Gurû

Infos
Littéralement, gurû - du sanskrit गुरू - signifie « professeur » ou « éveilleur » en sanskrit (plus précisément, "celui qui dissipe les ténèbres"), où ce terme, en usage en Inde depuis le , désigne un « maître à penser », un mentor, un guide spirituel hautement respectable pour le jeune brahmane, celui qui lui fera son éducation durant le premier des quatre âges de sa vie, le brâhmâchârya ou plus généralement pour le jeune
Gurû

Littéralement, gurû - du sanskrit गुरू - signifie « professeur » ou « éveilleur » en sanskrit (plus précisément, "celui qui dissipe les ténèbres"), où ce terme, en usage en Inde depuis le , désigne un « maître à penser », un mentor, un guide spirituel hautement respectable pour le jeune brahmane, celui qui lui fera son éducation durant le premier des quatre âges de sa vie, le brâhmâchârya ou plus généralement pour le jeune hindou qui devient son chela ou shishya, son élève. C'est aussi celui qui est en position de maître par rapport à un élève pour enseigner la danse, la musique ou un autre domaine de connaissance. Par extension, gurû est devenu le mot utilisé pour désigner l'initiateur ou le chef d'une école de pensée enseignée dans le cadre d'un âshram ou plutôt d'un gurûkula, où tous les membres sont considérés comme faisant partie de la famille — kula — du gurû. Cela entraîne que les rapports entre le gurû et le chela sont ceux qui existent entre un patriarche et un jeune enfant, ce dernier devant libérer son maître des tâches du quotidien (lessive, cuisine, ménage), cette pratique étant considérée comme faisant partie de l'apprentissage. Probablement originaire d'Inde, ce rapport maître-élève s'est répandu en Asie, par l'extension de l'hindouisme, puis du bouddhisme, et ce jusqu'au Japon. Il est évident que cette pratique est basée sur la confiance mutuelle et sur la rigueur morale, ce qui n'a évidemment pas échappé aux Indiens, et depuis longtemps, qui savent qu'il y a nombre de faux gurûs et de faux sâdhus. Cette vérité est plaisamment figurée sur la descente du Gange à Mahaballipuram, un bas-relief du où un chat, en bas à droite de la fissure centrale, est en position de méditation tandis que les souris, trompées, s'approchent en confiance, ce qui leur coûtera la vie (Voir l'illustration sans tenir compte du commentaire erroné). Le terme de gurû est aussi utilisé par les Sikhs qui nomment ainsi leurs chefs spirituels et politiques, le dernier n'étant pas un homme mais un livre, l’Âdi Granth, comme l'avait décidé le dernier des gurûs du sikhisme.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Asie   Bouddhisme   Brahmane   Gourou   Gurûs du sikhisme   Hindouisme   Inde   Japon   Sanskrit   Sikhisme   Sâdhu  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^