Jean-Paul Belmondo

Infos
Jean-Paul Belmondo (né le 9 avril 1933 à Neuilly-sur-Seine) est un acteur français de cinéma et de théâtre. Son père, Paul Belmondo, d'origine piémontaise par son père et sicilienne par sa mère, est un sculpteur réputé et sa mère artiste-peintre. Son frère, Alain, est directeur de théâtre et producteur de cinéma et sa sœur, Muriel, danseuse. Quant à son fils, Paul, il est coureur automobile et possède une écurie de voitures de course.
Jean-Paul Belmondo

Jean-Paul Belmondo (né le 9 avril 1933 à Neuilly-sur-Seine) est un acteur français de cinéma et de théâtre. Son père, Paul Belmondo, d'origine piémontaise par son père et sicilienne par sa mère, est un sculpteur réputé et sa mère artiste-peintre. Son frère, Alain, est directeur de théâtre et producteur de cinéma et sa sœur, Muriel, danseuse. Quant à son fils, Paul, il est coureur automobile et possède une écurie de voitures de course.

Biographie

Indiscipliné et peu enclin aux études, Jean-Paul Belmondo se passionne très jeune pour la boxe, le football. À l'âge de seize ans, il est atteint d'une primo-infection de la tuberculose, ses parents l'expédient alors en Auvergne. C'est à cette époque, dans le calme et l'air vivifiant, que le jeune homme décide de devenir comédien. De retour d'Auvergne, il suit les cours de Raymond Girard. Il débute au théâtre en 1950 en interprétant La Belle au Bois Dormant dans les hôpitaux de la ville de Paris. Pendant six mois, Raymond Girard va l'aider à préparer le concours du Conservatoire d'art dramatique, où, reçu en 1951, Jean-Paul Belmondo devient l'élève de Pierre Dux. Il y reste quatre ans et où il rencontre Jean Rochefort, Jean-Pierre Marielle, Pierre Vernier et Michel Beaune. En 1953, il fait ses vrais débuts sur les planches dans deux pièces au Théâtre de l'Atelier, Médée de Jean Anouilh et Zamore de Georges Neveux dans des mises en scène d'André Barsacq. Le 4 décembre 1953, il épouse une danseuse, Elodie Constantin, avec qui il aura trois enfants : Patricia (1958 décédée dans un incendie en 1994), Florence (1960) et Paul (1963). En 1957, Jean Paul Belmondo débute sa carrière cinématographique dans un petit rôle : Sois belle et tais-toi. En 1959, il connaît son premier grand rôle dans A bout de souffle de Jean Luc Godard. 1960 est une année marquante pour sa carrière. Il joue aux côtés de Lino Ventura dans Classe tous risques de Claude Sautet. En 1964, il connait un grand succès populaire avec L'homme de Rio, aux côtés de Françoise Dorléac (sœur de Catherine Deneuve et décédée le 26 juin 1967). En 1965 il joue aux côtés d'Anna Karina dans Pierrot le fou, œuvre mythique de Jean-Luc Godard 1966, Divorce de Jean-Paul Belmondo et d'Elodie. En 1987, près de 30 ans après avoir quitté les planches, il remonte sur une scène de théâtre pour le plus grand bonheur du public dans "Kean". 1989 Jean Paul Belmondo rencontre Natty, une ancienne coco-girl de Stéphane Collaro. 1999, fin novembre, Jean-Paul Belmondo est hospitalisé à Brest à l’hôpital de La Cavale blanche, après avoir fait un malaise pendant une représentation théâtrale de "Frederick ou le Boulevard du Crime". 2001, Jean-Paul Belmondo, âgé de 68 ans, est héliporté d'urgence à l'hôpital Falconaja de Bastia à 16h00 mercredi 8 août en Corse à la suite d'un accident vasculaire cérébral. Il s'y trouvait en vacances, chez son ami Guy Bedos à Lumio, près de Calvi. Bien que son état soit jugé sérieux, il est transféré dans la soirée vers un hôpital parisien, Saint-Joseph. Le 29 décembre 2002 Jean-Paul Belmondo épouse à Paris sa compagne Natty, qui partage sa vie depuis 13 ans, à la mairie du 6e arrondissement. Michel Drucker est l'un des témoins de ce mariage. Parmi les invités, on peut citer : Claude Lelouch, Francis Huster, Bernard-Henri Lévy, Robert Hossein, Jean Rochefort, Jean-Claude Brialy et Jean-Pierre Marielle. Mercredi 13 août 2003, à 70 ans, Jean-Paul Belmondo est père pour la quatrième fois d'une petite fille, Stella. En avril 2007, il est promu Commandeur de la Légion d'honneur. Il devrait en janvier 2008, après sept ans d'absence, retrouver les plateaux de cinéma sous la direction de Francis Huster pour une nouvelle version de Umberto D. de Vittorio de Sica: Un homme et son chien.

Informations complémentaires

Récompenses

-1989 César du meilleur acteur dans le film Itinéraire d'un enfant gâté.

Anecdotes

- Jean-Paul Belmondo est entré au conservatoire d'où il a été renvoyé à cause de son comportement.
- Il devient célèbre avec son rôle dans À bout de souffle (1960) de Jean-Luc Godard qui fait de lui une figure majeure de la Nouvelle Vague.
- Jean-Michel Charlier et Jean Giraud se sont inspirés du jeune acteur pour créer le personnage de Blueberry en 1963.
- Dans Pierrot le fou, Jean-Luc Godard fait lire à Jean-Paul Belmondo L'histoire de l'art d'Élie Faure dans une baignoire.
- Avec l'Homme de Rio (1965) il passe à des films plus commerciaux, principalement des comédies et des films d'actions.
- Il a toujours tourné ses propres cascades.
- Il est membre de l'Académie des Sports.
- Il a toujours dit vouloir traverser la Manche à la nage
- Buichi Terasawa, fan de l'acteur s'en est inspiré pour créer son personnage Cobra.

Synthèse de la carrière artistique

Filmographie

Années 50

- 1956 :
- Molière court-métrage de Norbert Tildian : La Merluche
- 1957 :
- À pied, à cheval et en voiture de Maurice Delbez : Venin
-Les copains du dimanche d'Henri Aisner : Trebois
- 1958 :
- Sois belle et tais-toi de Marc Allégret : Pierrot
- Les Tricheurs de Marcel Carné : Lou
- Un drôle de dimanche de Marc Allégret : Patrick
- 1959 :
- Mademoiselle ange de Geza Radvanyi : Michel Barrot
- Charlotte et son jules court-métrage de Jean-Luc Godard : Jean (sorti en 1961)
- A double tour de Claude Chabrol : Laszlo Kovacs

Années 60

- 1960 :
- A bout de souffle de Jean-Luc Godard : Michel Poiccard alias Laszlo Kovacs
- Classe tous risques de Claude Sautet : Eric Stark
- Moderato Cantabile de Peter Brook : Chauvin
- La Française et l'amour (sketch - L'adultère) d'Henri Verneuil : Gilles
- Les Distractions de Jacques Dupont : Paul Frapier
- La Viaccia - (Le mauvais chemin) de Mauro Bolognini : Amerigo
- La Ciociara - (La paysanne aux pieds nus) de Vittorio de Sica : Michele de Libero
- 1961 :
- La Novice d'Alberto Lattuada : Giuliano Verdi
- Léon Morin, prêtre de Jean-Pierre Melville : Léon Morin
- Une femme est une femme de Jean-Luc Godard : Alfred Lubitsch
- Les Amours célèbres (sketch Lauzun) de Michel Boisrond : Lauzun
- Chasse aux vedettes "court-métrage" de Camille Chatelot : apparition
- Riviera-Story de Wolfgang Becker
- Un nommé La Rocca de Jean Becker : Roberto La Rocca
- 1962 :
- Cartouche de Philippe de Broca : Louis-Dominique Bourguignon, dit Cartouche
- Un singe en hiver d'Henri Verneuil : Gabriel Fouquet
- Un cœur gros comme ça documentaire de François Reichenbach : lui-même
- 1963 :
- Le Doulos de Jean-Pierre Melville : Silien

- La mer à boire (Mare Matto) de Renato Castellani : Il Livornese
- Peau de banane de Marcel Ophüls : Michel
- Dragées au poivre de Jacques Baratier : Raymond
- L'Aîné des Ferchaux de Jean-Pierre Melville : Michel Maudet
- Le jour le plus court de Sergio Corbucci : Erede Siciliano
- 1964 :
- Les Don Juan de la Côte d'Azur de Vittorio Sala : lui-même (non crédité)
- L'homme de Rio de Philippe de Broca : Adrien Dufourquet
- Cent mille dollars au soleil d'Henri Verneuil : Rocco
- Echappement libre de Jean Becker : David Ladislas
- La Chasse à l'homme d'Edouard Molinaro : Fernand

- Week-end à Zuydcoote d'Henri Verneuil : Julien Maillat
- 1965 :
- Jean-Paul Belmondo (court-métrage documentaire) de Claude Lelouch
- Par un beau matin d'été de Jacques Deray : Francis
- Pierrot le fou de Jean-Luc Godard : Ferdinand Griffon, dit "Pierrot"
- Les Tribulations d'un Chinois en Chine de Philippe de Broca : Arthur Lempereur
- 1966 :
- Tendre Voyou de Jean Becker : Tony Maréchal
- La Bande à Bebel court-métrage documentaire de Charles Gérard : lui-même
- Paris brûle-t-il? de René Clément : Pierrelot - Yvon Morandat
- Le Démoniaque de René Gainville : lui-même (non crédité)
- 1967 :
- Casino Royale (sketch) de John Huston : le légionnaire français
- Le Voleur de Louis Malle : Georges Randal
- 1968 :
- Ho ! de Robert Enrico : François Holin, dit "Ho"
- 1969 :
- Le Cerveau de Gérard Oury : Arthur Lespinasse
- La Sirène du Mississippi de François Truffaut : Louis Mahé
-Dieu a choisi Paris documentaire de Gilbert Prouteau et Artuys : lui-même
- Un homme qui me plaît de Claude Lelouch : Henri

Années 70

- 1970 :
- Borsalino de Jacques Deray : François Capella
- 1971 :
- Les Mariés de l'an II de Jean-Paul Rappeneau : Nicolas Philibert
- Le Casse d'Henri Verneuil : Azad
- 1972 :
- Docteur Popaul de Claude Chabrol : le docteur Paul Simay
- La Scoumoune de José Giovanni : Roberto Borgo
- 1973 :
- L'Héritier de Philippe Labro : Bart Cordell
- Le Magnifique de Philippe de Broca : Bob Saint-Clar / François Merlin
- 1974 :
- Stavisky... (L'empire d'Alexandre) d'Alain Resnais : Serge Alexandre Stavisky
- T'es fou Marcel... court-métrage de Jean Rochefort : lui-même
- 1975 :
- Peur sur la ville d'Henri Verneuil : le commissaire Jean Letellier
- L'Incorrigible de Philippe de Broca : Victor Vauthier
- 1976 :
- L'Alpagueur de Philippe Labro : Roger Pilard, dit "L'Alpagueur"
- Le Corps de mon ennemi d'Henri Verneuil : François Leclercq
- 1977 :
- L'Animal de Claude Zidi : Mike Gaucher et Bruno Ferrari
- 1979 :
- Flic ou voyou de Georges Lautner : "Antonio Cerruti", alias le commissaire Stanislas Borrowitz

Années 80

- 1980 :
- Le Guignolo de Georges Lautner : Alexandre Dupré
- 1981 :
- Le Professionnel de Georges Lautner : Josselin Beaumont dit "Joss"
- 1982 :
- L'As des as de Gérard Oury : Jo Cavalier
- 1983 :
- Le Marginal de Jacques Deray : le commissaire Philippe Jordan
- 1984 :
- Les Morfalous d'Henri Verneuil : le sergent Pierre Augagneur
- Joyeuses Pâques de Georges Lautner : Stéphane Margelle
- 1985 :
- Hold-up d'Alexandre Arcady : Grimm
- 1986 :
- Les pros documentaire de Florence Moncorgé-Gabin : lui-même
- 1987 :
- Le Solitaire de Jacques Deray : le commissaire Stan Jalard
- 1988 :
- Itinéraire d'un enfant gâté de Claude Lelouch : Sam Lion

Années 90 - 00

- 1992 :
- L'Inconnu dans la maison de Georges Lautner : Jacques Loursat
- 1995 :
- Les Cent et une nuits de Simon Cinéma d'Agnès Varda : Professeur Bébel
- Les Misérables de Claude Lelouch : Henri Fortin / Jean Valjean
- 1996 :
- Désiré de Bernard Murat : Désiré
- 1998 :
- Une chance sur deux de Patrice Leconte : Léo Brassac
- 1999 :
- Peut-être de Cédric Klapisch : Ako
- 2000 :
- Les Acteurs de Bertrand Blier : Jean-Paul Belmondo
- Amazone de Philippe de Broca : Edouard

Le box-office

En cours de construction...

Belmondo Super-flic

Parmi tous les genres que Jean Paul Belmondo a touché de près ou de loin, il y eu le film noir, le thriller, et bien évidemment le polar dans le plus pur style Super flic. Ce dernier lui servait d'écrin pour incarner les flics sans peur et sans reproche, à la fois élégants, cools, efficaces et invincibles. Cette recette, avec ses hauts et ses bas, lui donna l'occasion à cinq reprises d'en altérer le personnage au fur et à mesure. Peur sur la ville (1975 - Henri Verneuil) : Premier et meilleur polar musclé tourné par Belmondo, ce superbe film d'action réalisé par Henri Verneuil relança largement le genre dans les années 1970. A la fois peinture brillante d'un Paris magnifiquement photographié et film policier bourré de péripéties et de réplique cultes, Peur sur la ville demeure un grand classique. Surfant sur la mode américaine du début des seventies, et notamment par rapport aux Dirty Harry (avec Clint Eastwood) qu'il égale sans problème, ce millésime se déguste sans modération. Très grand succès public, le film propose également certaines cascades anthologiques : les 20 minutes centrales du film, des toits de Paris au métro aérien, sont de ce point de vue un tour de force particulièrement audacieux, et où Belmondo éxécute toutes ses cascades lui-même, comme à son habitude. Le style Verneuil brille par son savoir faire, l'homme signant ici une totale réussite, l'un de ses meilleurs films, à ranger aux côtés de I comme Icare et Le corps de mon ennemi. L'alpagueur (1976 - Philippe Labro) : Si Labro n'a pas réalisé beaucoup de films, il serait néanmoins judicieux de lui rendre hommage et de revoir son cinéma à la hausse. L'héritier reste son meilleur métrage (efficace et carré, possédant un montage d'une maîtrise absolue) et Le hasard et la violence impressionne toujours. L'alpagueur souffre, selon certains, d'un flagrant manque de rythme et d'enthousiasme. Au contraire, ce polar froid mi-urbain mi-rural tire sa principale force de ces faiblesses : manque de rythme concentrant la tension, tirant parfois vers le formalisme merveilleux d'un Melville (certains plans rappellent l'immense chef-d'oeuvre qu'est Le cercle rouge). Belmondo au top de sa forme et dialogues réduits à leur plus simple utilité, épuration du style, montage percutant... Ce film est une vraie réussite à redécouvrir, avec en bonus un Bruno Cremer excellent face à un Bébèl parfait de sobriété. Flic ou voyou (1979 - Georges Lautner) : Première rencontre Belmondo-Lautner, et la meilleure, incontestablement ! Farce policière d'une excellente maîtrise, très drôle et très rythmée, menée par un Belmondo au sommet de sa gloire et qui entamait avec ce film une incroyable série de succès (avec surtout Le professionnel, L'as des as et Le marginal qui vont tous les trois frôler ou dépasser les 5 millions d'entrées). Burlesque mais pas trop, bénéficiant de quelques péripéties bien montées et de dialogues de Michel Audiard toujours aussi formidables, Flic ou voyou est un divertissement haut de gamme, ultra-populaire et dont le temps et les multi-rediffusions n'en ont aucunement fané les incontestables qualités. A la redoutable efficacité de Peur sur la ville et au froid glacial dans sa mise en scène de L'alpagueur, ce super polar oppose la franche rigolade et le bien être général. Cool attitude et mots aussi percutants que son 357 Magnum (6 pouces) sont de rigueur pour Belmondo et sa troupe de bons camarades que l'on retrouve encore et toujours avec grand plaisir. Le marginal (1983 - Jacques Deray) : Souvent conspué par la critique, discrédité par ses dizaines de diffusions télévisuelles, victime de sa propre popularité en fin de compte... Le marginal devrait aujourd'hui être revu à tête reposée. Certes, il n'y a guère d'originalité, le produit semble calibré du début à la fin, rien n'étonne. Mais sorti de ces quelques défauts, ce polar garde une sincérité intacte. Humour (légèrement adoucis cependant), action et Belmondo : tout est dit, tout est là. L'intrigue est prétexte, mais qu'importe, puisqu'elle est bien déroulée par un Jacques Deray imposant une réalisation très efficace, filmant magnifiquement Belmondo dans l'action. Ce dernier, pour ses 50 ans, s'offre le grand luxe : course poursuite à pied sur une autoroute rondement menée, saut d'un hélicoptère sur un hors-bord à grande vitesse, guns fights, et une immense poursuite en voiture parmi les plus belles de l'histoire du cinéma (n'ayant pas à rougir devant celles des polars américains, bien au contraire). Le marginal est un très bon film qui ne révolutionne rien, mais qui divertit comme peu savent encore le faire à l'heure actuelle, et c'est déjà beaucoup. Le solitaire (1987 - Jacques Deray) : Belmondo sobre, Deray aussi dans sa mise en scène... Très peu d'action, intrigue bateau mais agréable. Le polar de trop pour celui que les français surnomment affectueusement Bébèl. Le principal défaut du film est d'être terne et sans grande ambition. Ni vraiment mauvais, ni réelement bon, Le solitaire est correct et propre, sans plus. Les résultats en salles seront sans appel, hissant péniblement le film juste en dessous de la barre du million d'entrée. Heureusement, Claude Lelouch offrira un dernier grand succès à Jean Paul l'année suivante avec le très émouvant Itinéraire d'un enfant gâté. Pour l'heure, ce polar fonctionne (en mode mineur bien sûr) et permet à l'acteur de jouer une dernière fois les Super-flics avec classe et truculence (même si là encore l'effet est assez terne). Reste un précurseur des séries TV comme Navarro, Julie Lescaut ou Commissaire Moulin, pour le style "téléfilmique" de l'image, sa photographie très neutre et ses seconds rôles plus ou moins transparents. Une réussite relative, en demi-teinte, bien que soignée.

Images d'archives

- 2003 : Innocents - The Dreamers de Bernardo Bertolucci : non crédité

Téléfilmographie

-1959 : les Trois Mousquetaires, réalisé par Claude Barma est un téléfilm (dramatique selon les termes de l'époque). Cette adaptation pour la TV a été conçue d'après la pièce de théâtre d'Alexandre Dumas et non pas d'après le roman.
-''Distribution :
-2001 : l'Aîné des Ferchaux, téléfilm de Bernard Stora, dans lequel Belmondo endosse, 38 ans après l'adaptation cinématographique de 1963, le rôle autrefois dévolu à Charles Vanel, celui du jeune faire-valoir étant cette fois tenu par Samy Naceri.

Documentaire

- 1996 : Belmondo, le magnifique "documentaire" de Patrick Chammings : apparition

Théâtrographie

- 1952 : Gloriana sera vengée de Cyril Tourneur au Théâtre de la Huchette
- 1953 : Médée de Jean Anouilh au Théâtre de l'Atelier
- 1953 : Zamore de Georges Neveux au Théâtre de l'Atelier
- 1953 : La Reine blanche de Pierre Barillet et Jean-Pierre Grédy au Théâtre Michel
- 1955 : Fantasio d'Alfred de Musset à la Comédie-Française
- 1955 : L'Annonce faite à Marie de Paul Claudel à la Comédie-Française
- 1956 : L'Hôtel du libre échange de Georges Feydeau avec la compagnie Grenier-Hussenot
- 1956 : César et Cléopâtre d'après George Bernard Shaw au Théâtre Sarah Bernhardt
- 1957 : La Mégère apprivoisée de William Shakespeare au Théâtre de l'Athénée-Louis-Jouvet
- 1958 : Oscar de Claude Magnier
- 1959 : Trésor party de Bernard Régnier au Théâtre La Bruyère
- 1987 : Kean de Jean-Paul Sartre d'après Alexandre Dumas, mise en scène Robert Hossein
- 1990 : Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand, mise en scène Robert Hossein
- 1993 : Tailleur pour dames de Georges Feydeau, mise en scène Bernard Murat
- 1996 : La Puce à l'oreille de Georges Feydeau, mise en scène Bernard Murat
- 1998 : Frédéric ou le boulevard du crime d'Éric-Emmanuel Schmitt, mise en scène Bernard Murat

Voir aussi

===
Sujets connexes
Accident vasculaire cérébral   Acteur   Agnès Varda   Alain Belmondo   Alain Resnais   Alberto Lattuada   Alexandre Arcady   Alexandre Dumas   Alfred de Musset   Amazone (film, 2000)   André Barsacq   Anna Karina   Automobile   Auvergne   Avril 2007   Bastia   Bernard-Henri Lévy   Bernard Dhéran   Bernard Musson   Bernard Stora   Bernardo Bertolucci   Bertrand Blier   Blueberry   Borsalino (film)   Brest   Bruno Balp   Buichi Terasawa   Calvi   Cartouche (film)   Cascadeur   Casino Royale (1967)   Catherine Deneuve   Cent mille dollars au soleil   Charles Gérard   Charles Vanel   Charlotte et son jules   Chasse aux vedettes   Cinéma   Classe tous risques (film)   Claude Barma   Claude Chabrol   Claude Lelouch   Claude Magnier   Claude Sautet   Claude Zidi   Cobra (manga)   Coco-girl   Comédie-Française   Corse   Cyril Tourneur   Cédric Klapisch   César du cinéma   Daniel Sorano   Dieu a choisi Paris   Docteur Popaul   Désiré (film, 1996)   Edmond Beauchamp   Edmond Rostand   Fantasio   Flic ou voyou   Florence Moncorgé-Gabin   France   Francis Huster   François Reichenbach   François Truffaut   Françoise Dorléac   George Bernard Shaw   Georges Descrières   Georges Feydeau   Georges Lautner   Georges Neveux   Gilbert Prouteau   Guy Bedos   Gérard Oury   Henri Verneuil   Ho !   Hold-up   Hubert Noël   Innocents - The Dreamers   Itinéraire d'un enfant gâté   Jacques Baratier   Jacques Ciron   Jacques Deray   Jacques Dupont (réalisateur)   Janvier 2008   Jean-Claude Brialy   Jean-Luc Godard   Jean-Michel Charlier   Jean-Paul Belmondo   Jean-Paul Rappeneau   Jean-Paul Sartre   Jean-Pierre Grédy   Jean-Pierre Marielle   Jean-Pierre Melville   Jean Anouilh   Jean Becker   Jean Chevrier   Jean Giraud   Jean Rochefort   John Huston   José Giovanni   Joyeuses Pâques (film)   Kean   L'Alpagueur   L'Animal   L'Annonce faite à Marie   L'As des as   L'Aîné des Ferchaux (film, 1963)   L'Aîné des Ferchaux (téléfilm)   L'Homme de Rio   L'Héritier   L'Inconnu dans la maison   L'Incorrigible   La Bande à Bebel   La Chasse à l'homme   La Ciociara   La Française et l'amour   La Mégère apprivoisée   La Novice   La Puce à l'oreille   La Reine blanche   La Scoumoune   La Sirène du Mississippi (film)   La Viaccia   Le Casse   Le Cerveau   Le Corps de mon ennemi   Le Doulos   Le Démoniaque   Le Guignolo   Le Magnifique   Le Marginal   Le Professionnel   Le Solitaire (film, 1987)   Le Voleur   Les Acteurs   Les Amours célèbres   Les Distractions   Les Mariés de l'an II   Les Misérables (film, 1995)   Les Morfalous   Les Tribulations d'un Chinois en Chine (film)   Les Tricheurs   Lino Ventura   Liste des commandeurs de la Légion d'honneur   Louis Malle   Lumio   Légion d'honneur   Léon Morin, prêtre   Marc Allégret   Marcel Carné   Marcel Ophüls   Margo Lion   Marie-Blanche Vergne   Maurice Delbez   Mauro Bolognini   Michel Beaune   Michel Boisrond   Michel Drucker   Michel Galabru   Molière (court-métrage)   Médée   Neuilly-sur-Seine   Nouvelle Vague   Oscar (pièce de théâtre)   Par un beau matin d'été   Paris brûle-t-il ? (film, 1966)   Patrice Leconte   Paul Belmondo   Paul Belmondo (automobilisme)   Paul Claudel   Peau de banane (film)   Peter Brook   Peur sur la ville   Peut-être   Philippe Labro   Philippe de Broca   Pierre Barillet   Pierre Dux   Pierre Mirat   Pierre Vernier (acteur)   Pierrot le fou   Producteur de cinéma   Renato Castellani   René Clément   René Gainville   Riviera-Story   Robert Enrico   Robert Hossein   Samy Naceri   Sergio Corbucci   Sois belle et tais-toi   Stéphane Collaro   T'es fou Marcel...   Tendre Voyou   Théâtre   Théâtre de l'Atelier   Théâtre de l'Athénée-Louis-Jouvet   Théâtre de la Huchette   Un cœur gros comme ça   Un drôle de dimanche   Un homme qui me plaît   Un nommé La Rocca   Un singe en hiver   Une femme est une femme   Week-end à Zuydcoote (film)   William Shakespeare  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^