caractérisée par la main de l'accomplissement, ou encore d'une floraison de maïs ou du miroir d'obsidienne.

Variantes graphiques

Les scribes mayas disposaient, outre du système des chiffres point/barre ci-dessus, de nombreuses formes graphiques pour représenter les vingt chiffres nécessaires à l'écriture de leurs nombres (le plus souvent des durées) ou des unités de leur système d'unités de temps (les glyphes de période: kin, uinal, tun, katun, baktun, etc.). Le plus célèbre système est certainement celui des chiffres céphalomorphes (chaque chiffre, de 0 à 19, est représenté par un glyphe ayant la forme d'une tête).

Deux zéros mayas

Les scribes mayas utilisaient une numération vigésimale (à base vingt) et ils disposèrent de deux zéros distincts, marqués par des glyphes différents. De manière générale, ils distinguaient toujours soigneusement les durées (de nature 'cardinale') et les dates (de nature 'ordinale'), par exemple dans les almanachs divinatoires, en écrivant les premières en noir et les secondes en rouge. De même, ils distinguaient soigneusement les constituants de chiffre (par exemple : deux points '..' juxtaposés horizontalement pour former le chiffre ou le nombre 2) et les constituants de nombre (c'est-à-dire les chiffres constituant un nombre en écriture positionnelle, par exemple deux points ':' juxtaposés verticalement pour former le nombre 21, soit 'une-vingtaine un'). Le premier, que l'on peut appeler zéro cardinal, est un zéro de position, comme celui de la numération décimale ou de toute autre numération de position. Par exemple : 9.9.16.0.0. (codex de Dresde p. 24) note la durée 9-baktun 9-katun 16-tun 0-uinal 0-kin, c'est-à-dire la durée de 9 x 400 tun (année de compte de 360 jours) + 9 x 20 tun + 16 tun + 0 uinal (mois de 20 jours) + 0 kin (jour). Le second ou zéro ordinal servait à noter le premier jour des 18 mois de vingt jours ou de la période complémentaire de cinq jours qui constituent l'année solaire (le ha'ab de 365 jours). Par exemple, le premier de l'an était un 0 Pop. Le zéro ordinal est attesté pour la première fois par une pendeloque de jade (connue sous le nom de plaque de Leyde), et il date du 17/09/320 (après J.-C.). Sur cette pendeloque, le même glyphe apparaît aussi dans un contexte « littéraire » où il note le verbe désignant l'action de monter sur le trône, l'intronisation du roi dont la figure apparaît au recto de la plaque. Le zéro cardinal apparaît pour la première fois sur les stèles 18 et 19 de Uaxactun, qui comptent trois occurrences de ce signe en position finale. On les trouve dans l'expression (redondante, puisque, dans ce double exemple, toutes les unités sont exprimées) d'une date en compte long (c'est-à-dire représentée par la durée exprimée en nombre de jours écoulés depuis l'origine de la chronologie maya, soit en 3113 avant J.-C.) : 8-baktun 16-katun 0-tun 0-uinal 0-kin. Le zéro cardinal maya est donc attesté depuis le 02/02/357.

Numération parlée (yucatèque, données de Beltran, XVIIIe siècle)

Début de la liste des noms de nombres yucatèque extrait de : Beltrán de Santa Rosa, Arte del idioma maya reducido a succintas reglas y semilexicon yucateco. Suggestion. Le constituant tu (tuy devant voyelle) est la contraction du locatif ti 'vers, en' et de l'indice personnel de 3 personne u- 'son', lequel sert à dériver l'ordinal à partir du cardinal (comme notre suffixe -ième qui fait passer de 3 à 3). Le locatif peut être sous-entendu, reste alors l'indice personnel (par ex. dans 50). L'amalgame entier, ti+u, peut aussi être sous-entendu. Par exemple, l'expression 35 donnée par Beltran est une forme abrégée de holhu tu-ca-KAL où l'on reconnaît le numéral holhu '15' (en fait le composé intégré (5, 10)), l'expression sous-entendue tu- préfixée au numéral ca '2' (soit vers le 2) et le classificateur mesure KAL 'vingt, vingtaine'. La forme holhucakal s'analyse en ho.lahun ti+u-ca-KAL et se traduit élément à élément : '15 vers 2 VINGT'. Ces formes font apparaître la spécificité des numérations mayas parlées précolombiennes, à savoir que les Mayas disposaient d'une opération que nous ne connaissons pas dans notre arithmétique. Une opération qui donne le résultat 35 quand on la fait porter sur les arguments 15 et 40 (ca-KAL est aussi le nom de quarante). Le linguiste Claude Hagège a proposé d'appeler cette opération « opération de protraction ». André Cauty (1987) a montré que la numération parlée yucatèque est d'un type spécial que l'on peut dire le type ordinal en vision d'antériorité rétrograde. En effet, si l'expression de 35 dit quelque chose comme '15 vers le 2 VINGT' ou '15 vers 40', sa valeur numérique 35 ne peut être obtenue qu'en revenant au premier VINGT. Bien noter que dans les composés de la deuxième vingtaine (de 21 à 39), les yucatèques ne précisent généralement pas le « coefficient » du VINGT dont il est question (et qui ne peut être que le « premier », c'est-à-dire 2) comme dans l'expression hun tu KAL de 21, mais pas dans celle de 30 ou de 35 (où c'est le relateur tu qui est sous-entendu).

Voir aussi

===
Sujets connexes
Calendrier maya   Compte long   Nombres dans le monde   Notation positionnelle   Shockwave   Système de numération  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^