Clichy

Infos
Clichy - aussi appelé Clichy-la-Garenne - est une commune, chef-lieu de canton situé dans le département des Hauts-de-Seine, dans la banlieue nord-ouest de Paris, à ne pas confondre avec Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Les habitants de Clichy sont les Clichois. Elle est limitée au sud-ouest par Levallois-Perret, au sud-est par Paris, au nord-est par Saint-Ouen et au nord-ouest par la Seine (en face d’Asnières-sur-Seine).
Clichy

Clichy - aussi appelé Clichy-la-Garenne - est une commune, chef-lieu de canton situé dans le département des Hauts-de-Seine, dans la banlieue nord-ouest de Paris, à ne pas confondre avec Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Les habitants de Clichy sont les Clichois. Elle est limitée au sud-ouest par Levallois-Perret, au sud-est par Paris, au nord-est par Saint-Ouen et au nord-ouest par la Seine (en face d’Asnières-sur-Seine).

Etymologie

Dans des documents tardifs (mérovingiens) Clichy est appelé Clippiacum. L'étymologie la plus vraisemblable est que ce mot dérive des gentilices "Clepius" ou "Cleppius", ou "Clippius" avec addition de la terminaison "acus" qui désignait très expressément , chez les gallo-romains, une propriété. La traduction de Clippiacum serait alors "propriété (ou villa) de Cleppius (ou variante)" La formation du nom est tout à fait conforme à ce que nous savons de la grammaire et des usages gallo-romains. Cette étymologie est argument de plus pour l'existence d'un Clichy gallo-romain.

Blason

Blason de Clichy-la-Garenne De gueule de trois pals de vair, au chef d'or... Ce sont les armes de Gaucher III de Chatillon, premier seigneur de Clichy, en 1193, date de sa prise en charge. Auparavant le dernier seigneur royal était le roi Philippe Auguste. Entre Gaucher et lui, un échange fut réalisé avec les terres de Clichy et celui du Château de Pierrefond. ...d'une couronne à l'antique de gueules... La couronne est le souvenir du séjour des rois Francs sur le territoire. Principalement Dagobert Ier et sa famille marquèrent leurs liens profonds entre eux et le Palais de Clichy. (Manuscrits et Edits de France). ...accostées de deux huchets du même. Les huchets (cors de chasse), rappellent les anciennes remises de chasse royale, d'où vient l'appellation de Clichy-la-Garenne. En 1788, on dénombre quinze réserves de chasse sur le territoire de Clichy, où cerfs, chevreuils, lièvres et lapins de garenne sont entretenus pour les chasses du roi et des seigneurs de la région.

Histoire

Au , le territoire s'étendait :
- jusqu'à l'actuelle place de Clichy et boulevards des Batignolles et Monceau.
- jusqu'aux limites de Neuilly-sur-Seine, Saint-Denis et Montmartre. Toujours au VIe siècle, il apparait clairement dans une charte de Chilpéric Ier (roi des Francs), la mention d'un "palacio Clippiaco". 625 : premières traces dans les chroniques du Palais royal de Clippacium (Clichy). Clotaire II, père de Dagobert Ier, y a en fait installé sa résidence principale et sa cour depuis 614. L'École du Palais, qui se répartit entre le quartier latin de Paris et la plaine de Clichy-Levallois, forme tous les enfants des grands dignitaires du royaume (Saint Eloi, Saint Ouen, Saint Didier...). C'est dans cette école, sorte de préfiguration de l'ENA, que le prince Dagobert fait la rencontre de tous ces saints qui administreront avec talent quelques années plus tard le royaume des Francs. Clichy fut un temps lieu de résidence des rois Mérovingiens et domaine de Dagobert Ier (il y épouse Gomatrude en 626), elle se nommait à l'époque Clippiacum. Son territoire devint ensuite chasse royale. En 626, le Concile de Clichy défend aux clercs et aux laïcs de pratiquer l'usure. Il en résulte dans tout le royaume une explosion des taux d'intérêt. Naissance, en 630, de saint Sigisbert (Sigebert III), fils du roi Dagobert Ier, au palais de Clichy. Au terme d'une assemblée exceptionnelle, se déroulant en 633, des laïcs et des ecclésiastiques, Sigebert III est nommé roi d'Austrasie (Francie orientale), d'Aquitaine et de Provence. Quelques années après avoir habilement négocié la paix entre la Neustrie (France Occidentale) et l'Austrasie (France orientale) à Cologne, le diplomate Saint Ouen se retire dans sa villa de Clichy, où il s'éteint en 684. En 717, Chilpéric II fait donation à l'abbaye de Saint-Denis de la forêt de Rouvray (l'unique vestige de cette forêt est le Bois de Boulogne) qui s'étend de Neuilly-sur-Seine (aujourd'hui Saint-Cloud à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Dans une charte signée en 741 à Clichy, dans le palais public (expression rencontrée pour la première fois), Charles Martel renouvelle la donation à l'abbaye de Saint-Denis de tout le village de Clichy, avec ses terres, ses édifices, ses maisons, ses laboureurs, ses esclaves, ses vignes, ses près, ses cours d'eau, possédés par les personnes de l'un ou l'autre sexe. En 885, les Normands détruisent le Palais Royal et les villages environnants. En 1193, Philippe-Auguste détache Clichy du domaine royal pour en faire une seigneurie féodale, en échange du Château de Pierrefonds, au profit de Gaucher III de Châtillon (il en sera le premier seigneur), allié de la famille royale. Par mariages successifs, la seigneurie passe de familles nobles en familles nobles. La partie "levalloisienne" de la seigneurie de Clichy se spécialise dans la viticulture (1215). Elle doit approvisionner en vins de messe l'abbaye de Saint-Denis dont elle dépend. "Levallois" s'identifie alors au site de "la vigne aux prêtres". Jeanne d'Arc rassemble son armée sur la plaine de Clichy pour la levée des armées au son de Mont-Joye-Saint-Denishttp://www.blason-armoiries.org/feodalite-noblesse/m/montjoye-saint-denis.htm (Cri de ralliement des armées féodales). Cet épisode précède la conquête infructueuse de Paris par Charles VII en 1429. Au , la paroisse de Clichy englobe Monceau, Courcelles, les Ternes, Levallois, le Roule, la ville L'Evêque et s'étend jusqu'aux portes du Louvre (porte Saint-Honoré). En 1334, Le sire de Ferrières est seigneur de Clichy. Un conflit l'oppose à l'abbaye de Saint-Denis sur le droit "d'épave", droit lucratif puisque la Seine était une grandes voies de communication de l'époque (Cet épisode ne fait-il pas penser à l'ile des Ravageurs dont Eugène Sue parle dans "les Mystères de Paris" Vers 1400, apparait le premier "maire". Ce n'est pas un magistrat élu, mais un simple intendant chargé d'administrer le territoire au nom du seigneur. Puis apparait un nouveau seigneur ; Pierre de Giac, seigneur de Soupy, de Josserand, de Saint-Germain-du-bois-Remy, de Châteaugay etc...premier Grand chambellan de France, chancelier du duc de Berry, puis chancelier de France, il mourut en 1427. Au Moyen-Age, la plaine de Clichy, lieu résidentiel recherché de par son état de remises de garenne pour les chasses royales, prend le nom de Clichy-la-garenne. La Guerre de Cent Ans apporte son lot de combat, Jeanne d'Arc, lors du siège de Paris en 1429, vint camper à Monceau avant d'attaquer la porte Saint-Honoré. Dès 1612, Vincent de Paul, est curé de Saint-Médard, il la reconstruit de 1622 à 1630 1690, le quartier du Roule est détaché de Clichy. Il est bientôt érigé en paroisse indépendante (1697) et, en 1722, il devient partie intégrante de Paris. La "fin de la seigneurie" d'Asnières est proche, celle-ci échoit, par mariage, à Guillaume Bautru qui, à sa mort laisse deux filles, l'une mariée au marquis de Vaubrun, l'autre au comte de Maulevrier, frère du célèbre Jean-Baptiste Colbert, ministre du Roi Louis XIV. Ces deux personnalités gèrent en commun le patrimoine de leurs femmes, mais ils meurent prématurément au service du roi ; car ils excercent tous les deux le métier militaire. MArguerite Bautru, marquise de Vaubrun devient l'unique propriétaire. Elle occupe réellement le château seigneurial et se livre à de multiples travaux d'agrandissement et d'embellissement portant notamment sur la réfection du parc du château. En 1788, Clichy perd un tiers de son territoire. Louis XVI accorde aux fermiers généraux, la construction d'une enceinte absorbant les terrains clichois situés au-delà de l'actuelle Place de Clichy. Le mur se construit à la limite des actuels boulevard de Clichy, des Batignolles, de Courcelles et de Monceau. Vers l’époque révolutionnaire, le premier conseil municipal se réunit le 3 février 1790 et élit Georges Soret en qualité de premier maire de la commune. Toujours à cette époque, l'activité clichoise principale est la blanchisserie (elle principalement établie au bord de la Seine, rue du Lavoir et du Réservoir et dans le bourg, rue de l'Abreuvoir) En 1793, Bernardin, ancien religieux, demande et obtient le changement de nom de Clichy-la-Garenne en Clichy-la-Patriote avant de reprendre son nom en 1795. Au début du XIXe siècle, la construction de la ligne de chemin de fer Paris-Saint-Germain va isoler l’ouest de Clichy (à l’instar d’autres communes telles que Colombes et l’écart de Bois-de-Colombes future Bois-Colombes) Dès 1822, Jean-Jacques Perret lance sur ce territoire une opération d’envergure. Il lance la construction de lotissements, mais son opération échoue, ce qui a pour conséquence de l’entraîner dans une fulgurante faillite. A la suite de cela, Nicolas Eugène Levallois reprend les lotissements, cette fois-ci l’opération connaît un grand succès. Dans l’obligation de quitter Boulogne ou il avait acheté la verrerie de son beau-père, Louis-Joseph Maës (futur maire de la ville) installe, en 1842, sa nouvelle fabrique dans la commune. Sous l’impulsion de Louis Clémandot, directeur de la cristallerie, Louis-Joseph Maës cherche à développer de nouvelles techniques et à mettre au point des matières originales pour ses futures créations, tant au niveau des compostions qu’au niveau des colorations. Ces innovations vaudront à la Cristallerie de Clichy une renommée internationale. Elles seront récompensées aux Expositions Universelles dès 1850. La Cristallerie cesse toute activité dès 1896. En 1846, Le Conseil Municipal de Clichy autorise l’appellation de « village Levallois » à ce quartier de la ville. La Municipalité, représentée par Louis Joseph Maës (maire de 1858 à 1870), contribue par son action à développer le « village Levallois » jusqu’à ce ses résidants demandent leur indépendance. En 1860, Clichy acquiert son territoire définitif lors de l'annexion par Paris des territoires des anciennes communes qui se trouvaient à l'intérieur des fortifications de Thiers. La partie de l'ancienne commune de Batignolles-Monceau située à l'extérieur de la ligne de défense fut alors attribuée à Clichy. En 1866, Napoléon III promulgue une loi portant création de la commune de Levallois-Perret, celle-ci prenant effet le 1er janvier 1867. La Cité Jouffroy-Renault, édifiée à la fin du second Empire dans les années 1870-1880, est la première réalisation importante dans le domaine du logement social à Clichy. Cette cité, construite dans une impasse par l’architecte Léon Henri Picard dit Hervey Picard, est composée de 76 pavillons semblables, constitués d’un étage surmonté d’un comble, et d’un petit jardinet devant. Elle est fondée en 1865 par Mme Thénard, veuve du frère cadet de Louis-Jacques Thénard (1777-1857), savant chimiste promu baron de l’Empire par Napoléon 1er. Les pavillons sont alors loués avec promesses de vente, payables en 15 ans par mensualités. Un système qui a beaucoup prospéré de nos jours, mais qui, financé par un simple particulier, représentait alors un moyen d’accession à la propriété très "social". Cette cité est représentative de l’effort réalisé au 19ème siècle par des bourgeois et industriels "philanthropes". En 1889, une jeune lavandière fera bien parler d’elle, il s’agit de Louise Weber…plus connue sous le nom de la Goulue, "immortalisée" par Henri de Toulouse-Lautrec. En 1910, c’est le début de l’industrialisation. Les architectes Paponot et Simoneta construisent les entrepôts du Printemps (actuellement occupés par la FNAC) Plus tard, ceux-ci seront classés monument historique. 1938, Jean Prouvé, à la demande de la commune, dessine la future Maison du Peuple, celle-ci sera construite de 1938 à 1940. En 1948, la société Bic s’installe dans la commune. Elle fêtera ses 60 ans de présence, sur le territoire de la commune, en 2008. A ce jour, elle emploie 8 500 salariés dans le monde dont 500 au siège social de Clichy.

Démographie

Administration

Le canton de Clichy ne contient qu'une partie de la commune. L'autre partie appartient au canton de Levallois-Perret-Nord.

Les maires de Clichy

Gilles Catoire, maire de Clichy|right|200px

Intégrité publique

Pavillon Vendôme (en restauration)
- Voir : Didier Schuller, Le Clichois, affaire des HLM des Hauts-de-Seine

Jumelages

Coopération décentralisée

Monuments historiques

Hôpital Beaujon
- Pavillon de Vendôme. Construit dans à la fin du , le pavillon est rénové pour l'actrice Françoise Moreau, la maîtresse de Philippe de Vendôme. Classé monument historique en 1983, le bâtiment est ensuite acquis par la municipalité qui a entrepris de le restaurer.
- Hôpital Beaujonhttp://beaujon.ap-hop-paris.fr/. Edifié de 1930 à 1935 par l’architecte Jean Walter. « Il constitue alors une véritable innovation architecturale : c’est le premier hôpital non pavillonnaire monobloc, les 13 étages étant censés conjuguer les avantages économiques d’une structure verticale et les vertus hygiéniques de l’altitude. Il faisait référence aux hôpitaux d’outre-Atlantique et lui a valu en France le surnom "d’hôpital gratte-ciel".
- La Maison du peuple (1935-1939), classée monument historique : construite par Marcel Lods, Eugène Beaudouin, Jean Prouvé et Vladimir Bodiansky, elle sert aussi de halle du marché et est considérée comme une oeuvre précurseur de l' architecture moderne en France.

Personnalités

Statue de St-Vincent de Paul, derrière l'église
- Dagobert Ier, , Roi des Francs
- Rutebeuf, , poète.
- Saint Vincent de Paul, curé de Clichy de 1612 à 1625.
- Le financier Antoine Crozat (1655 - 1738) possédait une maison à Clichy.
- Louis-Joseph de Vendôme (1654 - 1712) passa trois mois à Clichy pour soigner sa vérole, dans la maison d'Antoine Crozat.
- Gustave Eiffel, réside à Clichy à partir de 1863.
- Léo Delibes, compositeur de musique.
- Claude Debussy, compositeur de musique.
- Mireille Balin, actrice, enterrée à Clichy
- Georges Bizet, compositeur de musique.
- Louise Weber, dite La Goulue, danseuse au Moulin rouge et sujet favori de Toulouse-Lautrec. née à Clichy le 13/07/1866
- Henri de Toulouse-Lautrec, peintre.
- Henri Désiré Landru, criminel.
- Henry Miller, écrivain américain, a vécu dans la commune, près de la Porte de Clichy (Avenue Anatole France)
- Céline, réside à Clichy de 1927 à 1929, écrivain.
- Jacques Mesrine, né (1936) et enterré (1979) à Clichy, ennemi public numéro 1 dans les années 1970.
- Marina Vlady, née à Clichy en 1938, comédienne.
- Alain Chamfort, réside de sa naissance en 1949 à 1952.
- Pierre Bérégovoy, Premier Ministre.
- Frédéric Chichin (Les Rita Mitsouko), né à Clichy en 1954, décédé le 28 novembre 2007.
- Patricia Dumay, née à Clichy en 1959, illustratrice, peintre, sculpteur.
- Jacques Delors, en 1983-1984, ministre des Finances, ancien maire.
- Guilherme Mauricio, footballeur, meilleur buteur de toute l'histoire de la Ligue 2
- Serge Betsen, rugbyman, troisième ligne aile au sein du Biarritz olympique et de l'équipe de France
- Alena Popchanka, nageuse, membre de l'équipe de France, médaillée aux championnats du Monde et d'Europe de natation
- Nâdiya, chanteuse

La ville et le 7ème art

Plusieurs tournages eurent lieu à Clichy, notamment :
- 1970 - Jean-Pierre Melville tourne Le Cercle rouge avec Bourvil et Alain Delon.
- 1980 - François Truffaut tourne Le Dernier Métro avec Gérard Depardieu, Jean Poiret et Catherine Deneuve.
- 1983 - Claude Sautet tourne Garçon ! avec Yves Montand.

Etablissements d'enseignement supérieur

- Centre universitaire de Clichy (Hauts-de-Seine)
- ESHOTEL : Ecole Supérieure de Gestion Hôtelièrehttp://www.eshotel.fr/

Transports

- Gare de Clichy - Levallois
- Ligne 13 du métro de Paris

Voir aussi

Notes

Sources et références

- Le patrimoine des Communes des Hauts-de-Seine - Flohic Editions - 1994
- Clichy-la-garenne vingt siècles d'histoire - Collection Prestige de la Ville/Edition Actica - 1974 ===
Sujets connexes
Adolphe Thiers   Affaire des HLM des Hauts-de-Seine   Alain Chamfort   Alain Delon   Alena Popchanka   Anciennes communes de Paris   Années 1970   Antoine Crozat   Aquitaine   Arrondissement de Nanterre   Asnières-sur-Seine   Austrasie   Batignolles-Monceau   Bic   Bois-Colombes   Bois de Boulogne   Bourvil   Canton de Clichy   Canton de Levallois-Perret-Nord   Catherine Deneuve   Cathédrale Saint-Denis   Centre universitaire de Clichy (Hauts-de-Seine)   Chancelier de France   Charles Auffray   Charles Martel   Charles VII   Chef-lieu   Chilpéric II   Chilpéric Ier (roi des Francs)   Château de Pierrefonds   Châteaugay   Claude Debussy   Claude Sautet   Clichy-sous-Bois   Cologne   Colombes   Commune française   Concile   Conseil municipal   Courcelles   Céline   Dagobert Ier   Didier Schuller   Enceinte de Philippe Auguste   Enceintes de Paris   Eugène Beaudouin   Eugène Sue   Exposition universelle   Ferme générale   Francie   François Truffaut   Garçon !   Gaucher III de Châtillon   Gens (Rome antique)   Gentilé   Georges Bizet   Gilles Catoire   Grand chambellan de France   Guerre de Cent Ans   Guilherme Mauricio   Gustave Eiffel   Gérard Depardieu   Hauts-de-Seine   Henri Désiré Landru   Henri de Toulouse-Lautrec   Henry Miller   Hôpital Beaujon (Clichy)   Jacques Delors   Jacques Mesrine   Jean-Baptiste Colbert   Jean-Pierre Melville   Jean Poiret   Jean Prouvé   Jean Walter   Jeanne d'Arc   La Goulue   Le Cercle rouge   Le Dernier Métro   Les Mystères de Paris   Levallois-Perret   Ligne 13 du métro de Paris   Louis-Joseph de Vendôme   Léo Delibes   Magasins du Printemps   Marcel Lods   Marina Vlady   Mireille Balin   Monceau   Montmartre (Seine)   Monument historique (France)   Moulin rouge   Mouvement moderne   Mérovingiens   Napoléon III   Neuilly-sur-Seine   Neustrie   Nicolas Eugène Levallois   Nâdiya   Ouen   Palais du Louvre   Paris   Parti d'unité prolétarienne   Parti socialiste (France)   Philippe II de France   Philippe de Vendôme   Pierre Bérégovoy   Pierre de Giac   Provence   Quartier de la plaine de Monceau   Quartier des Ternes   Rutebeuf   Saint-Cloud   Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)   Saint-Médard   Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis)   Second Empire   Seine   Seine-Saint-Denis   Serge Betsen   Sigebert III   Usure (finance)   VIe siècle   Vincent de Paul   Vladimir Bodiansky   Vérole   Yves Montand  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^