Ostie

Infos
Maquette du port près d'Ostie Ostie, en italien Ostia ou Ostia Antica (du latin signifiant bouches), est une ancienne ville d'Italie, dans le Latium, située à l'embouchure du Tibre, à 35 km au sud-ouest de Rome. Ancien évêché, elle était réputée pour ses marais salants et pour son port, qui accueillait les cargaisons de céréales, d'huile, de vin et de garum en provenance de tout le monde romain, et notamment des provinces de Sicile, d'Égypte, d
Ostie

Maquette du port près d'Ostie Ostie, en italien Ostia ou Ostia Antica (du latin signifiant bouches), est une ancienne ville d'Italie, dans le Latium, située à l'embouchure du Tibre, à 35 km au sud-ouest de Rome. Ancien évêché, elle était réputée pour ses marais salants et pour son port, qui accueillait les cargaisons de céréales, d'huile, de vin et de garum en provenance de tout le monde romain, et notamment des provinces de Sicile, d'Égypte, d'Afrique ou de Sardaigne. Sa situation était d'autant plus avantageuse qu'à l'inverse des autres fleuves méditerranéens, le Tibre bénéficiait d'une régularité étonnante lui permettant d'être navigable toute l'année. Ostie n'est pas Ostia Lido. :
-Il faut nourrir journalièrement 1 200 000 Romains ; or, les campagnes du Latium sont de moins en moins cultivées. :
-"Tous les jours, la vie du peuple romain est le jouet des flots et des tempêtes." :citation de l'historien Tacite

Chronologie

C'est sur le site d'Ostie qu'aurait débarqué, selon la légende, le prince Énée, fuyant l'incendie de Troie. La ville aurait été fondée vers 640 av. J.-C. par Ancus Marcius, le quatrième roi légendaire de Rome. Toutefois les recherches archéologiques limitent la fondation d'Ostie à l'an 335 av. J.-C., en la liant au plus ancien objet trouvé (une monnaie romaine). Ostie fut l'avant-port maritime de Rome jusqu'à son ensablement.
- En 278 av. J.-C., la flotte carthaginoise, envoyée au secours des Romains, lors de la guerre contre Pyrrhus, y aborde.
- En 267 av. J.-C., la questure d'Ostie est instituée, cette date marque le départ de la transformation de la petite citadelle en une véritable ville romaine, plus grande, entourée de nouveaux murs, prévoyant la place pour le développement futur.
- En 217 av. J.-C., les bateaux chargés des approvisionnements pour l'armée romaine qui se trouvait en Ibérie partaient d'Ostie.
- En 212 av. J.-C., le blé provenant de la Sardaigne y était entreposé.
- En 211 av. J.-C., Publius Cornelius Scipion part d'Ostie avec ses trente quinquérèmes.
- En 69 av. J.-C., des pirates brûlent la ville d'Ostie.

Évolution

À l'époque républicaine, la ville était seulement considérée comme emporium (le comptoir) de Rome, avec ses nombreuses boutiques et ses entrepôts. D'élégantes maisons à atrium et péristyle furent construites et les rues étaient flanquées de colonnes et de piliers. Sous les voies couraient les égouts, alors que les cimetières étaient rejetés hors des murs dans les nécropoles.

Du port d'Ostie à Portus

En son temps déjà, Jules César avait compris la nécessité de créer un nouveau port près de Rome mais les difficultés techniques pressenties l'y avait fait renoncer. Cependant l'augmentation du trafic rendant insuffisant le mouillage naturel du delta du Tibre, l'empereur Claude Ier fit construire, à partir de 42, un nouveau port à environ trois kilomètres au nord d'Ostie, relié au Tibre par un canal, terminé en 46, l'actuel Fiumicino. Il fut terminé par l'empereur Néron vers 64-66. Une nouvelle ville, Portus, vit le jour et prospéra autour du nouveau port au détriment d'Ostie. Le port, de forme à peu près circulaire, fut créé à partir d'un bassin artificiel de 90 ha de surface et de 4 à 5 m de profondeur, construit sur une lagune en formation, le cordon sablonneux constituant une protection naturelle. L'entrée du bassin fut barrée par une immense digue de 758 m de long et 3 m de large, laissant pour l'entrée du port, un passage de 206 m, ménagé entre la digue et un môle de 600 m de long et 12 m de large, le monte Giulio, reposant au nord-est sur la terre ferme. Des débarcadères et des horrea furent installés sur les deux bras du port, faisant chacun plus de cent hectares, en vue de faciliter le déchargement et le stockage des marchandises. Un phare, semblable à celui du port d'Alexandrie, avait été érigé au bout de la grande digue, avec comme fondation le navire utilisé par l'empereur Caligula pour ramener d'Égypte l'obélisque que l'on peut admirer aujourd'hui au Vatican. Le navire avait été rempli de roches, puis coulé en mer, afin de faire émerger un îlot artificiel. Selon des chercheurs, les travaux ont nécessité le travail de 30 000 ouvriers et de 1000 paires de bœufs pendant 20 ans. Mais ce nouveau port était trop exposé aux lames lors des tempêtes, Tacite raconte qu'en 62, une tempête envoya par le fond 200 navires, et était donc d'un entretien trop coûteux. Aussi l'empereur Trajan fit construire un nouveau port, le Portus Traiani, plus fonctionnel et un peu plus en retrait. Les travaux durèrent de 100 à 112, pour aménager un bassin de forme hexagonale et de 358 m de côté et de 5 m de profondeur, pour une surface de 32 hectares, et 2000 m de quai. Il était relié au Tibre par un nouveau canal, le Fiumicino, et une route à double voie le reliait à Ostie.

Les entrepôts

Au Portus Traiani, de nouveaux grands magasins à étage et entrepôts furent construits pour permettre une meilleure conservation des denrées alimentaires. Au faîte de son expansion, Ostie comprend d'immenses entrepôts couvrant une surface de dix hectares ; elle est bien plus vaste à Rome même. Tous les produits du monde méditerranéen antique y sont stockés :
-chandelles, torches, cahiers de parchemin, rouleaux de papyrus ;
-denrées alimentaires: poivre et épices, quintaux de blé, amphores de vin, jarres d'huile;
-vêtements, matériaux de construction.

Vie urbaine

Au faîte de sa prospérité, aux II et III siècles de notre ère, Ostie comptait une population de 75 000 habitants. Dans la ville ont été construits de beaux édifices tels la basilique et la Curie.
- De 117 à 161, les empereurs Hadrien puis Antonin le Pieux font reconstruire et réaménager le centre, avec des maisons à plusieurs étages mais avec de vastes cours intérieures et de nouveaux édifices publics, tels le nouveau Capitole, les thermes romains de Neptune et la caserne des vigiles. Le théâtre d'Ostie
- En 180, l'empereur Commode fait construire le nouveau théâtre d'Ostie.
- De 203 à 217, les empereurs Septime Sévère et Caracalla font agrandir et rénover le théâtre d'Ostie et la place des Corporations qui comportait en son milieu le Temple de Cérès et était entièrement entourée d'une colonnade, derrière laquelle se pressaient les bureaux des plus importantes sociétés de commerce de tout l'Empire, un véritable « World Trade Center ». Les noms des sociétés étaient inscrits sur les mosaïques des trottoirs et sur cette place se rencontraient les marchands, les artisans, les marins et les banquiers. Pour faire fonctionner harmonieusement l'ensemble, les magistrats et fonctionnaires de l'empire veillaient. Ils étaient chargés :
- de surveiller le chargement et le déchargement des denrées alimentaires, d'en contrôler la qualité et la quantité,
- d'effectuer les paiements et prélever les taxes,
- de faire assurer le respect des contrats, en particulier ceux entre l'État et le privé,
- de gérer les rapports avec les armateurs,
- de surveiller les corporations de travailleurs des bacs transbordeurs, des docks, des chantiers navals, et des maçons chargés de l'entretien des quais et des entrepôts. Il y avait même une corporation de plongeurs chargés de récupérer les marchandises tombées à l'eau.

Décadence

À partir de Constantin I, au début du , l'État consacre son effort exclusivement sur le port, et abandonne sa vision de service public dans la gestion de la ville, c'est le début d'une lente décadence. Vers la fin du , saint Augustin de passage à Ostie, atteste de la dégradation de la ville. Sa mère, sainte Monique, trouve la mort dans l'auberge où ils attendaient d'embarquer pour l'Afrique du Nord. En 414, le poète Rutilius Namatianus confirme lui aussi la fin de la ville par manque d'entretien.

Postérité

Elle fut détruite au , mais connut un nouvel essor au Moyen Âge. Les ruines, fouillées systématiquement depuis 1854, sont bien préservées et ne le cèdent qu'à celles de Pompéi. Aujourd'hui, à l'exemple d'Aigues-Mortes en Camargue, les ruines d'Ostie sont entourées de champs et situées à 4 km de la mer. Le Tibre, dont les eaux jaunes sont lourdement chargées en alluvions, forment en se jetant dans la mer, une côte alluviale, plate et marécageuse. Une station balnéaire, le lido d'Ostie, s'y est développée au XXe siècle. Cette agglomération a été incorporée dans la commune de Rome à l'époque fasciste.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Afrique   Afrique du Nord   Aigues-Mortes   Amphore   Ancus Marcius   Antonin le Pieux   Augustin d'Hippone   Basilique   Blé   Caligula   Camargue   Capitole   Caracalla   Caserne   Chandelle   Constantin Ier (empereur romain)   Construction   Corporation   Céréale   Digue   Entrepôt   Fascisme   Fleuve   Garum   Hadrien   Hectare   Huile   IIIe siècle   IIe siècle   Ibérie   Italie   Jarre   Jules César   Lagune   Latium   Moyen Âge   Neptune (mythologie)   Nécropole   Néron   Obélisque   Ostie   Papyrus (papier)   Parchemin   Phare   Poivre   Pompéi   Port (marine)   Province de Rome   Pyrrhus Ier   Questeur   Quinquérème   Rome   Rome antique   Rutilius Namatianus   Sainte Monique   Sardaigne   Septime Sévère   Sicile   Tacite   Thermes romains   Théâtre   Tibre   Torche   Trajan   Troie   Vatican   Vin   Vêtement  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^