Belgrade

Infos
Le confluent de la Save et du Danube vu depuis la forteresse de Kalemegdan Belgrade, entre la plaine pannonienne et la péninsule des Balkans Les remparts de la forteresse de Kalemegdan Belgrade (en serbe ou Beograd) est la capitale et la plus grande ville de Serbie. Selon le recensement de 2002, la ville proprement dite comptait habitants et, avec les environs, habitants. En 2007, la population de la ville était estimée à habitants Belg
Belgrade

Le confluent de la Save et du Danube vu depuis la forteresse de Kalemegdan Belgrade, entre la plaine pannonienne et la péninsule des Balkans Les remparts de la forteresse de Kalemegdan Belgrade (en serbe ou Beograd) est la capitale et la plus grande ville de Serbie. Selon le recensement de 2002, la ville proprement dite comptait habitants et, avec les environs, habitants. En 2007, la population de la ville était estimée à habitants Belgrade est l’une des plus anciennes cités d’Europe, avec une histoire qui s’étend sur plus de ans. Les premières traces d’installations humaines dans la région remontent à la Préhistoire (culture de Vinča). Historiquement, Belgrade est l’antique cité de Singidunum, colonie romaine située dans la province de Mésie. Le nom slave Beograd a été officiellement prononcé pour la première fois le 16 avril 878 dans une épître envoyée par le pape Jean VIII au prince Boris de Bulgarie. Il a pour signification « la ville blanche ». Au fil de son histoire mouvementée, Belgrade a été conquise par 40 armées : elle a été romaine, byzantine, hongroise, ottomane puis capitale de la Serbie réellement indépendante en 1878.

Géographie

Données générales

Belgrade se situe à 44°49'14" de latitude nord et à 20°27'44" de longitude est, à 116, 75 m au-dessus du niveau de la mer. Construite au nord de la Serbie centrale, au confluent de deux fleuves, la Save et le Danube, la capitale de la Serbie se trouve à la limite entre deux espaces géographiques : la plaine pannonienne, qui fait partie de l’Europe de l'Est, et la péninsule des Balkans . Le centre historique de la capitale, aujourd'hui la citadelle et le quartier de Kalemegdan, se trouve sur la rive droite des deux fleuves. Depuis le ), la ville s'est étendue en direction du sud et de l'est. Après la Seconde Guerre mondiale, le quartier de Novi Beograd, « la nouvelle Belgrade », a été construit sur la rive gauche de la Save, réunissant ainsi Belgade à l'ancienne ville de Zemun. Des localités résidentielles, de l'autre côté du Danube, comme Krnjača et Ovča, ont également été intégrée dans la ville de Belgrade. La ville proprement dite, dans ses limites actuelles, couvre une superficie de 359, 96 km², et, si l’on y ajoute l’ensemble de sa zone métropolitaine, c'est-à-dire le district de Belgrade, , 68 km².

Climat

Belgrade possède un climat continental modéré. La température moyenne annuelle s’élève à 11, 7 °C. Le mois le plus chaud est juillet, avec une température moyenne de 22, 1°C. Cependant, la ville connaît une température supérieure à 30°C pendant trente jours par ans et 95 jours avec une température supérieure à 25°C. Belgrade reçoit environ 700 mm de précipitations par an et connaît en moyenne heures d’ensoleillement. Les mois les plus ensoleillés sont juillet et août, avec une moyenne de 10 heures de soleil par jour. Au contraire, décembre et janvier sont les mois qui reçoivent le moins de soleil, avec une moyenne de 2 à 2, 3 heures d’ensoleillement par jour

Danube et Save

Belgrade est située au confluent de la Save et du Danube. Cette position a souvent impressionné les voyageurs. C’est ainsi qu’en septembre 1833 le poète Alphonse de Lamartine, de retour d’une visite au prince Miloš Obrenović et évoquant le Danube, écrit dans son carnet de voyage : « Le fleuve, large et profond, a des vagues comme la mer.Alphonse de Lamartine, Voyage en Orient, 1835 ; texte daté du 2 septembre 1833 ». On trouve aussi, en 1888, sous la plume du comte d’Haussonville, cette description du fleuve observé depuis la citadelle de Kalemegdan : « Après avoir promené son ruban de lumière autour de Semlin (Zemun), il décrit dans la plaine une courbe parfaite et cueille au passage les eaux plus vertes de la Save ; puis, grossi de son tributaire, emportant avec lui la fortune de vingt peuples souverains, il reprend sa course vers l’OrientPaul-Gabriel d’Haussonville, «De Salonique à Belgrade», in La Revue des Deux mondes, livraison du 15 janvier 1888 - Cité par Jean-Christophe Buisson, Le goût de Belgrade, Mercure de France, 2006 ».

Belgrade entre l’Orient et l’Occident

Comme beaucoup d’autres villes, Belgrade est considérée comme un carrefour entre l’Orient et l’Occident. Encore une fois, ce sentiment a souvent été exprimé par les voyageurs, notamment au . Alphonse de Lamartine, toujours dans son Voyage en Orient, décrit le contraste qu’il observe entre Belgrade et ZemunZemun est aujourd’hui une municipalité urbaine faisant partie de Belgrade. À l’époque où écrit Lamartine (1833), la ville faisait partie du royaume de Hongrie : « La ville (Belgrade), semblable à toutes les villes turques, descend en rues étroites et tortueuses vers le fleuve. Semlin (Zemun), première ville de la Hongrie, brille de l’autre côté du Danube avec toute la magnificence d’une ville d’Europe ; les clochers s’élèvent en face des minarets ». Par rapport à l'époque de Lamartine, le contraste s’est amoindri entre ce qui constitue aujourd’hui les divers quartiers de Belgrade ; à partir du , notamment par la volonté des différents souverains, la ville s'est occidentalisée. Reste que, par son histoire, Belgrade, au moins depuis la présence romaine et particulièrement du fait de la longue présence ottomane, a souvent joué un rôle de ville frontière et celui d’un carrefour entre les civilisations.

Histoire

La Préhistoire

culture de Vinča au IVe millénaire La région située aux confluents de la Save et du Danube a été occupée depuis le Paléolithique moyen : les anthropologues y ont exhumé des squelettes de Néandertaliens et d’Homo sapiens. En 1908, une équipe d’archéologues dirigée par Miloje Vasić a effectué des fouilles à Vinča (dans la municipalité de Grocka, près de Belgrade). Ont alors été mis au jour d’importants vestiges datant de la période néolithique ; compte tenu de l’importance de ces découvertes, le site a donné son nom à une culture qui s’est développée le long du Danube entre 6 000 et 3 000 av. J.C. : la culture de Vinča - Traduction en anglais par Smiljka Kjurin.

La période celto-thrace

Vers 600 avant J.C., des tribus cimmériennes, puis des Scythes traversèrent la région de l’actuelle Belgrade mais ne s’y installèrent pas. Au avant J.C., les Scordisques, peuple celto-thrace, s’établirent au confluent de la Save et du Danube et y bâtirent une ville fortifiée appelée Singidūn ; cette cité, fondée en 298 av. J.C.Jean-Christophe Buisson, Le Goût de Belgrade, Mercure de France, 2006, est mentionnée pour la première fois en 279 av. J.C. Site officiel de la Ville de Belgrade La première partie du nom Singi- signifierait « rond », tandis que dun désigne « la forteresse » ou « la ville ». Selon une autre interprétation, Singi renverrait aux Sings, un peuple thrace installé à cet endroit avant l’arrivée des Scordisques. Une autre interprétation donne comme origine à Singi- un mot celte signifiant le « faucon » et Singidūn serait ainsi « la forteresse (ou la ville) du faucon »Xavier Delmarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Errance, 2003 ; cf. .

La période romaine

Antoninianus datant de Carausius. Au verso de la pièce de monnaie on peut voir le lion, symbole de la Legio IV Flauia Felix avec une légende indiquant son nomLEG IIII FL Les Romains s’emparèrent de Singidūn au début du de notre ère et ils latinisèrent le nom de la ville en Singidunum. La cité fut intégrée à la province de Mésie supérieure (capitale Viminacium, aujourd’hui Kostolac) et devint une ville de garnison située sur le limes. À proximité se trouvait la ville de Taurunum, aujourd’hui Zemun. En 86, Domitien, dans le souci de renforcer les frontières de l’Empire contre les Daces, fit de Singidunum le lieu de cantonnement de la Legio IV Flauia Felix. Ce fut pour la ville le début d’une période de prospérité. Un castrum fut édifié à l’emplacement de l’actuelle forteresse de Kalemegdan. Singidunum et Taurunum furent reliées par un pont. Au début du , en 105-106, les campagnes de l’empereur Trajan écartèrent la menace dace et la province romaine de Dacie fut créée. La ville de Singidunum connut alors une période de tranquillité. Au milieu du , l’empereur Hadrien lui conféra le statut de municipe (municipium), ce qui lui accordait une plus grande liberté d’administration. Mais, suite aux attaques des Carpes et des Goths, la province de Dacie fut perdue par les Romains sous l’empereur Gallien en 268. L’empereur Aurélien transféra alors les légions sur la rive sud du Danube et réorganisa la région en créant la province de Dacia Ripensis (la « Dacie de la rive »). Pièce de monnaie à l’effigie de l’empereur Jovien Le fut encore une période de prospérité pour la ville : elle obtint le statut de colonie de droit romain, qui renforçait encore son autonomie. Le futur empereur Jovien y naquit vers 332. Et, en 395, lors du partage de l’Empire romain par Théodose, Singidunum fut rattaché à l’Empire romain d'Orient, qui allait devenir l’Empire byzantin. Sous l’Empire romain, Singidunum se trouva intégré à un important réseau défensif. La ville et son castrum étaient situés sur une via militaris qui, d’est en ouest allait de Sirmium (Sremska Mitrovica) à Viminacium (Kostolac), Trimontium (Plovdiv) jusqu’à Byzance. Cette voie militaire était défendue par des forts, dont il reste des vestiges dans la région de l’actuelle Belgrade, comme ceux de Mutatio ad Sextum (Mali Mokri Lug), Castra Tricornia (Ritopek) et Mutatio ad Sextum Militare (Grocka). Une route reliait également les exploitations minières des monts Avala, Kosmaj et Rudnik. Ville militaire, Singidunum/Belgrade connut un important développement. Les vétérans des légions, notamment, s’installèrent dans la basse ville, créant une véritable cité romaine. De nombreuses traces de cette période impériale ont été retrouvées un peu partout dans les environs (tombes, monuments, sculptures, céramiques, pièces de monnaie). La ville actuelle conserve encore en partie l’empreinte de l’urbanisme antique, comme on peut l’observer dans l’orientation des rues Uzun Mirkova, Dušanova et Kralja Petra. Le Studentski Trg (Place des Étudiants) garde de l’ancien forum qu’il remplace sa forme rectangulaire ; des vestiges de thermes y ont été mis au jour dans les années 1970.

Le Moyen-Âge

l’empereur Stefan Dušan - Belgrade est une ville hongroise située à la frontière avec l’Empire serbe Le prince puis despote Stefan Lazarević, qui fit de Belgrade la capitale du despotat de Serbie en 1403 La tour du despote Stefan, aujourd’hui dans la citadelle de Kalemegdan

La période byzantine

Le , qui vit la disparition de l’Empire romain d'Occident (476), inaugura pour Singidunum/Belgrade une période d’invasions successives. En 441, Attila, à la tête de ses Huns s’empara de la ville et la détruisit Site officiel de la Ville de Belgrade. Puis ce fut le tour des Sarmates d’occuper la ville (450). Singidunum réintégra l’Empire en 454 mais, peu après, fut conquise par les Ostrogoths (470) avant d’être prise par les Gépides (488) puis par les Goths (504). En 510, un traité fut signé qui restitua la ville à l’Empire byzantin Wikipedia anglaise. En 512, l’empereur Anastase Ier établit dans la région la tribu germanique des Hérules pour protéger la région de Belgrade contre les Gépides. En 535, sous Justinien, Singidunum fut entouré d’une puissante muraille qui lui assura quelques décennies de relative tranquillité. En 584, la ville fut prise et pillée par les Avars, un peuple mongol allié des Slaves (et notamment des Serbes) qui s’étaient progressivement installés dans la plaine pannonienne depuis le milieu du Dušan Bataković, Histoire du peuple serbe, L’Âge d’Homme, 2005. En 630, sous le règne de l’empereur Héraclius, les Serbes, appuyés par les Avars, s’emparèrent à leur tour de Singidunum/Belgrade. La prise de la ville est mentionnée dans les chroniques byzantines mais on perd ensuite toute trace écrite de Singidunum pendant deux siècles et demi. Les fouilles archéologiques, de leur côté, montrent une slavisation progressive de la région. En 827, Les Bulgares contrôlèrent la forteresse. La ville fut alors connue sous le nom d’Alba Bulgarica. Le 16 avril 878, le nom slave de Beograd est mentionné pour la première fois dans une épître envoyée par le pape Jean VIII au prince Boris de Bulgarie. Pendant quatre siècles, l’Empire byzantin, le et le se disputèrent la ville qui changea constamment de maître. Quelques dates marquent cette période agitée. En 896, les Hongrois s’emparèrent de Belgrade. En 971, l’Empire byzantin reprit la ville. Vers 976, elle fut conquise par Samuel de Bulgarie. En 1018, l’empereur Basile II réintégra Belgrade dans l’Empire byzantin. En 1096, Belgrade fut détruite par les Hongrois, mais les Byzantins en gardèrent le contrôle. Le sultan Mourad II, qui assiégea Belgrade en 1440 Stefan Dragutin en 1296 Jean Hunyadi, qui défendit Belgrade au siège de 1456 En 1076, Jérusalem était tombée entre les mains des Turcs. En 1096 et en 1147, les Croisés, en partance pour la Terre sainte, passèrent à Belgrade. En 1127, le roi Étienne II de Hongrie détruisit la ville et en récupéra les pierres pour construire une forteresse à Zemun. À son tour, en 1154, l’empereur byzantin Manuel I Comnène détruisit Zemun et en récupéra les pierres pour reconstruire Belgrade ; le géographe et cartographe arabe Al Idrissi, de passage dans la cité, décrit Belgrade comme une ville « bien peuplée et animée » Exposition de la Bibliothèque nationale de France. En 1182, les Hongrois, de nouveau, saccagèrent la ville mais, dès 1185, les Byzantins la récupérèrent par la négociation. En 1189, l’empereur romain germanique Frédéric Barberousse, un des chefs de la troisième croisade, passa lui aussi à Belgrade à la tête de pèlerins ; la ville était devenue un champ de ruines. En 1230, Belgrade fut rattachée à la Bulgarie puis, en 1232, la ville passa à la Hongrie.

La période serbe

Le siège de Belgrade en 1456 En 1284, Le premier souverain serbe à régner sur Belgrade fut Stefan Dragutin, qui avait été roi de Serbie entre 1276 et 1282. Il reçut la ville en cadeau de son beau-père le roi Ladislas IV de Hongrie. La cité intégra ainsi le royaume de Syrmie (Srem). Dragutin tenait sa cour à Belgrade ; il fit construire une cathédrale orthodoxe, symbole de la puissance et de la prospérité du nouvel État serbe Site officiel de la Ville de Belgrade. À sa mort en 1316, son frère Stefan Milutin régna à son tour sur Belgrade. Mais dès 1319, les Hongrois s’emparèrent de nouveau de la ville et la détruisirent complètement. Belgrade devint une forteresse qui servait de tête de pont pour les Hongrois hostiles à l’expansion de l’État serbe situé plus au sud. Au cours du , les Turcs firent leur entrée dans cette partie des Balkans. Après la bataille de la Maritza en 1371 et celle de Kosovo Polje en 1389, ils conquirent le sud de la Serbie tandis que le nord résista sous la forme du despotat de Serbie. Conscient de la menace ottomane et du rempart que constituait le despotat, le roi de Hongrie Sigismond se rapprocha du despote serbe Stefan Lazarević. En 1403, Stefan Lazarević, le fils du prince Lazar, fut autorisé à faire de Belgrade la capitale du despotat. De 1403 à 1427, la ville connut une nouvelle ère de prospérité. Une citadelle y fut construite, dont il subsiste la Tour du despote, encore visible dans la forteresse de Kalemegdan. De nombreux habitants, fuyant les Ottomans, vinrent se réfugier à Belgrade ; à cette époque, on considère que la ville comptait entre et habitants. L’historien Dušan Batković commente ainsi la portée de cette période pour la ville : « La signification de Belgrade dans l’histoire serbe ne fit qu’augmenter à mesure que se rapprochait la chute du régime du despotat serbe. Belgrade devint le symbole des efforts conjugués afin d’empêcher les Turcs de pénétrer en Pannonie et jusqu’au centre du continent européenpages 72 et 73 ». À la mort de Stefan Lazarević en 1327, le nouveau despote Đurađ Branković, conformément aux accords passés en 1403, dut restituer la ville à la Hongrie. Smederevo, non loin de Belgrade, devint la nouvelle capitale du despotat ; Đurađ Branković y fit construire une nouvelle forteressepage 79. Néanmoins, sous son règne, le despotat tomba presque entièrement entre les mains des Ottomans. En 1440, le sultan Mourad II, conscient de l’importance stratégique de Belgrade pour la conquête de l’Europe centrale, à la tête de plus de Turcs mit une première fois le siège devant la cité mais la ville résista Site officiel de la Ville de Belgradepage 83. En 1443, une armée fut levée et placée sous le commandement de Vladislas I Jagellon, roi de Pologne et de Hongrie, qui choisit pour le seconder Jean Hunyadi et Đurađ Branković ; l’armée se rassembla à Belgrade. Ses succès contre les forces ottomanes contraignirent Mourad II à temporiser. Mais son successeur, Mehmed II, reprit l’offensive. En 1453, il s’empara de Constantinople. Belgrade fut une nouvelle fois assiégée en 1456 mais la ville put encore résister, notamment grâce à Jean HunyadiTom R. Kovach, Article sur le site /. En revanche, Smederevo tomba aux mains des Turcs en 1459 et peu après le despotat de Serbie se retrouva sous leur dominationpages 87 et 88.

La période turque

Soliman le magnifique, qui s’empara de Belgrade le 28 août 1521 Le prince Eugène de Savoie-Carignan, qui prit Belgrade en 1717 La forteresse de Belgrade au Le siège de Belgrade par Eugène de Savoie, 1717 En 1521, Soliman le magnifique mit à nouveau le siège devant Belgrade. Le 28 août, il réussit à s’emparer de la ville, qui fut raséepage 98. Conformément à ses attentes, cette conquête lui ouvrit les portes de l’Europe centrale : il réussit à mettre le siège devant la ville de Vienne en 1529. Pendant 150 ans, la ville fut le chef lieu d’un sandjak, un district de l’Empire ottoman. Elle attira de nouveaux marchands et de nouveaux habitants turcs, arméniens, grecs, ainsi que des marchands venus de Raguse. On estime à habitants la population de Belgrade au début du , ce qui en fit la deuxième ville de l’Empire ottoman après Istanbul. Elle prit progressivement l’allure d’une ville orientale, avec des bâtiments d’architecture ottomane et de nouvelles mosquées. Cet aspect oriental frappera encore les voyageurs du Par exemple Alphonse de Lamartine ; cf. le Voyage en Orient. La ville fut touchée par une révolte serbe majeure qui eut lieu en 1594, la révolte du Banat, et qui fut écrasée par les Turcs. Pour impressionner la population, le pacha de Belgrade ordonna que l’on fît venir les reliques de Saint Sava qui reposaient au monastère de Mileševa ; le 24 avril 1594, elles furent brûlées en public sur le plateau de Vračar (aujourd’hui un quartier de Belgrade). À l’emplacement de ce bûcher s’élève l’actuel temple de Saint SavaAmfilohije Radović Article en serbe. Après l’échec des Ottomans devant Vienne en 1688, le duc Maximilien-Emmanuel de Bavière s’empara de Belgrade. Les Turcs reprirent la ville en 1690. En 1717, le Prince Eugène de Savoie conquit la ville à nouveau. Entre 1723 et 1736, Nikola Doksat y construisit la forteresse de Kalemegdan. Mais par le traité de Belgrade, signé le 18 septembre 1739, les Habsbourgs rendirent la ville aux Turcs. Par deux fois, les Ottomans punirent la population de la ville en se livrant à des destructionspages 118 et 119. Dans les deux cas, la reconquête par les Turcs s’accompagna d’une importante émigration serbe : des populations nombreuses, fuyant la région de Belgrade, vinrent s’installer en Autriche, en Voïvodine et en SlavonieDejan Medaković , Janus, Belgrade, 1989, ISBN 978-8613009030page 119. En 1789, lors de la guerre austro-turque de 1788-1791, le maréchal Ernst Gideon von Laudon s’empara à nouveau de la ville. Mais par le traité de Svishtov (1791), Belgrade fut une nouvelle fois restituée aux Ottomans. En échange, les janissaires durent quitter le pachalik de Belgrade.

Le

Đorđe Petrović, dit Karageorges, qui libéra une première fois Belgrade de la présence turque Le prince Michel III Obrenović, qui fit de Belgrade la capitale de la Principauté de Serbie

La première et la seconde révolte des Serbes contre les Turcs

En 1799, pour calmer l’agitation qui secouait son empire, le sultan Selim III autorisa le retour des janissaires dans le pachalik de Belgrade. En 1801, de plus en plus indépendants, ces janissaires tuèrent le pacha Hadji Mustafa et multiplièrent les exactions. Pour réprimer les révoltes naissantes, le 4 février 1804, ils firent arrêter et tuer 70 notables serbes. Cet événement, connu sous le nom de "Massacre des notables" ou "Massacre des Princes" (seča knezova), fut en fait à l’origine de la première révolte serbe contre les Turcs (1804-1813)pages 137 à 143. Le 8 janvier 1806, Belgrade fut libérée par les rebelles serbes commandés par Đorđe Petrović, plus connu sous le nom de Karageorges (Georges le Noir). En 1807, le Praviteljstvujušči Sovjet (gouvernement serbe) se réunit à Belgrade et, en 1811, les ministres s’y établirent. En 1808, l’écrivain Dositej Obradović, y fonda la première Haute École, ébauche de ce qui allait devenir l’université de Belgrade. En revanche, après l’échec de cette première révolte, la ville fut reprise par les Tucs en 1813 Site officiel de la ville de Belgrade. La répression qui s’ensuivit donna lieu en 1815 à une seconde révolte conduite par le prince Miloš Obrenović. À l’issue des négociations, les Turcs conservèrent la forteresse de Kalemegdan, mais la Serbie devenait de facto une principauté autonome à l’intérieur de l’Empire ottomanpages 144 et 145. En 1818, Kragujevac, et non Belgrade, fut choisie comme capitale de la nouvelle Principauté de Serbiewww.kragujevac.org.yu/en/history.htm| Histoire de Kragujevac Site officiel de la ville de Kragujevac. Le sultan Mahmoud II reconnut officiellement l’autonomie de la Serbie en 1830.

La principauté et le royaume de Serbie

La rue Knez Mihailova au début du L’autonomie de la Serbie ouvrit pour Belgrade une période de mutations. Des bâtiments importants y furent construits comme la résidence kneginja Ljubica (1829-1831), la résidence Milošev (1831-1834), dans le quartier de Topčider, ou encore la cathédrale Saint-Michel (1837-1840). Outre ses fonctions économiques, Belgrade devint un important centre culturel. En 1831, la première imprimerie y fut installée et, en 1835, le journal "Novine Srpske" commença à y paraître. La Faculté de Théologie et le premier Lycée y furent créés et la ville attira des intellectuels de premier plan comme Vuk Stefanović Karadžić, le grand réformateur de la langue serbe, Jovan Sterija Popović, un dramaturge célèbre, Joakim Vujić, lui aussi dramaturge et écrivain, ou encore Dimitrije Davidović, qui fut journaliste, ministre de Miloš Ier Obrenović et, dans ces fonctions, l’instigateur de la Bibliothèque nationale de Serbie. En 1867, le prince Michel III Obrenović, le fils du prince Miloš, obtint le départ définitif des Turcs de la forteresse de Kalemegdan après 346 ans de domination et Belgrade devint officiellement la capitale de la Principauté. La Serbie devint indépendante en 1878 sous le règne du prince Milan IV Obrenović, qui devint roi de Serbie en 1882 sous le nom de Milan I. Le départ définitif des Turcs et l’indépendance accélérèrent l’occidentalisation de Belgrade, notamment sur le plan de l’urbanisme. La rue Knez Mihailova fut ouverte à la place d'anciennes rues tortueuses et elle relia la forteresse de Kalemegdan à la ville ; la Place de la République (Trg Republike) fut créée en 1866. De nombreux bâtiments furent construits dans un style européen (banques, bâtiments officiels…). La ville connut un développement industriel important. En 1884, elle fut reliée par chemin de fer à Niš, la deuxième ville de Serbie par son importance ; l’électricité y fut installée. D’importantes institutions culturelles virent le jour comme le Musée National en 1844, le Théâtre National en 1869 ou encore l'Académie serbe des sciences et des arts en 1886. Auguste et Louis Lumière donnèrent à Belgrade la première séance de cinéma des Balkans et d’Europe centrale en juin 1896. Johann Strauss II y joua la même année. En 1900, la capitale ne comptait que habitantsJan Lahmeyer Site www.populstat.info. Mais en 1905 elle en comptait déjà plus de et, à la veille de la Première guerre mondiale, elle dépassait déjà les habitants, sans compter Zemun qui appartenait encore à l’Autriche-Hongrie.

Le

La Première Guerre mondiale et l’Entre-deux-guerres

Il existait un antagonisme important entre le Royaume de Serbie, qui souhaitait réaliser l’unité tous les peuples slaves des Balkans à l’intérieur d’une Grande Serbie, et l’Empire d'Autriche-Hongrie, présent dans la région, et souhaitant, notamment, poursuivre son avancée dans la vallée du Danube jusqu’à la mer Noirepages 240 à 244. Le 28 juin 1914 Gavrilo Princip, un anarchiste serbe né en Bosnie assassine à Sarajevo l’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône impérial d’Autriche-Hongrie. La Serbie refusant d’ouvrir son territoire à des enquêteurs autrichiens, cet événement déclencha la Première guerre mondiale. Le 29 juillet 1914, des monitors de la marine austro-hongroise bombardèrent Belgrade et, le 30 novembre, la ville fut prise une première fois par le général Potiorek avant d’être libérée par le maréchal Putnik le 15 décembre. Le 9 octobre 1915, Belgrade fut prise une nouvelle fois par les troupes allemandes et autrichiennes commandées par August von Mackensen ; la bataille avait fait rage plusieurs jours et la ville avait subi de nombreuses destructions Site officiel de la ville de Belgrade. Belgrade fut finalement libérée le 1918 grâce à une armée franco-serbe commandée conjointement par le maréchal Louis Franchet d'Espérey et le prince héritier Alexandre de Serbiepage 263. À la fin de la guerre, la Serbie avait perdu 28% de sa population, tandis que Belgrade était la ville du pays qui avait subi le plus de destructions. En 1918, Belgrade devint la capitale du Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes (proclamé à Zagreb), puis, en 1929, celle du Royaume de Yougoslaviepages 269 à 278 et pages 294 à 297. La ville se modernisa et connut une importante croissance démographique. Elle incorpora la ville de Zemun qui était restée autrichienne jusqu’à la guerre ; en 1931, elle comptait habitants et, en 1940, elle en comptait , la population augmentant en moyenne de 4, 08% entre 1921 et 1948. En 1927, fut ouvert le premier aéroport de Belgrade et, en 1929, sa première station de radio commença à émettre. Le pont de Pančevo, qui franchissait le Danube, fut ouvert à la circulation en 1935.

La Seconde guerre mondiale

Le 25 mars 1941, sous la pression d’Hitlerpage 306, le président du Conseil Dragiša Cvetković et son ministre des Affaires étrangères signèrent à Vienne l’adhésion de la Yougoslavie au Pacte tripartite, rangeant ainsi le pays au côté des puissances de l’Axe ; par cet accord, le prince Paul, régent du royaume, espérait tenir le royaume à l’écart de la Seconde guerre mondialepages 306 et 307. À Belgrade, cette décision suscita immédiatement de nombreuses et importantes manifestations de rue ; et, le 27 mars, avec l’appui de la Grande-Bretagnepage 307, un coup d'État, conduit par le général Dušan Simović et organisé par le général Borivoje Mirkovićpage 307 - Sur le site , força le prince Paul à quitter le pouvoir et installa sur le trône le roi Pierre II avant sa majorité. Par voie de conséquence, le 6 avril 1941, Belgrade, pourtant déclarée ville ouverte, fut bombardée par la Luftwaffe, bombardement qui fit au moins morts ; la Bibliothèque nationale de Serbie fut incendiée, ce qui provoqua la destruction de dizaines de milliers de livres rares parmi lesquels figuraient de précieux manuscrits du Moyen-Âgepages 308 et 309. La Yougoslavie fut envahie et, le 17 avril 1941, la capitulation du royaume fut signée à Belgrade. La Serbie et le Banat furent placés sous l’autorité des Nazis, une Croatie indépendante fut créée, tandis que le reste du royaume fut partagé entre les diverses puissances de l’Axe ; le gouvernement royal partit en exil à Londrespage 308 et pages 318 et 319 et un gouvernement dirigé par le général Milan Nedić fut installé à Belgrade par les nazispages 325 à 327. Très vite la résistance s’organisa autour de deux hommes : Draža Mihailović, un fidèle partisan de la monarchie, coordonna l’action des tchetniks (à partir de mai 1941)pages 320 à 322 ; Josip Broz Tito fut à la tête des partisans communistes (à partir de juillet 1941)pages 322 à 324. En représailles à la guérilla qui s’installait, à l’automne et au cours de l’hiver 1941, le général Franz Böhme, le gouverneur militaire de la Serbie, fit arrêter et tuer de nombreux Belgradois et, en particulier, des membres de la communauté juive ; sa "règle" était d’exécuter 100 Serbes ou Juifs pour tout Allemand tué Article sur Franz Böhme. Le 6 avril 1944, les Alliés bombardèrent Belgrade, faisant environ morts. La ville resta occupée par les nazis jusqu’au 20 octobre 1944, date à laquelle, avec l’accord de Churchillpages 332 et 333, elle fut libérée par les Partisans communistes et par l’Armée rouge. Pendant la guerre, Belgrade avait perdu environ habitants et souffert d’importants dommages matériels.

La période communiste

Le maréchal Tito (1892-1980) Le 29 novembre 1945, le maréchal Josip Broz Tito proclama à Belgrade l’abolition de la monarchie et la naissance de la République fédérale socialiste de Yougoslavie. En 1946, le général Draža Mihailović fut jugé et exécuté à Belgrade (Topčider). En tant que capitale de cette nouvelle Yougoslavie, la ville connut un important développement industriel. En 1958, la première chaîne de télévision de Belgrade commença à diffuser ses programmes. Par sa relative indépendance à l’égard de Moscou, Tito fit aussi de la capitale de la Yougoslavie une importante ville internationale. En 1961, la première conférence des chefs de gouvernement des Pays non alignés se réunit à Belgrade sous la présidence du maréchal ; le pays tout entier en retirait un important prestige auprès des pays du Tiers-MondeYves Tomic (faire défiler la page). S’y tinrent aussi des assemblées de la Banque mondiale ou du Fonds monétaire international, ainsi que de nombreuses manifestations culturelles et sportives. En revanche, l’année 1968 offrit un autre visage de Belgrade, avec de nombreuses manifestations contre Tito qui se soldèrent par de violents affrontements entre les étudiants et la police ; tout cela révélait l’existence d’un réel malaise politique et social dans le pays. En mars 1972, une importante épidémie de variole se déclara dans la ville, ce qui contraignit ses habitants à la quarantaine Article de la Wikipédia anglophone. Le problème des nationalités couvait également Le Monde diplomatique, article dans le Cahier spécial sur le Kosovo (archivé en 2006 - sans précision d’auteur). En 1974, une nouvelle Constitution fut proclamée à Belgrade. L’historien Dušan Bataković l’analyse en ces termes : « Chaque république, ainsi que chaque province autonome, apparaissaient non seulement comme le représentant unique d’un peuple déterminé, mais aussi comme un élément constituant de la fédération. Ainsi était instaurée une souveraineté double. (…) La désintégration de la Yougoslavie fut, de ce fait, facilitéepage 359. »

La période post-communiste

Slobodan Milošević sur une affiche vandalisée Belgrade vécut les contrecoups de la crise que connut la Yougoslavie. Le 9 mars 1991, la capitale fut le théâtre d’importantes manifestations de rue conduites par Vuk Drašković contre le pouvoir de Slobodan Milošević, article en serbe dans le journal Danas, (faire défiler la page). Selon les médias, entre et personnes défilèrent dans les rues. Les chars furent déployés pour ramener le calmeJames L. Graff Article en anglais extrait du Time magazine, 25 mars 1991. Il y eut deux morts et 203 blessés. 108 personnes furent arrêtées Chronologie, en serbe, dans le journal Vreme, . Zoran Đinđić, maire de Belgrade, puis Premier ministre, assassiné en 2003 En 1992, la ville devint la capitale de la République fédérale de Yougoslavie, formée de la République de Serbie et de la République du Monténégro et renommée en 2003 Communauté d'États Serbie-et-Monténégro. Elle eut comme premier président l’écrivain Dobrica Ćosić, membre de l’Académie de la rue Knez Mihailova. Après le retour au pouvoir de Slobodan Milošević, de nouvelles manifestations eurent lieu à Belgrade de novembre 1996 à février 1997 ; la gouvernement était accusé de fraude électorale Site officiel de la Ville de Belgrade. Ces manifestation conduisirent à l’élection de Zoran Đinđić, membre du Parti démocratique ; il fut le premier maire non communiste de Belgrade depuis la fin de la Seconde guerre mondialeJane Perlez Article en anglais dans The New York Times, 23 février 1997 (accès payant) En 1999, pendant la guerre du Kosovo, Belgrade fut bombardée par l’OTAN, ce qui provoqua de nombreux dégâts dans la ville. Parmi les sites bombardés se trouvèrent plusieurs ministères, l’immeuble de la Radio Télévision de Serbie (RTS), plusieurs hôpitaux, l’hôtel Jugoslavija, la tour Ušće, l’émetteur de télévision du mont Avala, ainsi que l’ambassade de Chine Site officiel de la Ville de Belgrade. Les ponts de la capitale furent préservés à la demande de la France. Après les élections de 2000, Belgrade fut le théâtre de nouvelles manifestations qui amenèrent des centaines de milliers de personnes dans les rues ( selon la police, plus d’ selon le journaliste britannique Misha Glenny). Ces manifestations contraignirent Milošević à démissionner le Slobodan Antonić (La Serbie après Milošević)] Article en serbe dans le journal Нова спрска политичка мисао, 15 mars 2001Misha Glenny Article en anglais dans The New Yorker, . Cette démission mit un terme à ce qu’on appelle familièrement la Révolution des bulldozers. Depuis 2006, suite à l’indépendance de la République du Monténégro, Belgrade est devenue la capitale de la seule Serbie.

Le district de Belgrade (Ville de Belgrade)

Belgrade dispose d’un statut particulier qui fait de la capitale une unité territoriale à part entière. De fait, Belgrade est aussi le centre administratif d’un district appelé Ville de Belgrade, en serbe cyrillique Град Београд. Ce district est divisé en 17 municipalités. Dix d’entre elles possèdent le statut de municipalité « urbaine » : elles sont partie intégrante de la ville-capitale. Les sept autres ont le statut de municipalité « périurbaine » : elles sont situées à proximité de la capitale.

Municipalités de la Ville de Belgrade

La plupart de ces municipalités sont situées au sud du Danube et de la Save dans la région de la Šumadija. Trois municipalités, Zemun, Novi Beograd et Surčin, sont situées au nord de la Save dans la région de Syrmie, la municipalité de Palilula est, elle, située sur les deux rives du Danube, dans la région de Šumadija et dans le Banat.

Gouvernement local

Le Palais Royal, siège de l’Assemblée de la Ville de Belgrade En tant qu’unité territoriale à part entière, la ville de Belgrade est dotée d’un gouvernement municipal autonome. Elle possède un maire élu pour quatre ans, qui exerce des fonctions représentatives et exécutives. Il est assisté par un "maire adjoint". Nenad Bogdanović fut maire de Belgrade à partir de 2004 et jusqu'au 27 septembre 2007, date de sa mort , Annonce de la mort de Nenad Bogdanović sur le site de la ville de Belgrade , Politika, 28 septembre 2007 - Annonce de la mort de Nenad Bogdanović, notice biographique ; il était membre du Parti démocratique. Le premier membre du parti démocratique à avoir été désigné comme maire de Belgrade dans la période récente est Zoran Đinđić, élu en 1996. La Ville de Belgrade possède aussi une Assemblée, composée de 90 membres. La majorité locale est formée par le Parti démocratique (33 députés), par le Parti démocratique de Serbie (13 députés) et par le Groupe 17 Plus (5 députés). Dans l’opposition, le Parti radical serbe, le Parti socialiste de Serbie et le Mouvement « Force de la Serbie » (PSS) ont respectivement recueilli 28, 6 et 5 sièges Site officiel de la Ville de Belgrade. Cette assemblée, élue pour 4 ans en même temps que le maire, se réunit selon les circonstances et au moins une fois tous les trois mois. L’actuel président de l’Assemblée est Milorad Perović.

Quartiers et faubourgs de Belgrade

Démographie

Au recensement de 2002, Belgrade comptait habitants.

Composition de la population

- Serbes : ;
- Yougoslaves : ;
- Monténégrins : ;
- Roms : ;
- Croates : ;
- Macédoniens : ;
- Musulmans (nationalité) : ;
- Autres. En juin 2007, la population était estimée à habitants. Belgrade a accueilli de nombreux Serbes venus des diverses régions de l'ancienne Yougoslavie, notamment ceux qui fuyaient les guerres et leurs suites: The Washington Post, Tuesday, 22 juin 1999.. Si l'on tient compte des réfugiés venus de Croatie et de Bosnie-Herzégovine, de ceux du Kosovo, si l'on tient compte aussi des étudiants, la population de Belgrade pourrait dépasser les deux millions d'habitants. La capitale accueille également plusieurs milliers de Chinois, venus s'intaller dans le milieu des années 1990Aleksandar Apostolovski, ("Nos amis les Chinois"), Politika, 27 mars 2007 (en serbe) ; c'est ainsi que le Blok 70 un quartier situé dans la mmunicipalité de Novi Beograd est devenu le quartier chinois de Belgrade, Kurir, 20 février 2005 (en serbe)Biljana Vasić, , Vreme, 15 janvier 2001 (en serbe).. Belgrade possède également des habitants venus du Moyen Orient, prinicipalemnt de Syrie, d'Iran, de Jordanie et d'Irak ; beaucoup sont arrivés dans les années 1970 et 1980 pour effectuer leurs études, puis se sont installés et ont fondé des famillesVesna Peric Zimonjic , Dawn - International, 7 décembre 2005Francesca Ciriaci , Jordan Times, 11 avril 1999.

Religions

Les chrétiens serbes orthodoxes constituent la plus importante communauté religieuse de Belgrade, avec membres. Il y a aussi musulmans, catholiques et protestants. Il y avait autrefois une importante communauté juive, mais après l'occupation de la ville par les Nazis et l'émigration de nombreux Juifs en Israël, la communauté ne comptait officiellement que 415 membres en 2002, page 12. Републички завод за статистику Србије, 2003..

Culture

L’Académie serbe des Sciences et des Arts De nombreux événements culturels se déroulent dans la capitale : le Festival international du film de Belgrade (FEST), le Festival international de théâtre de Belgrade (BITEF), le Festival d'été de Belgrade (BELEF), le Festival international de musique de Belgrade (BEMUS), la Foire internationale du livre de Belgrade ou encore le Festival de la bière de Belgrade Site officiel de la Ville de Belgrade. L’écrivain Ivo Andrić, lauréat du prix Nobel de littérature en 1961, a écrit à Belgrade son œuvre la plus célèbre, Le Pont sur la Drina (en anglais). D’autres auteurs de premier plan sont associés à la ville de Belgrade : Branislav Nušić, Miloš CrnjanskiJoseph Tabbi, , 26 juillet 2005 (en anglais), Borislav Pekić (en serbe), Milorad Pavić et Meša Selimović (en bosniaque). L’essentiel de l’industrie du cinéma serbe est située à Belgrade. En 1995, Emir Kusturica a remporté la Palme d'Or pour son film Underground. Svetlana Ražnatović, dite "Ceca" Dans les années 1980, sur le plan musical, Belgrade fut un des centres de la Nouvelle vague yougoslave, avec des artistes comme VIS Idoli, Ekatarina Velika et Šarlo Akrobata, qui étaient tous originaires de la capitale. Parmi les groupes de rock célèbres, on peut citer Riblja Čorba (en serbe) et Bajaga i Instruktori. La ville est le centre d'un style musical connu sous le nom de turbo-folk, dont la chanteuse Ceca Ražnatović est l'un des représentants les plus célèbres. Belgrade joue un rôle important sur la scène du hip hop serbe, avec le groupe Beogradski SindikatAleksandar Pavlić, (en serbe), avec des rappeurs comme Škabo et MarčeloS. S. Todorović, , 30 janvier 2004 (en serbe) et surtout avec le label Bassivity Music (en anglais). Belgrade compte de nombreux théâtres, dont les plus importants sont le Théâtre National, le Théâtre dramatique yougoslave, le Théâtre Zvezdara et l'Atelier 212. La ville de Belgrade est également le siège de l'Académie serbe des Sciences et des Arts, de la Bibliothèque Nationale de Serbie et du Musée National ainsi que de nombreuses institutions culturelles étrangères, comme l'Institut Cervantes, le Goethe-Institut et le Centre Culturel Français, qui sont tous trois situés rue Knez Mihailova. On y trouve aussi l'American Corner, le Forum culturel autrichien (Österreichischen Kulturforums), le British Council, le Centre russe pour la science et la culture (Российский центр науки и культуры), l'Institut Confucius, le Centre culturel canadien, l'Istituto Italiano di Cultura et le Centre culturel de la République islamique d'Iran. Suite à la victoire de la représentante serbe Marija Šerifović au Concours Eurovision de la chanson 2007, Politika, 13 mai 2007 (en serbe), Belgrade organisera le Concours Eurovision de la chanson 2008., 14 mai 2007 (en anglais)

Musées

L'Évangile de Miroslav, conservé au Musée National Le musée le plus important de Belgrade est le Musée national, créé en 1844; il abrite une collection de plus de piècesTatjana Cvjetićanin http://www.narodnimuzej.org.yu/code/navigate.php?Id=75 From the history of the National Museum in Belgrade Site officiel du Musée National de Belgrade, parmi lesquelles se trouve le célèbre Évangile de Miroslav (Miroslavljevo Jevanđelje) qui date de 1180 et qui a été inscrit en 2005 sur la liste Mémoire du monde de l'UNESCO Site officiel du Musée National Site officiel de l'UNESCO ; le musée présente également d'importantes collections de peinture. Le Musée d'art contemporain de Belgrade rassemble environ œuvres créées en Yougoslavie depuis 1900Site officiel de la Ville de Belgrade. Avec environ copies de films nationaux et internationaux, les Archives du film yougoslave de Belgrade figurent parmi les dix archives cinématographiques les plus riches du mondeEuropean Agency for Reconstruction http://www.ear.europa.eu/serbia/main/documents/2006Media.pdf ; cette institution fonctionne aussi comme un musée, avec sa salle de cinéma et son hall d'exposition ; en 2007, un dépôt moderne a été inauguré, 10 juin 2007 sur le site SEECult.org. Le Musée militaire présente plus de pièces, dont les plus anciennes datent de la Préhistoire, de la Grèce antique et de la période romaine Site officiel de la Ville de Belgrade. Le Musée de l'aviation de Belgrade possède plus de 200 appareils, dont une cinquantaine sont exposés ; certains d'entre eux sont l'unique exemplaire de leur type subsistant au monde, comme le Fiat G.50. Le musée présente également les épaves d'avions américains de l'OTAN abattus dans les années 1990 ; on peut y voir, notamment, un avion furtif d'attaque au sol F-117 abattu par les forces yougoslaves (en serbe - nécessite Firefox). Le Musée ethnographique, créé en 1901, abrite plus de pièces présentant au public la vie quotidienne dans les campagnes et les villes des Balkans et notamment dans les pays de l'ex-Yougoslavie Site officiel de la ville de Belgrade. Le Musée Nikola Tesla, créé en 1952, conserve des objets et des documents ayant appartenu à Nikola Tesla, l'inventeur qui a donné son nom au tesla (unité de mesure) ; la collection est riche d'environ documents originaux et de autres pièces Site officiel du Musée Nikola Tesla. On peut encore citer le Musée de Vuk et Dositej, qui présente la vie, l'œuvre et l'héritage de Vuk Stefanović Karadžić, le grand réformateur de la langue serbe au , et de Dositej Obradović, un écrivain qui fut le premier Ministre de l'éducation du payshttp://www.beograd.org.yu/cms/view.php?id=201051 Musées (1) Site officiel de la Ville de Belgrade. Belgrade possède également un Musée d'Art africain, créé à l'époque où Tito pratiquait une politique d'ouverture en direcion du Tiers Monde Site officiel de la Ville de Belgrade (en anglais).

Architecture

Le tombeau (turbe) de Damad Ali-Pasha, dans le parc de Kalemegdan ; l'un des plus anciens édifices de Belgrade Belgrade possède une architecture très variée, du centre de Zemun, qui, longtemps sous domination autrichienne, offre l'aspect typique d'une ville d'Europe centraleNicholas Comrie et Lucy Moore, , B92, 10 janvier 2007, jusqu'à l'architecture la plus moderniste, telle qu'on peut la trouver à Novi Beograd. En raison des nombreuses destructions que la ville a connues, les bâtiments les plus anciens du cœur de Belgrade datent seulement du Zoran Manević, , MIT. Le plus ancien édifice public de Belgrade est un turbe (tombeau turc) de forme hexagonale ; il est situé dans le parc de la forteresse de Kalemegdan. La plus ancienne maison privée de la capitale, avec des murs en simple argile séché, date de la fin du ; elle est située dans le quartier de DorćolProf. Dr. Mihajlo Mitrović, , ULUS, 27 juin 2003. L'influence occidentale commença à s'exercer au début du , avec des constructions de style néoclassique, romantique et académique. A la fin du , les architectes serbes créèrent le Théâtre National, le Vieux Palais (1882-1884), la cathédrale Saint Michel et, au début du , le Parlement de Serbie (1907-1936) et le Musée National, influencé par l'art nouveau. Le style néo-byzantin est bien représenté dans la capitale : on peut citer la façade de la Fondation Vuk (1912) ou la Poste de la rue Kosovska ; il se retrouve dans l'architecture religieuse, par exemple dans l'église Saint Marc (1931-1940), inspirée de l'église du monastère de Gračanica, et au Temple de Saint Sava. Le Parlement de Serbie Pendant la période communiste, de nombreux immeubles ont été construits, notamment pour loger les réfugiés qui affluèrent après la Seconde guerre mondiale. Ces constructions, élevées à la hâte et pour le moindre coût relèvent parfois de l'architecture brutaliste, comme dans le quartier des Blokovi ("les blocs") à Novi Beograd. Le réalisme socialiste soviétique a inspiré des bâtiments comme ceux de la Maison des syndicats (1955). Parallèlement, dans le milieu des années 1950, un courant moderniste s'est développé, qui, aujourd'hui encore, domine l'architecture belgradoise.

Tourisme

rue du prince Michel (Knez Mihajlova), la principale zone piétonne de la ville Les secteurs historiques et les édifices de Belgrade figurent parmi les premières attractions de la ville. Parmi elles, on peut citer Skadarlija, le Musée National, le Théâtre National, Zemun, la place Nikola Pašić (Trg Nikole Pašića), Terazije, la place des Étudiants (Studentski Trg), la forteresse de Kalemegdan, la rue du Prince Michel, le Parlement, le Temple de Saint Sava et le Vieux Palais. Belgrade possède de nombreux parcs, monuments, musées, cafés, restaurants et boutiques sur les deux rives du fleuve. Le Monument au Soldat inconnu sur le mont Avala offre de belles vues sur la ville. Le mausolée de Josip Broz Tito, appelé Kuća Cveća (la Maison des Fleurs), et les parcs voisins de Topčider et de Košutnjak sont des endroits fréquentés par les touristes, notamment ceux qui viennent de l'ex-Yougoslavie. Ada Ciganlija est une ancienne île sur la Save et le plus grand centre de loisirs de la capitale ; l'île est aujourd'hui reliée à la terre ferme par des digues qui ont créé un lac artificiel bordé de plages. Ada Ciganlija est un lieu de promenade qui attire de nombreux Belgradois, notamment pendant les journées chaudes de l'été. On peut y pratiquer le golf, le football, le basket-ball, le volleyball, le rugby, le baseball et le tennis Site officiel d'"Ada Ciganlija" (en serbe). On peut aussi y pratiquer les sports extrêmes comme le saut à l'élastique, le ski nautique et le paintball Site officiel de l'Office du Tourisme de Belgrade (en anglais). De nombreuses pistes permettent aussi de pratiquer le vélo ou le jogging Site officiel d'"Ada Ciganlija" (en serbe) Site officiel d'"Ada Ciganlija" (en serbe). En plus d'Ada Cingalija, Belgrade possède en tout 16 îlesAna Nikolov , Institut za Arhitekturu i Urbanizam Srbije ; beaucoup d'entre elles sont inoccupées ; en revanche, la grande Île de la guerre au confluent même de la Save et du Danube constitue une réserve pour la vie sauvage (et particulièrement pour les oiseaux), Kurir, 23 mai 2006 (en serbe). De ce fait, les autorités de la Ville de Belgrade l'ont transformée en réserve naturelle, ainsi que la petite Île de la guerre, située juste à côtéBeoinfo , 4 août 2005 (en serbe).

Vie nocturne

La tour Beograđanka Belgrade a réputation d'offrir une vie nocturne particulièrement animée, avec des clubs ouverts jusqu'à l'aube un peu partout dans la ville. Le long des rives de la Save et du Danube se succèdent de nombreuses barges (splavovi) qui sont parmi les lieux les plus appréciés des noctambules-Ann Prentice, , Guardian Travel, 10 août 2003Seth Sherwood, , The New York Times, 16 octobre 2005Barbara Gruber, , Deutsche Welle, 22 août 2006. De nombreux visiteurs, venant particulièrement de Bosnie-Herzégovine, de Croatie et de Slovénie, viennent passer la nuit à Belgrade en raison de l'atmosphère amicale qui règne dans la capitale et pour profiter des grands clubs et des bars Slovenci dolaze u jeftin provod], Glas javnosti, 21 décembre 2004 (en serbe), Večernji list, 6 janvier 2006 (en croate). On y trouve des clubs alternatifs célèbres comme l'Akademija et le KST (Klub studenata tehnike), situé dans les sous-sols de la Faculté de génie électrique de l'Université de BelgradeEric D. Gordy, The Culture of Power in Serbia : Nationalism and the Destruction of Alternatives, pp. 121 et 122, Penn State Press, 1999 ISBN 0271019581, Club "Akademija" (en serbe). L'un des lieux les plus célèbres pour les événements culturels alternatifs de la ville est le SKC ("Centre Culturel des Étudiants"), situé juste en face de la tour Beograđanka. Des concerts donnés par des groupes venus de Serbie mais aussi du monde entier sont souvent organisés dans ce centre. Le SKC propose également des expositions d'art, des débats et des discussions, SKC. Les nuits belgradoises peuvent également être rythmées par une musique plus traditionnelle connue sous le nom de Starogradska ("la musique de la vieille ville"), typique des zones urbaines du nord de la Serbie. On l'entend surtout dans le quartier de Skadarlija, le quartier bohème où les poètes et les artistes de la capitale se retrouvaient au et au début du ; ce quartier est situé autour de la rue de Skadar (Skadarska ou, familièrement, Skadarlija). On y trouve aussi de nombreux restaurants traditionnels appelés kafanas, qui pour la plupart datent de cette époque, Site de l'Office du tourisme de Belgrade (en anglais. L'une des plus anciennes kafanas de la capitale est la Taverne « ? » (Znak pitanja, le "point d'interrogation"), ouverte en 1826Un point d'interrogation remplace l'ancien nom de l'auberge à l'époque jugé irrévérencieux Site officiel en serbe. Dans ce quartier se trouve également la plus ancienne brasserie de Belgrade, créée dans la première moitié du XIXe siècle, Portail de la Serbie gay (en anglais). L'intolérance à l'encontre des minorités sexuelles n'est pas rare, à Belgrade comme dans le reste du paysDragana Vučković, , Labris Organization for Lesbian Human Rights.

Sport

L'Arena de Belgrade Il y a un millier d'installations sportives à Belgrade Site officiel de la Ville de Belgrade. La capitale a accueilli récemment plusieurs événements sportifs importants, dont le Championnat d'Europe de basket-ball 2005, le Championnat d'Europe de volley-ball masculin 2005 et le Championnat d'Europe de water polo de 2006. Belgrade va accueillir le Festival Olympique de la Jeunesse Européenne de 2007 et l'Universiade d'été de 2009, FISU. La ville a présenté en vain sa candidature pour organiser les Jeux Olympiques d'été pour l'année 1992; elle a été écartée au troisième tour par le Comité international olympique, au profit de Barcelone. Les Jeux Olympiques d'été de 1996 ont finalement eu lieu à Atlanta, Comité olympique de Serbie, Site officiel du Mouvement olympique. Belgrade possède deux grands clubs de football, l’Étoile Rouge de Belgrade ou le Partizan Belgrade. Les deux stades les plus importants pour cette discipline sportive sont le Marakana (Stade de l'Étoile rouge) et le Stade du Partizan, Site officiel de la Ville de Belgrade. L'Arena de Belgrade et la Hala Pionir accueillent des compétitions de basket-ball Site officiel de la Ville de Belgrade, EYOF Belgrade 2007 tandis que le Centre de sports et de loisirs de Tašmajdan accueille des compétitions de water polo. C'est dans ce centre que se déroula le premier Championnat du monde de natation, du 31 août au 9 septembre 1973.

Économie

La Banque nationale de Serbie, près de la place Slavija Belgrade est, économiquement, la partie la plus développée de la Serbie. La Banque nationale de Serbie se trouve à Belgrade, ainsi que des entreprises importantes comme Jat Airways, Telekom Srbija, Telenor Srbija, Delta Holding, la Société Générale et Japan Tobacco, B92, 24 avril 2004 (en serbe), 24x7 business news, 29 mars 2007 (en serbe). Pendant les années 1990, Belgrade, comme le reste de la Serbie, fut gravement touchée par l'embargo international sur le commerce. L'hyperinflation du dinar yougoslave, le plus haut taux d'inflation jamais enregistré au monde Thayer Watkins, , in Episodes of Hyperinflation, San José State University Department of EconomicsBryan Taylor, , in The Century of Inflation, Global Financial Data, pages 8 à 10 ravagèrent l'économie de la ville. En revanche, depuis 2000, la croissance est de retour et elle se maintient à un rythme élevé ; désormais, plus de 30% du PNB serbe provient de Belgrade, et la capitale concentre plus de 30% de la population active du pays, Chambre économique de Belgrade (en serbe). En juin 2007, le salaire mensuel moyen à Belgrade se montait à dinars serbes (soit environ 427 € ou 588 US$), ce qui constitue la moyenne la plus élevée de toute la Serbie, Bureau des statistiques de la République de Serbie (site officiel, en serbe). Le budget de la ville de Belgrade pour 2007 est d'environ 64, 4 milliards de dinars (plus d'un milliard de dollars américains), 13 juin 2007, Site officiel en serbe.

Médias

Belgrade est le plus important centre médiatique de Serbie. La ville abrite les studios de la Radio Télévision de Serbie (RTS), qui est en train de devenir la chaîne publique du pays, Radio Télévision de Serbie, 23 août 2005. Le label d'enregistrement de la RTS, PGP RTS, est également situé à Belgrade Site de PGP RTS. La chaîne RTV Pink, populaire et commerciale, est connue pour ses programmes de divertissement et ses émissions à sensations. Son principal concurrent s'appelle B92 ; il dispose de sa propre chaîne de télévision, d'une station de radio ; il édite de la musique et des livres et propose le site le plus populaire de l'internet serbeJared Manasek, , Columbia Journalism Review, janvier 2005, B92, 2006 (en serbe). D'autres chaînes de télévision diffusent depuis Belgrade, comme TV Košava, TV Avala, ainsi que d'autres chaînes qui ne couvrent que Belgrade et sa région, comme Studio B et RTV Politika. De nombreuses chaînes spécialisées sont également proposées aux téléspectateurs, comme SOS Kanal (sport), TV Metropolis (musique), Art TV (art), TV Sinemanija (cinéma) et Happy TV (programmes pour les enfants). Parmi les quotidiens à gros tirages publiés à Belgrade, on peut citer Politika, Večernje novosti, Blic, Glas javnosti et le Sportski žurnal. D'autres quotidiens sont également publiés dans la capitale, comme Press, Danas et Kurir. Un nouveau quotidien distribué gratuitement, 24 sata, a été créé en octobre 2006. Les magazines NIN et Vreme sont également imprimés à Belgrade.

Éducation

Belgrade possède deux universités publiques et plusieurs institutions privées d'enseignement supérieur. La "Haute École", fondée à Belgrade en 1808, fut le premier établissement d'enseignement supérieur en Serbie Site de la Faculté de droit de l'Université de Belgrade. Vint ensuite le Lycée en 1841, qui fut déplacé de Kragujevac à Belgrade. En 1905, il devint l'Université de Belgrade, site de l'Université de Belgrade, l'une des plus anciennes institutions éducatives du pays (le "Collège des professeurs", à Subotica, date de 1689). Plus de étudiants suivent des cours dans cette université, site de l'Université de Belgrade (en serbe). La capitale compte en outre 195 écoles primaires (élémentaires) et 85 établissements d'enseignement secondaire. Parmi les écoles élémentaires, 15 sont spécialisées dans les arts et 4 sont réservées aux adultes. Le système d'enseignement secondaire compte 51 écoles profesionnelles, 21 lycées d'enseignement général, 8 écoles d'art et 5 écoles spécialisées. élèves sont encadrés par adultes, répartis dans plus de 500 bâtiments, Site officiel de la Ville de Belgrade.

Transports

Nouveau pont ferroviaire de Belgrade, éclairé dans la nuit Belgrade possède un dense réseau de transport, fondé sur les autobus (118 lignes urbaines et plus de 300 lignes de banlieue), les tramways (12 lignes) et les trolleybus (8 lignes), Site de la Société de transports publics "Belgrade". Il est géré par les compagnies GSP Beograd et SP Lasta, en coopération avec plusieurs sociétés privées. Belgrade possède également un réseau de trains de banlieue et de métro, Beovoz, géré par les Chemins de fer de Serbie, site des Chemins de fer de Serbie. La gare principale relie Belgrade aux autres capitales européennes et à de nombreuses villes de Serbie. Le voyage par autocars est aussi un moyen rapide et efficace de se rendre dans chaque ville du pays. Un réseau d'autoroutes permet de rejoindre facilement Novi Sad et Budapest, la capitale de la Hongrie (au nord), Niš (au sud) et Slavonski Brod (à l'ouest). Située au confluent de deux fleuves importants, la Save et le Danube, Belgrade possède de nombreux ponts, dont les deux principaux sont le pont de Branko et le pont de Gazela, qui relient tous deux le centre à Novi Beograd. Le port de Belgrade, situé sur le Danube, permet l'approvisionnement en marchandises de la ville, site du Port de Belgrade (en anglais). La ville est également désservie par l'aéroport Nikola Tesla (code AITA: BEG), situé à 12 kilomètres à l'ouest du centre, près de Surčin. Il connut son heure de gloire en 1986, en accueillant près de 3 millions de passagers ; en revanche, ce nombre s'est considérablement réduit depuis les années 1990, Vazduhoplovni vodič kroz Beograd (en serbe). À partir de 2000, le nombre de voyageurs a de nouveau augmenté pour frôler le chiffre de 2 millions en 2004 et 2005 et le dépasser en 2006, Site de l'aéroport Nikola Tesla, 14 novembre 2006. Avec l'expansion de la ville et l'accroissement important du nombre de véhicules, les encombrements sont devenus un des problèmes majeurs de la capitale ; pour pallier cela, un périphérique est en cours de construction, qui reliera les routes européennes E70 et E75, CEE Bankwatch network. Une rocade intérieure est en projet, impliquant la construction d'un nouveau pont sur la Save qui soulagerait le trafic sur les ponts de Branko et de Gazela, EBRD, 2005 (en serbe).

Coopération internationale

Jumelages

Belgrade est jumelée avec les villes suivantes Site officiel de la Ville de Belgrade :

Autres formes de coopération et d’amitié

Lettres d’intention signées avec des capitales de l’ex-Yougoslavie: Autres (sous réserve) :
-
-
-

Autres honneurs internationaux

La ville de Belgrade a reçu plusieurs honneurs domestiques et internationaux, inclusive de l'ordre de la Légion d'Honneur de France en 1920 (seulement quatre villes la recevait), la Croix de Guerre de Tchécoslovaquie, l'étoile de Karađorđe avec Sabres de Sérbie, et l'Order de l'héros nationale de l'ex-Yougoslavie (proclamé au 20 octobre 1974, l'anniversaire du fin de l'ocupation des Nazis lors de la Deuxième guerre mondiale). En 2006, le journal Foreign Direct Investment de Financial Times decernait le titre de Ville de l'Avenir de l'Europe du Sud à Belgrade.

Images de la ville

Image:Taverne ? à Belgrade .jpg|La taverne « ? », ouverte en 1826 Image:Belgrad Beograd Innenstadt 2004.jpg|La place Terazije, avec au fond le Palace Albania Image:Hotel moskva.jpg|L'hôtel Moskva, sur Terazije Image:IMGP5655.JPG|La rue Skadarska, la rue bohème de Belgrade Image:St Mark Church Belgrade.JPG|L'église Saint-Marc, dans le parc de Tašmajdan Image:IMGP5686be1.JPG|Place Nikola Pašić, la Maison des syndicats Image:Université Ilija Kolarc Belgrade.jpg|L'université Ilija Kolarac sur le Studentski Trg (place des Étudiants) Image:Belgrade2.JPG|Rive droite du Danube en contrebas du Kalemegdan Image:Belgrade4.JPG|Novi Beograd, depuis le Kalemegdan Image:Usce tower and the Moon.jpg|La tour Ušće à Novi Beograd

Voir aussi

===
Sujets connexes
Académie serbe des sciences et des arts   Ada Ciganlija   Adolf Hitler   Al Idrissi   Alexandre Ier de Yougoslavie   Allemagne   Allemands   Alliance française   Alliés de la Seconde Guerre mondiale   Alphonse de Lamartine   American Corner   Anastase Ier (empereur byzantin)   Architecture   Architecture néo-byzantine   Argile   Armée rouge   Arméniens   Art TV   Art de l'empire ottoman   Art nouveau   Atelier 212   Atlanta   Attila   August von Mackensen   Auguste et Louis Lumière   Aurélien (empereur romain)   Autobus   Autoroute   Autriche   Autriche-Hongrie   Avala   Avars   Avion d'attaque au sol   Aéroport Nikola-Tesla de Belgrade   B92   Balkans   Banat serbe   Banque mondiale   Banque nationale de Serbie   Barajevo   Barcelone   Barge (bateau)   Baseball   Basile II   Basket-ball   Bataille de Kosovo Polje   Bataille de la Maritza   Beaux-Arts (style)   Belgrade (district)   Beograđanka   Beovoz   Bibliothèque nationale de Serbie   Blic   Blokovi   Bohème   Boris Ier de Bulgarie   Borislav Pekić   Borivoje Mirković   Bosniaques   Bosnie-Herzégovine   Bosnie (région)   Branislav Nušić   British Council   Brutalisme   Budapest   Bulgares   Bulgarie   Byzance   Capitale   Carausius   Carpes   Cathédrale Saint-Michel de Belgrade   Ceinture périphérique   Celtes   Centre de sports et de loisirs de Tašmajdan   Championnat d'Europe de basket-ball 2005   Championnat d'Europe de volley-ball masculin 2005   Championnats du monde de natation 1973 (bassin de 50 m)   Chemins de fer de Serbie   Chevalier croisé   Churchill   Cimmériens   Climat continental   Code AITA   Colonie (Rome)   Comité international olympique   Concours Eurovision de la chanson 2007   Concours Eurovision de la chanson 2008   Conférences internationales lors de la Guerre froide   Constantinople   Coup d'État   Coventry   Croates   Croatie   Daces   Dacie   Danas   Danube   Degré Celsius   Delta Holding   Despote   Deutsche Welle   Dimitrije Davidović   Dinar serbe   Dinar yougoslave   Dobrica Ćosić   Domitien   Dorćol   Dositej Obradović   Dragiša Cvetković   Draža Mihailović   Dun (forteresse)   Dušan Simović   Emir Kusturica   Empereur romain germanique   Empire byzantin   Empire ottoman   Empire romain   Empire romain d'Occident   Ensoleillement   Ernst Gideon von Laudon   Eugène de Savoie-Carignan   Euro   Europe   Europe centrale   Europe de l'Est   Festival Olympique de la Jeunesse Européenne   Festival d'été de Belgrade   Festival de la bière de Belgrade   Festival international de musique de Belgrade   Festival international de théâtre de Belgrade   Festival international du film de Belgrade   Fiat G.50 Freccia   Financial Times   Foire internationale du livre de Belgrade   Fondation Vuk   Fonds monétaire international   Football   Forum culturel autrichien   Forum romain   Fouille   France   Franz Böhme   Frédéric Barberousse   G17+   GSP Beograd   Gallien   Gavrilo Princip   Gay (homosexualité)   Glas javnosti   Goethe-Institut   Golf   Goths   Grande-Bretagne   Grande Île de la guerre   Grocka   Grèce antique   Guardian   Guerre du Kosovo   Géographe   Gépides   Hadrien   Hala Pionir   Happy TV   Homme de Néandertal   Homo sapiens   Hongrie   Hongrois   Huns   Hyperinflation   Héraclius   Hérules   Institut Cervantes   Institut Confucius   Invasions barbares   Irak   Iran   Islam   Israël   Ivo Andrić   Japan Tobacco   Jat Airways   Jean Hunyadi   Jean VIII (pape)   Jeux Olympiques d'été   Jeux Olympiques d'été de 1992   Jeux Olympiques d'été de 1996   Joakim Vujić   Johann Strauss II   Jordanie   Josip Broz Tito   Jovan Sterija Popović   Jovien   Juifs   Justinien   Jérusalem   Kalemegdan   Knez Mihailova   Kosmaj   Kosovo   Kostolac   Košutnjak   Kragujevac   Krnjača   Kurir   Kuća Cveća   Ladislas III Jagellon   Ladislas IV de Hongrie   Latitude   Lazar Hrebeljanović   Lazarevac   Legio IV Flauia Felix   Ligue des communistes de Yougoslavie   Limes   Liste Mémoire du monde   Liste des souverains serbes   Londres   Longitude   Louis Franchet d'Espérey   Luftwaffe   Lycée   Macédoniens   Maison des syndicats de Belgrade   Mali Mokri Lug   Manuel Ier Comnène   Marija Šerifović   Massachusetts Institute of Technology   Maximilien-Emmanuel de Bavière   Mehmed II   Mer Noire   Mercure de France   Meša Selimović   Michel III Obrenović   Migrations serbes   Milan Ier de Serbie   Milan Nedić   Miloje Vasić   Milorad Pavić   Miloš Crnjanski   Mladenovac   Modernisme   Monastère de Gračanica   Monastère de Mileševa   Mongols   Monténégro   Monument au Soldat inconnu du mont Avala   Mosquée   Mouvement Force de la Serbie   Mouvement moderne   Municipe   Musée Nikola Tesla   Musée d'art africain de Belgrade   Musée d'art contemporain de Belgrade   Musée de Vuk et Dositej   Musée de l'aviation de Belgrade   Musée ethnographique de Belgrade   Musée militaire de Belgrade   Musée national de Belgrade   Mémoire du monde   Mésie   Métro   NIN (magazine)   Nenad Bogdanović   Nikola Tesla   Niveau de la mer   Niš   Nouveau pont ferroviaire (Belgrade)   Novi Beograd   Novi Sad   Néoclassicisme   Néolithique   Obrenovac   Occident   Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture   Organisation du traité de l'Atlantique Nord   Oriental   Oskar Potiorek   Ostrogoths   Ovča   Pacha (titre)   Pacte tripartite   Paintball   Palilula (Belgrade)   Paléolithique moyen   Parlement de Serbie   Parti démocratique (Serbie)   Parti démocratique de Serbie   Parti radical serbe   Parti socialiste de Serbie   Partizan Belgrade   Paul-Gabriel d’Haussonville   Pays non alignés   Petite Île de la guerre   Peuples germaniques   Peuples turcs   Pierre II de Yougoslavie   Place Nikola Pašić (Belgrade)   Place de la République (Belgrade)   Plovdiv   Politika   Pologne   Pont de Branko   Pont de Gazela   Pont de Pančevo   Port de Belgrade   Press (journal)   Prix Nobel de littérature   Produit national brut   Protestantisme   Préhistoire   RTV Pink   RTV Politika   Radio Télévision de Serbie   Radmila Hrustanović   Radomir Putnik   Rakovica (Belgrade)   Riblja Čorba   Ritopek   Romantisme   Rome antique   Royaume-Uni   Royaume de Serbie   Royaume de Yougoslavie   Rudnik (montagne)   Rugby à XV   Réalisme socialiste soviétique   République fédérale de Yougoslavie   République fédérale socialiste de Yougoslavie   Réserve naturelle   Résidence Milošev   Résidence kneginja Ljubica   Révolte du Banat (1594)   SOS Kanal   SP Lasta   Saint Sava   Samuel Ier de Bulgarie   Sarajevo   Saut à l'élastique   Save (Danube)   Savski Venac   Scordisques   Scythes   Selim III   Serbe   Serbes   Serbie   Serbie centrale   Sigismond Ier du Saint-Empire   Singidunum   Sirmium   Skadarlija   Ski nautique   Slaves   Slavija (Belgrade)   Slavonie   Slavonski Brod   Slobodan Milošević   Slovénie   Smederevo   Sopot (Serbie)   Sportski žurnal   Sremska Mitrovica   Stade de l'Étoile rouge   Stari Dvor (Belgrade)   Stari Grad (Belgrade)   Stefan Dragutin   Stefan Lazarević   Stefan Uroš IV Dušan   Studentski Trg   Studio B   Subotica   Surčin   Svetlana Ražnatović   Syrie   Syrmie   TV Avala   TV Košava   TV Metropolis   TV Sinemanija   Taverne « ? »   Tchécoslovaquie   Telekom Srbija   Telenor Srbija   Tennis   Terazije   Tesla (unité)   The New York Times   The New Yorker   The Washington Post   Thermes romains   Thraces   Théodose Ier   Théâtre Zvezdara   Théâtre dramatique yougoslave de Belgrade   Théâtre national de Belgrade   Topčider   Tour Ušće   Train de banlieue   Traité de Belgrade   Trajan   Tramway   Troisième Reich   Troisième croisade   Trolleybus   Turbe   Union des républiques socialistes soviétiques   Universiade   Université de Belgrade   Variole   Večernje novosti   Večernji list   Vienne (Autriche)   Ville ouverte   Villes de Serbie   Viminacium   Vinča   Vinča (Serbie)   Voïvodine   Voždovac   Vračar   Vreme   Vuk Drašković   Vuk Stefanović Karadžić   Water polo   Yougoslaves   Yougoslavie   Zagreb   Zemun   Zoran Đinđić   Zvezdara  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^