Autobiographie

Infos
Marie Bashkirtseff, Autoportrait à la palette, 1880 L'autobiographie (du grec ancien auto, soi, bios, vie, et graphein, écrire) est un genre littéraire de popularité relativement récente, en tous cas le mot l’est (première occurrence en 1836 selon le dictionnaire petit Robert) — on parlait autrefois surtout de « mémoires »). Philippe Lejeune, qui s’est spécialisé dans son étude, le définit comme « un récit rét
Autobiographie

Marie Bashkirtseff, Autoportrait à la palette, 1880 L'autobiographie (du grec ancien auto, soi, bios, vie, et graphein, écrire) est un genre littéraire de popularité relativement récente, en tous cas le mot l’est (première occurrence en 1836 selon le dictionnaire petit Robert) — on parlait autrefois surtout de « mémoires »). Philippe Lejeune, qui s’est spécialisé dans son étude, le définit comme « un récit rétrospectif en prose qu’une personne réelle fait de sa propre existence, lorsqu’elle met l’accent sur sa vie individuelle, en particulier sur l’histoire de sa personnalité. »

Histoire de l’autobiographie

La première autobiographie « reconnue » en tant que telle est celle de Rousseau, Les Confessions datant du (dont le titre a été inspiré par les Confessions de saint Augustin qui, elles, ne correspondent pas exactement au genre de l’autobiographie : en effet, bien qu’elles soient l’une des premières œuvres d’introspection, les Confessions d’Augustin n’ont pas pour but de mettre l’accent sur la singularité individuelle de l’auteur, mais au contraire de présenter sa vie comme un cheminement intellectuel et spirituel caractéristique de la condition humaine en général). Le genre autobiographique a mis beaucoup de temps à s’imposer, même si l’on peut trouver de nombreuses œuvres plus anciennes s’y s’apparentant, quoique n’en respectant pas scrupuleusement tous les principes (Augustin d'Hippone, les Confessions, et même Jules César, Commentaires sur la Guerre des Gaules se rattachant au genre des mémoires). Au Moyen Âge n’existent que les biographies et les hagiographies, même si certaines œuvres comme Le Livre de Margery Kempe, mystique anglaise du XV siècle, contiennent également de nombreux éléments autobiographiques. Michel de Montaigne. Au , avec l’humanisme, le genre s’affirme grâce à l’intérêt centré sur l’individu. On le voit avec Montaigne et ses Essais, bien que l’absence de chronologie nous défende d’y apposer le nom d’autobiographie au sens strict. Néanmoins, pendant la période classique, elle ne connaît guère de véritable avancée, car on n’apprécie peu de parler excessivement de soi (« Le moi est haïssable », selon Blaise Pascal). C’est un peu plus tard, en 1782 que Rousseau écrit la première véritable autobiographie — au sens moderne du terme : les Confessions (d’aucuns tiennent néanmoins les Essais de Montaigne pour l'œuvre fondatrice du genre). Au , à la suite de Rousseau, les « récits de vie » connaissent un véritable engouement et nombre d’auteurs vont écrire leur autobiographie, tels Chateaubriand (Mémoires d'outre-tombe) et Stendhal (Vie de Henri Brulard). De plus avec l’apparition du romantisme, le "moi" devient à la mode et nous assistons donc à une multiplication des œuvres autobiographiques. Au , l’autobiographie change de nature avec le développement des sciences humaines : psychanalyse, sociologie et ethnologie y marquent un tournant, notamment avec l’apparition de la notion d’inconscient. L’autobiographie s’intériorise et la justification sociale s’estompe au profit d’une difficile quête de soi.

Caractéristiques du genre

Selon Philippe Lejeune, on trouve derrière l’autobiographie un « pacte » conclu entre le lecteur et l’auteur : l’autobiographe prend un engagement de sincérité et, en retour, attend du lecteur qu’il le croie sur parole. C’est le « pacte autobiographique ». L’auteur doit raconter la vérité, se montrant tel qu’il est, quitte à se ridiculiser ou à exposer publiquement ses défauts. Seul le problème de la mémoire peut aller à l’encontre de ce pacte. Le projet autobiographique se caractérise donc par la présence de trois «je». Celui de l’auteur, du narrateur, et du personnage principal. Dans le cas de l’autobiographie, trois «je» se confondent, tout en étant séparés par le temps. L’alliance de ces trois «je» fait partie du pacte autobiographique. Pour le reste, le projet autobiographique de chaque écrivain lui est particulier. Il est souvent défini en préface : celle des Confessions de Jean-Jacques Rousseau est considérée comme fondatrice. L’autobiographie conjugue deux mouvements complémentaires :
- l’introspection : observation méthodique de l’auteur sur sa vie intérieure,
- la rétrospection : regard en arrière sur les faits passés. C’est aujourd’hui un genre diversifié et en pleine expansion, à travers les genres parallèles que sont l’autofiction et le journal intime.

Difficultés

L’auteur d’une autobiographie se heurte à de nombreuses difficultés pour ce qui est du respect du pacte autobiographique, parmi lesquelles :
- le problème de la mémoire, à l’image de Rousseau qui dit dans Les Confessions vouloir compléter son récit par « quelque ornement indifférent » si sa mémoire venait à le trahir, ou de Montaigne, qui dans ses Essais, « Des Cannibales », se plaint de sa mauvaise mémoire (« ils répondirent trois choses, d’où j’ai perdu la troisième, et en suis bien marri ; mais j’en ai encore deux en mémoire ») ;
- la difficulté de l’utilisation de mots pour la description de certains éléments du vécu, comme Nathalie Sarraute qui hésite, dans Enfance, entre plusieurs termes afin de décrire un tropisme ;
- le décalage temporel entre le « je » présent et le « je » passé ;
- la nécessité du recours à des témoignages tiers (par exemple pour Chateaubriand, qui décrit sa propre naissance dans les Mémoires d'Outre-tombe), d’autant plus susceptibles d'être biaisés ou inexacts ;
- le refoulement éventuel d’un souvenir douloureux ( Marguerite Duras, l'Amant de la Chine du Nord où elle utilise la troisième personne du singulier pour décrire son enfance douloureuse ) ;
- la censure morale (pudeur) imposée par les convenances ;
- la nécessité éventuelle d’atténuer des vérités trop extravagantes pour rendre crédible le récit (exemple : Le Roman des Jardin) ;
- la conformité au message argumenté que l'œuvre s’est donné pour but de transmettre ou de démontrer (exemple : Les Mots de Sartre) ;
- le caractère nécessairement esthétique de l’autobiographie, qui peut empêcher de révéler la vérité (« Le paradoxe de l’autobiographie, son essentiel double jeu, est de prétendre être à la fois discours véridique et œuvre d’art », Philippe Lejeune).
- l’authenticité : le souci d’ordonner sa narration, de donner un sens à ses actes en les prenant avec du recul peut inciter un auteur à proposer une image falsifiée car reconstruite de lui-même
- l’inachèvement : l’autobiographie est en effet vouée à être inachevée, et c’est un truisme : l’auteur ne peut pas raconter sa mort...

Fonctions pour l’auteur

Jean-Jacques Rousseau Différents facteurs entraînent un auteur à rédiger son autobiographie, et notamment :
- La volonté de laisser un témoignage, de lutter contre l’oubli (exemple : Primo Levi, Si c'est un homme) ;
- La volonté d’accéder à la postérité par l’écrit ;
- La nécessité de se soulager, de se libérer d’un poids, voire de se confesser (saint Augustin, Les Confessions) ;
- L’envie de s’analyser pour mieux se connaître, de dresser une image de soi, un bilan de sa vie, de se remettre en question (Sartre, les Mots) ;
- L’obligation de se justifier (Rousseau, les Confessions) ;
- La possibilité de l’utiliser pour défendre une thèse, un point de vue, ou transmettre un message, parfois au détriment de l’impartialité et de la justesse des faits (Sartre, Les Mots; Rousseau, Les Confessions, "Le vol des Pommes");
- La possibilité de se créer une image, une apparence voulue et de la présenter au lecteur, c’est un moyen de faire changer le regard des autres sur sa personne, une sorte d’influence (mais le pacte de la sincérité est brisé)
- La possibilité de se remémorer des éléments qu’il a oubliés (W ou le souvenir d'enfance de Georges Perec)

Intérêts pour le lecteur

L’autobiographie présente de nombreux intérêts pour son lecteur, par exemple :
- la possibilité de s’identifier à l’auteur grâce au caractère universel de certains faits présentés (par exemple, la naissance, l’enfance, l’amour, etc.) ;
- la possibilité de tirer une leçon de la vie exposée au bénéfice de la sienne ;
- les qualités littéraires de l'œuvre ;
- la possibilité de mieux comprendre la personne, ou son œuvre ;
- l’intérêt historique : peinture d’une époque.

Les genres de l’autobiographie

- L’autobiographie pure : Ma vie de Léon Trotsky en est un bon exemple.
- La confession : Ainsi Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère, présenté plus tard par Michel Foucault.
- Mémoires : Mémoires de guerre, du général Charles de Gaulle
- Le journal intime, comme le Journal de Jules Renard ou celui des frères Goncourt.
- L’essai : réflexion sur la condition humaine à partir d’une expérience personnelle « Je suis moi-même la matière de mon livre » (Les Essais de Montaigne) ;
- Le roman autobiographique classique : À la recherche du temps perdu de Marcel Proust en est un excellent exemple, qui s’approche de l’autofiction.
- L’autofiction : ce concept récent traduit la mise en fiction d’une vie personnelle (la Promesse de l’aube de Romain Gary). Une autofiction est un récit où il y a une alternance entre vie réelle de l’auteur et fiction. Cette part de fiction est en général indispensable pour comprendre l'œuvre, elle est indissociable de celle-ci. Par exemple dans W ou le souvenir d'enfance de Georges Perec, la fiction sert à décrire des choses que l’auteur n’est pas arrivé à exprimer autrement. Ainsi, à travers la cité olympique qu’il dépeint, l’on peut reconnaître assez facilement les camps de la mort.
- Le fragment. Ce traitement fragmentaire de la mémoire, du souvenir, a été celui choisi par beaucoup depuis Joe Brainard et son I remember, datant des années 1960. Georges Perec construit ainsi son Je me souviens ; Hervé Le Tellier répond mille fois à la question unique « à quoi tu penses » ? dans Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable ; Valérie Mrejen raconte ses relations avec son père sous cette forme fragmentaire dans son roman Eau sauvage ; Edouard Levé fait se succéder sans logique apparente les phrases dans Autoportrait.

Exemples d’autobiographies


- Vipère au poing - Hervé Bazin
- L'Origine - Thomas Bernhard
- Mémoires - Cardinal de Bernis
- Le fleuve Alphée - Roger Caillois
- La langue sauvée - Elias Canetti
- Les mots pour le dire - Marie Cardinal
- Histoire de ma vie - Giacomo Casanova
- D'un château l'autre - Louis-Ferdinand Céline
- La vie de Benvenuto Cellini - Benvenuto Cellini
- Mémoires de ma vie et Mémoires d'outre-tombe (extraits) - Chateaubriand
- Le Grand Cirque - Pierre Clostermann
- Mémoires - Philippe de Commynes
- Moi, Boy - Roald Dahl
-Mémoires de guerres - Charles De Gaulle
- Histoire de ma vie - du paysan bas-breton Jean-Marie Déguignet
- Le Livre de la vie - Thérèse d'Avila
- Mémoires - Lorenzo da Ponte
- Le petit Chose - Alphonse Daudet
- L'Amant - Marguerite Duras
- Journal - Anne Frank
-La Promesse de l'aube - Romain Gary
- Si le grain ne meurt - André Gide
- Jean le Bleu - Jean Giono
- Poésie et vérité - Johann Wolfgang von Goethe
- Mémoires inutiles - Carlo Gozzi
- Plus fort que la haine - Tim Guénard
- Un sac de billes - Joseph Joffo
- Baby foot - Joseph Joffo
- Dedalus ou Portrait de l'artiste en jeune homme - James Joyce
- Lambeaux - Charles Juliet
- Les sept piliers de la sagesse - Thomas Edward Lawrence
- L'Enfant noir - Camara Laye
- L'âge d'homme - Michel Leiris
- Autoportrait - Édouard Levé
- Le miroir des limbes - André Malraux
- Antimémoires - André Malraux
- Commencements d'une vie - François Mauriac
-Livret de famille - Patrick Modiano
- Autres rivages - Vladimir Nabokov
- Aden Arabie - Paul Nizan
- Stupeur et tremblements - Amélie Nothomb
- La Gloire de mon père - Marcel Pagnol
- Le Château de ma mère - Marcel Pagnol
- W ou le souvenir d'enfance - Georges Perec
- Autobiographie - John Cowper Powys
- Voix dans la nuit - Frederic Prokosch
- Chêne et chien - Raymond Queneau
- Mémoires - Cardinal de Retz
- Poil de carotte - Jules Renard
-Le Miroir qui revient - Alain Robbe-Grillet
- Les Confessions - Jean-Jacques Rousseau
- Les confessions - Saint Augustin
- Mémoires - Saint-Simon
- Histoire de ma vie - George Sand
- Les Mots - Jean-Paul Sartre
- Enfance - Nathalie Sarraute
- Persépolis - Marjane Satrapi
- La Boîte à merveille - Ahmed Sefrioui
- Le Grand Voyage - Jorge Semprun
- Le Chêne et le veau - Alexandre Soljénitsyne
- L'Autobiographie d'Alice Toklas - Gertrude Stein
- La Vie d'Henry Brulard - Stendhal
- Autobiographie - Mark Twain
- L'Ami retrouvé - Fred Uhlman
- L'Enfant - Jules Vallès
- Black Boy - Richard Wright
- Enfance - Nathalie Sarraute
- Un ange cornu avec des ailes de tôles - Michel Tremblay
-
Souvenirs pieux'' - Marguerite Yourcenar

Bibliographie

- Paul de Man, "Autobiography as De-facement", MLN, Vol. 94, No. 5, Comparative Literature. (Dec., 1979), pp. 919-930. ( sur JSTOR, accès restreint)
- Philippe Lejeune, L’Autobiographie en France, 1971.
- Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, 1975.
- Philippe Lejeune, Je est un autre. L’autobiographie de la littérature aux médias, 1980.
- Philippe Lejeune, La Pratique du journal personnel, 1990.
- Philippe Lejeune, Pour l’autobiographie, 1998.

Voir aussi

- Wikipédia:Autobiographie : recommandation à propos des autobiographies sur Wikipédia
- Pacte autobiographique : le fondement du genre
- Mémoires : le genre voisin de l’autobiographie
- Journal intime : un autre genre proche de l’autobiographie
- Récit à la première personne : autobiographie de fiction
- Blog : Un genre qui s’apparente à l’autobiographie et au journal intime mais qui est lui, virtuel ==
Sujets connexes
Ahmed Sefrioui   Alain Robbe-Grillet   Alphonse Daudet   Amour   Amélie Nothomb   André Gide   André Malraux   Anne Frank   Antimémoires   Augustin d'Hippone   Autofiction   Benvenuto Cellini   Biographie   Blaise Pascal   Blog   Camara Laye   Carlo Gozzi   Charles Juliet   Charles de Gaulle   Classicisme   Commentaires sur la Guerre des Gaules   D'un château l'autre   Dedalus   Eau sauvage   Elias Canetti   Enfance (Nathalie Sarraute)   Essai   Essais   Ethnologie   Fragment   François-René de Chateaubriand   François Mauriac   Fred Uhlman   Frederic Prokosch   Frères Goncourt   Genre littéraire   George Sand   Georges Perec   Gertrude Stein   Giacomo Casanova   Grec ancien   Hagiographie   Hervé Bazin   Hervé Le Tellier   Humanisme au XVIe siècle   Introspection   JSTOR   James Joyce   Je me souviens (livre)   Jean-Jacques Rousseau   Jean-Marie Déguignet   Jean-Paul Sartre   Jean Giono   Jean le Bleu   Johann Wolfgang von Goethe   John Cowper Powys   Joseph Joffo   Journal   Journal intime   Jules César   Jules Renard   Jules Vallès   L'Amant   L'Ami retrouvé   L'Âge d'homme (livre)   La Gloire de mon père   Lambeaux   Le Château de ma mère   Le Roman des Jardin   Les Confessions (Rousseau)   Les Mots   Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable   Lorenzo da Ponte   Louis-Ferdinand Céline   Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon   Léon Trotsky   Ma vie   Marcel Pagnol   Marcel Proust   Margery Kempe   Marguerite Duras   Marguerite Yourcenar   Marie Bashkirtseff   Marie Cardinal   Marjane Satrapi   Mark Twain   Michel Foucault   Michel Leiris   Michel Tremblay   Michel de Montaigne   Moi, Boy   Moyen Âge   Mémoires   Mémoires d'outre-tombe   Mémoires de J. Casanova de Seingalt, écrits par lui-même   Mémoires de guerre   Naissance   Narrateur   Nathalie Sarraute   Pacte autobiographique   Patrick Modiano   Paul Nizan   Paul de Man   Personnage de fiction   Persépolis (bande dessinée)   Philippe Lejeune   Philippe Lejeune (auteur)   Pierre Clostermann   Poil de carotte   Primo Levi   Psychanalyse   Pudeur   Raymond Queneau   Richard Wright   Roald Dahl   Roger Caillois   Romain Gary   Roman autobiographique   Récit à la première personne   Sciences humaines   Si c'est un homme   Si le grain ne meurt   Sociologie   Stendhal   Thomas Bernhard   Thomas Edward Lawrence   Thérèse d'Avila   Tim Guénard   Tropisme   UTLS   Valérie Mrejen   Vie de Henri Brulard   Vipère au poing   Vladimir Nabokov   W ou le souvenir d'enfance  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^