Arctique

Infos
L'isotherme à 10°C du mois de juillet (ligne rouge) qui définit la limite de la région arctique Photo satellite de la région arctique L’Arctique est la région entourant le pôle Nord de la Terre, à l’intérieur et aux abords du cercle polaire. Elle se situe à l'opposé de l'Antarctique. L'Arctique inclut une partie du Canada, du Groenland (territoire du Danemark), de la Russie, des États-Unis (Alaska), de l'Islande, de la Norvège, de la Suède, de la Finlande et d
Arctique

L'isotherme à 10°C du mois de juillet (ligne rouge) qui définit la limite de la région arctique Photo satellite de la région arctique L’Arctique est la région entourant le pôle Nord de la Terre, à l’intérieur et aux abords du cercle polaire. Elle se situe à l'opposé de l'Antarctique. L'Arctique inclut une partie du Canada, du Groenland (territoire du Danemark), de la Russie, des États-Unis (Alaska), de l'Islande, de la Norvège, de la Suède, de la Finlande et de l'océan Arctique. Il existe plusieurs définitions de la région arctique. La limite généralement admise est donnée par le cercle Arctique (latitude 66° 33'N), qui marque la séparation entre le soleil de minuit et la nuit polaire. D'autres définitions sont basées sur des données climatiques et environnementales, comme la courbe isotherme correspondant à 10°C au mois de juillet, qui marque la limite au-delà de laquelle les arbres ne poussent plus. Politiquement et socialement, la région arctique inclut les territoires du nord des huit états arctiques, plus la Laponie, bien qu'en sciences naturelles cette partie soit considérée comme subarctique. L'Arctique est constituée principalement d'un océan gelé (banquise) entouré de terres très froides (toundra). Des hommes et de nombreuses espèces animales y vivent, comme :
- l’ours polaire,
- le renard polaire,
- le renne (ou caribou),
- le bœuf musqué,
- le lièvre arctique,
- le lemming. La région arctique est unique par sa nature. Les cultures locales et les peuples indigènes (Inuit, Lapons, Samoyèdes, ...) se sont adaptés à son froid et ses conditions extrêmes (peu ou pas de végétation, nuit polaire, ...). Elle occupe une position clé dans l'équilibre physique, chimique et biologique de la planète. Elle est très sensible aux changements climatiques et ses réactions se répercutent largement sur l'état global de l'environnement : cette région est considérée par les chercheurs comme le premier indicateur des modifications futures du climat. Le nom Arctique vient du grec ancien (árktos) qui signifie ours et fait référence aux constellations de la Grande Ourse et de la Petite Ourse, situées près du pôle nord céleste.

L'érosion sous les hautes latitudes

Le Sognefjorden, Norvège Dans les régions froides arctiques ou antarctiques, l'agent d'érosion principal est le gel. La couverture végétale est en effet rare, le régime des précipitations peu violent et les aménagements humains peu importants. On retrouve des contraintes et des formes communes à la haute montagne (modelés glaciaires). Cependant, l'amplitude thermique est moins violente et la pente n'est pas obligatoire. Dans certaines régions se combinent pente et climat polaire (Groenland, centre de l'Antarctique). Le glacier Vatnajökull en Islande aurait arraché un mètre de substrat rocheux en 180 ansJean Riser, Erosion et paysages naturels, page 34. Grands icebergs (jusqu'à 180 m de haut) dérivant vers la mer depuis Isfjord, baie de Disko, à l'ouest du Groenland Les glaciers transportent aussi des moraines, domm en haute montagne.
-Fjord : vallée glaciaire très profonde, habituellement étroite et aux côtes escarpées, se prolongeant en dessous du niveau de la mer et remplie d'eau salée.
-Iceberg : les icebergs sont issus de l'érosion marine et du réchauffement.
-Fjell Le pergélisol est une autre caractéristique des régions polaires et subpolaires. Le sol est gelé en permanence et sur de grandes profondeurs (600 mètres en SibérieJean Riser, Érosion et paysages naturels, page 36), même si la surface peut dégeler en été. Les eaux de fonte stagnent et forment de vastes marécages. Elles alimentent des coulées et des glissements de terrains sur les pentes : c'est le phénomène de la solifluxion. Les formes liées au pergélisol sont les hydrolaccolithes, les pingos, les palses, , les pipkrakesRoger Brunet, Les mots ..., page 379)

Pollution

L'environnement en Arctique est propre comparativement au reste de l'écosystème, mais il souffre de fortes pollutions localisées qui mettent en danger les personnes vivant près de ces lieux. Du fait des grands courants marins et aériens mondiaux, la région arctique se trouve être la destination de nombreux polluants transportés sur de longues distances, et leur concentration dépasse en certains endroits celle que l'ont trouve près des villes densément peuplées. L'Arctique en effet se couvre au printemps d'une brume légère (Arctic Haze en anglais) qui est attribuée à ces polluants venant de très loin.

Recul de la banquise

Chaque année est atteint un record de minimum de l'étendue de la banquise Arctique

Ressources naturelles

La région arctique possède d'intéressantes ressources naturelles (pétrole, gaz, poisson, et même forêts si on compte la région subarctique) accessibles grâce aux technologies modernes et à l'ouverture de la Russie. Le tourisme de masse dans les zones froides et exotiques se développe aussi, mais c'est à la fois une opportunité et une menace pour cette région. L'Arctique est une des dernières vastes régions mondiales restées à l'état sauvage, et son importance dans la préservation de la biodiversité est primordiale. L'augmentation de la présence humaine détruit progressivement l'habitat naturel : l'Arctique est très sensible à l'érosion des sols et à la perturbation des rares lieux de reproduction des espèces animales locales.

Bilan de l'impact environnemental

Pour un développement positif de la région arctique, une estimation des impacts environnementaux est nécessaire, et plus spécialement les impacts sociaux. Les données scientifiques sont encore insuffisantes et ne permettent pas d'établir une estimation précise. Il est important de développer un dialogue entre les nouveaux acteurs de la région, le monde des affaires et la population locale afin d'améliorer la compréhension mutuelle et les besoins de développement souvent conflictuels. Pour cela, il faut faciliter l'accès à l'information aux habitants locaux, mettre en place un planning participatif efficace et utiliser au mieux ses résultats.

Politique et coopération internationale

La région arctique présente un intérêt politique international important. Une coopération à grande échelle a commencé dans les années 1990. Des centaines de scientifiques et de spécialistes de l'Arctique ont compilé de nombreuses informations.

Intérêt stratégique

Certains pays affirment que l'Arctique n'a jamais été politiquement investi, et dans le même temps, certaines puissances militaires lui ont donné une grande importance stratégique. Le Canada y possède un poste d'alerte avancé, et en réclame une grande partie. La marine canadienne y patrouille régulièrement afin d'affirmer sa souveraineté. Dans les années 1950 et 1960, l'Arctique a souvent été le lieu de tests de sous-marins, sonars et autres nouvelles armes. L’établissement de la souveraineté canadienne sur le fameux passage du Nord-Ouest l’Arctique a, selon le gouvernement canadien, pour objectif principal de s’attaquer aux questions de l’impact des changements climatiques en Arctique et l’Accord sur les revendications territoriales du territoire inuit de Nunavut. Le gouvernement canadien a annoncé en 2007 l'octroi de trois milliards de dollars pour la construction de bateaux de patrouilles côtières et d’un port en eau profonde à Nanisivik au Nunavut. Durant la guerre froide, la région fut étroitement surveillée par l'armée américaine et l'OTAN, pensant que les frappes nucléaires de l'URSS commenceraient par l'envoi de missiles balistiques passant par le Pôle Nord vers les États-Unis. En 2001, la Russie avait déposé devant l'Organisation des Nations unies une demande de fixation des limites extérieures de son plateau continental en Arctique (les dorsales Lomonossov et Mendeleïev), ainsi que dans les mers de Béring et d'Okhotsk (d'une superficie de 1, 2 million de kilomètres carrés au total). Ce faisant, elle a affirmé ses revendications, contestées par ses voisins, notamment par le Canada, sur le plateau continental étendu riche en hydrocarbures et dont les réserves sont estimées à 10 milliards de tonnes. La commission onusienne des limites du plateau continental qui regroupe des représentants de 21 États dont la Russie et qui est chargée de définir les limites du plateau continental conformément à la Convention des Nations unies sur le droit de la mer de 1982, a conclu que les données fournies par Moscou ne suffisaient pas pour considérer les zones de l'océan Arctique indiquées comme faisant partie du plateau continental russe, et a recommandé une étude complémentaire. En juillet 2007, une expédition polaire russe a effectué une plongée inédite (à -4200 m) et spectaculaire dans les profondeurs de l'océan Arctique afin de collecter des preuves supplémentaires permettant d'appuyer les revendications russes. Un drapeau russe en titane y a également été symboliquement planté. La flambée du prix du baril de pétrole a favorisé une course aux réserves jusqu'alors non rentables. Une estimation récente a montré que l'Arctique pourrait receler près du quart des réserves d'hydrocarbures restant à découvrir dans le monde. Les nouvelles technologies, le recul de la banquise suite au réchauffement climatique et la proximité géographique rendent ces nouveaux filons attirants pour la Russie. D'un point de vue économique, une diminution des glaces polaires ouvrirait de nouvelles routes commerciales pour les navires dans l'Arctique, en rendant par ce fait le pétrole plus facile à extraire. À part la Russie et le Canada, la zone de l'Arctique est également convoitée par les États-Unis, le Danemark et la Norvège. La Russie affirme cependant qu'elle ne revendique qu'une partie de la dorsale Lomonossov, son prolongement au-delà du pôle Nord appartenant probablement au Canada ou au Danemark (via le Groenland). ==
Sujets connexes
Alaska   Antarctique   Banquise   Biodiversité   Canada   Cercle Arctique   Cercle polaire   Constellation   Danemark   Finlande   Fjell   Fjord   Fondation polaire internationale   Grande Ourse   Grec ancien   Groenland   Guerre froide   Hydrocarbure   Iceberg   Islande   Isotherme de température   Laponie   Lemming   Lièvre arctique   Mer d'Okhotsk   Mer de Béring   Norvège   Nuit polaire   Nunavut   Océan Arctique   Organisation des Nations unies   Ours blanc   Pergélisol   Petite Ourse   Polluant   Pollution   Pétrole   Pôle Nord   Pôle céleste   Renard polaire   Renne   Ressource naturelle   Russie   Réchauffement climatique   Saami   Samoyède   Suède   Terre   Toundra   Tourisme   Union des républiques socialistes soviétiques  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^