Occident

Infos
Occident – du latin , – désigne des régions situées en direction du soleil couchant, soit vers le point cardinal ouest. Conformément aux conventions typographiques qui demandent une capitale aux termes d'orientation géographique, il prend alors une majuscule. Plusieurs pays et régions situés à l'ouest d'un ensemble géographique ont le mot « Occident » ou l'adjectif « occidental » dans leur nom :
-le Sahara occidental ;
-l'Empire romain d'Occiden
Occident

Occident – du latin , – désigne des régions situées en direction du soleil couchant, soit vers le point cardinal ouest. Conformément aux conventions typographiques qui demandent une capitale aux termes d'orientation géographique, il prend alors une majuscule. Plusieurs pays et régions situés à l'ouest d'un ensemble géographique ont le mot « Occident » ou l'adjectif « occidental » dans leur nom :
-le Sahara occidental ;
-l'Empire romain d'Occident ;
-la Virginie-Occidentale ;
-l'Allemagne de l'Ouest ;
-l’Empire d'occident, autre nom de l’Empire carolingien. Dans les représentations géographiques actuelles, l'Occident désigne souvent la civilisation occidentale, par opposition aux pays d'Orient (Proche-Orient, Moyen-Orient, Extrême-Orient), et à l’Afrique. Les pays d’Amérique du Sud ne sont pas toujours inclus.

Identité

Hormis la géographie, la façon la plus compréhensive de différencier l'Occident des autres civilisations modernes vient de l'idée du fondement religieux de cette civilisation, à savoir le christianisme. Les nations généralement reconnues comme étant occidentales comportent toujours des sociétés où, outre l'athéisme, la religion chrétienne est dominante autant culturellement que numériquement. Il en va ainsi de la représentation de l'Europe, comme étant un ensemble de nations fondamentalement chrétiennes, et provenant historiquement de l'Empire romain et des régions du Nord de l'Europe converties plus tardivement. Par extension, les nations issues des colonies européennes de l'Amérique et de l'Océanie sont elles aussi considérées comme étant « occidentales », principalement à cause de leurs fondements culturels et religieux qui prennent source dans l'Europe coloniale chrétienne, et de leur peuplement essentiellement issu d'immigrants européens. Carte représentant les pays du mouvement des non-alignés. Par déduction la césure identifie les deux autres blocs (contexte de la guerre froide).

Civilisation des Blancs ?

Cette séparation entre civilisations est à l'origine de l'idéologie légitimant le colonialisme du , censé répondre à une « mission civilisatrice. » Cette conception plus exogène de la civilisation occidentale définirait l'Occident comme étant le grand espace international qui est dominé par les Blancs, au niveau sociologique et politique. Cette perspective peut par contre comporter certains problèmes si on considère l'Amérique latine comme faisant partie de l'Occident, étant donné qu'une bonne partie des sociétés latino-américaines ne sont pas majoritairement « blanches » autant dans leur culture que dans leur démographie, quoique la domination d'une élite d'origine européenne ou nord-américaine fut visible dans plusieurs de ces pays, jusque leur virage politique généralisé à gauche. Mais il faut garder à l'esprit que cette expression reste avant tout un concept ayant parfois des visées politiques : dans la lutte face au terrorisme, les partisans de George Bush Jr. justifient par exemple une alliance en se basant sur l'Occident. Ou, lors des consultations portant sur l'élaboration de la constitution européenne, de nombreux pays appelaient à insérer l'idée que le vieux continent possédait des « racines chrétiennes ». Toutefois, ce passage ne fut pas adopté car certains pays, dont la France, souhaitaient rappeler le caractère laïc de certains pays européens. En outre, l'idée d'Occident ne se réduit pas à une définition par la pratique religieuse : certains pays au cœur de l'Europe sont traditionnellement musulmans (Bosnie-Herzégovine et Kosovo). Les événements historiques postérieurs au Moyen Âge changent ainsi la donne, rendant ainsi parfois, le concept d'Occident insuffisamment précis.

Acceptions actuelles

Carte des blocs dans la fiction développée par George Orwell. L'acception courante du mot « Occident » dans la presse et la littérature contemporaines est principalement un mot de la guerre froide. On appelait alors « l'Occident », l'Europe de l'Ouest et ses alliés « anglo-saxons », dans le cadre d'un condominium euro-américain issu des accords de Yalta, par opposition au « Bloc de l'Est », à savoir la Russie soviétique et les pays de sa zone d'influence, ainsi que la Chine communiste de Mao Tsé Toung. C'était un système comparable au monde en trois blocs antagonistes prévu par George Orwell dans 1984. Depuis la fin de ce système international au mode de fonctionnement relativement balisé, la signification du mot « Occident » tend à reprendre son sens du , quasiment celui qu'entendait René Guénon, non sans entraîner quelques réajustements. bloc occidental est en bleu. En effet si, lorsque l'on rencontre des expressions telles que: « les Occidentaux insistent pour… », ou « la réaction de l’Occident sera de…», le terme ne crée guère d'équivoque, la recherche d'une définition exacte du mot souligne en revanche son imprécision. Par exemple, dans quelle catégorie doit être classé le Japon ? D'un point de vue géopolitique, économique et militaire, le Japon est souvent assimilé à l'Occident ; or il est évident qu'il s'agit d'un parfait contresens, le Japon étant sans la moindre ambigüité un pays intégralement asiatique. Néanmoins c'est aussi un pays d'Extrême-Orient qui s'est développé sur le modèle occidental et en a adopté les valeurs et la vision du monde. L'affiliation du Japon à l'Occident n'est donc que la prise en compte de ce fait. A contrario les pays d'Europe centrale et de l'Est, qui sont désormais considérés comme des pays occidentaux aux sens propre, étaient il n'y a encore qu'une vingtaine d'années, dans la phraséologie de l'époque, les « pays de l'Est ». Or quel État est plus européen que la République tchèque, par exemple ? Le mot Occident tend donc désormais moins à désigner une aire géographique qu'une sphère culturelle, voire un système de croyances, issu de l'Europe des Lumières, où sont collectivement admises certaines valeurs, lesquelles sont adoptées, copiées, ou encore relativisées, critiquées, voire combattues par ceux qui se situent eux-mêmes en dehors de l'Occident. L'on peut donc dire que l'Occident est à la fois défini par ceux qui s'en réclament et par ceux qui le rejettent, fussent-ils eux-mêmes des occidentaux en opposition avec leur propre civilisation. Ainsi défini, le terme « Occident » fait l'objet d'un relatif consensus. Si l'on peut contester que l'Occident répand un modèle de civilisation, une façon de vivre et une vision du monde supérieurs aux autres, il est un fait que ceux-ci existent. Par exemple, on peut dire que la stricte égalité hommes-femmes est un postulat d'origine occidentale, fût-il extrêmement récent dans son application intégrale en Occident même. Cette idée n'avait cours, à quelques exceptions près, dans aucune société traditionnelle. Ce qui rappelle une autre confusion fréquente dans l'usage du mot Occident : ce mot est souvent utilisé pour désigner, plutôt que l'Occident, la civilisation occidentale moderne. Une autre acception courante du terme Occident recouvre, plus prosaïquement, les pays développés, ou même, pour être plus précis, les pays de l'OCDE. De ce point de vue, l'Occident inclut les pays riches au poids économique déterminant. Le mot Occident est moins équivoque encore du fait que, à peu de chose près, sa sphère d'influence culturelle et les pays au poids économique le plus fort se recoupent presque exactement. Le mot Occident a donc, là encore, un sens relativement précis dans un contexte géopolitique, économique ou militaire. Enfin se pose l'épineuse question des aires d'influence religieuses, qui participe elle aussi à la définition de la civilisation occidentale. L'Occident chrétien : selon le contexte d'emploi de cette expression, on y inclut ou non l'Europe de l'Est majoritairement orthodoxe.Sur cette carte de l'Europe, les zones géographiques rattachées historiquement à chaque confession chrétienne ont été représentées. En bleu et violet, les confessions catholique et protestante. En rouge, la confession orthodoxe. L'Occident est majoritairement chrétien si l'on se borne à définir le christianisme par sa zone d'influence traditionnelle, médiévale d'abord, coloniale ensuite. Mais la situation tend à se compliquer précisément parce que l'un des traits caractéristiques de la civilisation occidentale moderne est l'athéisme, ou plus justement l'indifférentisme religieux. De ce point de vue, la confrontation actuelle, larvée, entre l'Occident et le monde musulman est moins un choc entre christianisme et Islam, qu'un frottement entre une civilisation occidentale où la religion tend, comme l'a fait remarquer Marcel Gauchet, à n'être plus envisagée que sur le mode de la croyance privée, voire de la dérision, et des sociétés traditionnelles, pauvres de surcroît, ou le religieux reste structurant à tous les niveaux de l'organisation sociale. N'oublions pas que les valeurs et les modes de vie véhiculés par l'Occident ne sont pas uniquement subversifs pour les sociétés de tradition musulmane, mais également pour l'Inde ou la Chine traditionnelles, qui, bien que semblant suivre à moyen terme l'exemple du Japon, voient leur structures familiales et sociales contraintes à des changements accélérés. Cependant, l'on peut observer un retour du fondamentalisme religieux dans certains pays du monde occidental ; celui-ci est particulièrement puissant aux États-Unis, où il infiltre les milieux politiques et intellectuels (voir le débat sur le "dessein intelligent" dans les universités).

Postcolonialisme

Dans ce contexte, s'y rapportent les pays de l'Europe et la civilisation européenne résultante : les États-Unis, le Canada, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, etc. Devant la « haine de l'Occident » affichée par Ahmadinejad et Ben Laden, tous deux présentés comme étant les « Ennemis de l'Occident » par les médias de masses et les gouvernements conservateurs occidentaux, la question de « fierté occidentale » est mise en cause Le Devoir, Antoine Robitaille, Le choc des cultures - Peut-on se dire Occidental et fier de l'être ?, 20 et 21 mai 2006, pages A1 et a10. . Pascal Bruckner élabore sur ce « dédoublement d'identité » : l'Occident se sent coupable d'avoir asservi le restant du monde et, parallèlement, c'est la seule civilisation à faire son auto-critique. C'est d'ailleurs de l'Occident qu'est issue l'anthropologie. Toujours selon Bruckner, « l'ouverture à l'Autre » est aussi un propre à l'Occident. Cependant, dans Choc des civilisations, Samuel Huntington écrit que rejeter l'occidentalisme pour le multiculturalisme ou l'universalisme est contradictoire. Les notions de liberté culturelles et politiques sont d'origine occidentale. D'autre part, l'Histoire a démontré qu'aucune société cohérente n'a perduré en se basant sur aucune civilisation en particulier. Francis Fukuyama, dans son essai La Fin de l'histoire et le Dernier Homme est en désaccord et cite l'exemple des lois linguistiques québécoises comme accommodement au multiculturalisme.

Voir aussi

Notes

Bibliographie

- Khal Torabully, Coolitude: An Anthology of the Indian Labour Diaspora (avec Marina Carter, Anthem Press, Londres, 2002)
- L’Occident. Une interprétation historique. Boia Lucian, ed. Les belles lettres, 2007. ===
Sujets connexes
Allemagne de l'Ouest   Amérique latine   Anthropologie   Athéisme   Australie   Bloc de l'Est   Bosnie-Herzégovine   Canada   Choc des civilisations   Christianisme   Civilisation chinoise   Civilisation occidentale   Colonialisme   Conférence de Yalta   Consensus   Dessein intelligent   Empire carolingien   Empire romain   Empire romain d'Occident   Europe   Europe de l'Est   Europe de l'Ouest   Extrême-Orient   France   Francis Fukuyama   George Orwell   Guerre froide   Géographie   Inde   Islam   Japon   Kosovo   La Fin de l'histoire et le Dernier Homme   Latin   Laïcité   Le Devoir   Mahmoud Ahmadinejad   Marcel Gauchet   Monde anglo-saxon   Mouvement des non-alignés   Moyen-Orient   Moyen Âge   Multiculturalisme   Nouvelle-Zélande   Occident chrétien   Organisation de coopération et de développement économiques   Orient   Oussama Ben Laden   Pascal Bruckner   Point cardinal   Proche-Orient   Québec   Race blanche   Rayonnement culturel   René Guénon   République populaire de Chine   République tchèque   Sahara occidental   Samuel Huntington   Siècle des Lumières   Soleil   Terrorisme   Traité de Rome de 2004   Union des républiques socialistes soviétiques   Universalisme   Virginie-Occidentale  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^