Communisme

Infos
Au niveau théorique, le communisme est une conception de société sans classe, une organisation sociale sans État, fondée sur la possession commune des moyens de production et qui peut être classée comme une branche du socialisme. Il part de l'adage « de chacun selon ses moyens à chacun selon ses besoins ». Au niveau politique, le communisme désigne une variété de mouvements qui affirment chercher à établir à terme une telle société. Parmi les communistes, on
Communisme

Au niveau théorique, le communisme est une conception de société sans classe, une organisation sociale sans État, fondée sur la possession commune des moyens de production et qui peut être classée comme une branche du socialisme. Il part de l'adage « de chacun selon ses moyens à chacun selon ses besoins ». Au niveau politique, le communisme désigne une variété de mouvements qui affirment chercher à établir à terme une telle société. Parmi les communistes, on trouve une considérable variété d'interprétations, principalement portées par les courants marxistes, mais aussi anarchistes, et chrétiens. La première division s'est opérée entre anarchisme et marxisme au sein de la Première Internationale. Néanmoins, les courants communistes qui se sont le plus distingués par leur influence sur l'ordre politique mondial depuis le début du sont d'influence marxiste, directement (Manifeste du Parti communiste) ou indirectement (léninisme). La lutte des classes joue un rôle central dans la théorie marxiste (et également dans d'autres tendances communistes). L'établissement du communisme correspond dans cette théorie à la fin de toute lutte des classes, la division des êtres humains en classes sociales ayant disparu. L'expression « communisme primitif » est parfois utilisée pour décrire l'organisation sociale des premières communautés humaines. Dans La République, Platon évoque déjà une organisation de société de type communiste. Karl Marx, défendant la nécessité de l'autonomie du mouvement ouvrier et de l'internationalisme, soutenait que la société ne pouvait d'un coup être transformée depuis le mode de production capitaliste vers le mode de production communiste. Elle nécessitait une période de transition que Marx a parfois décrit comme la révolutionnaire dictature du prolétariat. Dans le Manifeste du Parti communiste, il définit le communisme comme « une association où le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous ». La société communiste imaginée par Marx, émergeant d'un capitalisme largement développé, n’a jamais été établie, et demeure théorique. Au niveau historique, le mot « communisme » est souvent utilisé pour désigner les régimes politiques et économiques gouvernés par des partis se réclamant du communisme. Ces régimes prétendaient être des formes de « dictature du prolétariat ». Le concept de communisme est donc l'objet d'un débat sémantique, selon deux axes qui interfèrent :
- lutte « interne », entre communistes revendiqués (qui peuvent s'opposer politiquement et théoriquement), divers courants s'attribuent le terme parfois à l'exclusion des autres ;
- lutte « externe », entre pro-communistes et anti-communistes : les premiers expliquent que les désastres environnementaux, humains ou sociaux, les crimes de masse commis ou provoqués par les régimes du Bloc soviétique n'étaient pas liés à l'idéologie communiste, considérant que ces États n'étaient pas communistes et que le communisme reste un projet de société qui n'a jamais été réalisé. Ils mettent ces crimes et désastres écologiques sur le fait du totalitarisme, du productivisme ou bien encore pour une partie d'entre eux sur le stalinisme et ses dérivés. La notion de communisme est par conséquent extrêmement controversée et désigne souvent des réalités différentes selon les personnes qui l’utilisent.

Étymologie

Le terme communisme vient du terme latin « commūnis », ce qui est commun à un groupe, auquel s'adjoint le suffixe « -isme » désignant une doctrine. La commune serait également un des termes définissant le cadre du groupe (de ce qui lui serait commun) dans lequel se définit le communisme (notamment voir les Bêcheux).

Usages du terme

Divers usages existent autour du terme « communisme ». Il est assez souvent assimilé au mouvement marxiste, qui n'est que sa composante principale, voire avec le collectivisme politique et/ou économique. Les régimes politiques qui étaient en place dans l'Union soviétique et dans le « bloc communiste » sont communément désignés aujourd'hui sous le nom de « régimes communistes ». La qualification « communiste » de ces régimes est contestée principalement par des communistes ou sympathisants. Des marxistes et des anarchistes, minoritaires, ont analysé dès leur apparition ces pays comme des régimes « capitalistes d'État ». Les trotskystes estiment qu'il s'agit d'une monstrueuse dégénérescence d'un « État ouvrier » issu de la Révolution russe. La majorité des communistes (staliniens) reconnurent longtemps ces régimes comme découlant de leurs idées. Les adversaires du communisme considèrent que la nature autoritaire ou totalitaire de ces régimes découle logiquement de l'idéologie communiste. Les dirigeants de ces pays les déclaraient « socialistes ». Ce terme fut le plus communément utilisé dans ces pays, il représenta un régime politique et une économie planifiée. Le « socialisme » fut défini par des théoriciens léninistes comme l'étape préliminaire et nécessaire vers le communisme, la société idéale sans classes ni propriété. Ce régime fut appelé aussi au départ la dictature du prolétariat, terme abandonné vers 1936 pour le « socialisme triomphant » et ensuite, vers les années 1970, le « socialisme développé ». Dans son sens ancien, le communisme prescrivait la mise en commun de tous les biens. C'est par « collectivisme » qu'on désignait les doctrines de mise en commun des seuls moyens de production. Quelques années après la répression de la commune de Paris en 1871, et jusqu'en 1917, les marxistes étaient désignés comme « collectivistes » et la majorité des anarchistes comme « communistes », du fait que le premier courant voulait utiliser un État dirigé par les travailleurs et la collectivisation comme outil de transition, au contraire du second qui voulait utiliser directement des moyens libres et autonomes pour atteindre le but recherché. Une société communiste se définit au plan théorique comme une société sans classes, sans salariat et sans État. L'URSS, ses nations composites et satellites n’ont jamais réalisé l'idéal communiste, même selon les théories staliniennes : ils se disaient « en route vers » le communisme. Ainsi, il est nécessaire de reprendre l'historique du mot et de séparer les différents courants ainsi que les différents concepts utilisés.

La théorie économique et sociale

Sur le plan de l'organisation sociale et économique, le mot communisme conjecture l'organisation d'une société :
- où, selon le principe « De chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins », les rapports économiques ne sont pas réglés par un principe d'échange intéressé de marchandises, mais collectivement organisés en vue de satisfaire les besoins. Le flux de biens n'a pas besoin d'être réciproque, il est donc basé sur la gratuité. Il n'y a ni commerce, ni argent, ni tout autre rapport marchand (chacun ayant tous ses besoins couvert par le mode de production communiste, il n'y a plus d'« échange » à proprement parler). La propriété privée est, sinon abolie, du moins très limitée, de sorte que la notion de « don » perd également de sa pertinence.
- où les moyens de production (usines, terres agricoles, fermes d'élevage, moyens de transport, distribution, etc.) sont mis en commun, avec comme but de répondre aux besoins de chacun, et gérés par la population travailleuse elle-même. Ainsi, les gaspillages dûs à la concurrence et au contrôle d'une minorité sur la production disparaîtraient.
- sans division en classes sociales et sans État (sans force de coercition au service d'une classe). Le communisme admet que tous ne sont pas aussi productifs pour tout, et qu'il doit attendre une production « de chacun selon ses capacités », mais il considère que chacun peut généralement à son gré se livrer aux occupations de son choix, qu'on peut abolir la division sociale du travail sans mettre en péril la production et donc la disponibilité des biens (vision qu'on retrouve dans la théorie, plus récente, de la société post-industrielle évoquée par Herman Kahn), et supprimer toute force coercitive, comme la police ou l'armée, et plus généralement fonctionner sans État. Il admet que certaines tâches et fonctions sont plus désagréables ou agréables que d'autres, et compte sur la démocratie directe pour juguler les conflits, notamment ceux relatifs à la production. Des difficultés théoriques se posent pour l'instauration du communisme :
- la définition des « besoins » vers lesquels il faut orienter l'appareil de production. Tout le monde n'a pas les mêmes priorités. La réalisation du principe « de chacun selon ses besoins », implique que chaque individu définit ses propres besoins, et que ce n'est pas un système ou un appareil qui le définit à sa place ; une solution serait d'organiser le recensement des besoins des individus au niveau communal ou des conseils ouvriers, pour conséquemment produire le nécessaire afin de répondre à ces besoins recensés.
- le risque de voir un groupe se constituer en classe privilégiée. Les individus qui parviendraient à maîtriser le système politique chargé de gérer l'appareil de production formeraient spontanément la bureaucratie. Prétextant constituer une « avant-garde du prolétariat » mais poursuivant des fins propres (intérêt de classes) et non l'intérêt général, elle utiliserait le régime à son profit. Les communistes estiment que si de tels dangers peuvent exister, surtout peu de temps après l'instauration de l'état ouvrier, ils seront contenus par le contrôle de l'ensemble de la population sur les différents responsables, à tous les niveaux, et leur révocabilité.

Moyens politiques

Le passage d'une société non communiste à une société communiste constitue un moment délicat : les moyens divergent selon les tendances existantes au sein du mouvement communiste, néanmoins la période révolutionnaire (avec toutes les conséquences d'une révolution) est une base commune, même si les moyens pour la réaliser ne le sont pas. En théorie, le communisme est l'aboutissement ultime de l'évolution des sociétés humaines de la commune primitive à l'esclavagisme, de l'esclavagisme au féodalisme, du féodalisme au capitalisme, du capitalisme au socialisme par la révolution, et du socialisme (qui n'a pas fini de s'affranchir de toutes les traces du capitalisme ni la propriété privée de biens meubles ou immeubles familiaux) au communisme (où il n'y a plus ni propriété privée, ni classes). Par définition, celui-ci ne pouvait en fin de processus qu'embrasser l'humanité entière. Des expériences, notamment en Espagne en 1936 dans une période révolutionnaire, dans des collectivités (il existera aux alentours de 3000 collectivités dans toute l'Espagne) aragonaises ou catalanes (et dans d'autres régions), ont effectué des réalisations partiellement communistes (en laissant, et de manières diverses selon la situation de chaque collectivité, aux petits propriétaires, lorsque cela ne gênait en rien les moyens de réaliser la subsistance des collectivités, la liberté de garder leurs biens ou de s'associer ou non aux collectivités). Par ailleurs, dans les pays à régime dit « marxiste-léniniste » d'inspiration soviétique, l'étape révolutionnaire donnait naissance à des « républiques populaires » ou « démocraties populaires », l'évolution ultérieure, après liquidation des classes exploiteuses donnait naissance à des « républiques socialistes », et si le processus s'était poursuivi, on aurait finalement eu, en théorie, une seule « république communiste » mondiale. Les intitulés officiels de ces États étaient censés refléter l'état d'avancement de leurs sociétés vers l'objectif communiste. Les appellations de courtoisie officielles reflétaient elles aussi la situation de chaque interlocuteur par rapport à cet objectif : quiconque était censé le poursuivre était un « camarade » ; quiconque y consentait passivement était un « citoyen » ; quiconque ne le poursuivait pas était un « monsieur » ou une « madame » (interlocuteurs étrangers issus des pays non-communistes) et quiconque s'y opposait était un « ennemi de classe » ou « du peuple ». C'est sur la façon d'organiser ce passage progressif à une société communiste que les courants se séparent en plusieurs approches :
- Le léninisme (incluant le trotskisme), partant de l'idée de Karl Marx que l'État est une machine au service de la classe dominante, conçoit le passage de la société capitaliste à la société communiste comme la destruction de l'appareil d'État de la bourgeoisie dans une révolution mobilisant de larges couches de la population et emmenée par la classe ouvrière, et de la construction d'un État ouvrier, au service de la majorité de la population. Cet État doit s'approprier les grands moyens de production et organiser l'activité économique en vue de la satisfaction des besoins de la population. Cette période historique, appelée dictature du prolétariat, doit être, selon le mot de Lénine, « un million de fois plus démocratique que n'importe quelle démocratie bourgeoise ». Cette période de transition doit conduire à la constitution d'une société sans classes, dans laquelle l'État sera amené à disparaître, à « s'éteindre » (Engels), afin de conduire au communisme.
- Le réformisme s'est développé au sein du mouvement ouvrier avec la croissance et les succès des premiers grands partis ouvriers, à la fin du . Les réformistes suggéraient la possibilité d'un passage à une société communiste sans recourir à une confrontation violente, par l'acquisition de positions institutionnelles et les nationalisations de pans vitaux de l'économie (transports, énergie…). (Il est à noter que ce réformisme n'a rien à voir avec l'acception actuelle du mot, qui qualifie aujourd'hui des courants visant à « améliorer » le capitalisme, et non à le supprimer.)
- L'approche anti-étatique (anarchistes et minorité des marxistes), utilisant les moyens autogestionnaires et révolutionnaires d'appropriation des moyens de production refusant immédiatement la division en classe sociale de gestionnaires/gérés, et réalisant le communisme par les moyens utilisés, sans attendre une transition.
- D'autres courants, comme les maoïstes, envisagent la prise du pouvoir comme résultant d'une guerre populaire prolongée. Selon Marx, mort en 1883, la Commune de Paris (1871), malgré toutes les imperfections qu'elle comportait, a été l'expérience historique la plus proche du communisme, par la mise en place d'un début de démocratie véritable (voir La Guerre civile en France). Des anarchistes appelleront les associations de travailleurs à se fédérer de manière autonome. Errico Malatesta développe dans le gradualisme révolutionnaire, la nécessité de l'autonomie du mouvement ouvrier, afin d'éviter toute avant-garde éclairée, ou de futurs gouvernements « ouvriers ». L'entr'aide (pour réaliser les moyens à l'émancipation sociale) et la lutte révolutionnaire directe (pour se libérer de l'exploiteur et de ses soutiens) afin de mener à des conditions favorables à la réalisation du communisme. Le communisme est considéré par les anarchistes, selon la situation, comme une économie réalisable aussitôt la révolution entreprise ; des auteurs comme Pierre Kropotkine exposeront des possibilités d'économies communistes, dont la prise au tas, organisé de manière communale.

Idées connexes

On doit également citer des valeurs ou idées inventées ou reprises à son compte par le communisme :
- La conception matérialiste de l'histoire,
- L'entraide et sa variante contemporaine, la solidarité,
- Le gradualisme révolutionnaire tendant à réaliser révolutionnairement des conditions favorables à la réalisation du communisme (ainsi que de l'anarchisme),
- La prise au tas, comme moyen direct d'organisation du communisme.

Le communisme dans l'histoire

Le mot communisme désigne une idée mais aussi des mouvements politiques, divers et contradictoires, qui militent pour l'avènement d'une société sans classe sociale, sans salariat, sans propriété privée de moyens de production, sans État et sans capitalisme. L'objectif proclamé est la liberté et l'égalité de l'Homme. On trouve parmi les mouvements politiques qui se revendiquent du communisme aussi bien des anarchistes que des marxistes ou des mouvements de lutte ouvrière. Les régimes s'étant déclarés « socialistes » ou « vers le communisme » : l'Union soviétique, ses pays satellites, la Chine, la RDA, Cuba, le Cambodge, l'Albanie, le Vietnam, l'Afghanistan, l'Angola, la Corée du Nord. La doctrine de ces régimes est issue du léninisme, le plus souvent dans sa variante stalinienne. Ces États se sont livrés au bâillonnement de l'opposition, pouvant aller jusqu'à l'élimination physique, et à un contrôle pratiquement absolu de la presse et de la liberté d'expression en général.

Les différentes formes de communisme

Le mouvement politique anticapitaliste naît dans les années 1840. Porté par une classe ouvrière démographiquement croissante et pauvre, il se développe plus tard au sein de l'AIT, dont il est l'un des principaux courants. Au lendemain de la défaite de la Commune de Paris en 1871, c'est la scission entre marxistes et anarchistes autour de la question de la méthode pour éliminer la propriété individuelle caractéristique du capitalisme : les marxistes estiment nécessaire une période de transition avec collectivisation des propriétés, sous le contrôle d'État « socialiste » devant dépérir progressivement ; alors que les anarchistes prônent une abolition directe de la propriété, tout en organisant la fédération économique des moyens de production et de consommation. Le mouvement communiste est donc composé à l'origine de deux branches politiques principales : anarchistes communistes et marxistes. Sur les différents mouvements historiques et/ou politiques ayant appliqué le communisme ou s'étant référencés au communisme (en tant que théorie économique et sociale), et proposant différents moyens (République, Étatisme, fédéralisme, préceptes de la Bible, conseillisme, communalisme, syndicalisme, révolutions, spontanéisme, etc.), plus ou moins complémentaires, pour réaliser ce communisme :
- communisme primitif, sur le mode d'organisation économique de certaines sociétés primitives ou traditionnelles ;
- communisme de Platon (dans son dialogue La République),
- communisme chrétien (Bêcheux, la théologie de la libération, etc.),
- communisme marxiste (Karl Marx, dictature du prolétariat, lutte des classes, Rosa Luxemburg, Antonio Gramsci, Anton Pannekoek, Karl Korsch, Lénine, Trotsky),
- communisme libertaire (Pierre Kropotkine, Errico Malatesta, Prise au tas, Entr'aide, gradualisme révolutionnaire, communalisme libertaire).

Les sociétés présentant des caractéristiques historiquement communistes

- Le communisme primitif est une société primitive qui aurait existé dans la période préhistorique (toutefois, cette idée est mise en doute par des anthropologues).
- Certaines sociétés ayant un environnement hostile qui impose de fait une société d'entraide (Inuits, tribus indiennes des Amériques).
- Dans la Russie tsariste, la terre appartenait généralement collectivement à la commune (le village) et elle était redistribuée périodiquement aux familles en fonction de leur taille (voir Anatole Leroy-Beaulieu, L'Empire des Tsars et les Russes, et références citées). C'est exactement le système ayant eu cours pendant la période soviétique pour la redistribution d'appartements (appartenant collectivement à la nation et affectés aux familles selon leurs tailles).
- Les premières communautés chrétiennes auraient fonctionné sur un mode communiste (ce dernier point étant contesté par d'autres chrétiens). Des chrétiens interprètent des passages bibliques comme une indication d'idéal communiste (le partage des biens). Au moyen âge, des communautés chrétiennes liées par un idéal religieux mettront leurs biens en commun. Les kibboutzim sont également proches du communisme (collectivisme lié au réseau marchand du reste d'Israël mais avec mise en commun des moyens de production d'ailleurs souvent basés à l'identique sur la structure des sovkhozes soviétiques).
- Des collectivités (en Catalogne, en Aragon, etc.) lors de la révolution espagnole réaliseront, selon des anarchistes et des marxistes notamment conseillistes, pour certaines d'entre elles un début de communisme libertaire.

La famille, forme sociale présentant des caractéristiques communistes

La famille est, selon certains communistes chrétiens, un groupement ayant des aspects communistes (bien qu'une majorité des communistes refusent la famille comme réalité communiste, du fait entre autres de l'héritage).

Voir aussi

Notions liées au communisme

-communisme primitif
-socialisme
-mouvements révolutionnaires
-
-Gracchus Babeuf
-
-l'Internationale
-
-anarchisme
-
-Karl Marx
-
-Manifeste du parti communiste
-
-marxisme
-
-
-Luxembourgisme
-
-
-Communisme de conseils
-
-
-Communisme-ouvrier
-
-
-léninisme
-
-
-trotskisme
-
-
-stalinisme
-
-
-
-Maoïsme
-
-
-
-Juche
-
-
-capitalisme d'État
-
-
-eurocommunisme
-
-Goulag
-
-autonomes
-
-extrême gauche
-
-Soviet, Conseil ouvrier
-
-Révolution russe, Révolution allemande, Longue marche, Révolution culturelle, Guerre froide, Bloc de l'Est
- Anti-communisme
- Capitalisme
- Libéralisme
-libéralisme économique
- Étatisme

Philosophie

- Platon, La République
- Tommaso Campanella, La Cité du Soleil
- Karl Marx, Manuscrits de 1844
- Pierre Kropotkine, La conquête du pain

Sociologie

- Alexandre Zinoviev, Le Communisme comme réalité, 1981 - sur l'expérience communiste en URSS.

Littérature

- François Furet, Le Passé d'une illusion, 1995 - « essai d'interprétation ».
- Panaït Istrati, avec Boris Souvarine et Victor Serge, Vers l'autre flamme, confessions pour les vaincus, 1929.
- Louis Janover, L’Avenir d'une utopie.
- George Orwell, 1984 ; La Ferme des animaux - critiques du stalinisme.
- Vladimir Volkoff, La Bête et le Venin ou la Fin du communisme, Éd. de Fallois/L'Âge d'Homme.
- Howard Zinn, Karl Marx le retour, 1999.

Autres liens internes

Mouvements politiques, Parti politique, Idées politiques, Organisations Communistes, régime communiste. ===
Sujets connexes
Afghanistan   Albanie   Alexandre Zinoviev   Anarchisme   Anatole Leroy-Beaulieu   Angola   Années 1970   Anton Pannekoek   Antonio Gramsci   Association internationale des travailleurs   Bloc de l'Est   Boris Souvarine   Bêcheux   Cambodge   Capitalisme   Capitalisme d'État   Classe sociale   Collectivisme   Collectivisme politique   Collectivisme économique   Communalisme libertaire   Commune de Paris (1871)   Communisme chrétien   Communisme de conseils   Communisme primitif   Conseil ouvrier   Corée du Nord   Cuba   Dictature du prolétariat   Entraide (relations humaines)   Errico Malatesta   Eurocommunisme   Extrême gauche   François Furet   George Orwell   Goulag   Gracchus Babeuf   Gradualisme révolutionnaire   Gratuité (économie)   Guerre froide   Herman Kahn   Howard Zinn   Internationalisme   Juche   Karl Korsch   Karl Marx   Kibboutz   L'Internationale   La Cité du Soleil   La Ferme des animaux   La République   Le Capital   Le Communisme comme réalité   Le Livre noir du communisme   Le Passé d'une illusion   Le Siècle des communismes   Libéralisme   Libéralisme économique   Louis Janover   Lutte des classes   Luxembourgisme   Lénine   Léninisme   Manifeste du Parti communiste   Maoïsme   Marxisme   Matérialisme   Mode de production   Mouvements révolutionnaires   Panaït Istrati   Parti politique   Pierre Kropotkine   Platon   Prise au tas   Productivisme   Propriété privée   Rosa Luxemburg   Réformisme   République démocratique allemande   République populaire de Chine   Révolution allemande   Révolution culturelle   Révolution russe   Salariat   Socialisme   Société sans classe   Solidarité (notion)   Soviet   Stalinisme   Stéphane Courtois   Théologie de la libération   Tommaso Campanella   Totalitarisme   Trotskisme   Union des républiques socialistes soviétiques   Victor Serge   Vladimir Volkoff  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^