Partie prenante

Infos
Une partie prenante (stakeholder en anglais) est tout acteur interne ou externe à une entreprise et concerné par son bon fonctionnement sur le plan de la responsabilité sociétale. Citons par exemple :
- pour les acteurs internes : dirigeants, salariés, employés
- pour les acteurs externes :
- clients, fournisseurs, intermédiaires de financement (banques, gérants de fonds...), compagnie d'assurance,
- ONG, associations, citoyen d'une colle
Partie prenante

Une partie prenante (stakeholder en anglais) est tout acteur interne ou externe à une entreprise et concerné par son bon fonctionnement sur le plan de la responsabilité sociétale. Citons par exemple :
- pour les acteurs internes : dirigeants, salariés, employés
- pour les acteurs externes :
- clients, fournisseurs, intermédiaires de financement (banques, gérants de fonds...), compagnie d'assurance,
- ONG, associations, citoyen d'une collectivité - où l'entreprise exerce son activité, (riverains), ...
- collectivités territoriales, territoriale ou non, administration territoriale de la collectivité concernée,
- Chambre de commerce et d'industrie (CCI),
- Actionnaires et investisseurs (shareholder) La notion de partie prenante est née d'une exigence éthique nouvelle de la société civile, qui demande que les entreprises rendent compte des conséquences sociales et environnementales de leur activité. C'est dans ce sens que les parties prenantes de la société civile ont des intérêts dans le bon fonctionnement de l'entreprise. La notion de partie prenante recouvre donc des questions d'éthique, qui couvre le champ de l'éthique de l'environnement, de l'éthique financière, et aussi, dans certains cas, de l'éthique sociale. On peut donc distinguer les parties prenantes de premier rang c'est à dire celles dont l'entreprise ne peut se passer sans remettre en cause son fonctionnement ou sa survie (perennité) et les parties prenantes de deuxième rang c'est à dire celles qui ne sont pas essentielles pour le fonctionnement ou la survie de l'entreprise.

Évolution de la définition

Origines

À l’origine, une « partie prenante » était une personne à qui l'on confiait une somme d’argent ou un bien en attendant de déterminer son propriétaire légitime, ou une tierce personne à qui des parieurs confiaient leur argent en attendant de connaître le gagnant. Les tribunaux peuvent parfois remplir ce rôle en attendant de trancher un litige de propriété ou en désignant, lorsque des biens sont légués à un enfant, un administrateur dans l’attente de sa majorité. C’est un concept légal ancien. En France, la comparaison la plus évidente est le notaire ou l’huissier de justice.

Théories du management

Une théorie de managementPost, Preston, Sachs (2002), (Stakeholder view) utilise cette définition : « Dans une corporation, les parties prenantes sont des individus et des groupements qui contribuent, volontairement ou non, à la capacité de créer de la valeur et de l’activité et qui en sont ses bénéficiaires potentiels et/ou en assument les risques ». Cette définition varie de celle de FreemanFreeman R.E., "Strategic Management: A Stakeholder Approach", éd. Pitman. 1983. (ou 1984) qui inclut les concurrents comme « partie prenante » d’une société.

Évolutions récentes : notion d'intérêt

Dans les dernières décennies du , la notion de « partie prenante » a évolué pour désigner une personne ou une organisation qui a un intérêt légitime dans un projet ou une entité. En ce qui concerne les processus de décision dans les institutions, dont les grandes entreprises, les organismes d’État et les organisations non gouvernementales, le concept a été élargi pour inclure quiconque ayant un intérêt dans les actions de l’entité. Ceci comprend non seulement ses distributeurs, ses employés, et ses clients, mais aussi les membres de la commune où ses bureaux ou usines pourraient affecter l’économie locale ou l’environnement. Dans ce contexte, les « stakeholders » ne sont pas seulement ses directeurs et ses administrateurs siégeant au Conseil d’administration ou de surveillance dans le sens traditionnel du terme. Par exemple, dans un projet de réhabilitation immobilier dont les immeubles sont habités durant les travaux, les « parties prenantes » sont les résidents et les voisins subissant des nuisances, l’équipe de gestion du projet, le propriétaire terrien, les financeurs, l’architecte et les constructeurs. Les tenants de chaque type d’intérêt dans les affaires de l’entité (l’entreprise) peuvent se regrouper. Il peut avoir un ou des groupements d’actionnaires, de propriétaires voisins, de banques d’investissement, etc. Dans ce contexte, le groupement est un synonyme de « partie prenante ». Dans cette optique l'entreprise est considérée comme un "nœud de contrats", plus ou moins formalisés, entre ces divers agents économiques. Cette approche suppose que l'entreprise satisfasse un certain équilibre entre les intérêts respectifs de ces diverses parties. De même que les diverses parties sont supposées respecter certains intérêts de l'entreprise. Cela suppose de définir les intérêts communs (ou non) entre les parties, autrement dit de définir des communautés d'intérêts adéquates. La satisfaction des intérêts des parties prenantes passe par une analyse approfondie des usages des informations dans les métiers de l'entreprise, lors des échanges avec les parties prenantes, ce qui doit faire l'objet d'un processus de veille et d'intelligence économique.

Responsabilité vis-à-vis des parties prenantes

Ce type de responsabilité est parfois appelé responsabilité sociale des entreprises. La responsabilité sociale d'entreprise est en fait l'application des principes de développement durable à l'entreprise. À l'origine (sommet de la Terre de Rio de Rio en 1992, et agenda 21), le développement durable s'est appliqué aux États et aux collectivités territoriales. Le concept s'est élargi au sommet de la Terre de Johannesburg (2002) pour inclure les entreprises. L'Union européenne a publié un livre vert pour définir les principes de Responsabilité sociale (ou sociétale) des entreprises (RSE). Le gouvernement français (Jean-Pierre Raffarin) a lancé à partir de 2003 une politique d'intelligence économique, qui met l'accent sur les questions de veille plus que de communication. Des cabinets d'avocats d'affaires peuvent assister les entreprises sur les questions juridiques, lors de la négociation de grands contrats.

Entreprises

Dans le domaine de la gouvernance d’entreprise, un débat majeur est en cours pour déterminer si l’entreprise doit être gérée dans l’intérêt des « parties prenantes » ou seulement des actionnaires ou des clients. Ceux qui défendent le point de vue des « parties prenantes » basent leur argumentation sur trois affirmations principales :
- La création de valeur est plus forte lorsque ses bénéficiaires sont multiples. Par exemple, selon cette ligne de pensée, un projet qui satisfait les besoins des employés et des attentes des actionnaires a une double valeur car il cible en même temps, deux groupements légitimes de « parties prenantes ».
- Ils disputent également le rôle prééminent accordé aux actionnaires par un grand nombre d’économistes. Ils argumentent que les financeurs, les salariés et les fournisseurs prennent également des risques dans le succès d’un projet.
- Ces arguments normatifs auraient peu d’importance si les actionnaires avaient un contrôle total dans la gouvernance de l’entreprise. Cependant, beaucoup pensent que les Conseils d’administration ou de surveillance sont à l’image de la structuration du capital et des actions de l’entreprise, et le pouvoir réel de l’entreprise entre les mains des Directeurs Généraux. En France : ce pays a été l'un des derniers pays occidentaux à transformer la législation sur la gouvernance d'entreprise. Aujourd'hui, la loi accorde beaucoup moins de pouvoirs aux dirigeants, le pouvoir est plus réparti entre les membres du conseil d'administration, de sorte que le Directeur Général est souvent dans l'obligation d'appliquer des directives imposées pas les actionnaires, lesquels dépendent le plus souvent des marchés financiers.

Parties prenantes et objectifs principaux

Tableau synthétique présentant des parties prenantes et leurs intérêts ou objectifs principaux :

Notes et références

Voir aussi

- Responsabilité sociale des entreprises
- Développement durable
- Communauté d'intérêt
- Intelligence économique
- Externalité
- Gouvernance
- Normes IAS/IFRS (notion de partie liée) ==
Sujets connexes
Actionnaire   Administration publique   Administration territoriale   Agenda 21   Approvisionnement   Avocat (métier)   Banque   Chambre de commerce et d'industrie   Client (économie)   Communauté d'intérêt   Comptabilité publique   Confiance   Conseil d'administration   Contrat   Création de valeur   Culture d'entreprise   Droit   Défense et sécurité   Développement durable   Emploi   Employé   Entreprise   Environnement   Exportation   Externalité   Fournisseur   Gouvernance   Huissier de justice   Indépendance   Information   Institution   Intelligence économique   Intérêt   Investisseur   Jean-Pierre Raffarin   Lien de subordination   Loi   Mission économique   Monnaie   Moyen de paiement   Norme   Notaire public   Organisation non gouvernementale   Partenariat   Prix   Profil de protection   Profit   Projet   Propriété   Prélèvements obligatoires   Responsabilité civile   Responsabilité du fait des produits défectueux   Responsabilité sociale des entreprises   Responsabilité sociétale   Risque   Risque de réputation   Rémunération   Société civile   Souveraineté   Syndicat   Sécurité   Sécurité juridique   Union européenne   Usage   Veille   Vente  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^