Venezuela

Infos
Le Venezuela est une république fédérale d'Amérique du Sud connue pour sa biodiversité et sa beauté naturelle. Selon la légende, Christophe Colomb, en débarquant au Venezuela, fut tellement épris par le paysage qu'il l'appela Tierra de Gracia (Terre de Grâce), qui est devenu le surnom du pays. Selon les organismes francophones, le nom du pays s'écrit Vénézuéla (l'IGN français par exemple) ou Venezuela comme en espagnol ; à noter que la graph
Venezuela

Le Venezuela est une république fédérale d'Amérique du Sud connue pour sa biodiversité et sa beauté naturelle. Selon la légende, Christophe Colomb, en débarquant au Venezuela, fut tellement épris par le paysage qu'il l'appela Tierra de Gracia (Terre de Grâce), qui est devenu le surnom du pays. Selon les organismes francophones, le nom du pays s'écrit Vénézuéla (l'IGN français par exemple) ou Venezuela comme en espagnol ; à noter que la graphie sans accent, Venezuela, est plus courante. On met en revanche toujours des accents dans l'adjectif dérivé, vénézuélien(ne)(s), ou le nom des habitants, Vénézuélien(ne)(s).

Histoire

La République bolivarienne du Venezuela est un pays de la côte nord de l'Amérique du Sud. À l'origine, le territoire de l'actuel Venezuela était habité par plusieurs peuples, dont des Caraïbes, des Arawaks et des Cumanagotos. Christophe Colomb fut le premier navigateur à atteindre cette région en 1498, lors de son troisième voyage. En 1520, les Espagnols commencèrent à coloniser les îles et les régions côtières. Coro, fondée en 1527, fut la première colonie d'importance. Les habitations des autochtones añu construites sur pilotis inspirèrent aux premiers explorateurs européens le nom de Venezuela, c'est-à-dire «Petite Venise».

Premiers peuplements

Les Waika ou Yanomami sont confrontés au choc des cultures, au recul de la forêt et à ses nouvelles utilisations, et aux maladies. Une réserve de la biosphère de 83000 km² a été créée en 1991 dans le pays, sous l’égide de l’ONU, dans l’état d'Amazonas pour protéger ses forêts et plateaux et les tribus amérindiennes souvent victimes de l'exploitation minière, forestière ou agricole, voire du tourisme.

Géographie

Si le pétrole a fait la richesse du Venezuela, c'est d'abord et avant tout sa géographie qui est son véritable trésor. Plaines, plateaux, haut sommets et plages de sable blanc offrent des paysages exceptionnels. Le Venezuela possède des frontières avec le Guyana à l'est, le Brésil au sud, la Colombie à l'ouest, et la mer des Caraïbes au nord. Sa capitale est Caracas. Le territoire vénézuélien s'étend depuis les environs de l'équateur jusqu'au nord du onzième parallèle. Il possède également 72 îles, dispersées dans la mer des Caraïbes et dans l'océan Atlantique, regroupées dans les Dépendances Fédérales. Margarita est la plus grande et la plus importante. On peut distinguer trois grandes régions : la côte et les Andes au nord et à l'ouest, les plaines au centre et le massif guyanais au sud-est. La pointe septentrionale de la cordillère des Andes culmine à 5007 m au Pico Bolívar. Elle enserre le lac Maracaibo et se prolonge vers l'est en longeant la côte. Les grandes plaines (les llanos (plaines en espagnol)) occupent le nord du bassin de l'Orénoque et de ses affluents Arauca et Apure. Le fleuve se jette dans la mer des Caraïbes par un énorme delta marécageux qui occupe toute la région nord-est du pays (Delta Amacuro ). Le sud du bassin de l'Orénoque, avec son affluent Caroni, est sauvage et souvent touristique. On y trouve un des hauts lieux touristiques du pays : les chutes de Salto Angel hautes de près de 1000 mètres, reconnues comme les plus hautes chutes d'eau au monde. Des pluies diluviennes, suivies d'importants glissements de terrain dans des zones fortement peuplées proche de l'aéroport international Simon Bolivar (La Guaira - État de Vargas) ont fait des milliers de morts en décembre 1999. Cette triste page de l'histoire vénézuélienne est couramment appelée « La Tragédie » par les autochtones.

Grandes villes

Les villes principales du pays sont :

Frontières terrestres

-2200 km avec le Brésil
-2050 km avec la Colombie
-743 km avec le Guyana

Drapeau

Le 7 mars 2006, le Parlement du Venezuela adopte la modification du drapeau national afin de l’adapter à la « révolution socialiste » du président Hugo Chávez, à l’initiative du projet. Entièrement contrôlé par les partisans du chef de l’État suite au boycott des élections législatives par l’opposition en décembre, le Parlement a approuvé l’ajout d’une huitième étoile en hommage au héros national Simon Bolivar, libérateur de l’Amérique latine et inspirateur de l’idéologie du régime. Les députés vénézuéliens ont également modifié le galop du cheval blanc figurant sur l’écusson national afin de le tourner, non plus vers la droite, mais vers la gauche, afin de symboliser l’orientation politique du gouvernement. À noter toutefois que, en terme d'héraldique, le cheval se déplace en fait vers la dextre, ce qui rend le message un peu confus... Le Parlement a également décidé certains ajouts sur l’écusson, tels qu’un kayak, un arc et une flèche représentant les armes des indigènes ou une machette de paysan, en hommage aux racines des descendants d’origine africaine.

Économie

Le Venezuela est un important producteur de pétrole et est membre fondateur de l'OPEP (créée sous l'impulsion du Venezuela notamment). Le pays a subi une grave crise économique dans la décennie 1990. Alors que le taux de progression moyen du PIB PPA (parité de pouvoir d'achat) dans le monde entre 1990 et 2002 était de 57 %, le Venezuela est l'un des rares pays où celui-ci a baissé, passant de 6 169 dollars par habitant en 1990 à 5 380 dollars en 2002 et 4 740 dollars en 2003. La hausse des cours du pétrole depuis 2004 a permis de stopper cette baisse et de financer les programmes socio-économiques du gouvernement, mais l'inflation est toujours élevée avec 17 % en 2005. Le Venezuela fait partie du Mercosur dont il est un membre effectif depuis 2006.

Politique

Hugo Chávez Le président actuel est Hugo Chávez Frias, depuis le 2 février 1999 (réélu le 30 juillet 2000 et le 3 décembre 2006). Une tentative de déstabilisation économique aboutit à un coup d'Etat en avril 2002 qui avorte très rapidement suite à une forte mobilisation populaire en faveur du retour de Chávez. Hugo Chávez a remporté toutes les élections avec 60 % des voix environ depuis celle qui l'a porté au pouvoir. L'opposition provoque un référendum révocatoire contre le président comme le permet la Constitution bolivarienne en août 2004. Le "non" l'emporte à 59.06% des suffrages. Lors des élections régionales de 2004, seules deux régions ne se sont pas prononcées en faveur de son parti. L'État est théoriquement une Démocratie participative. Depuis que l'opposition a boycotté les élections à l'assemblée nationale du 4 décembre 2005, le parlement est dominé par le Mouvement de la cinquième république (Movimiento V República), lequel a remporté 116 sièges sur 167. Les élections à la présidence de décembre 2006 ont confirmé Chávez à la présidence du pays et ces élections ont été unanimement reconnues comme un processus “transparent, équitable, démocratique” par l´Organisation des États Américains, l’Union Européenne, l’Association des Juristes latino-américains et la Fondation Carter. La constitution vénézuélienne, inspirée des principes de Simón Bolivar a été votée par référendum le 30 décembre 1999. L'opposition antichaviste qualifie quant à elle ce régime de « démocratie absolutiste » http://www.latinreporters.com/venezuelapol05122005.html. En janvier 2007, le président a annoncé vouloir réformer en profondeur la constitution, afin d'aller vers la création d'une "
République socialiste du Venezuela
"http://www.euronews.net/create_html.php?page=detail_info&article=399895&lng=2. Chaque État du Venezuela est dirigé par un gouverneur élu lors d'élections au suffrage universel. La Constitution Bolivarienne de 1999 oblige le Gouvernement - dixit le discours officiel - à « renverser les données économiques qui, dirigées par le Fonds monétaire international (FMI) avaient été la cause de la "décennie perdue" (1985-1995), et ses terribles effets négatifs sur les populations et leurs systèmes économiques ». Le président Chávez applique cette Constitution avec insistance. Son action politique est centrée sur le renforcement du rôle de l’État par le biais de nationalisations et la revalorisation du pétrole, principal produit d'exportation du pays. Elle vise à se libérer des impositions d’une lourde dette, qui grevait en 1998 50% du budget national, en la payant. Le gouvernement cherche aussi à satisfaire la dette sociale d’urgence : santé, alimentation, éducation (missions civico-militaires de grande pénétration populaire). De nouvelles lois sont rédigées concernant la réforme agraire, la banque centrale, l'exploitation d’hydrocarbures (gaz, pétrole), la fiscalité, le contrôle de monnaies et devises, etc. En 2007, Hugo Chávez demande des pouvoirs spéciaux qui grâce à une « loi d'habilitation révolutionnaire » lui permettent de gouverner par décrets sans passer par le parlement, dans les prochains dix-huit mois à partir du premier janvier 2007. Ces pouvoirs spéciaux sont limités aux thèmes sociaux (recentralisation des ministères de la santé, du logement et de la sécurité alimentaire), à la réforme agraire (inventaire, récupération et distribution de toutes les terres non ou mal exploitées à des coopératives) et à la récupération par achats des services publics et industries stratégiques, privatisées dans les dernières décennies (électricité, eaux, télécommunications, industrie pétrolière et minière : fer, aluminium or et diamants). Ce programme est déjà en marche depuis le premier janvier 2007, avec des répercussions variées : très critiqué par les grands propriétaires terriens, la plupart titulaires de documents parfois douteux, mais acceptés par plusieurs, en regard de l'apparente flexibilité appliquée dans chaque cas particulier par des arrangements à l´amiable. Dans l'industrie pétrolière, les partenaires commerciaux étrangers doivent désormais se contenter d'une participation minoritaire dans toutes les sociétés. Jusqu'à présent tous ont accepté, bon gré mal gré, y compris TOTAL-FINA qui exploite et modifie des pétroles très lourds de la ceinture de l'Orénoque. Le 24 octobre 2007, le socialisme est inscrit dans la constitution du Vénézuela : pour de nombreux opposants, il s'agit d'une remise en cause du pluralisme politiqueGerardo Reyes, « Le socialisme érigé en doctrine d'État », dans Nuevo Herald, article repris dans Courrier international n°887, 31-10 au 07-11-2007, p.21. Lorsque l'état d'urgence est proclamé, la liberté de la presse est suspendue, ainsi que les normes de la justice.

Médias - Liberté de la Presse

En 2006, le Venezuela était classé 115ème pays sur 168 par Reporters sans frontières pour sa liberté de la Presse. L'ONG Espacio Público a ainsi recensé cette même année 106 atteintes à la liberté d'expression, El Universal, 22 juin 2007. Ce classement est cependant à considérer avec prudence car la position de RSF vis-à-vis du gouvernement vénézuélien est controversée. Manifestation de soutien à RCTV au Venezuela le 27 mai 2007 Dimanche 27 mai 2007, une minute avant minuit, la Radio Caracas TeleVision (RCTV) a cessé d'émettre sur les ondes nationales (mais continue d'émettre librement via satellite et le câble), le gouvernement ayant décidé de ne pas renouveler la concession. La chaîne était principalement accusée d'avoir soutenu le coup d'état contre Chavez en 2002. La décision de Chavez a été très controversée dans le monde. L'espace qu'occupait RCTV sera désormais occupé par une nouvelle chaîne d'état dont 74 % des contenus relèvent de la diffusion et de l'information socialiste : Televisora Venezuelana Sociale (TVes). Depuis ce non-renouvellement, des manifestations, notamment étudiantes, ont lieu pour s'opposer ou pour appuyer la décision de l'État vénézuélien. Hugo Chavez a par la suite pris pour cible Globovision, "la dernière chaîne de télévision d'opposition" selon Le Monde. Dans les faits, sur 27 chaînes de télévisions émettrices au Venezuela, 5 dont TVes sont publiques.

Culture

Musique

La musique du Venezuela est influencée par les origines Amérindiennes, Africaine et Hispanique. La culture autochtone est aujourd'hui présente dans la musique à travers certains instruments, entre autres le cameo, un tambour, et le batuto, une sorte de trompette. La culture hispanique a permis l'introduction de nombreux genres populaires, dont le galerón, le corrido et la guaracha. La musique populaire d'origine Afro-Antillaise est reine dans le cœur des Vénézuéliens. Le merengue, la cumbia et la salsa font danser et vibrer jeunes et moins jeunes dans l'ensemble du pays. Ces rythmes endiablés se sont frayés un chemin jusqu'au Venezuela, influençant les plus grands artistes contemporains du pays, Oscar D'Leon est sans contredit le plus connu des salseros dans le monde.

Sport

Le sport national est sans aucun doute le baseball. Il y a cependant d'autres sports populaires ou autochtones tels que les bolas criollas ou le coleo. Contrairement aux autres pays d'Amérique du Sud, le rôle du football est relativement restreint, et la sélection vénézuélienne est le traditionnel parent pauvre du football régional (le Venezuela est le seul pays d'Amérique du Sud à n'avoir jamais disputé de Coupe du Monde), bien que les derniers résultats montrent quelques progrès.

Science

Voir : vaccin de la lèpre, et voir aussi Humberto Fernandez Moran.

Démographie

- IDH : 61 sur 162
- Espérance de vie : 73, 5 ans
- Mortalité infantile : 19 pour 1000 naissances

Codes

Le Venezuela a pour codes :
- SV, selon la liste des préfixes des codes OACI des aéroports,
- VE, selon la norme ISO 3166-1 alpha-2 (liste des codes pays)
- VE, selon la liste des codes pays utilisés par l'OTAN, code alpha-2,
- .ve, selon la liste des Internet TLD (Top level domain),
- VEN, selon la norme ISO 3166-1 (liste des codes pays), code alpha-3
- VEN, selon la liste des codes pays du CIO,
- VEN, selon la liste des codes pays utilisés par l'OTAN, code alpha-3,
- YV, selon la liste des codes internationaux des plaques minéralogiques,
- YV, selon la liste des préfixes OACI d'immatriculation des aéronefs,

Références

Voir aussi

===
Sujets connexes
Amazonas   Amérique du Sud   Amérique latine   Barcelona (Venezuela)   Barquisimeto   Baseball   Biodiversité   Bolívar (monnaie)   Brésil   Cameo   Caracas   Christophe Colomb   Ciudad Bolívar   Ciudad Guayana   Colombie   Constitution du Venezuela   Cordillère des Andes   Coro   Corrido   Courrier international   Cumbia   Delta (fleuve)   Démocratie   Espagne   Espagnol   Espérance de vie   Fonds monétaire international   Fédération   Gloria al bravo pueblo   Guaracha   Guyana   Guyane vénézuélienne   Hugo Chávez   I.A.F.E.   ISO 3166-1   Institut géographique national (France)   Lac Maracaibo   Liste des codes internationaux des plaques minéralogiques   Liste des codes pays du CIO   Liste des codes pays utilisés par l'OTAN   Liste des préfixes OACI d'immatriculation des aéronefs   Liste des préfixes des codes OACI des aéroports   Liste des présidents du Venezuela   Llanos   Lèpre   Maracaibo   Maracay   Margarita (île)   Maturín   Mer des Caraïbes   Mercosur   Merengue   Mortalité infantile   Mérida (Venezuela)   Orénoque   Parallèle (géographie)   Peuple Caraïbe   Pico Bolívar   Pilotis   Pétrole   Reporters sans frontières   République   SV   Salto Angel   San Cristóbal (Venezuela)   Simón Bolívar   Socialisme   Tambour (musique)   VE   VEN   Valencia (Venezuela)   YV  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^