Agen

Infos
Agen (occitan : Agen) est une commune française, située dans le département de Lot-et-Garonne et la région Aquitaine. Les habitants sont appelés Agenais (ou Agenois, appellation ancienne tombée en désuétude). right
Agen

Agen (occitan : Agen) est une commune française, située dans le département de Lot-et-Garonne et la région Aquitaine. Les habitants sont appelés Agenais (ou Agenois, appellation ancienne tombée en désuétude). right

Géographie

Situation

Agen est situé dans le sud de la France dans le sud-est du département du Lot-et-Garonne sur la rive gauche de la Garonne et au bord du canal latéral à la Garonne (l'entre deux mer). La ville se trouve entre Toulouse (107 km) et Bordeaux (132 km).

Climat

La ville bénéficie d'un climat tempéré doux en automne, avec des printemps le plus souvent pluvieux et humides, des étés assez chauds et secs et des hivers doux. L'hiver est doux et le mois de janvier le plus froid comporte des températures proches de 5°C. Le record de température minimale a été enregistré à -17, 4 °C en janvier 1985. Au printemps, les températures sont en hausse régulière avec des mois d'avril et de mai souvent pluvieux. L'été est chaud et sec et les records de chaleur sont réguliers. Les orages sont des phénomènes réguliers dont les précipitations sont abondantes et ponctuelles. Enfin, l'automne est doux et peu pluvieux. Tableau comparatif des données météorologiques d'Albi et de quelques villes françaises

Transports et voies de communication

Agen est situé à mi-chemin entre Bordeaux et Toulouse sur un axe majeur de la vallée de la Garonne emprunté depuis plusieurs milliers d'années. Aujourd'hui, la commune est traversée par la RD 813 (ancienne RN 113) menant au sud-est vers Toulouse et au nord-ouest vers Bordeaux. Un deuxième axe principal l'autoroute A62 passe au sud de la ville. Ces deux axes de communication longent la Garonne et le canal latéral de la Garonne. Un troisième axe principal la route nationale 21 mène au nord à Villeneuve-sur-Lot puis à Bergerac dans le département de la Dordogne. Au sud, cette même nationale permet de rejoindre Auch dans le Gers. Le réseau secondaire est composé de plusieurs routes départementales. Au nord-est, la route départementale 656 rejoint Tournon-d'Agenais puis Cahors dans le département du Lot. Au sud, la route départementale 931 rejoint au sud-ouest Condom et Eauze dans le département du Gers. Le chemin de fer s'est installé à Agen dans les années 1850. La gare fut édifiée de 1854 à 1858. Sa halle métallique a été conçu par le bureau d'étude de Gustave Eiffel et construite entre 1864 et 1866. Le premier train s'arrête à Agen en 1856 et marque le début des bouleversements urbains et économiques de la ville à la fin du . Cette gare est situé sur la ligne Bordeaux-Sète et est exploitée par la compagnie des chemins de fer du Midi. En 1934, la Compagnie du Midi est absorbée par la compagnie Paris-Orléans, qui s'appelle alors la compagnie Paris-Orléans-Midi. Enfin, en 1938, toutes les compagnies de chemin de fer sont réunies et sont nationalisés pour devenir la SNCF. La gare d'Agen fait alors partie de ce vaste ensemble. L'Aéroport d'Agen la Garenne est situé sur la commune du Passage, à 3 km au sud-ouest d'Agen sur un ancien terrain militaire et est géré par le syndicat mixte pour l'aérodrome départemental de Lot-et-Garonne composé du conseil général de Lot-et-garonne, de la communauté d'agglomération d'Agen, de la Chambre de commerce et d'industrie et de la Chambre des métiers. Deux vols par jours, étaient assurés par la compagnie Airlinair, permettent de rejoindre l'aéroport d'Orly à bord 'un ATR 42 de 48 sièges. Le service est suspendu et une nouvelle compagnie devrait reprendre ses activités en début d'année 2008. Depuis 1993, le nombre de passagers avait évolué entre 20 à par an. L'aéroport n'assure pas le frêt de marchandises.

Blason et Devise

Étymologie

Du latin Aginnum, tiré de la racine celtique agin (rocher, hauteur)

Histoire

Les origines

Le site d'Agen fut vraisemblablement peuplé au moins dès le néolithique mais il est difficile d'en dater l'origine exacte. Les vestiges que nous avons actuellement à notre disposition témoignent d'un peuplement d'origine Ibère aux et siècles avant Jésus-Christ. Cependant, le site occupé à cette époque était différent de celui que nous connaissons actuellement : c'est le plateau de l'Ermitage. C'est d'ailleurs cette situation (sur un éperon rocheux) qui donnerait la clé de la toponymie de la cité. Le site, bien que se trouvant à la confluence de la vallée de la Masse et de la Garonne, n'est pas un des endroits les plus stratégiques de la vallée. Il est donc difficile d'expliquer par la seule géographie la raison pour laquelle les Nitiobroges (peuple Celte arrivé vers 400 avant Jésus-Christ) ont choisi cet endroit pour en faire la capitale de leur royaume. Ils avaient édifié sur ce site une place forte d'environ 50 hectares, située à 100 mètres au dessus du lit de la Garonne. On a trouvé des traces de cette occupation du sol au et plus récemment, grâce au travail de l'équipe des archéologues de l'Agenais. Le déplacement de la ville vers les terrasses de la Garonne est sans doute antérieur à l'occupation romaine. Il faut mettre en relation ce transfert avec la richesse des échanges commerciaux qui avaient lieu le long du fleuve ainsi que vers les Pyrénées et le Massif central. La découverte de la très riche tombe à char de Boé atteste de l’opulence des élites locales à la fin du premier siècle avant Jésus-Christ.

Une ville gallo-romaine

La ville gallo-romaine a laissé d'importantes et assez nombreuses traces. Malheureusement, elles ont pour la plupart été détruites et en particulier les plus intéressantes. Tout d'abord le théâtre, chose assez rare pour une ville de moyenne importance, d'autant plus qu'Aginnum était aussi doté d'un amphithéâtre (daté de 215 après Jésus-Christ) pouvant accueillir à personnes, chiffre considérable. On a également des indices concernant l'existence d'au moins une nécropole. La ville s'étendait sur 80 hectares et était donc assez riche et surtout peuplée. Mais la prospérité était davantage liée à une activité de transit qu'à un véritable rôle de pôle commercial. Ce passage intense est à mettre en relation avec l'implantation précoce de la religion chrétienne. Dès la fin du les chroniques relatent les martyres de saint Caprais et sainte Foy. Au siècle suivant, l'église chrétienne s'organise avec son premier évêque connu, Phébade, dont les travaux théologiques lui valurent un prestige dans toute la chrétienté.

Le Moyen-Âge

Comme pour beaucoup de cités, nous avons peu de documents concernant l'époque dramatique des Grandes Invasions. Pendant quatre siècles, Agen vit passer les Vandales, les Wisigoths puis les Francs avant de subir les Normands au . La ville se replia sur elle même et se fortifia dans sa première enceinte (une dizaine d'hectares) autour de la cathédrale Saint-Etienne (emplacement de l'actuel marché-parking) et dont la fondation est difficile à dater. N'ayant jamais été totalement terminé, l'édifice s'est détérioré et menaçant de s'effondrer il a été démoli au début du . C'est autour de ce noyau que s'est développée la ville médiévale dont la trame urbaine était organisée à partir de la rue des cornières (dont il reste une partie) qui aboutissait place du Marché (aujourd'hui place des Laitiers) c'est-à-dire au pied de la cathédrale. Les principaux vestiges de l'Agen médiéval sont des édifices religieux. On a déjà vu que la cathédrale Saint-Etienne a disparu. Mais le monument le plus magnifique est sans conteste l'église des Jacobins (aujourd'hui transformée en centre culturel). L'église est le dernier vestige du couvent des Jacobins (ou Dominicains) et date du . La construction, à l'exception des trois piliers centraux (en pierre) qui séparent le vaisseau en deux nefs est en briques. Les récents travaux de restauration ont dégagé des peintures murales où figure Alphonse de Poitiers (seigneur de la ville et protecteur du couvent à sa construction). Elle fut le lieu de grands évènements locaux ou régionaux : en 1354, le Prince Noir y reçut l'hommage de 40 barons et en particulier celui de Gaston Phébus. La ville comptait un grand nombre d'autres édifices à caractère religieux, couvents ou églises comme l'actuelle cathédrale : la collégiale Saint Caprais, en grande partie de style roman. Autour de l'église il y avait un ensemble architectural pour accueillir les chanoines : monastère, cloître... dont il ne reste que la salle capitulaire. Exploitant les rivalités féodales entre Plantagenêts (succédant aux comtes de Poitiers) et comtes de Toulouse puis entre rois d'Angleterre et Capétiens, évêques et habitants surent échapper à la tutelle de leurs seigneurs. Dès le , la ville jouit d'une certaine autonomie, elle possède une coutume, des libertés et des franchises. Cette autonomie s'affirme au (la charte date de 1248) et la tutelle du roi (ou du comte) et de l'évêque est de plus en plus lâche. La ville est administrée par des consuls qui apposent sur les actes solennels le grand sceau de la cité représentant sur l'avers une ville fortifiée avec à l'intérieur un clocher et au revers un aigle. Mais l'administration consulaire n'a rien de démocratique, c'est une oligarchie qui abusa souvent de ses pouvoirs, entraînant plusieurs révoltes populaires aux siècles suivants. La ville s'est en effet notablement agrandie au cours du Moyen-Age : elle atteint désormais 60 hectares. Agen était une cité prospère et peuplée (peut-être habitants alors que Toulouse en comptait moins de ) vivant en particulier des activités liées à la Garonne : commerce, pêche, minoterie. Cependant, bien que la ville n'ait pas trop souffert directement des terribles affrontements de la guerre de Cent Ans (elle y a même gagné un peu plus d'autonomie) elle a subi les conséquences des ravages des contrées environnantes. De plus, XIV et s connurent la terrible épidémie de peste noire aggravée par des intempéries nombreuses et dévastatrices. La Garonne en particulier frappa par des crues meurtrières.

L'époque de la Renaissance

De la fin de la guerre de Cent Ans aux premiers troubles des guerres de Religion Agen connut une renaissance autant matérielle qu'intellectuelle. Un vague d'immigration venue du Massif central, de l'Ouest et des Pyrénées repeupla la région. En outre, le diocèse fut dirigé par cinq évêques italiens successifs dont plusieurs issus de la famille La Rovère, apparentée au pape Jules II. Ils étaient de fins lettrés, comme Mateo Bandello, auteur de nouvelles. C'est l'une d'elles, écrite probablement à Bazens, résidence des évêques d'Agen, qui inspira à Shakespeare Roméo et Juliette. Ils vinrent accompagnés de toute une suite composée de gens obscurs mais aussi très brillants comme le médecin et humaniste Jules-César Scaliger, connu dans toute l'Europe, ou son fils, Joseph-Juste, acquis à la Réforme (c'est l'un des "illustres" agenais). Agen, cité catholique (et rivale de Nérac, capitale politique et intellectuelle des réformés), fut à plusieurs reprises occupée et pillée par les troupes protestantes durant cette période dramatique. Elle abritera quelques temps la reine Marguerite de Valois, dite la reine Margot. La paix revenue, la ville connut un regain de prospérité après un Grand Siècle difficile, comme le reste du pays, en raison de conditions climatiques préjudiciables à l'agriculture, activité dont la ville était fort dépendante. Séditions populaires, pestes et famines font que le retour véritable à la prospérité n'eut lieu qu'au , ce qu'attestent les nombreux édifices civils : hôtels particuliers des riches familles nobles ou bourgeoises enrichies dans l'activité commerçante et textile. Ce n'est qu'à la fin du siècle que fut bâti le magnifique palais épiscopal devenu par la suite siège de la préfecture. Agen est à cette époque une ville manufacturière spécialisée dans la toile à voile mais aussi les draps, cordes et tissus divers. La ville sort de plus en plus de ses remparts. Elle ne craint plus les troubles politiques mais seulement les humeurs de la Garonne. On n'hésite cependant pas à embellir les bords du fleuve en aménageant la promenade dite "du Gravier" plantée d'ormeaux (aujourd'hui amputée et défigurée par la voie sur berge et le mur qui sépare désormais la ville de son fleuve). Cet endroit accueillait les grands foires, en particulier celle de juin où les chalands venaient de toute l'Europe. La ville dépend en effet de plus en plus de son fleuve qui exporte vers les Amériques la farine du Haut Pays que l'on échange là-bas contre du sucre. On vend aussi aux marins les prunes séchées qui durant la traversée permettent d'éviter le scorbut. Le commerce du vin était aussi très important mais gêné par le privilège des vins de Bordeaux interdisant la vente des vins de l'amont jusqu'à Noël, une partie de la production était transformée en eau-de-vie.

Le XIX siècle

La Révolution puis le blocus continental et les débuts de la révolution industrielle vont porter de rudes coups aux activités agenaises. Mais cet engourdissement économique que l'on constate au est aussi à mettre au compte de la bourgeoisie locale, qui a perdu son dynamisme et se replie sur une rente foncière de moins en moins lucrative : le comice agricole d'Agen de 1855 cherche encore à démontrer la supériorité de la faux sur le volant ! Comme l'a écrit Peter Weissberg dans l'histoire d'Agen parue chez Privat en 1991 : . Ainsi, les atouts que constituaient le chemin de fer et le canal latéral de la Garonne, qui devait, après transformation en « canal des deux mers », selon les militaires "prendre la moitié du trafic de Gibraltar et éviter à notre flotte l'humiliation de passer sous les canons anglais", furent insuffisamment utilisés ou ne virent pas le jour. L'apport de populations venues du Massif Central, des Pyrénées et d’Espagne, compensa le très important déficit de main d’œuvre dans une région en grave déclin démographique mais essentiellement absorbé par la construction et l’agriculture. Le fut cependant celui des grandes réalisations édilitaires. Dès 1827, Agen a enfin un pont (plusieurs tentatives ont avorté, du Moyen-Age au et pendant 300 ans on traversa la Garonne par le bac), doublé par la passerelle suspendue en 1839 et enfin le Pont-Canal, achevé en 1843, véritable chef-d'œuvre doté de 23 arches qui enjambent le fleuve et son lit majeur. C'est en 1875 que la Garonne connut sa crue la plus dramatique (elle fit 500 morts à Toulouse et 8 à Agen) mais le Pont Canal avait résisté. Les véritables transformations de la trame urbaine agenaise n'eurent lieu que sous le mandat de Jean-Baptiste Durand, entre 1880 et 1895 (la ville comptait à cette époque habitants). On perça les deux grands boulevards actuels : République et Carnot, ce dernier aboutit à la gare, nouvellement construite (le bâtiment principal est achevé en 1858 et deux ailes latérales sont ajoutées en 1886 puis détruites en 1981). Sur le tracé des anciens remparts, démantelés à la Révolution, on réalisa des boulevards de ceinture. Ces grands chantiers détruisirent cependant des témoignages du passé comme la majeure partie de l'église Sainte-Foy. C'est en 1888 qu'est inauguré le nouveau lycée (Palissy), construit sur un tertre afin qu'il soit à l'abri des crues. Le second lycée de la ville (lycée technique Jean-Baptiste de Baudre, du nom de l'ingénieur concepteur du canal Latéral) occupe les murs du grand séminaire, imposante bâtisse de la fin du , construit par l'évêque Mascaron pour parfaire l'œuvre de la Contre-Réforme. C'est enfin Jean-Baptiste Durand qui fait édifier sur l'emplacement de l'ancienne cathédrale le marché couvert, dans le style des halles de Baltard, malheureusement lui aussi disparu. Fort heureusement, à l'écart de ces grands travaux subsistent encore de petites artères, rues et venelles aux maisons à colombages et en encorbellement ou vieux hôtels de pierre ou de brique. Ces constructions, dont les plus anciennes sont datées du , donnent à Agen un cachet particulier que l'on retrouve dans d'autres cités de moyenne importance, à l'abri d'une trop boulimique expansion.

Époque moderne

Aujourd'hui, la ville s'est considérablement étendue, bien au delà du noyau primitif, seul endroit à l'abri des inondations. Les travaux d'endiguement du fleuve doivent protéger le lit majeur des crues dévastatrices (le siècle a connu deux crues "centenaires" : 1930 et 1952 et la dernière inondation importante eut lieu en décembre 1981). Si la population de la ville stagne à un peu plus de habitants, l'agglomération s'est étendue vers le sud et l'est, profitant aux communes de Bon-Encontre, Boé et Le Passage. Selon l'INSEE, elle compte actuellement environ habitants ( en 1999). Au sein d'un environnement essentiellement rural et agricole, Agen doit tirer ses richesses du secteur agro-alimentaire. C'est pour cela qu'a été créé en 1990, l'Agropole, situé à côté de l'échangeur autoroutier, sur la commune d'Estillac. Cependant, la plus grande entreprise agenaise est la firme UPSA, laboratoire pharmaceutique fondé en 1935 par le docteur Bru et rachetée par le groupe américain Bristol-Myers Squibb. Le tissu industriel est aujourd'hui très diffus et c'est surtout le secteur tertiaire qui entraîne l'agglomération et la ville vers le avec en particulier le pôle universitaire (antenne de la faculté de Bordeaux et I.U.T.) et l’Ecole Nationale d’Administration Pénitentiaire (ENAP) en 2000.

Administration

Administration municipale

Depuis 1790, les fonctions de maire d'Agen ont été occupées successivement par 43 maires, dont les principaux furent :

Administration épiscopale

Agen est le siège d'un évêché dont le titulaire actuel est Monseigneur Hubert Herbreteau, depuis 2005. Depuis sa fondation, au IV siècle, le diocèse d'Agen a vu se succéder un très grand nombre d'évêques parmi lesquels :
- 350 - 400 : Saint Phébade, premier évêque ;
- 1291 - 1313 : Bertrand II de Goth ;
- 1487 - 1519 : Léonard de la Rovère, cardinal ;
- 1550 - 1555 : Mathieu Bandello ;
- 1679 - 1703 : Jules Mascaron ;
- 1735 - 1767 : Joseph de Gilbert de Chabannes ;
- 1767 - 1802 : Jean-Louis d'Usson de Bonnac ;
- 1841 - 1867 : Jean-Aimé de Levezou de Vezins ;
- 1885 - 1905 : Charles Ier Cœret-Varin ;
- 1906 - 1937 : Charles-Paul Sagot du Vauroux ;
- 1938 - 1956 : Jean-Marcel Rodié ;
- 1956 - 1976 : Roger Johan ;
- 1976 - 1996 : Sabin Saint-Gaudens ;
- 1997 - 2005 : Jean-Charles Descubes ;
- 2005 - : Hubert Herbreteau. Voir aussi la liste complète : liste des évêques d'Agen.

Santé

Hôpital d'Agen

Démographie

Au recensement de 1999, l'aire urbaine comptait 94659 habitants pour 56 communes, l'agglomération 69488 habitants pour 14 communes. C'est la quatrième agglomération d'Aquitaine. Les principales communes de l'agglomération en dehors d'Agen sont Le Passage d'Agen (8827 habitants), Bon Encontre (5759 habitants), Foulayronnes (4597 habitants), Boé (4503 habitants) et Pont du Casse (4259 habitants).

Économie

Elle est célèbre pour la culture du pruneau. Située au coeur d'une importante région agricole, l'industrie agro-alimentaire occupe une place de choix dans l'économie agenaise. l'Agropole, vaste zone industrielle dédiée à la transformation des produits alimentaires, occupe sur 70 hectares plus de 100 entreprises et emploie 1700 personnes. Elle est aussi le siège d'une grande entreprise de pharmaceutique UPSA, filliale du groupe BMS. Cette entreprise possède deux unités de fabrication sur la communauté d'agglomération d'Agen : une sur la commune même et l'autre sur l'autre rive de la Garonne au Passage, elle rassemblent plus de 1200 employés. L'entrepise de découpe de viande Bigard. Agen est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie de Lot-et-Garonne.

Enseignement Supérieur

- Airways Formation - Ecole de formation de Pilote de ligne
- Annexe de l'Université de Bordeaux, notamment des départements de langues et de droit.

Personnages célèbres

- Francis Cabrel, chanteur
- Bernard Campan, né le 4 Avril 1958 à Agen, réalisateur, scénariste, producteur, acteur
- Joseph Chaumié, homme politique
- Armand Fallières, né à Mézin, à quelques kilomètres, et qui y étudia
- Jasmin, poète et conteur de langue occitane
- Ferdinand Laulanié, chimiste
- Montesquieu, qui y passa son enfance, dans l'hôtel particulier qui porte son nom
- Michel de Nostre Dame dit Nostradamus a vécu à Agen de 1533 à 1534 suite à son mariage. Il y a été médecin et en est parti suite au décès de sa femme et de ses 2 enfants, décimés par la peste.
- Bernard Palissy, céramiste
- Georgette Plana, chanteuse
- Stéphane Rideau, acteur
- Joseph-Barnabé Saint-Sevin dit L'Abbé le Fils, Violoniste, compositeur (Agen 1727-Paris 1803)
- Joseph Juste Scaliger
- Philippe Sella, rugbyman
- Michel Serres, académicien
- Antoine Rigau, (1758-1820) général d'Empire né à Agen,
- Jean-Baptiste Cyrus de Timbrune de Thiembronne, comte de Valence, est un général de la Révolution française, né à Agen en 1757 et mort en 1820.
- Abdelatif Benazzi, Rugbyman né au Maroc.

Monuments et lieux touristiques

Si Agen a été, sous l'Ancien Régime, une ville riche de monuments architecturaux, certains de ses monuments ont été démolis sous la Révolution et les municipalités successives.

Cathédrale Saint-Caprais

Édifiée au sur l'emplacement d'une basilique épiscopale construite au , saccagée par les Normands en 853 puis restaurée, elle constituait initialement une collégiale. Saccagée en décembre 1561, elle devint en 1791 un magasin à fourrage avant d'être rouverte en 1796 et de devenir la cathédrale officielle d'Agen, en lieu et place de l'ancienne cathédrale Saint-Étienne, en ruines. L'orgue principal fut offert par l'impératrice Eugénie en 1858. La cathédrale Saint-Caprais d'Agen présente plusieurs particularités architecturales : son abside romane est prolongée par un vaisseau gothique à une seule nef. Remplaçant un ancien campanile en bois, le clocher actuel fut édifié en 1835 à l'initiative de l'évêque M de Levezou de Vezins et présente la particularité d'être composé des trois éléments stylistiques gothiques (gothique à lancettes, gothique rayonnant, gothique flamboyant) curieusement présentés dans leur ordre chronologique inverse.

Musée des Beaux-Arts d'Agen

Musées des beaux-Arts d'Agen durant la fête de la musique Fondé en 1876, le musée des Beaux-Arts d’Agen, situé au cœur historique de la ville, est logé dans quatre superbes hôtels particuliers de la Renaissance, ouverts sur de belles cours intérieures. Il est l’un des musées les plus riches du Sud-Ouest et présente, dans un agréable parcours évoquant l’intérieur d’un riche collectionneur, un ensemble de peintures et de sculptures, de meubles et de faïences européennes du Moyen Âge au . Le musée est particulièrement réputé pour son riche ensemble d’œuvres espagnoles des s, parmi lesquelles cinq exceptionnels tableaux de Goya. Parmi les collections les plus remarquables, il faut aussi citer des natures mortes flamandes et hollandaises, des peintures du français (Champaigne) et italien (Le Tintoret), la collection de portraits des ducs d’Aiguillon (Greuze, Oudry, Drouais, de Troy, van Loo, Nattier...). Le français est représenté par les grands maîtres de la peinture (Courbet, Millet), les paysagistes de l’École de Barbizon (Corot) et les peintres impressionnistes (Boudin, Sisley, Caillebotte, A. Lebourg). Enfin des œuvres du sont présentées avec deux fonds remarquables du peintre français Roger Bissière d’une part, et de Claude et François-Xavier Lalanne, d’autre part. La section archéologique du Musée est constituée d'objets provenant de sites lot et garonnais : la collection des époques celtique et gallo-romaine en constitue un des aspects majeurs. Enfin, une très belle donation d’archéologie orientale (objets de l’âge du bronze jusqu’à l’époque des Croisades, provenant du Liban et de Syrie) est venue enrichir le musée.

Église Notre-Dame des Jacobins

Également connue sous le nom de
Notre-Dame d'Agen'', cette église est le seul vestige de l'ancien couvent des Dominicains, appelés également Jacobins. Construite au , elle se présente sous la forme d'un vaisseau rectangulaire divisé en deux nefs égales et surmonté d'un clocher octogonal. Elle est liée à de grands évènements de l'histoire agenaise :
- le 9 août 1279, elle est le témoin de la cérémonie au cours de laquelle l'Agenais est officiellement restitué à l'Angleterre par Philippe III, fils du roi de France Louis IX ;
- en 1585, Marguerite de Navarre, désavouée par son frère Henri III de France, arrive à Agen qu'elle essaie d'entraîner dans le sillage de la Ligue. Elle transforme alors le couvent des Jacobins en citadelle ;
- le 12 mars 1789, l'église des Jacobins est le théâtre de la réunion des trois ordres de la sénéchaussée d'Agen, afin de rédiger les cahiers de doléances en vue de la réunion des États généraux. À la Révolution française, le couvent des Jacobins fut fermé et démoli tandis que l'église fut sauvegardée et transformée en écurie. Elle sera réaffectée au culte catholique en 1807.

Église Notre-Dame du Bourg

Église ogivale en brique dont la construction remonte au , elle prend après 1339 le nom de Notre-Dame du Bourg et sert tout d'abord d'annexe à la cathédrale Saint-Étienne, avant d'être rattachée à l'église Notre-Dame des Jacobins. Elle fut entourée d'un cimetière, réservé aux grandes familles de la ville et supprimé en 1802. Elle se présente sous la forme d'un long édifice de briques, le portail surmonté d'un clocher-mur, typique de l'architecture religieuse du sud-ouest de la France. En 1874, son chevet est remplacé par un chœur à cinq pans tandis qu'en 1962, l'auvent recouvrant le portail est démoli.

Église des Cordeliers

Plus communément appelée église Saint-Hilaire, cette église est le seul vestige de l'ancien couvent des Frères Cordeliers : achevée en 1348, elle fut augmentée de deux campaniles en 1892, dont l'un fut découronné en 1963. Désaffectée à la Révolution, elle fut rendue au culte en 1827, alors que l'ancien couvent des Cordeliers avait été démoli et remplacé par une gendarmerie. Vaste vaisseau gothique à une seule nef, elle doit sa notoriété à sa charpente, qui prend la forme d'une carène de navire renversée. Notables sont les deux statues sur sa façade - à gauche Saint Pierre, à droite Moïse portant les tables de la loi. Sur les vitraux à l'intérieur on voit Saint Hilaire et en face de lui, à l'autre bout de l'église, une représentation de la trinité (car Saint Hilaire était très actif dans la défense de la doctrine de la trinité, critiquée à son époque).

Préfecture

La préfecture d'Agen est installée dans l'ancien palais épiscopal, construit de 1775 à 1783 par l'évêque Jean-Louis d'Usson de Bonnac afin de remplacer le précédent évêché, vieille construction féodale tombée en ruines. Elle fut construite sur les plans de l'architecte Leroy, élève de Soufflot. Ravagée par un incendie accidentel le 21 octobre 1904, elle fut reconstruite en 1909.

Marché couvert

Epaisse construction de béton abritant une galerie marchande surmontée d'un parking automobile à étages, le marché couvert d'Agen n'offre d'intérêt que par les deux monuments auxquels il a succédé : 1- La cathédrale Saint-Étienne d'Agen, vaste basilique commencée au et dont la construction, sans cesse interrompue par le manque d'argent et les Guerres de Religion, ne fut jamais véritablement achevée. Son manque de grâce extérieure était compensé par une très grande richesse intérieure. Reconstruite à neuf par l'évêque Jean-Louis d'Usson de Bonnac, elle fut démantelée à la Révolution française et ses ruines définitivement abattues en 1835, sous la municipalité du comte Adolphe de Raymond. Saint-Étienne d'Agen fut assortie d'un campanile d'architecture fort curieuse : non adjacent à la cathédrale, construit sur une ancienne tour de la première enceinte d'Agen connue sous le nom de tour de l'Escuragno, il se présentait sous la forme d'une épaisse flèche en bois et en ardoises, à hourds, flanquée de quatre clochetons et surmontée d'une girouette. Cette flèche fut abattue en septembre 1793 tandis que la tour, vieille construction romane, fut abattue en 1885. 2- Le marché couvert d'Agen fut édifié en 1882, à l'initiative du maire Jean-Baptiste Durand sur l'emplacement de l'ancienne cathédrale Saint-Étienne d'Agen. Inauguré en 1884, il était l'œuvre de l'architecte Lhéritier et se présentait sous la forme d'une vaste construction de pierre et de métal, inspirée des halles de Paris construites par Baltard. Particulièrement aimé des Agenais, qui le jugeaient décoratif et bien adapté aux nécessités du marché local, il fut abattu sous la municipalité de Pierre Pomarède en 1970.

Tour du Chapelet

Située dans le voisinage immédiat de la cathédrale Saint-Caprais, cette tour est le dernier vestige de la deuxième enceinte d'Agen. Construite au , elle fut incorporée au dans le couvent du Chapelet, auquel elle servit de campanile. Le couvent fut rasé après la Révolution française et cette tour servit de prison à partir de 1815. À peu près carrée, bâtie en pierres de moyen appareil, elle comprend une vaste salle voûtée en berceau, surmontée de trois étages ajourés de fenêtres géminées et de fenêtres à meneaux. Longtemps laissée à l'abandon, elle a été restaurée et abrite aujourd'hui un cabinet d'architecture.

Passage sur la Garonne

Le passage sur la Garonne Passage piéton, la passerelle construite au a été récemment restaurée. Elle permet de traverser la Garonne à pied. Cette passerelle permet de relier la ville d'agen au village nommé "Le Passage".

Pont-canal d'Agen

Le Pont-canal d'Agen est le plus vieux pont d'Agen permettant de traverser la Garonne.

Patrimoine culturel

Théâtre

Sport

rightLe Sporting Union Agen est le grand club omnisports de la ville. Le SUA comprend notamment une section de rugby à XV (Sporting Union Agen Lot-et-Garonne) dont l'équipe fanion évolue en 2006-2007 Top 14 et compte 8 titres de champion de France (1930, 1945, 1962, 1965, 1966, 1976, 1982 et 1988). Les rugbymen utilisent le stade Armandie (12 000 places). Le section football du SUA (Sporting Union Agen Football) est plus modeste. Elle évolue cette saison en Championnat de France Amateurs 2. Les courses hippiques se tiennent sur l'hippodrome de la Garenne.

Jumelages

-
-
-
-
-

Voir aussi

===
Sujets connexes
Abdelatif Benazzi   Abside   Acteur   Agen   Agglomération   Agriculture   Airlinair   Albert Lebourg   Alfred Sisley   Alphonse de Poitiers   Amphithéâtre   Ancien Régime   Antoine Rigau   Aquitaine   Archéologie   Armand Fallières   Arrondissement d'Agen   Auch   Autoroute   Autoroute française A62   Aéroport Agen-La Garenne   Aéroport d'Orly   BMS   Baltard   Basilique   Bazens   Bergerac   Bernard Campan   Bernard Palissy   Bordeaux   Cahors   Cardinal (religion)   Cathédrale   Cathédrale Saint-Caprais d'Agen   Chambre de commerce et d'industrie de Lot-et-Garonne   Championnat de France Amateurs 2   Championnat de France de rugby à XV   Chef-lieu   Chemin de fer   Climat tempéré   Collégiale   Communauté d'agglomération d'Agen   Commune française   Condom   Coutume (droit)   Croisade   Diocèse d'Agen   Eauze   Entreprise   Estillac   Eugène Boudin   Farine   Faïence   Football   France   Francis Cabrel   Francisco Goya   Francs   Gare   Garonne   Gentilé   Georgette Plana   Gers   Gibraltar   Guerre de Cent Ans   Guerres de religion (France)   Gustave Caillebotte   Gustave Courbet   Gustave Eiffel   Halles de Paris   Henri III de France   Hippodrome de la Garenne   Hubert Herbreteau   Jasmin (Jacques Boé, dit)   Jean-Baptiste Camille Corot   Jean-Baptiste Cyrus de Timbrune de Thiembronne   Jean-Charles Descubes   Jean-François Millet   Jean-Louis d'Usson de Bonnac   Joseph-Barnabé Saint-Sevin dit L'Abbé le Fils   Joseph Chaumié   Joseph Juste Scaliger   Jules II   Le Tintoret   Leroy   Liban   Liste des généraux de la Révolution et du Premier Empire   Liste des évêques d'Agen   Lot-et-Garonne   Marguerite de France (1553-1615)   Maroc   Masse   Massif central   Mathieu Bandello   Meuble   Michel Serres   Montesquieu   Mézin   Nef   Normands   Nostradamus   Noël   Nécropole   Néolithique   Nérac   Oligarchie   Orage   Parti radical de gauche   Parti socialiste (France)   Passage   Peinture   Peste   Philippe III de France   Philippe Sella   Place forte   Producteur de cinéma   Prune (fruit)   Pruneau   Préfecture   Pyrénées   Roger Bissière   Roméo et Juliette   Rugby à XV   Réalisateur   Réforme   Révolution   Révolution française   Révolution industrielle   Scorbut   Sculpture   Section française de l'Internationale ouvrière   Sporting Union Agen   Sporting Union Agen Football   Sporting union Agen Lot-et-Garonne   Stade Armandie   Stéphane Rideau   Sucre   Syrie   Sète   Théâtre   Toulouse   Tournon-d'Agenais   Union pour la démocratie française   Vandales   Victor Baltard   Villeneuve-sur-Lot   Violoniste   Wisigoths  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^