Vallée d'Aoste

Infos
La Vallée d'AosteNom officiel en français. ou Val d'AosteAncien nom officiel en français, jusqu'en 2001. et Val-d'Aoste (en italien Valle d'Aosta, en francoprovençal Vâl d'Aoûta) est une région autonome d'Italie, située au nord-ouest du pays. Elle correspond à la haute vallée de la Doire Baltée. Administrativement, elle jouxte au nord le canton du Valais, à l'ouest la région Rhône-Alpes et les deux départements savo
Vallée d'Aoste

La Vallée d'AosteNom officiel en français. ou Val d'AosteAncien nom officiel en français, jusqu'en 2001. et Val-d'Aoste (en italien Valle d'Aosta, en francoprovençal Vâl d'Aoûta) est une région autonome d'Italie, située au nord-ouest du pays. Elle correspond à la haute vallée de la Doire Baltée. Administrativement, elle jouxte au nord le canton du Valais, à l'ouest la région Rhône-Alpes et les deux départements savoyards, au sud et à l'est la région Piémont. Elle tire son nom de sa chef-lieu, Aoste. Ses habitants sont appelés les « Valdôtains ». En ce qui concerne le trafic routier, le val communique avec la France par le col du Petit-Saint-Bernard et le tunnel du Mont-Blanc, ainsi qu'avec la Suisse par le col et le tunnel routier du Grand-Saint-Bernard. Elle est desservie par l'aéroport international de Turin et par l'aéroport régional Corrado-Gex. NB - Le Val d'Aoste ne doit pas être confondu avec les vallées Occitanes qui sont plus au sud.

Organisation politique

En application des dispositions de la loi constitutionnelle du 26 février 1948, le Val d'Aoste constitue une région autonome à statut spécial et reconnaît deux langues officielles, l'italien et le français (bien que le dialecte parlé dans la vallée appartienne au francoprovençal ). Un Conseil régional composé de 35 conseillers — qui élit une junte (un exécutif) dont le 13 président a été nommé en juillet 2003 — vote les lois régionales. Ce conseil est (2005) composé de 18 représentants de l'Union valdôtaine (centre-gauche) et de 4 représentants de la Gauche valdôtaine (Démocrates de gauche) qui forment la majorité actuelle. Dans l'opposition, les 3 membres d'Arcobaleno-Vallée d'Aoste (Verts), les 7 membres de Stella Alpina (scindés depuis en deux groupes distincts de conseillers, un de 4 qui a gardé ce premier nom et un de 3 devenu Fédération autonomiste-Federazione Autonomista) et de 3 élus de la Maison des libertés.

Histoire

Ancienne colonie romaine, elle a ensuite fait partie du royaume de Bourgogne, puis des États de Savoie avant son intégration à l'Italie, en 1860. Elle fit cependant partie de l'Empire français de 1800 à 1814, arrondissement du département de la Doire. Longtemps située à l'intersection des axes militaires et commerciaux stratégiques entre la France, la Suisse et l'Italie, Aoste ou « Petite Rome des Alpes » conserve des traces importantes de son histoire comme :
- la nécropole de Saint-Martin-de-Corléans
- l'Arc de triomphe d'Auguste
- les portes prétoriennes
- un théâtre antique capable d'accueillir 4 000 spectateurs. La Vallée d'Aoste est aussi un lieu de passage ancien, via le Grand Saint-Bernard, pour les pèlerins se rendant à Rome. Saint-Rhémy-en-Bosses, Aoste et Pont-Saint-Martin sont trois étapes de la Via Francigena, mentionnées à ce titre par Sigéric, en 990.

Le Val d'Aoste, une région bilingue

Le Val d'Aoste a connu une longue mixité linguistique, surtout depuis que le français s'est peu à peu imposé comme norme linguistique au sein des États de la maison de Savoie dont la Vallée constituait un passage obligé. La majeure partie du territoire est inclus dans le domaine de locution du francoprovençal, le français ayant été exclusivement utilisé pour les actes écrits (lettres, écrits officiels, actes notariés…) et les sermons. La vallée du Lys, à la limite du Piémont, est cependant peuplée de descendants d'une population germanophone, les walser. Les habitants de cette vallée parlent donc un dialecte alémanique semblable au « tütsch » helvétique, dans les communes de Gressoney-Saint-Jean et Gressoney-La-Trinité (où ce dialecte est appelé « titsch ») et dans la commune de Issime (où il est appelé « toitschu »). La commune de Gaby, qui se trouve entre celle de Gressoney-Saint-Jean et celle d'Issime constitue un îlot francoprovençal, ainsi que les autres communes de cette vallée (Fontainemore, Lillianes, et Perloz). La Vallée d'Aoste, en devenant italienne (1860), perd, peu à peu, sa particularité francophone. Sous la période fasciste de Benito Mussolini, elle a subi une italianisation à outrance. Pour plus d'informations sur le statut actuel des locuteurs francophones en Val d'Aoste, voir l'article détaillé Francophonie en Vallée d'Aoste. Malgré un régime de large autonomie, la langue française a continué à reculer après-guerre, principalement sous l'action des médias italophones. Il n'existe, à l'heure actuelle, aucune radio valdôtaine en modulation de fréquence de langue française, et la télévision régionale ne diffuse que quelques rares programmes en francoprovençal. 92 % des Valdôtains déclaraient être de langue maternelle française en 1900, aujourd'hui ce nombre serait tombé à moins de 20 %. Cependant dans les villages, le franco-provençal se perpétue. Il est à remarquer que dans les années 1970 on trouvait facilement un journal français à Aoste ce n'est plus le cas en 2007, et que sans la reconnaissance du français aux termes de la constitution Valdotaine de 1948, celui ci aurait quasi disparu.

Chronologie historique

-vers 500 av. J.-C. : Occupation de la Vallée d'Aoste par les Celtes.
-25 av. J.-C. : les Salasses sont vaincus selon Strabon sont vendus comme esclaves sur le marché d'Eporedia (Ivrée). Fondation par Auguste d'Augusta Praetoria (Aoste) qui est peuplée avec colons romains.
-25.av.J.C.-443.ap.J.C. : La Vallée d'Aoste fait partie de l'Empire romain
- IVe siècle : Aoste dépend d'Eusèbe évêque de Verceil (345-371)
- vers 451 : Saint Eustase premier évêque d'Aoste attesté est suffragant de l'archevêché de Milan où il participe au synode de 451.Ses premiers successeurs sont Grat mort un 7 septembre vers 470; Joconde + 522; Agnellus + 29 avril 528; Gal + 5 octobre 546 et Plocéan VIe siècle ou VIIIe siècle.
-443-523 : Occupation par les Burgondes
-523-550 : Royaume des Ostrogoths de Théodoric le Grand
-550-565 : La Vallée constitue le « royaume » éphémère de Sisuald duc des Hérules tué par le général byzantin Narsès.
-565-569 : Reconquête par l'Empire d'Orient
-569-575 : Domination des rois Lombards.
-575-879 : La Vallée d'Aoste est incorporée dans le royaume des Francs puis dans Empire d'Occident carolingien.
- entre794/811 : Incorporation du diocèse d'Aoste dans la nouvelle province ecclésiastique de Tarentaise.
-863 : Le diocèse d'Aoste retourne dans la province ecclésiastique de Milan.
-879-1032 : Royaume de Boson puis Royaume de Bourgogne.
-969 : Le diocèse d'Aoste est définitivement intégré à la province de Tarentaise.
-1024-1048 : Après la mort de Rodolphe III de Bourgogne, Humbert Ier de Savoie ancêtre des comtes puis ducs de Savoie qui contrôlait Aoste depuis 1024 aide l'empereur Conrad II le Salique à s'assurer la succession du défunt et en récompense reçoit divers fiefs alpins dont la Maurienne. Pendant près de mille ans jusqu'en 1946 la Vallée d'Aoste restera dans le patrimoine de la Maison de Savoie.
-1033-1109 : Saint Anselme abbé du Bec-Hellouin, archevêque de Canterbury et Docteur de l'Église naît à Aoste.
-1100 : Avec le vicomte Boson Ier la famille de Challant devient la principale maison féodale et est à l'origine de la construction des principaux châteaux de la Vallée d'Aoste.
-1103-1148 : Amédée III de Savoie est le premier à se parer du titre de Comte de Savoie.
-1195 : « Grande Charte des Franchises Valdôtaines » octroyée par le comte Thomas Ier de Savoie.
-1232 : Chambéry devient la capitale de la Savoie.
-1259 : Thomas II de Savoie mort à Chambéry le 7 février est inhumé dans la cathédrale d'Aoste.
-1295 : 24 septembre Le 7 ème vicomte d'Aoste, Ébal de Challant dit le Grand (mort en 1323), renonce à sa vicomté au profit de la Maison de Savoie.
-1416 : Amédée VIII de Savoie reçoit le titre de Duc de l'empereur Sigismond Ier du Saint-Empire.
-1418 : Le Piémont est définitivement incorporé aux États de Savoie.
-1536-1559 : Occupation de la Savoie par les Armées Françaises de François Ier de France et d'Henri II de France.
-1536 : 29 février L'Assemblée générale des Trois États réunie à Aoste sous la présidence du bailli Mathieu Lostan décide le maintien de la religion catholique et le respect du pacte de fidélité à la Maison de Savoie. Création du « Conseil des Commis » qui réunit les pouvoirs politiques, administratifs et judiciaires et ne reconnaît que l'autorité personnelle du souverain. Le Conseil contractera cependant avec la France plusieurs accords de neutralité.
-1551 : Ratification par Charles III de Savoie des institutions valdôtaines.
-1559 : Ratification du Conseil des Commis par le nouveau duc Emmanuel-Philibert de Savoie (1528-1580).
-1561 : 22 septembre le duc Emmanuel-Philibert déclare le français langue officielle en remplacement du latin pour la partie ouest de son duché et la Vallée d'Aoste.
-1563 : Emmanuel-Philibert transfère sa capitale de Chambéry à Turin.
-1580 : Lettre patentes d'Emmanuel-Philibert sur les institutions autonomes de la Vallée d'Aoste.
-1588 : 12 août. Entrée en vigueur du « Coutumier » ou « Coutumes générales du duché d'Aoste » code de plus de 4 262 articles imprimé à Chambéry en 1586.
-1630 : Une épidémie de peste tue les 2/3 de la population selon J-B de Tillier.
-1661 : Antoine Philibert Bailly (1605-1691) évêque d'Aoste depuis 1659, publie l'« État Intramontain » libelle d'inspiration gallicane.
-1691 : Occupation française pendant la Guerre de la ligue d'Augsbourg.
-1704-1706 : Nouvelle occupation française pendant la Guerre de Succession d'Espagne.
-1720 : Victor Amédée II de Savoie devient roi de Sardaigne.
-1737 : Jean Baptiste de Tillier, secrétaire des États du duché de Savoie et du « Conseil des Commis » publie un recueil historique et géographique sur la Vallée d'Aoste « l'Historique de la Vallée d'Aoste ».
-1766 : Dernière séance du « Conseil des Commis » qui ne se réunit plus et cesse « de facto » d'exister et « de jure » à la mort du dernier juge commis.
-1767-1773 : Établissement du « Cadastre Sarde » de la Vallée d'Aoste qui fait l'inventaire des propriétaires fonciers contribuables.
-1770 : Le roi Charles-Emmanuel III de Savoie remplace le « Coutumier » par un « Règlement particulier pour le duché d'Aoste ». Politique royale de centralisation administrative poursuivie par son fils Victor-Amédée III.
-1796 : Occupation de la Vallée d'Aoste par les troupes révolutionnaires
-1798 : La Vallée d'Aoste est annexée à la France.
-1799 : Première insurrection des Socques (paysans pauvres, catholiques et anti-Jacobins).
-1801 : Deuxième insurrection des Socques après « l'enlèvement des cloches ».
-1802-1814 : Aoste devient une sous préfecture du département de la Doire
-1803 : 30 avril. Suppression du diocèse d'Aoste qui est rattaché à celui Ivrée.
-1814 : 11 avril la Vallée d'Aoste est restituée aux États de Savoie par le Traité de Fontainebleau.
-1817 : Rétablissement de l'évêché d'Aoste
-1853 : 26, 27 & 28 décembre; troisième insurrection des Socques.
-1860 : La Savoie est rattachée à la France ce qui isole la Vallée d'Aoste de son environnement francophone.
-1861 : Création du Royaume d'Italie. La Vallée d'Aoste devient un arrondissement de la province de Turin.
-1867 : A partir du 29 avril une épidémie de Choléra laisse plus de 2.000 morts dont 439 personnes à Aoste.
-1890-1920 : Forte émigration économique vers la France, la Suisse et les États-Unis selon certaines estimations un tiers de la population émigre, parfois temporairement, sur un total de habitants.
-1915-1918 : Première Guerre Mondiale valdôtains sont tués soit 2 % de la population totale.
-1918 : La « Grippe espagnole » fait victimes dans la vallée.
-1919-1920 : Troubles sociaux d'inspiration révolutionnaire.
-1922-1943 : Ère fasciste en Italie.
-1923-1939 : Politique d'italianisation menée par l'état fasciste. L'implantation d'Italiens de « l'intérieur » est favorisée.
-1927 : Création de « la Provincia di Aosta »
-1929 : Les toponymes sont italianisés. Ils retrouveront leur forme d'origine en 1945.
-1939 : Projet d'italianisation (non exécuté) de patronymes.
-1943 : Chute du gouvernement fasciste.
-1943-1945 : Mouvement de Résistance contre les nazis et leurs alliés fascistes de la République sociale italienne. La Vallée d'Aoste se libère par la lutte armée.
-1945 : 28 avril au 16 juin, présence de l'armée française dans la Vallée d'Aoste. Tentative d'annexion par la France. Le Gouvernement français recule devant les pressions anglo-américaines.
-1945 : 7 septembre Régime d'Autonomie Provisoire
-1946 : Référendum en faveur de la République en Italie.
-1948 : 26 février La Vallée d'Aoste / Valle d'Aosta devient une Région Autonome.

Géographie

Modèle Numérique de Terrain du Val d'Aoste
- Superficie : km² sur 100 km de long et 65 km de large
- 14 vallées latérales
- 400 lacs, 210 glaciers
- Plusieurs '4000' célèbres : le mont Blanc situé en France, le mont Rose, le Cervin, le Grand Paradis, la Tête du Rutor (3559 m). Plus de 1000 hameaux et 100 châteaux. La vallée d'Aoste est divisée en 74 communes.

Liste des communes

Économie et tourisme

Voir article de fond sur l'économie du Val d'Aoste

Station de sports d'hiver

Les principales stations de sports d'hiver sont Courmayeur au pied du mont Blanc, Breuil-Cervinia, près du Cervin, Gressoney-La-Trinité au pied du Mont Rose et Cogne dans le massif du Grand Paradis. Le domaine hors-piste est exceptionnel et la pratique de l'héliski attirent des glisseurs de toute l'Europe.

Agrotourisme

Les vallées du Val d'Aoste regroupent un millier de hameaux et une centaine de châteaux qui s'égrènent le long des vallées, et dont les plus fameux : Fénis, Verrès, Saint-Pierre), sont bien conservés. La vallée est un haut-lieu de la randonnée, et le passage obligé de ceux qui font le tour du Mont Blanc; ils bénéficient d'un vaste réseau de refuges ouverts, été comme hiver, à l'initiative du « Club Alpin Italien ». Depuis 1983, l'agrotourisme est en développement avec une cinquantaine d'exploitants agricoles ouvrant leurs portes aux vacanciers. Les prestations offertes vont de la simple chambre à la maison indépendante tout équipée.

Hôtellerie

La vallée compte plus de 500 petits hôtels de 3 à 4 étoiles, souvent des affaires de familles. Carte du Val d'Aoste Ouvert en 1947, le « Grand Hôtel Billia » de Saint Vincent comprend un des plus modernes casinos d'Europe (90 tables de jeux et près de 500 bandits manchots), un centre de congrès et un théâtre, accueillant des rencontres culturelles et en particulier les Grolles d'Or, prix du cinéma de la télévision italienne.

Thermalisme

Les eaux thermales en Vallée d'Aoste ont été redécouvertes au (elles étaient déjà connues des Romains). À la Belle époque, elles attiraient de très nombreuses personnalités.

Cuisine valdôtaine

- la fontine
- le lard d'Arnad
- la motsetta de Chamois
- le lard d'Arnad
- le Jambon de Bosses
- le vin de la Vallée d'Aoste

Sources

- Abbé Joseph-Marie Henry, Histoire de la Vallée d'Aoste. Imprimerie Marguerettaz Aoste (1929) réédition en 1967.
- Elio Riccarand, Storia della Valle d'Aosta contemporanea (1919-1945). Stylos Aosta (2000) ==
Sujets connexes
Abbaye Notre-Dame du Bec   Allein   Alémanique   Amédée III de Savoie   Amédée VIII de Savoie   Antey-Saint-André   Aoste   Arnad   Arvier   Auguste   Avise   Ayas   Aymavilles   Bard (Italie)   Benito Mussolini   Bionaz   Boson V de Provence   Breuil-Cervinia   Brissogne   Brusson (Italie)   Burgondes   Canton du Valais   Cantorbéry   Celtes   Cervin   Challand-Saint-Anselme   Challand-Saint-Victor   Chambave   Chambéry   Chamois (Italie)   Champdepraz   Champorcher   Charles III de Savoie   Charvensod   Châtillon (Italie)   Cogne   Communes du val d'Aoste   Conrad II le Salique   Courmayeur   Doire   Doire (département)   Doire Baltée   Donnas   Doues   Duché de Savoie   Démocrates de gauche   Département français   Emmanuel-Philibert de Savoie (1528-1580)   Empire byzantin   Empire romain   Fascisme   Fontainebleau   Fontainemore   Fontine   France   Francophonie en Vallée d'Aoste   Francoprovençal   Francs   Français   François Ier de France   Fénis   Gaby   Gaby (Italie)   Gallicanisme   Gignod   Grand Paradis   Gressan   Gressoney-La-Trinité   Gressoney-Saint-Jean   Grippe de 1918   Guerre de Succession d'Espagne   Henri II de France   Humbert Ier de Savoie   Hérules   Hône   IVe siècle   Introd   Issime   Issogne   Italie   Italien   Ivrée   Jovençan   Junte   La Magdeleine   La Salle (Italie)   La Thuile (Italie)   Lard   Latin   Libelle   Lillianes   Lombards   Luciano Caveri   Maison de Savoie   Maison des libertés   Maurienne   Milan   Mont Blanc   Mont Rose   Montjovet   Morgex   Narsès   Nus   Ollomont   Ostrogoths   Oyace   Perloz   Piémont   Pollein   Pont-Saint-Martin (Italie)   Pontboset   Pontey   Pré-Saint-Didier   Quart (Italie)   Randonnée   Rhêmes-Notre-Dame   Rhêmes-Saint-Georges   Rhône-Alpes   Risorgimento   Rodolphe III de Bourgogne   Roisan   Rome   Royaume d'Italie   Royaume de Bourgogne   Région autonome à statut spécial   République sociale italienne   Saint-Christophe (Italie)   Saint-Denis (Italie)   Saint-Marcel (Italie)   Saint-Nicolas (Italie)   Saint-Oyen (Italie)   Saint-Pierre (Italie)   Saint-Rhémy-en-Bosses   Saint-Vincent (Italie)   Saint Anselme   Salasses   Sardaigne   Sarre (Italie)   Sigismond Ier du Saint-Empire   Sigéric   Station de sports d'hiver   Strabon   Suisse   Thomas Ier de Savoie   Théodoric le Grand   Torgnon   Tunnel du Mont-Blanc   Turin   Tête du Rutor   Union valdôtaine   VIIIe siècle   VIe siècle   Valgrisenche   Vallée d'Aoste (vin)   Vallées Occitanes   Valpelline   Valsavarenche   Valtournenche   Verceil   Verrayes   Verrès (Italie)   Via Francigena   Victor-Amédée III de Sardaigne   Villeneuve (Italie)   Vin   Walser (peuple)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^