Mouvement autonome

Infos
Le mouvement autonome se définit comme une lutte pour l’autonomie du prolétariat par rapport au capitalisme et à l’État, mais aussi par rapport aux partis et aux syndicats.
Mouvement autonome

Le mouvement autonome se définit comme une lutte pour l’autonomie du prolétariat par rapport au capitalisme et à l’État, mais aussi par rapport aux partis et aux syndicats.

Caractéristiques du mouvement autonome

Le mouvement autonome contemporain est apparu en Italie en 1973 sous le nom d' « Autonomia Operaia » (Autonomie ouvrière). Il fait donc référence au concept d'« autonomie ouvrière » ou d'« autonomie prolétarienne ». Le mouvement autonome se distingue par sa violence (émeutes ou lutte armée clandestine) et par un certain nombre de pratiques radicales comme le squat ou l’autoréduction. L’autoréduction consiste pour un groupe d’usagers à imposer par la force une baisse du prix d’un produit ou d’un service. Elle peut aller jusqu’à la gratuité et prendre la forme de véritables pillages de supermarchés. Les autonomes parlent alors de « communisme immédiat ».

Chronologie

Années 70

À partir de 1972 un groupe de militants italiens issus de l'opéraïsme, un courant marxiste ouvriériste né au début des années 1960, se réclament de l’autonomie ouvrière. Toni Negri et Oreste Scalzone sont les principaux leaders du mouvement en Italie.

1976

En France, le mouvement autonome apparait autour du groupe « Camarades », animé par Yann Moulier-Boutang qui a édité entre 1972 et 1973 la revue Matériaux pour l'intervention inspiré des thèses de l'opéraïsme italien.

1977

Assassinat le 23 mars de Jean-Antoine Tramoni par les NAPAP (Noyaux armés pour l'autonomie populaire), composés pour partie d'anciens militants de la Gauche prolétarienne. Jean-Antoine Tramoni était le vigile de Renault qui avait tué en 1972 un militant maoïste de la Gauche prolétarienne, Pierre Overney. Au cours de l’été, les NAPAP organiseront un certain nombre d’attentats antinucléaires avec l’aide de militants des GARI (Groupes d’action révolutionnaire internationaliste) comme Jean-Marc Rouillan. Le mouvement autonome s’organise dans l’APGA (Assemblée Parisienne des Groupes Autonomes). Il regroupe de nombreuses tendances : outre les militants de Camarades qui se réclament des idées de Toni Negri, on trouve aussi dans ce mouvement des membres de l’OCL (Organisation communiste libertaire), des individus se référant à l' « Autonomie désirante » autour de Bob Nadoulek, mais aussi des voyous, des squatters, et des marginaux (groupe Marge). Les autonomes se mobilisent en faveur des prisonniers de la Fraction armée rouge (Rote Armee Fraktion).

1978

Autodissolution de l’APGA.

1979

En Italie, le mouvement est écrasé par la répression. Plusieurs milliers de militants sont incarcérés. En France, les autonomes font surtout parler d’eux lors de la manifestation des sidérurgistes qui a lieu à Paris le 23 mars et qui se transforme en émeute. Apparition d'un nouveau groupe de lutte armée : Action directe. Ce groupe organisera jusqu'en 1987 plusieurs dizaines d’attentats sur tout le territoire. À noter que si ce groupe est composé de membres ayant participé au mouvement autonome français, ses pratiques (hiérarchisation etc) et ses théories politiques (dictature du prolétariat etc) seront d'inspiration marxiste-léniniste.

Années 80

Le mouvement autonome disparait en Italie sous les coups de la répression. Il est alors surtout présent en Allemagne. En France, il se retranche dans les squats parisiens mais apparait encore dans certaines émeutes :
- en 1980 autour de l'université de Jussieu
- en 1982 dans les Ardennes, à l'occasion des manifestations antinucléaires et de la mobilisation des sidérurgistes Les autonomes se mobilisent également beaucoup pour la libération des prisonniers.

Principaux collectifs

- Collectif Autonome Tolbiac (CAT, 1981-1982)
- Centre Autonome Occupé (CAO, 1983-1984)
- Coordination Autonome pour des Espaces Libérés (CAEL, 1983-1984)
- Narbé L'Hermitte (1987-1989)
- Squatters et Précaires Associés (1987-1989)
- Sans-Cravates (1989)

Médias et publications


- CAT Pages (1981-1982)
- Tout ! (1982-1985)
- Molotov et Confetti (1984)
- Radio Mouvance (1985)
- Radio Pirate (1986)
- Quilombo (1988-1993)

Principaux squats parisiens

- rue de l'Est (1981-1982)
- rue Piat (20, 1982-1983)
- rue des Cascades (20, 1982-1983)
- rue de Tlemcen (20, 1982-1983)
- L'Usine L’Utilisation subversive des intérêts nuisibles aux espaces (Montreuil, 1984-1985)
- rue Caplat (18, 1987-1989)

Années 90

1992

Le groupe « Apache » quitte le SCALP.

1993

- Naissance à Nancy de la revue Cette Semaine.
- Décembre : création à Paris de la Coordination des sans-abris (CDSA).
- Scission de la CNT. La CNT-Vingoles s'engage dans la voie du syndicalisme révolutionnaire, tandis que la CNT-AIT entame une réflexion critique sur l'anarcho-syndicalisme, qui va l'amener à se rapprocher des courants de l'autonomie ouvrière.

1994

Un collectif autonome est créé à l'occasion du mouvement anti-CIP : le « MARS » (Mouvement d'Action et de Résistance Sociale). La CDSA ouvre un squat avenue de Breteuil (7°) puis rue Saint-Sauveur (2). Apparition de « Travailleurs, Chômeurs, et Précaires en colère » (TCP). Une fusillade éclate à Paris entre la police et deux autonomes : Florence Rey, qui est arrêtée, et Audry Maupin, qui est tué en même temps qu’un policier et un chauffeur de taxi.

1995

Campagne contre les vigiles du métro (TRAUM, Tribune de Résistance Active des Usagers du Métro). Création durant la grève du mois de décembre du Collectif d'Aide aux Manifestants interpelés (CAMI). Parution de Tic-Tac : huit numéros jusqu'en 1997. « T...I...C, T...A...C..., T'es ici, t'en as assez, Tic-Tac, Si t'en as ta claque de tout ce mic-mac, Sois frénétique, freine pas l'attaque, Pas fanatique mais feinte l'attaque, Sois systématique, le système attaque, Pas trop plastique et place ta claque ».

1996

Collectif Des papiers pour tous : actions de solidarité avec les .

1997

Coordination de Résistance Et de Lutte Anti-Capitaliste (CRELAC)

1998

- Assemblée Générale des chômeurs de Jussieu
- Création du Collectif Anti-Expulsion (CAE)
- Disparition de Apache
- Parution de Karoshi : revue anti-travail contre le revenu garanti

1999

Parution de Tiqqun : "Organe conscient du Parti Imaginaire", revue de métaphysique post-situationniste

Années 2000

Dans le mouvement altermondialiste, les autonomes sont désignés sous le terme de « Black Block » en raison de leur tenue noire qui leur permet d’être plus difficilement identifiés par la police lors de leurs actions émeutières. En France, la mouvance autonome semble plus apparaitre comme une composante spontanéiste du mouvement libertaire.

2000

Création du collectif « Pour en finir avec toutes les prisons ». Publications :
- Tout le Monde dehors ! : « feuille d'info sur les prisonniers en lutte »
- L'Envolée (journal de prisonniers)

2002

Du 19 au 28 juillet, un campement No Border est organisé à Strasbourg, pour l'abolition des frontières et des nations, la liberté de circulation et d'installation, et l'arrêt des expulsions de .

2003

Autodissolution de « Pour en finir avec toutes les prisons » dans une éphémère « Coordination Anticarcérale Européenne ». Le 15 novembre, des affrontements opposent des autonomes au cortège du Parti Socialiste, à l'occasion de la manifestation du Forum Social Européen qui se déroule à Paris. La CNt-Vignoles s'interpose pour protéger le cortège du PS contre les autonomes. Début décembre, a la fin d'une manifestation de chômeurs, une centaine de militants investissent le Bon Marché et repartent avec des provisions pour fêter Noël. Des affrontements avec les CRS ont lieu a l'intérieur du magasin. En sortant, une tension continue de régner entre la police et les manifestants, qui mettront plus d'une heure a se disperser. Ouvrages :
- Appel (Appel à la création de communautés autonomes)
- Une Fièvre impossible à négocier : roman publié par Flammarion dans lequel Lola Lafon décrit de manière particulièrement romancée une histoire s'appuyant sur sa connaissance de la mouvance autonome parisienne Revues :
- Asymétrie : « bulletin communiste pour la guerre civile ».
- Macache : « Macache : expression de la négation, rien. Rien, parce que de cette société de classe il n'y a rien à vouloir, de sa démocratie rien à attendre, Rien, parce que face au capital, il n'y a rien à négocier, face à l'État rien à revendiquer. Rien, rien que la guerre sociale ! ».

2004

Campagne antisécuritaire à l'université de Nanterre. Publications :
- Meeting : "Revue internationale pour la communisation".
- Vidange : technophobie, squats, et lutte contre la répression.
- Mathieu Amiech et Julien Mattern, Le Cauchemar de Don Quichotte : sur l'impuissance de la jeunesse d'aujourd'hui, Editions Climats. Critique du mode de production industriel.

2005

Parution de Outrage : bulletin édité par Action-K (collectif de propagation de contre-culture). Parution du Riot Magazine : Revue papier à publication aléatoire, informations et pratiques insurrectionnelles.

2006

A Paris, durant le mouvement anti-CPE de mars 2006, l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) a été occupée durant quatre jours par plusieurs centaines de personnes, dont au moins 200 anarchistes et autonomes réunis en assemblée générale autonome. Le matériel d'enseignement et informatique a été saccagé, et les murs couverts de graffitis. Le tag "Mort à la démocratie" a notamment fait scandale auprès des médias.

2007

Un verdict de la cour d'appel de Copenhague rendu en août 2006 et obligeant l'évacuation du squat Ungdomshuset (Quartier de Norebro, Copenhague), ouvert depuis 1982 a entrainé une vague internationale de solidarité envers les squatteurs. Aussi le mouvement autonome européen s'est-il mobilisé partout sur le continent pour leur exprimer son soutien (occupations de consulats danois, manifestations devant les ambassades danoises, manifestations massives à Copenhague). Les manifestations qui ont dégénéré en émeutes le 16 décembre 2006 et le 1 mars 2007 ont donné lieu à de nombreuses arrestations d'anarchistes, de squatteurs, d'autonomes et de personnes proches de l'extrême gauche d'une vingtaine de nationalités différentes (dont quelques français). Les violentes émeutes qui ont suivit l'expulsion du squat par une unité antiterroriste de l'armée danoise (matin du 1 mars 2007) et qui se sont produites les soirs du 1, 2, 3 et 4 mars 2007 sont elles aussi à mettre en grande partie sur le compte du mouvement autonome européen (on compte quelques dizaines de blessés légers des deux côtés). Le squat Ungdomshuset a finalement été démoli le matin du lundi 5 mars 2007. Même si le mouvement de solidarité a été un échec, ces événements ont prouvé l'existence d'une certaine coordination autonome internationale, et ont par la même occasion démontré la puissance offensive de cette dernière. En Italie, Oreste Scalzone est de retour en février 2007 après 26 ans d'exil. En France, suite à l'élection de Nicolas Sarkozy, création d'Assemblées de résistance populaire Autonome à Caen et à Toulouse. Grève spontanée des jeunes ouvriers d'Airbus Toulouse, en opposition aux centrales syndicales. Vote de la grève des étudiants réunis en assemblée générale à l'université de Tolbiac (connue pour être un des derniers bastions anarcho-autonome). Publications :
- Bachibouzouk (Hiver 2006-2007)
- CNT-AIT Toulouse, L'anarcho-syndicalisme questionné (essai de synthèse pour la réactualisation des pratiques et idées anarchistes, à la lumière des expériences anarcho-syndicalistes, conseillistes et de l'autonomie ouvrière)
- Comité Invisible, L'Insurrection qui vient, La Fabrique, 2007

Voir aussi

===
Sujets connexes
Acratie (éditions)   Action directe   Affaire Rey-Maupin   Airbus   Anarchisme   Apache (revue)   Ardennes (département)   Autonomie   Autonomie ouvrière   Autoréduction   Caen   Camarades   Capitalisme   Collectif anti-expulsion   Communisme   Compagnie républicaine de sécurité   Copenhague   Des papiers pour tous   Extrême gauche   Fraction armée rouge   France   Février 2007   Gauche prolétarienne   Henri Lefebvre   Histoire du mouvement libertaire en France de 1968 à nos jours   Internationale situationniste   Italie   Jean-Marc Rouillan   Libertaire   Lutte anticarcérale   Lutte armée   Marge   Mars 2006   Marxisme   Marxisme autonome   Mouvement anti-CPE   Mouvement des chômeurs   Mouvement social   Nancy   Nicolas Sarkozy   No Border   Noyaux armés pour l'autonomie populaire   Noël   Opéraïsme   Oreste Scalzone   Organisation communiste libertaire   Paris   Parti politique   Parti socialiste (France)   Pierre Overney   Politique   Prolétariat   Renault (Groupe)   Squat (lieu)   Syndicat   Terrorisme   Tiqqun   Toni Negri   Toulouse   Travailleurs, chômeurs, et précaires en colère   Ungdomshuset   Université Paris X Nanterre   Yann Moulier-Boutang  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^