Connaissance technique

Infos
On nomme connaissance technique l’ensemble des moyens mis en œuvre pour conduire à son terme un projet technique. Si notre époque est résolument technicienne, elle ne rend pas pour autant honneur aux techniques non strictement scientifiques, en général à caractère empirique ou expérimental. Pourtant l’histoire nous enseigne que la pratique professionnelle quotidienne, de l'artisan comme de l'ingénieur, est souvent source de créativité. Ainsi, au sein d'IBM, il a
Connaissance technique

On nomme connaissance technique l’ensemble des moyens mis en œuvre pour conduire à son terme un projet technique. Si notre époque est résolument technicienne, elle ne rend pas pour autant honneur aux techniques non strictement scientifiques, en général à caractère empirique ou expérimental. Pourtant l’histoire nous enseigne que la pratique professionnelle quotidienne, de l'artisan comme de l'ingénieur, est souvent source de créativité. Ainsi, au sein d'IBM, il a été constaté que presque la moitié des suggestions collationnées et récompensées par le grand programme de suggestions de cette compagnie provenaient des usines. Cet article développe donc, dans une perspective historique, les modalités de la connaissance technique :
- origine et émergence,
- transmission,
- principes de formalisation, et cela qu’il s’agisse de techniques élémentaires (ex: "faire de la confiture") ou plus élaborées (ex: "concevoir l'architecture du châssis d'un véhicule automobile de compétition"). Devise du Musée de l'Homme à Paris - au Palais de Chaillot - qui conserve des merveilles artisanales et industrielles. "Dans ces murs voués aux merveilles J'accueille et garde les ouvrages De la main prodigieuse de l'artiste Égale et rivale de sa pensée. L'une n'est rien sans l'autre."

De la notion de connaissance technique

Connaissance

Dans le Théétète, Platon définit la connaissance comme une croyance vraie justifiée. Cette définition traditionnelle contient plusieurs idées de nature à préciser la notion :
- une idée de fondement, de quelque chose qui rend fiable cette croyance, de lien intelligible, d’explication
- une idée de vérité, de fiabilité, et pour laquelle la reproductibilité est démonstration car de nature à vérifier cette rationalité
- enfin l’idée même de croyance c’est à dire qui est de l’ordre de la fausseté et qu’il est nécessaire de traiter pour déterminer le rapport avec l’objet Pour Michel Maffesoli, la connaissance est fonction des objets auxquels elle se rapporte : il existe donc des connaissances particulières qui se différencient par ce à quoi elles s’appliquent La Connaissance ordinaire. Précis de sociologie compréhensive. (1985), Paris, Librairie des Méridiens. Les contextualistes mettent en lumière l’historicité de la connaissance avec ce qui la produit, les motivations et intérêts en jeu, l’histoire sociale et politique dans laquelle elle se construit. La connaissance est donc soumise à un mode de validation historique relatif à un temps et un lieu donnés, et dont la recherche des invariants et des constantes anthropologiques vise à s’affranchir. Enfin la connaissance diffère du savoir car elle est entachée d’empirisme, elle est teintée de pragmatisme et donc faillible, elle intègre des éléments que le savoir scientifique voit avec suspicion. Elle comporte des éléments donnés (empirisme) et des éléments construits, le tout avec une dimension généralement collective c’est à dire partagée.

Une motivation sous-jacente

plus gros avion civil du monde » Pour préciser une forme de connaissance particulière, il est possible de situer ce qui la motive dans le champ plus général de la motivation humaine. L’action technicienne est extrinsèquement motivée car elle est pratiquée soit pour l’obtention d’une conséquence positive (augmentation de la puissance, de la vitesse, du confort, objets permettant le nomadisme...), soit pour l’évitement d’une conséquence négative (diminution de la pénibilité d’une tâche, de la consommation d'énergie, ...), et non pour son seul contenu. Au départ, le technicien est porteur d’une intention, d’un projet, d'une ambition téléologique qui motive et organise son action. Celle-ci devient alors une expérience au sens d’un engagement dans une situation de mise à l’épreuve des faits. Ainsi, à partir d’un objectif initial, le technicien vise l’accès à un résultat qu’il jugera positif et qui consacrera la réussite de son action, la pertinence de sa démarche et l’efficacité de sa méthode.

Le paradoxe de l’efficacité

Le socio-anthropologue Alain Gras p 27 L'Écologiste Vol.2-N°3-Automne 2001 fait l’hypothèse que la technique est socialement construite et « 
qu’on ne choisit pas une technique parce qu’elle est efficace, mais c’est parce qu’on la choisit qu’elle devient efficace ». La question devient alors pourquoi choisit-on une technique plutôt qu’une autre ? Ainsi, la raison d’être d’un objet ou d’une action technique n’aurait de sens que dans une culture et dans un temps donnés, de sorte qu’ils ne peuvent être saisis indépendamment du système où ils font sens et dans un environnement qui les transforme. En conséquence, toute opinion sur l’efficacité technique implique :
- Une possibilité de comparer,
- Une échelle de mesure qui correspond à une capacité à juger en terme de « mieux » ou de « moins bien »,
- Une représentation du temps, c'est-à-dire une échelle de durée.

L’illusion de la fatalité technique

La roue, inventée par les Sumériens Refusant l’idée d’un progrès technique aussi global que fatal, Alain Gras p 28 L'Écologiste Vol.2-N°3-Automne 2001 admet cependant des micro-évolutions orientées qui correspondent à des trajectoires technologiques précises et indéniables. Cependant, l’histoire nous donne des exemples singuliers avec :
- des généalogies d’objets dont l’évolution a été brusquement interrompue, non par des carences techniques, mais du fait de modifications des objectifs (du projet). C’est par exemple le cas du dirigeable sacrifié sur l'autel de la vitesse ou encore de l’étrier considéré comme un progrès décisif pour l’équitation jusqu’à la Renaissance mais qui sera négligé par les Indiens d’Amérique
- des refus d’engagement dans des trajectoires technologiques données bien qu’accessibles en terme de faisabilité. C’est par exemple le cas de la roue, utilisée dans des jouets aztèques alors que cette civilisation n’a jamais développé d’engins utilisant la roue . De même, la lenteur de la diffusion de la brouette illustre l'influence de la culture sur la technique. Par suite, il convient de s’affranchir d’une vision déterministe pour constater l’absence de progressions systématiquement orientées vers un « toujours plus » ou « toujours mieux » en terme d’efficacité. Le développement durable correspond peut-être à un exemple contemporain de réorientation d’un projet technique du fait d’une modification des intentions et donc de la motivation sous-jacente.

Le champ d’application

Le cadre de l’action technicienne étant maintenant précisé, il convient de définir le champ d’application de cette connaissance. Les domaines d’exercice envisagés ici sont vastes. Ils peuvent être regroupés de façon plus ou moins arbitraire autour de quelques thèmes fondamentaux tels que :
- l’élaboration d’objets techniques répondant à des fonctions d’usage précises (machinisme sous ses formes les plus diverses ou encore production d’objets de consommation),
- l’exploitation dans les domaines de l’énergie, des mines, de l’agriculture, de la chasse ou de la pêche,
- les transformations des matières premières, les procédés thermiques, chimiques, physiques ou mécaniques, ou encore la production de composés synthétiques,
- les activités de construction, l’organisation et la maîtrise de l’espace, le transport ou encore les arts militaires.

Une illustration en archéologie expérimentale

Canon de type « Feldschlange » En 2000, les frères Grassmayr, célèbres fondeurs de cloches à Innsbruck depuis 1599, se voient proposer une mission d’archéologie expérimentale : couler à l’identique un fût de « Feldschlange » - le célèbre canon de Gregor Löffler - afin d’étudier ce qui rendait ces pièces de bronze allongées tellement supérieures aux autres . Cela fait des siècles que la famille Grassmayr ne coule plus de canons et jusque-là, toutes les autres tentatives pour fabriquer un canon selon les méthodes anciennes ont échoué… La fabrication doit suivre pas à pas le procédé ancestral, pour autant que toutes les étapes soient encore connues. Pour cela, les Grassmayr disposent d’une chronique familiale vieille de 400 ans, avec notamment des plans de construction et des tableaux des alliages particuliers du bronze. Après remise en route de l’ancienne fonderie avec son four à bois qui doit donner une chaleur à la fois stable et élevée, la fabrication débute selon la technique de la cire perdue. Vient enfin l’étape de la fusion et du dernier ajout d’étain peu avant la coulée : cette opération se fait à un moment précis dont seul le fondeur connaît le secret. De même, le moment de la coulée et son flux sont déterminés par l’expérience du fondeur. Après quatorze jours de refroidissement, le fût de bronze est dégagé de sa gangue d’argile. Malheureusement une longue fissure apparaît sur le côté : l’échec est attribué à une température de coulée insuffisante. Ainsi, le savoir-faire pour couler des canons à l’ancienne s’est perdu, et par là-même l’art des anciens maîtres fondeurs tout comme l’expérience technique acquise au cours des siècles. Si le but premier n’a pas été atteint, cette expérience n’en est pas moins riche d’enseignements car elle illustre de façon concrète le délicat problème de la préservation et de la transmission de la connaissance technique.

Une technique a-scientifique

Cercle vertueux de la roue de la qualité La technique fait partie intégrante de l’histoire des idées. Comme telle, elle a été trop longtemps négligée, la période récente l’assimile le plus souvent et à tort à l’histoire des sciences. Pourtant il faut bien admettre la possibilité d’une technique a-scientifique, c'est-à-dire évoluant en dehors de tout corpus scientifique. Pour s’en convaincre, il suffit d’examiner le travail d’un garagiste. Celui-ci ignore tout des travaux thermodynamiques des inventeurs du moteur thermique Beau de Rochas ou de Sadi Carnot. Il a cependant acquis un ensemble de repères qui lui permettent d’avoir une activité technique bien réelle et parfaitement efficace. Cette forme de connaissance peut donc s’apparenter à de l’empirisme que nous définirons comme « une quantité d’observations accumulées et concordantes qui permettent de dégager une certaine forme de vérité sans en rechercher les causes scientifiques et sans raisonnement logique ». Cette approche technicienne peut aussi se résumer par la formule « taille et essaie », se rapprocher de la notion d’expérience qui est le savoir acquis au cours des ans par la pratique et la réflexion, ou encore s’illustrer par la notion moderne de « roue de la qualité » de Edwards Deming. Pour Bertrand Gille, le progrès technique s'est fait par une somme d'échecs que vinrent corriger quelques spectaculaires réussites. A l’échelle de l’histoire, il est remarquable de constater que la connaissance technique de type a-scientifique et heuristique a longtemps été la règle, que le progrès technique s’en est fort bien accommodé jusqu’au , époque où se développeront les théories et avec elles de nouvelles formes de connaissance axiomatisées.

Modalités de transmission des connaissances techniques

Plusieurs modalités opératoires de transmission des connaissances techniques ont pu être observées. Il s'agit notamment :
- du geste et de la parole,
- de la recette,
- de la description et du dessin,
- du modèle réduit,
- de la maquette numérique,
- de la technique scientifique, présentées ci-après.

Le geste et la parole

La Leçon de labourage (1793-98)François-André Vincent Pour les techniques dites « élémentaires », le geste et la parole Voir aussi André Leroi-Gourhan - Le geste et la parole - Albin Michel - Paris - 1964 sont les vecteurs privilégiés de la connaissance. Dans ce cas, l’apprentissage est la règle pour acquérir, et par la même transmettre, la connaissance technique qui va le plus souvent s’organiser autour de quelques thèmes fondamentaux comme :
- le choix de la matière première,
- la connaissance de l’acte et du tour de main,
- l’utilisation optimale des outils,
- la nature de l’objet à fabriquer. Pour introduire en France des techniques nouvelles, Colbert fera venir des ouvriers qualifiés avec obligation d'apprendre ces métiers aux autochtones. Diderot notera que « c'est la main-d'œuvre qui fait l'artiste et ce n'est point dans les livres qu'on peut apprendre à manœuvrer »Les ingénieurs de la Renaissance p 263 . D'autres auteurs noteront l'importance de cette forme de transmission des savoir-faire : Cette forme d’acquisition de la connaissance - par exemple à travers le compagnonnage - reste aujourd’hui d’une grande valeur et efficacité pour nombre de spécialités techniques : l’organiser (maître / apprenti, junior / senior…) n’est qu’intérêt bien compris, vouloir l’ignorer revient à couper le fil de la connaissance alors que dans le domaine de la technique, la continuité dans l'effort inter-générationnel est précisément la règle. On peut aussi parler de savoir par témoignage.

La recette

Recette d'aspect : test de la perle pour déterminer la cuisson optimale de la gelée de coings La recette est un processus opératoire, quantifié ou non, qui permet d’arriver au résultat recherché. C’est une accumulation d’observations, un savoir de mémoire centré sur le « comment » plutôt que sur la connaissance scientifique du « pourquoi ». Les recettes peuvent être de divers types :
- recettes d’époque ou de temps qui sont, par exemple, des dates d’exécution de telle ou telle opération (ex : « à la Sainte Catherine, tout bois prend racine », date pour couper les bois de charpente, ...),
- recettes d’aspect pour piloter une fabrication (ex : couleur de la flamme du four Thomas, cuisson optimale de la gelée de coings, ...),
- recettes de qualité qui peuvent concerner le choix des matières premières (ex :usage du fer d'après sa cassure par Mathurin Jousse),
- recettes de mélange pour déterminer les proportions des différents éléments qui entrent dans la confection d’un produit déterminé (ex : recette de la bouillie bordelaise). Au cours des siècles, le terme « recette » a constitué le titre de nombreux ouvrages techniques. L’acception moderne le restreint à la connaissance en matière de cuisine (voir recettes de cuisine, recettes de pâtisserie) alors que dans les autres domaines techniques, la recette a progressivement pris une connotation péjorative. La littérature technique médiévale est essentiellement faite de recettes car constituée d’éléments disparates non systématisés Les Ingénieurs de la Renaissance p 260 . Citons quelques exemples :
- la technique artistique avec le moine bénédictin allemand Théophile,
- les recettes de chimie (thème étudié par l’historien Pierre Cézard),
- les machines de guerre avec le traité de Guy de Vigevano vers 1320,
- les techniques d’architecture gothique avec Villard de Honnecourt, architecte picard de la deuxième moitié du . Jusqu’au , l’agriculture a été essentiellement une technique de recettes.

La description et le dessin

Extrait du carnet de Francesco di Giorgio Martini - 1470 A partir des œuvres du Moyen Âge et jusqu’aux carnets des ingénieurs de la Renaissance, on assiste à une évolution progressive de la simple description littérale vers le dessin qui deviendra alors le vecteur privilégié de la connaissance technique.

Les carnets d’ingénieurs

Les « carnets d’ingénieurs » sont des recueils où chacun notait tout ce qu’il avait pu voir d’intéressant pour son métier, tout ce qui avait attiré sa curiosité et son attention. Ces carnets sont progressivement couverts de dessins qui seront à l’origine du dessin technique. Ils conduiront à la Renaissance aux « théâtresPar "théâtre", il faut aussi entendre recueil, florilège, anthologie des procédés techniques employés dans ce qu'ils avaient de plus remarquables. C'est ainsi qu'Olivier de Serres rédigera le Théâtre d'agriculture (1600) de machines » qui sont des machines en représentation avec des gravures présentant des coupes et des écorchés, le tout complété de quelques explications sommaires.

Les traités

Traité d'architecture navale de Duhamel du Monceau - 1758 Progressivement apparaissent de nouveaux ouvrages où l’auteur réunit tout ce qui concerne une fabrication donnée avec un esprit critique mais pas encore scientifique. Dans le domaine de la métallurgie, on citera par exemple Georgius Agricola en Allemagne ou encore Vannoccio Biringuccio en Italie. Ainsi naissent des traités de canonnerie, de distillerie, de teinturerie, d’architecture ou encore d’urbanisme qui attestent de la constitution progressive d’une technologie ordonnée. À la fin du apparaît la « véritable description » avec l’académie des sciences et Colbert. L’encyclopédie de Diderot et d’Alembert suivra cette même voie. Le compte nombre de traités d’agriculture, comme celui de l’agronome anglais Jethro Tull. Progressivement tout secteur technique aura son traité et toute l’Europe occidentale participera à ce mouvement. Les revues techniques apparaissent à la fin du comme le « Journal » puis les « Annales » des mines (1794) ou encore le Journal des Arts et Manufactures (1795). Enfin, le verra l’abandon des théâtres de machines et des descriptions au profit du traité technique du fait de l’avancement des sciences et de l’alliance renforcée entre la science et la technique.

Le dessin technique

Exemple de dessin technique Les premières représentations sont des dessins d’ensemble, elles s’enrichiront progressivement des détails de diverses parties de la machine (De re mettalica) ou encore de planches présentant l’ensemble des outils nécessaires à un métier (l’encyclopédie). Viendront ensuite les représentations graphiques avec le souci de la cotation, comme chez Lorenzo Ghiberti pour la fonte des cloches au ou Matthew Baker pour la construction des navires. Celles-ci évolueront vers le dessin coté puis le dessin industriel avec coupes, plans, profils et sections. A partir des années 1950, le dessin industriel fera l'objet de recherches et développements pour son informatisation et les grands industriels de l'automobile (General Motors) et de l'aéronautique (Lockheed, Boeing, Dassault) financeront les premiers logiciels de DAO en 2 dimensions qui deviendront disponibles commercialement à partir des années 1960.

Le modèle réduit

Modèle réduit du dôme de la cathédrale de Florence – Filippo Brunelleschi (vers 1432-6) Il semble que les mécaniciens grecs aient utilisé le modèle réduit pour la recherche technique et compris qu'il n'était pas nécessairement homothétique, c’est-à-dire la réduction à la même échelle de tous les éléments d'une machine. Le modèle réduit était pratiqué par les ingénieurs de la Renaissance, en particulier pour les édifices en construction et Léonard de Vinci réalisera des expérimentations hydrauliques sur de petits modèles. Parallèlement au courant visant la représentation, la « collection » sera développée par des savants, de simples curieux ou encore à l’initiative d’universités comme Oxford. En 1683, a lieu à Paris la première exposition de modèles de machines construites par les frères Périer. Il s’agit de modèles réduits de machines réalisés d’après les dessins de quelques théâtres de machines auxquelles viennent s’ajouter dix inventions nouvelles. Construits à des fins de démonstrations au service de la formation, les modèles réduits serviront régulièrement à l’expérimentation. En ajoutant la description scientifique, on dispose alors de tous les éléments constitutifs d’une véritable technologie. A380 Provenant parfois de simples cabinets de curiosité, certaines collections sont restées célèbres tel les modèles et machines rassemblés par l’ingénieur Jacques de Vaucanson qui seront à l’origine du Conservatoire national des arts et métiers, futur musée des arts et métiers et dont le but premier était l’encouragement à l’innovation Le faire savoir des savoir-faire - L'empire des techniques p 39 . Dans le même esprit, naîtra plus tard une vague de musées techniques et industriels avec pour double mission la transmission des savoir-faire et la protection de la propriété industrielle. Le développement de la presse technique combiné à la pratique du dessin industriel feront perdre au modèle réduit son utilité comme outil d’enseignement de la connaissance technique. Pourtant, ce courant modéliste persistera encore, comme en témoignent les maquettes longtemps jointes aux dépôts de brevets. Enfin, la démonstration par modèles des techniciens a certainement précédé celle des physiciens avec les cabinets de physique dans lesquels il s'agissait de faire percevoir des phénomènes dont on était incapable de rendre compte de manière scientifique.

La maquette numérique

Liaison au sol arrière Formule Renault De nos jours, depuis les années 1960, la maquette numérique tridimensionnelle remplace progressivement le modèle réduit. En 2000, la société Dassault Aviation a annoncé avoir conçu son avion Falcon 100% en maquettage numérique, sans l'utilisation de maquettes physiques tandis que la société PSA annonçait avoir conçu la Citroën Xantia 100% en CAO 3D. Grâce à l'ordinateur, la maquette numérique et l'ingénierie numérique permettent de nombreuses analyses :
- analyses statiques,
- analyses cinématiques,
- analyses dynamiques,
- analyses vibratoires,
- analyses acoustiques,
- analyses rhéologiques,
- analyses d'assemblages ...

Une technique scientifique

Etude de Léonard de Vinci sur les turbulences L’utilisation de la science par les techniciens est longtemps demeurée ambiguë car utiliser la science ne signifie pas formellement que la technique devient scientifique, qu’elle s’efface pour devenir une « science dégradée ». La théorie (ou la science) met en évidence un certain nombre de principes, d’explications de phénomènes techniques, mais ne suffit pas pour maîtriser parfaitement l'action efficace : cette marge représente précisément la différence entre la connaissance technique et la connaissance de type scientifique (ex: la tribologie) Pour développer une technique scientifique, il faut en premier lieu une certaine conjonction, c'est-à-dire un type de science dont on puisse se servir et, en face, un type de technique propice à une théorisation. Un premier essai de traitement théorique d’une technique se trouve sans doute dans les roues dentées et les démultiplications rapportées à la théorie des leviers. Le De ponderibus de Jordanus Nemorarius constitue un bon exemple d’ouvrage dans lequel les préoccupations scientifiques sont mêlées à des problèmes techniques concretsLes ingénieurs de la Renaissance p 233. Jusqu’au , la géométrie a été probablement la seule science utilisable par les techniciensLaplace un héro de la science «normale» - LA RECHERCHE en histoire des sciences p 186 . Ainsi paraissent de nombreux ouvrages de géométrie pratique, rédigés en langue « vulgaire », qui se rattachent à la tradition des traités de calcul, et dans lesquels l’auteur simplifie en fournissant les formules utiles sans s’encombrer des détails de la démonstration. Vers la Renaissance, on assiste à un renversement de méthode : le technicien ne cherchera plus dans la science les quelques connaissances, les quelques formules qui lui étaient directement utiles, il créé la science qui lui est nécessaire et s’intéresse aux développements théoriques qu’elle autorise. Du au , avec un prolongement jusqu’au , la majorité des savants seront aussi des techniciens, le dialogue entre science et technique sera permanent. Plusieurs stratégies de formalisation scientifique des connaissances techniques apparaissent et sont décrites ci-après :
- la table,
- le module,
- la formule chiffrée,
- la théorisation a posteriori,
- la théorisation a priori.

La table ou principe du nombre ordonné

Abaque pour déterminer les caractéristiques des ressorts hélicoidauxDans un ensemble complexe, lorsque l’observation première (l’empirisme) ne permet pas de surmonter une difficulté, il faut adopter une autre méthode. Pour Aristote « tout ce que l'on peut connaître a un nombre, sans le nombre nous ne comprenons ni ne connaissons rien »
in Les mécaniciens grecs p 67. Et, Gilles d'écrire à propos des mécaniciens de l'École d'Alexandrie : « leur refus des qualités, des entités abstraites leur attachement à la quantité, au nombre, à la série, à la table, leur permirent d'aller plus loin, dans des voies qui se fermèrent à leur tour »Les mécaniciens grecs p 80. Au départ doit se trouver ce que Philon de Byzance appelait l’élément premier qui doit être mesurable (poids, dimension…). Ensuite, il faut faire varier un certain nombre d’autres éléments bien choisis, eux aussi mesurables, de sorte qu’il n’y ait plus là de simples observations isolées les unes des autres. On abandonne alors les variétés pour les variations en s'attachant à un phénomène particulier pour tenter d'en objectiver toutes les variables et d'en éprouver la sensibilité. Ainsi la recherche de variations fait apparaître progressivement des séries de chiffres ordonnés qui peuvent se mettre en tables pour affiner la compréhension du concept et préparer sa mathématisation Gaston Bachelard - La formation de l'esprit scientifique p36. Les premières tables sont dites « tables d’observation » ou simplement de « correspondance Voir aussi Histoire des logarithmes ». Elles doivent aboutir à une loi universellement admise et que les techniciens pourront traduire en « tables d’exécution » ou abaques. C’est ainsi que seront progressivement constituées à partir du diverses tables, comme les tables de navigationLes « Éphémérides nautiques et connaissance des temps » sont des tables marines qui donnent la position de la lune et des astres. Elles sont toujours éditées par le bureau des longitudes créé par l’Abbé Grégoire et restent obligatoires à bord de tout navire français susceptible de croiser au large, pour pallier une éventuelle panne du système GPS. ou encore les tables de tir pour l’artillerie à poudre avec Galilée Avec les tables, peu importe pour le technicien, l’explication de ce qu’il réalise puisqu’il peut désormais agirLes ingénieurs de la Renaissance p 262 . La science est alors utilitaire et « il n’est plus nécessaire d’avancer sa connaissance au-delà des limites qu’assigne le but poursuivi » pour reprendre les termes de Gaston Bachelard.

Le module ou principe de l’élément premier

Les engrenages nécessitent un module pour leur dimenssionnement La méthode consiste à choisir un élément premier, nécessairement un élément majeur, en fonction duquel toutes les autres parties seront déterminées à partir de coefficients affectés à ce module. D’après Vitruve, le rythme modulaire comprend :
- les proportiones qui sont des rapports de grandeur reliant les éléments deux à deux,
- les symetriae qui sont les rapports qui lient chacun des éléments à l’unité fondamentale, c'est-à-dire au module. De là, viennent les notions de proportion, de ton ou encore d’harmonie. Bien connu en architecture avec le Nombre d'or, le module se retrouve également avec Philon de Byzance pour la construction des engins balistiques dans lesquels la relation entre le poids du boulet et l’énergie nécessaire pour le lancer a été retenue comme élément premier, c'est-à-dire comme module. Avec la vis d’Archimède, la longueur de la vis constitue un autre exemple de module : le diamètre de la vis représente 1/16 de module, le pas de l'hélice 1/8. La tradition persistera jusqu’à la machine à vapeur, pour laquelle Sébastien de Maillard et ses prédécesseurs tenteront de contourner les obstacles scientifiques à l’aide de modules mais aussi de formules. Dans ce cas, l'emploi des proportions permet de ne pas expliciter des constantes parfois difficiles à déterminer. De même Galilée ignorait que le roulement de la boule sur le plan incliné « absorbait » les 2/7 de g : en procédant par comparaisons, il s'affranchissait de la connaissance de cette donnéeGalilée et l'expérimentation - LA RECHERCHE en histoire des sciences p 134 . Exemple d'une application contemporaine : en utilisant le tracé du pentagone par la méthode de Ptolémée ; le nombre d'or constitue ici le module.

La formule algébrique

La confection de tables, à partir de séries d’expériences ordonnées, conduira à l’obtention de formules comme ce fut le cas pour la résistance des poutres à la flexion. Ainsi, de nombreuses tables peuvent donner matière à des courbes, donc à une formule algébrique. La formule applicable mais non démontrable constitue une recette en langage mathématique : son rôle a sans doute été considérable dans l’histoire de la technique.

La théorisation a posteriori

Baliste avant la théorie de la balistiqueWoolf combinant haute pression et action par expansion selon le principe de James Watt Progressivement, à l’empirisme se substitue la cote établie et observée, alors on pouvait commencer à chercher la raison de ces règles et leur perfectionnement. La théorie a toujours apporté quelque chose à la technique, dans le sens de la perfection, de la précision, car elle permet de réduire les marges qui existent dans une connaissance approchée. La connaissance technique se sépare alors de la connaissance scientifique en ce sens qu’elle s’empare des résultats sans se préoccuper de savoir comment ils ont été obtenus. C’est avec Archimède qu’on tente une première théorisation sur le levier. Héron d'Alexandrie tentera de faire la théorie des machines simples en réduisant le problème à des notions scientifiques connues, en particulier le levier Les mécaniciens grecs p 128. Léonard de Vinci cherchera à créer une technique rationnelle, c'est-à-dire à base scientifique mais que la science de son époque ne pourra lui apporter. Pour théoriser une technique, il est nécessaire de disposer au départ d’une science adéquate. Par exemple :
- sans la dynamique, la balistique ne pouvait exister. Les artilleurs avaient des tables expérimentales de tir, et ce dès la fin du . La science balistique leur a permis d’expliquer les choses mais surtout de dresser des tables plus précises,
- la machine à vapeur a fort bien fonctionné, a même été perfectionnéeLes débuts de la thermodynamique LA RECHERCHE en histoire des sciences p 227, avant que Sadi Carnot n'en donne la théorie générale en 1824 (
Réflexions sur la puissance motrice du feu - Paris) et crée, dans la foulée, une discipline entièrement nouvelle : la thermodynamique.

La théorisation a priori

Arc-et-Senans (XVIIIe siècle) L’industrie chimique existait bien avant la création de la chimie moderne par Lavoisier et Priesley, comme pour le salpêtre, la teinture, l’esprit de sel ou encore les corps gras. Pourtant, elle se trouvait bloquée à un certain niveau jusqu’à ce que la science jette les bases de l’industrie chimique. Le passage de la connaissance à l’industrie nécessitera la création d’une interface d'échanges scientifiques/techniques correspondant au génie chimique, dans laquelle se trouveront des associations entre chimistes et ingénieurs, savants et techniciens et qui feront s’effacer progressivement la frontière entre connaissance technique et connaissance scientifique. Avec l’industrie nucléaire, la démonstration devient encore plus probante : son développement n’aurait jamais eu lieu sans l'acquisition préalable des connaissances scientifiques correspondantes. Enfin, la découverte théorique du laser (lumière cohérente amplifiée) au début du XXe siècle par Albert Einstein voit ses premières applications industrielles dans les années 1950 alors qu'un siècle plus tard, en l'an 2000, plus personne n'est ému par un graveur de CD-Rom. La création des écoles qui dispenseront un enseignement scientifique basé sur la physique et les mathématiques sera un tournant décisif Gay-Lussac : une étape dans la professionnalisation de la science. LA RECHERCHE en histoire des sciences p 200. Ainsi, l'école des ingénieurs de l'Université de Leyde confiera dès 1600 un cours de mathématique à Simon Stevin. A côté des caméralistes allemands, la France s'orientera vers la création d'écoles d'ingénieurs, avec entre autres, les écoles d’hydrographie (1682) chargées d’enseigner les règles de la navigation maritime, l’École des ponts et chaussées (1747), l’École des mines (1783) ou encore l’École polytechnique (1794) grâce à la Convention.

Perspectives

Principe d'évaluation des sources de connaissance selon le type de technique Il semble que d’un côté existent des techniques dites « élémentaires » dans lesquelles le geste et la parole, l’empirisme ou encore la recette sont les fondements de la connaissance. On les trouvera aujourd’hui plutôt dans les activités d’installation, de réparation ou dans l’artisanat. A l’opposé, se situerait une activité technicienne faite d’exigences scientifiques avec un objectif de conception, d'ingénierie, d’élaboration d’outils et d’objets techniques. Entre les deux, se trouverait une autre forme de technicité, basée sur les opérations de mise au point et de développement qui nécessitent toujours « coup de main », « astuce » et « rectification ». Arrivé au terme de ce long parcours guidé par l’éclairage historique, il convient de se demander ce que le technicien contemporain est en mesure de retenir pour l’exercice de son métier. Nous l’invitons d’abord à évaluer pour son domaine d’activité le poids des différents vecteurs de la connaissance technique. Il peut ensuite se demander ce que peuvent lui apporter les vecteurs qui ne sont pas traditionnels dans sa spécialité et évaluer - pourquoi pas - comment en favoriser l’émergence.

Notes

Voir aussi

Articles annexes

- Histoire des techniques
- Histoire des techniques (chronologie)
- Histoire des sciences
- Histoire du capitalisme
- Notion de module
- Progrès technique
- Technologie
- Centre technique industriel
- Recherche technologique
- Ingénierie des connaissances
- Motivation

Lien externe

-
- , revue scientifique spécialisée dans l'étude des techniques

Bibliographie

- Bertrand Gille :
- (s. dir.), Histoire des techniques, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1978 (ISBN 978-2070108817);
- Les Ingénieurs de la Renaissance, Thèse Histoire, Paris, 1960 ; Seuil, coll. « Points Sciences » 1978 (ISBN 2-02-004913-9);
-
Les mécaniciens grecs'', Seuil / science ouverte, 1980 (ISBN 2-02-005395-0);
- L'Âge d'or des sciences arabes, Actes Sud / Institut du monde arabe, oct. 2005 (ISBN 2-7427-5672-8) ;
- La Recherche en histoire des sciences, Le Seuil / La Recherche, 1983 (ISBN 2-02-006595-9) ;
- L'Empire des techniques, Le Seuil / Cité des sciences et de l'industrie / France-Culture, 1994 (ISBN 2-02-022247-7) .
- Gaston Bachelard, La formation de l'esprit scientifique, Bibliothèque des textes philosophiques, VRIN (ISBN 2-7116-1150-7)
- Alain Gras - L'ÉCOLOGISTE - Vol 2 - N°3 - Automne 2001 .
- Alain Gras, Fragilité de la puissance - Se libérer de l'emprise technologique , fayard 2003 (ISBN 2-213-61535-7)
- Michel Maffesoli, La Connaissance ordinaire. Précis de sociologie compréhensive. (1985), Paris, Librairie des Méridiens. Catégorie:Techniques et sciences appliquées Catégorie:Philosophie de la connaissance Catégorie:Industrie Catégorie:Histoire des techniques
Sujets connexes
Abaque (calcul)   Académie des sciences (France)   Acoustique   Agriculture   Airbus A380   Alain Gras   Albert Einstein   Algèbre   Alphonse Eugène Beau   Amérindiens   André Leroi-Gourhan   Antoine Lavoisier   Apprentissage   Archimède   Architecture gothique   Archéologie expérimentale   Argile   Aristote   Art   Arthur Woolf   Artillerie   Artillerie médiévale   Artisanat   Assemblage mécanique   Axiome   Aztèques   Balistique   Balistique extérieure   Bertrand Gille (historien)   Boeing   Bouillie bordelaise   Brevet   Bronze   Brouette   Bureau des longitudes   Caméralisme   Canon (artillerie)   Centre technique industriel   Chasse   Cinématique   Cire perdue   Citroën Xantia   Civilisation   Cloche   Compagnonnage   Conception assistée par ordinateur   Confiture   Connaissance   Connaissance technique   Conservatoire national des arts et métiers   Construction   Convention nationale   Corpus   Cotation (dessin industriel)   Courbe   Croyance   Dassault Aviation   Dessin   Dessin assisté par ordinateur   Dessin technique   Dynamique   Développement durable   Empirisme   Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers   Engrenage   Environnement   Erreur (métrologie)   Expérience   Filippo Brunelleschi   Fonderie   Francesco di Giorgio Martini   François-André Vincent   Galileo Galilei   Gaston Bachelard   Gelée de coings   General Motors   Georgius Agricola   Gravure   Guy de Vigevano   Géométrie   Henri Grégoire   Heuristique   Histoire de la production de l'acier   Histoire des sciences   Histoire des techniques   Histoire du capitalisme   Homothétie   Hydraulique   Héron d'Alexandrie   Ingénierie   Ingénierie numérique   Ingénieur   Innovation   Innsbruck   Institut du monde arabe   International Business Machines Corporation   Jacques de Vaucanson   James Watt   Jean-Baptiste Colbert   Jean le Rond d'Alembert   Jethro Tull (agronome)   Jordanus Nemorarius   Joseph Priestley   Laser   Levier (mécanique)   Logarithme   Lorenzo Ghiberti   Léonard de Vinci   Machine   Machine simple   Machine à vapeur   Maquette numérique   Mathurin Jousse   Matière première   Matthew Baker   Michel Maffesoli   Mine (gisement)   Motivation   Moyen Âge   Musée   Musée de l'Homme   Musée des arts et métiers   Métallurgie   Navigation astronomique   Nombre d'or   Notion de module   Nucléaire   Objet Technique   Observation   Olivier de Serres   Outil   PSA Peugeot Citroën   Palais de Chaillot   Pentagone (figure)   Philon de Byzance   Platon   Pragmatisme   Progrès technique   Ptolémée   Pêche (halieutique)   Recettes de pâtisserie   Recherche technologique   Renaissance (période historique)   Reproductibilité   Ressort   Rhéologie   Roue   Roue de Deming   Résistance des matériaux   Saline royale d'Arc-et-Senans   Salpêtre   Savoir   Savoir-faire   Science   Sel alimentaire   Simon Stevin   Statique   Sumer   Sébastien de Maillard   Technicien   Technique   Technologie   Teinture   Thermodynamique   Théétète (Platon)   Traité (littérature)   Transport   Tribologie   Téléologie   Université d'Oxford   Université de Leyde   Vannoccio Biringuccio   Vibration   Villard de Honnecourt   Vitruve  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^