Poussière

Infos
Poussière accumulée sur un ventirad de processeur Moutons de poussière accumulés sur le sol. Tempête de sable au Texas La poussière est constituée de fibres et débris fins, assez légers pour être mis en suspension dans l'air, ou plus généralement, de matériaux particulaires d'un diamètre inférieur à 500 micromètres. Elle peut poser des problèmes graves pour la santé des hommes et des animaux. Sa qualité évolue avec les époques. Les poussières fossiles étu
Poussière

Poussière accumulée sur un ventirad de processeur Moutons de poussière accumulés sur le sol. Tempête de sable au Texas La poussière est constituée de fibres et débris fins, assez légers pour être mis en suspension dans l'air, ou plus généralement, de matériaux particulaires d'un diamètre inférieur à 500 micromètres. Elle peut poser des problèmes graves pour la santé des hommes et des animaux. Sa qualité évolue avec les époques. Les poussières fossiles étudiées dans les échantillons anciens de poumons des morts du smog londonien montrent une poussière essentiellement issue de la combustion du charbon, alors qu'on y trouve aujourd'hui un nombre bien plus diversifié de polluants, et jusqu'à des particules de métaux du groupe du platine perdus par le pots catalytiques dont l'objet est d'épurer l'air. La poussière est présente dans l'espace, et est déjà étudiée sur quelques planètes ou leurs satellites (dont la lune). Sur Terre, elle est naturellement présente dans l'atmosphère, en proportions très variées selon la saison et le contexte biogéographique.

Dans l'environnement extérieur

Elle provient de sources variées, naturelles et anthropiques, dont l'érosion du sol, les éruptions volcaniques, les tempêtes de sable ou de poussières, voire des embruns marins après les tempêtes. C'est un des composants de la pollution urbaine ou issue des cheminées et des pots d'échappement. Elle peut aussi avoir pour origine les incendies de forêts et les tempêtes qui balayent les sols arides ou vulnérables fragilisés par les labours, les abus de pesticides et d'engrais chimiques ou la surexploitation du sol.

Dans l'environnement intérieur

La poussière est présente en grande quantité dans les habitations, bureaux, usines, véhicules où elle est mise en suspension et transportée par les flux d'air (courants d'air, turbulences induites par le mouvement d'objets, animaux ou personnes, ou l'exposition d'un objet empoussiéré au Soleil). Elle tend, par des phénomènes liés au poids moléculaire de ses constituants, leur caractère plus ou moins hygrophile et à l'électricité statique, et en fonction de l'hygrométrie, à se déposer sur les objets (meubles, objets de décorations...), ou à s'agglomérer en « moutons » ou minoux de poussière sous et derrière les meubles. La teneur de l'air en poussière augmente avec la sécheresse de l'air.

Poussière et santé

Plusieurs problèmes majeurs sont induits par la poussière. Autour de sites industriels ou urbains, ou à proximité de couloirs de transports, ou dans des bâtiments construits avec des matériaux toxiques (plomb, amiante..) la poussière contient souvent une proportion significative de toxines qui sont inhalés, notamment par les enfants qui sont plus actifs et inspirent proportionnellement plus d'air qu'un adulte (par rapport à leur masse corporelle). Dans ces mêmes zones, l'air est souvent acide, plus riche en ozone et en autres gaz polluants agressifs pour les poumons, ce qui favorise des phénomènes de synergie. Même quand les poussières ne sont pas toxiques, leur inhalation chronique induit des cancers (cancer du meunier, du boulanger qui ont inhalé beaucoup de la farine par exemple, ou du menuisier exposé aux sciures fines et poussières de ponçage). Une des causes de la silicose est l'inhalation de poussière de charbon ou de schiste, aggravée par l'inhalation de polluants, dont le radon, un peu de mercure, ou de radionucléides dans certaines mines (d'uranium par exemple). La poussière contient des spores de champignons, de mousses, de fougères et des pollens éventuellement naturellement allergènes et/ou dans le cas de nombreux pollens, qui le deviennent en se dégradant dans les milieux urbains où ils ne sont plus emportés par les abeilles, ni piégés et dégradés dans les sols végétalisés qui y sont rares. Les pollens sont en ville exposés à des polluants et à des phénomènes d'abrasion qui dégradent leur cuticule externe et en mettant à jour des molécules allergènes n'entrant normalement pas en contact avec les muqueuses (œil, cavité nasale, bouche, poumon...). Les poussières sont le support de nombreux microbes et autres agents pathogènes qui ne peuvent vivre longtemps en suspension dans l'air, mais subsistent dans la poussière. La poussière déposée par les semelles de chaussures amène dans les maisons des restes d'excréments de chiens, chats, oiseaux, rats, etc. Des particules toxiques, radioactives contaminantes peuvent être apportées au domicile avec les vêtements de travail par ceux dont le métier les expose à un environnement pollué. Les poussières d'origine organique (issues par exemple de la dégradation de plumes ou de la desquamation de notre peau contiennent des acariens dont les excréments peuvent être très allergènes pour les personnes sensibles. C'est pourquoi l'hygiène veut qu'on opère dans des salles blanches, qu'on traque les poussières dans les hôpitaux et les lieux de soins, tout particulièrement autour des allergiques (asthmatiques en particulier). Les masques à poussières de type FFP1, FFP2, ou FFP3 (les plus efficaces) peuvent protéger les travailleurs et les bricoleurs. Des filtres peuvent débarrasser l'air des poussières les plus grossières ou de poussières plus fines (filtration par voie humide, ou électrostatiques, ou par passage au travers d'une masse fibreuse dense). Les taux d'empoussièrement sont naturellement très bas dans les milieux végétalisés grâce à la rosée, aux mousses et lichens qui piègent efficacement de grandes quantités de poussières. Ce sont la neige, la pluie, le brouillard et les bruines qui lessivent l'air des poussières qu'il contient. Celles ci peuvent d'ailleurs contribuer à nucléer les gouttes d'eau et à faire pleuvoir (particules soufrées, ou certaines bactéries du genre Pseudomonas notamment).
-L'architecture HQE vise notamment à réduire les facteurs d'empoussièrement de l'air.
-Dans les zones circumpolaires où les étés peuvent être secs, le salage est parfois utilisé en été pour stabiliser la poussière sur les routes, grâce au caractère hygroscopique du sel, mais ce sel finit par s'accumuler et pose des problèmes de toxicité pour la flore et certains animaux (poissons et certains amphibiens notamment). Autres effets induits par la poussière. Selon certains chercheurs de l'Université de Bristol et de l'University College de Londres en Angleterre, l'exposition à une certaine espèce de bactéries présentes dans la poussière agirait sur notre santé mentale. Ces bactéries (mycobactéries vaccae) ont un effet semblable aux antidépresseurs en stimulant dans le cerveau la production de sérotonine, le neurotransmetteur qui fait qu'en cas de manque on plonge en dépression. Ces études menées sur des rongeurs, permettent de mieux comprendre le rôle de certaines poussières sur le système immunitaire des êtres vivants.

Symbolique

Symboliquement, le mot poussière désigne parfois le déchet, ou une quantité négligeable, avec une éventuelle connotation négative. Ce que rappelle au catholiques la formule rituelle du mercredi des cendres « Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière »

Mesure de l'empoussièrement

-L'appareil qui sert à mesurer l'empoussièrement des sols s'appelle le bassoumètre. Les réseaux d'alerte et de mesure de la qualité de l'air utilisent aussi depuis quelques décennies en extérieur des jauges Owen qui recueillent passivement les dépôts de poussière, dont on peut ensuite analyser des échantillons, sachant qu'une fraction biodégradable pourra avoir disparu, et que des bactéries pourront s'y être multipliées si les délais d'analyse sont importants.
-Le laser (Lidar) peut être utilisé pour mesurer la teneur de l'air en particules, à distance.
-Un simple filtre en amont d'une pompe dont le débit d'air est connu permet des mesures quantitatives simples. Une personne souffrant de la phobie de la poussière est dite amatophobe ou koniphobe.

Étude de la poussière

L'étude de la poussière peut se faire de façon pluridisciplinaire :

Biologie

Des microbes et les acariens sont présents et parfois abondants dans les poussières, et les allergies qu'elles engendrent sont de plus en plus fréquentes.

Chimie

Les poussières sont des particules organiques (suies, pollens, poils) ou minérales (roches érodées par le vent) qui peuvent être analysés.

Anecdote

Nous savons que l'eau gèle à zéro degré centigrade. Ce phènomène est lié à la présence de poussière. En effet en conditions « stériles » (sans poussière), l'eau ne gèle pas, mème jusqu'à -20 degrés et peut rester en équilibre métastable jusqu'à ce qu'on y introduise une impureté ou un cristal de glace. Ce phénomène de surfusion est tout à fait comparable à celui de sursaturation de l'air très pur dans lequel la vapeur d'eau en excès ne se condense pas jusqu'à ce qu'il y apparaisse des centres de nucléation (principe de la chambre à brouillard) Ce phénomène fut illustré par une anecdote célèbre survenue durant l'hiver 1942 en Russie. Il s'agit de l'épisode des chevaux du lac Ladoga au cours duquel un millier de ces bêtes se retouvèrent piégées dans une gangue de glace, due au phénomène de surfusion.

Voir aussi


- Dust Bowl, tempête de sable ayant eu lieu aux États-Unis dans les années 1930
- Pollution et Pollution de l'air
- Poussières sédimentables
- Particules en suspension
- Poussière interstellaire, particules dans l'espace
- Poussière cométaire, issue de la queue des comètes
- Régolithe, couche de poussière produite par l'impact des météorites à la surface d'une planète Catégorie:Géologie Catégorie:Chimie du solide Catégorie:Pollution Catégorie:Science des matériaux cs:Prach de:Staub en:Dust es:Polvo fi:Pöly he:אבק ia:Pulvere is:Ryk it:Polvere ja:粉塵 la:Pulvis nl:Stof (kleine deeltjes) no:Støv pl:Kurz pt:Poeira ru:Пыль sk:Prach sr:Прашина sv:Damm (stoft) uk:Пил vi:Bụi zh:灰塵
Sujets connexes
Acide   Allergie   Allergène   Années 1930   Biogéographie   Cancer   Chambre à brouillard   Chimie organique   Comète   Dust Bowl   Déchet   Espace (cosmologie)   Fibre   Fossile   Haute qualité environnementale   Houille   Lac Ladoga   Laser   Lichen   Lidar   Lune   Mercure (chimie)   Métal   Météorite   Ozone   Particules en suspension   Pathogène   Peau   Phobie   Planète   Platine   Poil   Pollen   Polluant   Pollution   Pollution de Londres   Pollution de l'air   Poumon   Poussière interstellaire   Poussières sédimentables   Processeur   Radon   Régolithe   Santé   Schiste   Silicose   Spore   Suie   Surfusion   Sérotonine   Tempête de sable   Terre   Texas   University College de Londres   Université de Bristol   Uranium   Vent  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^