Vierzon

Infos
Vierzon est une commune française, située dans le département du Cher et la région Centre.
Vierzon

Vierzon est une commune française, située dans le département du Cher et la région Centre.

Géographie

On peut y noter la gare ferroviaire et la proximité des forêts domaniales de Sologne. Ville d'eau, à la croisée de 5 rivières dont l'Yèvre et le Cher, traversée par le canal de Berry et ceinturée d'une magnifique forêt domaniale de 7 500 hectares, Vierzon est situé à la frontière entre la Sologne et le Berry. Aujourd'hui, Vierzon est nœud routier situé sur l'axe de A71, A20 et A85.

Administration

Histoire

Origines

Ancienne station préhistorique à Bellon (quartier situé au Sud du Cher), avec atelier de taille du silex, Vierzon fut probablement une des vingt villes détruites par Vercingétorix lors du siège d'Avaricum par César. Après la conquête, elle fut probablement un oppidum gallo-romain, point de défense à l'entrée ouest du Berry, établi sur une butte (cette fois sur l'autre rive du Cher), exposé au midi, surveillant le confluent de l'Yèvre et du Cher et protégé par la forêt et la Sologne au nord. Un château mérovingien s'y installa, puis les Normands s'y fortifièrent sur la motte féodale. Ils devinrent seigneurs de Vierzon et la ville se développa à l'intérieur de remparts à l'ouest du château. Les Anglais (Richard Cœur de Lion en 1196, puis le Prince Noir) incendièrent et prirent la ville et le château. Du Guesclin en chassa les Anglais en 1370 et redonna Vierzon à la couronne de France. Elle devint alors un des centres de ravitaillement des armées de Jeanne d'Arc. Vierzon subit les guerres de religion, mais resta catholique. La révolution de 1789 n'apporta pas de grandes secousses. A la Révolution, la paroisse de Vierzon est découpée en deux communes : Vierzon-Ville et Vierzon-Villages, ceci à la demande des habitants ruraux de la paroisse. En 1887, la rive Sud du Cher de la commune de Vierzon-Villages fait scission sous le nom de Vierzon-Bourgneuf. Enfin, en 1908, c'est la partie Est de Vierzon-Villages qui prend son indépendance sous le nom de Vierzon-Forges. En 1937, suite à une enquête publique et à une décision préfectorale, les quatre communes sont réunies. Vierzon paya largement son tribut aux guerres modernes. En 1870-1871, l'avant-garde des Ulhans traversa la ville mais se replia rapidement. Si Vierzon fut épargnée par la guerre de 1914-1918, elle fut durement éprouvée par celle de 1939-1945. La ligne de démarcation coupait la ville en deux ; le sud de la ville étant dans la zone libre tandis que le nord dans la zone occupée. Les nazis construisirent un immense tunnel ferroviaire dans la forêt pour acheminer et cacher les munitions que produisait la ville. Les alliés tentèrent de détruire le tunnel de l'Alouette, mais en vain. À ce titre de violents bombardements détruisirent le septième de la ville, qui, une fois de plus se releva de ses ruines.

Politique

Lors de la fusion des quatre communes en 1937, un maire communiste, Georges Rousseau, est élu. En octobre 1939, au début de la guerre, la municipalité communiste (comme toutes celles de France) est suspendue et remplacée par une délégation spéciale. Cette décision du gouvernement est motivée par le fait que le Parti communiste français refuse la guerre par fidèlité à L’URSS de Staline qui a signé un pacte de non-agression avec l’Allemagne nazie. En 1941, le gouvernement de Vichy nomme un conseil municipal composé de personnalités fidèles au régime. A la Libération, un nouveau conseil municipal est nommé, il reprend un bon nombre des élus de 1937 en y ajoutant des résistants. Les élections municipales de 1945 donnent la majorité à une liste d'union de la gauche (PCF-SFIO) à forte domination communiste. En 1947, dans le contexte de la guerre froide, c'est la rupture entre socialistes et communistes ; les conseillers municipaux socialistes s'allient à ceux du MRP (démocrate-chrétien) et à ceux du RPF (droite gaulliste), le socialiste Maurice Caron devient maire. En 1959, les communistes sont élus avec à leur tête le docteur Léo Mérigot (1902-1982) ; il est réélu en 1965 et 1971. En 1977, son premier adjoint Fernand Micouraud (né en 1924) lui succède, il est réélu en 1983 et 1989. Dès 1959, la majorité municipale comprend des socialistes, leur place devient plus importante dans les années 80, notamment avec Jean Rousseau (né en 1943) qui est député socialiste de 1981 à 1986. En 1990, Fernand Micouraud démissionne, les élus socialistes emmenés par Jean Rousseau s'allient avec l'opposition de centre-droit et mettent les communistes en minorité. Les élus socialistes sont exclus du PS par les instances nationales. L'élection municipale qui suit donne la majorité aux ex-socialistes alliés au centre-droit, Jean Rousseau devient maire. Il est un temps membre de Génération écologie, le parti créé par Brice Lalonde ; puis se rapproche de plus en plus de la majorité présidentielle de Jacques Chirac notamment au niveau départemental, lorsque conseiller général il vote avec la majorité UDF-RPR. Il est actuellement proche de la majorité présidentielle de Nicolas Sarkozy et se revendique comme ayant été un précurseur de l'ouverture.

Développement économique

Jusqu'en 1779 Vierzon vivait du commerce et de l'artisanat, puis vint le temps de l'industrialisation. Le travail du fer marque le début de l’industrialisation de Vierzon. En 1779, le Comte d'Artois, futur Charles X, crée en bordure de l’Yèvre une forge avec fonderie et hauts fourneaux. Elle bénéficie du savoir-faire sidérurgique ancien du Berry et du minerai acheminé par le Cher et le Canal de Berry (1830). La présence d’argile réfractaire favorise la naissance d’une activité porcelainière à partir de 1816. La tradition des arts du feu se perpétue avec la création de deux verreries en 1860 et 1874, qui existeront jusqu'en 1957. C’est en 1847 que Célestin Gérard arrive à Vierzon. Son petit atelier en face de la gare deviendra la « Société française de matériel agricole et industriel » aprés le rachat par Lucien Arbel;Célestin Gérard n'ayant pas de descendance. Une synergie se met en place ; la réputation de la «Française» attire les capitaines d’industrie. Au début du , la capitale du machinisme agricole compte plusieurs firmes de batteuses et de locomobiles dont Brouhot, Merlin, La Vierzonnaise et la Française. Ces machines se vendent partout dans le monde. Trois villes satellites se développèrent autour du centre ville et, en 1937, la fusion des quatre communes permit à Vierzon de prendre un nouvel essor. En 1959, la société américaine CASE rachète la SFMAI et la production de matériel de travaux publics remplace progressivement celle du matériel agricole. Dans les années 1990, Vierzon subit la forte hausse de chômage qui règne en France. De nombreuses usines délocalisent comme Fulmen (fabrication de batteries), les fabriques de porcelaines ou l'industrie du textile. D'autres comme CASE changent de site. La ville a alors un des taux de chômage les plus élevés de France. S'engage alors une longue période de reconversion basée sur la position géographique et le nœud routier.

Héraldique

Démographie

Vierzon-Village comptait, vers 1882, 6 731 habitants.

Économie

L'économie de Vierzon est principalement industrielle par son histoire. Aujourd'hui encore on trouve de nombreuses usines de métallurgie, comme la fabrication de roulements à billes ou de matériel oléohydraulique. Cependant, plusieurs usines ont fermé par le passé- notamment dans le quartier des Forges. Encore de nos jours, une entreprise importante dans la région comme Timken a eu recourt à un plan social. On trouve aussi de l'industrie chimique comme la fabrication de charbon actif. Du fait de sa position géographique, on trouve également un grand nombre de centres logistiques ou de transport. Au nord, une zone commerciale s'est développée et son extension est déjà prévue.

Éducation

La ville possède trois collèges : Édouard Vaillant, Fernand Léger, Albert Camus. Les élèves peuvent ensuite poursuivre leur scolarité soit dans les lycées professionnels (lycée René Cassin, lycée Henri Brisson abritant le seul BTS Céramique de France) ; soit dans les lycées d'enseignement général et technologique (lycée Édouard-Vaillant et lycée Henri-Brisson). Au total, la ville possède 3 lycées.

Sport

La ville est équipée d'une piscine permanente, d'un dojo, de nombreux gymnases et stades. Toutefois on note les meilleurs résultats en football avec le niveau CFA2 atteint par l'équipe Vierzon Foot 18 lors des saisons 2005 - 2006 et 2006 - 2007. Mais c'est surtout le club de rugby, les SAV, qui tourne le mieux avec un niveau en fédéral 2.

Personnages célèbres

- Félix Pyat, député à l'Assemblée constituante de 1848, membre du Conseil de la Commune de Paris né à Vierzon en 1810.
- Célestin Gérard (1821-1885), père du machinisme agricole vierzonnais
- Maurice Mac-Nab (1856-1889), chansonnier
- Madeleine Sologne (1912-1995), actrice de théâtre et de cinéma
- Édouard Vaillant (1840-1915), homme politique, leader socialiste du

Monuments et lieux touristiques

- Église Notre-Dame ( - )
- Beffroi
- Musée des Fours Banaux (entrée gratuite)
- Les jardins de Vierzon, situés principalement en centre ville
- Jardin dit "de l'Abbaye", et Monument aux morts pacifiste Art Déco de l'architecte angevin Karcher classé à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques, en bord de l'Yèvre et du canal de Berry.

Cadre de vie

- Ville fleurie : 1 fleur Image:Ville fleurie.svg attribuée par le Conseil National des de France au Concours des villes et villages fleuris.

Jumelages

-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-

Apparitions

Vierzon apparaît dans les paroles de la chanson Vesoul, écrite, composée et interprétée par Jacques Brel en 1968 :

Voir aussi

Références

Lien externe

-
- Vierzon ceb:Vierzon cy:Vierzon de:Vierzon en:Vierzon es:Vierzon it:Vierzon nl:Vierzon nn:Vierzon oc:Vierzon pl:Vierzon pt:Vierzon ro:Vierzon sl:Vierzon sv:Vierzon vo:Vierzon
Sujets connexes
Albert Camus   Anglais   Argile   Arrondissement de Vierzon   Artisanat   Autoroute française A20   Autoroute française A71   Autoroute française A85   Batterie d'accumulateurs   Beffroi   Berry   Bombardement   Brice Lalonde   Canal de Berry   Canton de Vierzon-1   Canton de Vierzon-2   Charles X de France   Chef-lieu   Cher (rivière)   Chômage   Commerce   Communauté de communes Vierzon Pays des cinq Rivières   Commune de Paris (1871)   Commune française   Concours des villes et villages fleuris   Célestin Gérard   Fer   Fernand Léger   France   Félix Pyat   Gare   Guerre franco-allemande de 1870   Guerre froide   Guerres de religion (France)   Génération écologie   Henri Brisson   Industrialisation   Jacques Brel   Jacques Chirac   Jeanne d'Arc   Jules César   Ligne de démarcation   Lucien Arbel   MRP   Madeleine Sologne   Maurice Mac-Nab   Mérovingiens   Nicolas Sarkozy   Normands   Oppidum   Parti communiste français   Porcelaine   Première Guerre mondiale   RPF   René Cassin   Seconde Guerre mondiale   Sologne   Sous-préfecture   Troisième Reich   Tunnel   Vercingétorix   Victor Adolphe Malte-Brun   XIIe siècle   Yèvre   Zone libre   Zone occupée  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^