Diane de Poitiers

Infos
Diane de Poitiers Diane de Poitiers, née le 3 septembre 1499 ou le 9 janvier 1500 ( lieu de naissance incertain : Poitiers dans la Vienne ou Étoile dans la Drôme), morte le 26 avril 1566 à Anet (Eure-et-Loir), comtesse de Saint-Vallier, duchesse d'Étampes, duchesse de Valentinois, fut la favorite du roi de France Henri II. Dotée d’un sens aigu du pouvoir et de ses intérêts financiers, célèbre pour sa beauté, elle exerça une grande influence sur le roi.
Diane de Poitiers

Diane de Poitiers Diane de Poitiers, née le 3 septembre 1499 ou le 9 janvier 1500 ( lieu de naissance incertain : Poitiers dans la Vienne ou Étoile dans la Drôme), morte le 26 avril 1566 à Anet (Eure-et-Loir), comtesse de Saint-Vallier, duchesse d'Étampes, duchesse de Valentinois, fut la favorite du roi de France Henri II. Dotée d’un sens aigu du pouvoir et de ses intérêts financiers, célèbre pour sa beauté, elle exerça une grande influence sur le roi.

Biographie

Femme de Louis de Brézé

Diane était la fille aînée de Jean de Poitiers († 1539), vicomte d'Estoile, seigneur de Saint-Vallier, et de Jeanne de Batarnay. Orpheline de mère à six ans, elle passa ses jeunes années auprès d’Anne de Beaujeu, austère femme de tête qui avait su tenir en respect la noblesse durant la régence qu’elle assura pour son frère Charles VIII. C’est sur son entremise que le 16 avril 1515, âgée d'à peine quinze ans, elle épouse à Paris en l' Hôtel de Bourbon Louis de Brézé, son aîné de près de 40 ans, petit-fils de Charles VII et d'Agnès Sorel, comte de Maulevrier, grand-sénéchal de Normandie et grand-veneur de France ; elle lui donnera deux filles :
- Françoise de Brézé (janvier 1518 - 1574), inhumée en l’abbaye de Saint-Yved de Braine, comtesse de Maulévrier, baronne de Mauny et de Sérignan ; mariée le 19 janvier 1538 en la chapelle du Louvre à Paris à Robert IV de La Marck, dit "Le Seigneur de Florenges", duc de Bouillon, comte de Braine et de Maulévrier, mort empoisonné en 1558.
- Louise de Brézé (1521 - janvier 1577) épouse du duc Claude II d'Aumale, frère de Marie de Guise. En 1524, son père est accusé de complicité dans la trahison du Connétable de Bourbon, gendre d’Anne de Beaujeu. Devenu le principal bouc émissaire de l’affaire, c’est in extremis sur l’échafaud qu’il apprend sa grâce, accordée par le roi en reconnaissance des bons et loyaux services de Louis de Brézé qui l’avait d’ailleurs alerté sur le complot. Jean de Poitiers finira ses jours enfermé (dans un certain confort) dans la forteresse de Loches. Elle est appointée dame d’honneur de Claude de France, puis de Louise de Savoie et enfin d’Éléonore de Habsbourg. Rien n’indique qu’elle ait été la maitresse de François Ier, malgré les rumeurs répandues par ses détracteurs parfois reprises dans certaines biographies.

Favorite d’Henri

Dame au bain Tableau de François Clouet dont le modèle est réputé être Diane de Poitiers (vers 1571). A la suite de la défaite de Pavie (1525), le dauphin François et son cadet Henri, duc d'Orléans et futur Henri II, sont remis en otage à Charles Quint en échange de leur père. Du fait du retard dans le paiement de la rançon, les deux princes sont bientôt soumis à une détention sévère et passent presque quatre années (1526-1530) très isolés, dans l’incertitude quant à leur avenir. Henri se plonge dans la lecture d’Amadis de Gaule, roman de chevalerie. Cette expérience a pu contribuer à lui faire voir la "Dame par excellence" dans celle que son père charge de faire son éducation de cour lorsqu’il revient en France. Il a alors 11 ans et elle 31. C’est d’ailleurs Diane qui lui avait donné son baiser d’adieu lors de son départ pour l’Espagne, la reine Claude étant morte deux ans plus tôt. Lors du tournoi organisé en 1531 pour le couronnment d’Éléonore de Habsbourg, alors que le dauphin François salue comme il se doit sa nouvelle belle-mère, c’est devant Diane de Poitiers qu’Henri abaisse sa lance et ses couleurs. Louis de Brézé meurt le 23 juillet 1531 à Anet et Diane adopte définitivement pour sa tenue les couleurs d'une veuve, dont Henri II s’inspirera plus tard pour sa livrée ordinaire (noir et blanc rayée d’or). Son sens aigu des intérêts financiers se manifeste dès ce moment. Elle obtient de se faire verser les gages que son mari recevait au titre de gouverneur de Normandie et de grand-sénéchal, prenant elle-même le titre de "sénéchale de Normandie". Elle obtient d’administrer les biens de ses filles et d’en percevoir les revenus. "Férue en procédure et entourée d'hommes de loi", elle va jusqu’au procès pour tenter de conserver les terres que son mari détenait en apanage. François Ier l’aide à tergiverser grâce à des lettres patentes statuant qu’elle peut conserver les revenus et profits de ces terres jusqu'à ce que la propriété en soit établie. Diane saura toute sa vie faire prospérer sa fortune. Henri II épouse Catherine de Médicis en 1533. Louis de Brézé et Diane avaient appuyé le choix de l’arrière petite-fille de Laurent le Magnifique, considérée comme une « fille de marchands » par les opposants à l’union. Le grand père maternel de Catherine (fille de Madeleine de la Tour d'Auvergne) est le frère de la grand-mère paternelle de Diane ; elles sont donc parentes. C’est d’ailleurs autant en « belle-mère » mi protectrice mi-abusive qu’en rivale que Diane agace Catherine. C’est en effet elle qui pousse Henri II à multiplier les visites nocturnes à sa femme lorsque les rumeurs de répudiation s’élèvent devant la stérilité prolongée du couple. Elle se fait confier l’éducation de leurs enfants, qu’elle conserve jusqu’en 1551. Sa fille Françoise est aux commandes de la maison de Catherine de Médicis. On estime généralement d’après leur correspondance que c’est en 1538 que Diane devient la maitresse d’Henri, promu dauphin deux ans auparavant par la mort de son frère. Intelligente, passionnée, de haute noblesse, consciente de son prestige et de son influence, elle est de vingt ans plus âgée que son amant. Leur relation amoureuse, parfois évoquée complaisamment par des écrivains comme Pierre de Brantôme, restera en fait d’une extrême discrétion. L’emprise que Diane exerce sur Henri est complexe : nettement plus âgée et plus cultivée que lui et l’ayant de surcroît en partie éduqué, elle est autant sa marraine, sa dame objet d’amour platonique et sa conseillère que sa maitresse. Henri II eut peu d'incartades notoires, toutes d'assez courte durée. Les mieux connues sont Filippa Duci, Jane Stuart et Nicole de Savigny. De la première, rencontrée lors d’une campagne au Piémont, il aura une fille, la future Diane de France (née en 1538), qui fait taire les rumeurs concernant sa possible stérilité. Envoyée en France, elle sera prise en main par Diane de Poitiers et nommée après elle. La liaison avec la deuxième, gouvernante de Marie Stuart, semble avoir été encouragée par Anne de Montmorency qui cherchait à écarter la sénéchale de Normandie trop favorable aux Guise. Absente momentanément de la cour pour raison de santé, elle revint en catastrophe avertie par les Guise et fit, en accord avec Catherine de Médicis, renvoyer Janet Stuart en Écosse après la naissance d'un fils (Henri d'Angoulême, 1551-1586). Le fils qu'Henri II eut avec Nicole de Savigny, Henri de Saint-Rémi (avant 1558-1621), fut titré mais non reconnu car le roi conservait des doutes sur sa paternité. L'emblème d'Henri II. Du temps de François Ier, la sénéchale de Normandie partage tout d'abord l'influence à la cour avec la duchesse d'Étampes, maîtresse royale : chacune d'elles a son parti, et leur rivalité occasionne plusieurs scènes scandaleuses. À la mort du roi en 1547, tenace dans ses haines, Diane fait exiler la duchesse et devient toute-puissante : Catherine de Médicis, dont la position s’est consolidée depuis qu’elle a mis au monde un héritier (1544), doit pourtant concéder son ascendant à la favorite, qui est faite en 1548 duchesse de Valentinois, titre habituellement décerné aux princes du sang ou étrangers, puis duchesse d'Étampes en 1553. Elle s'entoure d'une cour brillante mais néanmoins plus austère que celle de François Ier. Henri lui fait cadeau de bijoux de la couronne et de la propriété royale de Chenonceau sur laquelle elle charge Philibert Delorme, son architecte, de bâtir un des plus beaux ouvrages de l'époque. Lors du sacre de Catherine en 1549, elle préside la cérémonie vêtue de la livrée des princesses du sang. De nombreux commentaires ont été fait sur l’ambiguïté du monogramme du roi Henri II, un H majuscule entouré de deux demi-cercles qui peuvent aussi bien s’interpréter comme deux C ou deux D. On a fait remarquer que sur le monogramme du cabinet de Catherine de Médicis à Blois, le C est marqué sans ambiguïté. Jusqu’à la mort du roi, Diane exerce une grande influence sur lui qu'elle veille à préserver. Elle favorise tour à tour Anne de Montmorency et le parti des Guise. Catholique convaincue, elle pousse le roi à réprimer les protestants.

Fin de carrière

Lorsque le roi est mortellement blessé en 1559, Catherine de Medicis interdit toute visite de Diane à son chevet. À sa mort, elle n’est pas admise aux funérailles et la régente l’oblige à échanger le château de Chenonceau contre celui de Chaumont. Diane restitue également les bijoux de la couronne assortis d’un inventaire. Elle se retire à Anet où elle meurt à l'âge de 67 ans. Sa fille fit ériger un monument avec sa statue dans l'église, mais en 1795 lors de la Révolution, son tombeau fut profané et ses restes déplacés dans une tombe à côté de l'église, à l’exception de sa chevelure que les membres du comité révolutionnaire se partagèrent en souvenir. Son sarcophage fut converti en auge, et le socle en plomb fut utilisé par les révolutionnaires pour fabriquer des "balles patriotes".

Diane et les arts

Mécène comme tous les grands de son époque, Diane de Poitiers a inspiré plusieurs peintres et sculpteurs, comme le Primatice ou François Clouet. Ils l’ont parfois représentée sous les traits de la déesse chasseresse comme sur le tableau "Diane de Poitiers en Diane" (École de Fontainebleau - Musée de la vénerie de Senlis). Sa contribution à l’architecture par le biais en particulier de Philibert de l'Orme qu’elle fit nommer surintendant des bâtiments royaux est bien connue. Elle protégea aussi différents hommes de lettres à tour de rôle, comme Ronsard.

Autres

Ses Lettres ont été publiées (1866) par Georges Guiffrey. David Miller tourna en 1956 Diane de Poitiers, un film typiquement hollywoodien où elle est incarnée par Lana Turner face à Roger Moore dans le rôle de Henri II.

Sources

Voir aussi

===
Sujets connexes
Agnès Sorel   Amadis de Gaule   Anet (Eure-et-Loir)   Anne de Montmorency   Anne de Pisseleu   Apanage   Catherine de Médicis   Charles III de Bourbon   Charles Quint   Charles VIII de France   Charles VII de France   Charlotte de Valois   Château de Blois   Château de Chenonceau   Claude II d'Aumale   Claude de France   Diane (mythologie)   Diane de France   Diane de Poitiers (film, 1956)   Eure-et-Loir   Filippa Duci   François Clouet   François Ier de France   Françoise de Brézé   Guise   Henri II de France   Henri d'Angoulême   Henri de Saint-Rémi   Jacques de Brézé   Jane Stuart   Lana Turner   Liste des maîtresses des rois de France   Listes des comtes puis ducs de Valentinois   Loches   Louis de Brézé   Louise de Savoie   Madeleine de la Tour d'Auvergne   Marie de Guise (1515-1560)   Monogramme   Nicole de Savigny   Normandie   Paris   Pavie   Philibert Delorme   Pierre de Brantôme   Piémont   Primatice   Protestantisme   Robert IV de La Marck   Roger Moore   Révolution française   Saint-Vallier   Senlis (Oise)   Vénerie  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^