Jean Hérold-Paquis

Infos
Jean Auguste Hérold, dit Hérold-Paquis, né à Arches (Vosges) le 4 février 1912 et fusillé au fort de Châtillon (dans l'actuelle commune de Fontenay-aux-Roses) le , est un journaliste radiophonique français, connu pour ses chroniques pro-nazies sur Radio Paris sous le régime de Vichy.
Jean Hérold-Paquis

Jean Auguste Hérold, dit Hérold-Paquis, né à Arches (Vosges) le 4 février 1912 et fusillé au fort de Châtillon (dans l'actuelle commune de Fontenay-aux-Roses) le , est un journaliste radiophonique français, connu pour ses chroniques pro-nazies sur Radio Paris sous le régime de Vichy.

Sa carrière

Journaliste français de droite, puis, rapidement, d'extrême droite, il commence à avoir un début de notoriété, après des débuts décevants, comme chroniqueur radiophonique dans le grand quotidien catholique Choisir. Il devient célèbre en s'engageant aux côtés des franquistes pendant la guerre d'Espagne. Il participe alors aux émissions en langue française de Radio-Saragosse, hostile aux républicains. Il fonde également l'Association des amis de Radio-Saragosse, qui compte jusqu'à 18 000 membres. En 1939, il fait la connaissance du maréchal Pétain, nommé ambassadeur de France en Espagne. Après la défaite de 1940, il a prétendu avoir choisi la collaboration avec l'occupant par anglophobie, après l'attaque de la flotte française par les Anglais à Mers el Kébir. Il fut un sympathisant nazi, membre du Parti populaire français et du comité d'honneur de la Waffen-SS française. Il s'est surtout fait connaître pendant l'Occupation, à partir du 4 janvier 1942, avec sa chronique militaire de Radio Paris, tenue après le journal de vingt heures, dans laquelle il acclamait les succès de l'Axe et ridiculisait l'action des Alliés, avec ce célèbre leitmotiv : « L'Angleterre, comme Carthage, sera détruite ! » En 1944, il fuit Paris et se réfugia en Allemagne. Il y poursuivit ses chroniques à l'antenne de Radio Patrie qui émettait depuis le territoire allemand, mais, selon Céline, ne vint jamais à Sigmarinden. Quand l'Allemagne fut envahie il tenta de fuir en Suisse, mais fut arrêté le 8 juillet 1945 et incarcéré à la prison de Fresnes. Il fut jugé et condamné à mort le 17 septembre 1945. L'accusation n'a produit aucun témoin, se contentant de faire écouter à la cour les enregistrements des chroniques de l'accusé. Ce dernier se déclara heureux de la victoire alliée et prétendit s'être trompé à l'époque des faits. Il fut fusillé au Fort de Châtillon le 11 octobre 1945.

Publications

-Paroles en l’air ?, Radio-journal de Paris, Sceaux (Imprimerie Charaire) avril 1943 (brochure)
-L'Angleterre, comme Carthage… recueil éditorial du 14 février 1943 au 18 mars 1944. Paris (Centre d'Études de l'Agence Inter France) 1944
-Poèmes Inédits. Paris (Cahiers de la Vérité) 1945
-Des Illusions… Désillusions !… Mémoires 15 août 1944 - 15 août 1945. Paris (Bourgoin éditeur) 1948
-(Réédition de : l'Angleterre… et de Des Illusions… dans Mémoires, Paris (Deterna) 2003)
-Voir aussi : Les Procès de la Radio (Paul Ferdonnet et Jean Hérold-Paquis) - compte rendu sténographique, Paris (Albin Michel) 1947.

Bibliographie

-Pascal Ory, Les Collaborateurs, éd. du Seuil, « Points »-histoire, 1980 ==
Sujets connexes
Anglophobie   Arches (Vosges)   Bataille de Mers el Kébir   Europe sous domination nazie   Fontenay-aux-Roses   Fort de Châtillon (Fontenay-aux-Roses)   Guerre d'Espagne   Janvier 1942   Louis-Ferdinand Céline   Nazisme   Parti populaire français   Pascal Ory   Paul Ferdonnet   Philippe Pétain   Prison de Fresnes   Radio Paris   Régime de Vichy   Sigmaringen   Waffen-SS  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^