Mort

Infos
Faucheuse, une allégorie de la mort En biologie, la mort d'un être vivant est l'arrêt irréversible des fonctions vitales : assimilation de nutriments, respiration, fonctionnement du système nerveux central. On la distingue d'un arrêt temporaire (hibernation, congélation). Elle est suivie de la décomposition de l'organisme mort sous l'action de bactéries ou de nécrophages. Dans la plupart des spiritualités, la mort du corps est distinguée de la mort de l'esprit ou du
Mort

Faucheuse, une allégorie de la mort En biologie, la mort d'un être vivant est l'arrêt irréversible des fonctions vitales : assimilation de nutriments, respiration, fonctionnement du système nerveux central. On la distingue d'un arrêt temporaire (hibernation, congélation). Elle est suivie de la décomposition de l'organisme mort sous l'action de bactéries ou de nécrophages. Dans la plupart des spiritualités, la mort du corps est distinguée de la mort de l'esprit ou du moins n'est pas considérée comme une mort totale de l'individu. En particulier, du point de vue de certains ésotérismes, la mort du corps physique est due au détachement total du corps éthérique de celui-ci. La mort peut être vue comme la fin de la vie par opposition à la naissance, ou comme l'absence de vie. Dans le premier cas, le fait que le cœur puisse arrêter de battre pendant un moment avant d'être réanimé pose la question de la limite, ou de la transition entre vie et mort. Selon l'organisation mondiale de la santé animale, la mort désigne la disparition irréversible de l’activité cérébrale mise en évidence par la perte des réflexes du tronc cérébral. La mort cellulaire désigne l'arrêt des fonctions de base d'une cellule. Elle est qualifiée de programmée lorsqu'elle intervient après que le programme cellulaire commande l'arrêt général des fonctions cellulaires (on parle alors d'apoptose). La cellule peut aussi mourir par manque de nutriments ou d'oxygène, ou bien de lésions, provoquées par exemple par une action mécanique, thermique ou chimique extérieure, ou par l'utilisation des ressources propres de la cellule pour une autre fonction que sa fonction initiale dans le cas d'une infection virale.

Causes de la mort chez l'humain

La vie dépend du bon état d'organes dits vitaux, de leur capacité au sein de l'organisme à assurer un certain nombre de fonctions dites vitales : la respiration (au sens cellulaire, c’est-à-dire le processus de production d'ATP consommant du dioxygène), la digestion, la détoxication et l'excrétion (reins, foie, poumons), le contrôle nerveux et hormonal des organes, etc. Selon les altérations subies par les cellules, les organes ou l'organisme, lorsque ces fonctions vitales sont entravées, puis arrêtées, la mort survient pour cause :
- d'insuffisance respiratoire ;
- de dénutrition ;
- d'empoisonnement, par accumulation de substances toxiques normalement filtrées et excrétées par les reins et le foie ;
- arrêt de la fonction circulatoire cardiaque, le dioxygène n'arrive plus aux cellules qui ne peuvent plus respirer ;
- vieillesse, les défaillances cellulaires accumulées au cours des années deviennent trop importantes et les cellules restantes ne peuvent subvenir aux besoins de l'organisme.
- les attaques auto-immune, défaillance grave du système immunitaire

Le définition de la mort dépend de la définition du vivant

On peut se demander, ainsi que le biologiste et prix Nobel Jacques Monod l'a fait dans son livre Le hasard et la nécessité, ce qui définit le vivant. Cette question est d'importance puisque ne peut mourir, par définition, que ce qui est vivant. La question n'est pas triviale.

Organismes unicellulaires

On ne peut se contenter de la définition donnée plus haut pour les organismes unicellulaires, tels que les bactéries, levures, les champignons unicellulaires. En effet, ces organismes possèdent une forme de résistance aux variations de conditions extérieures : la spore. Pour ces organismes, le critère de la vie devient le suivant : la membrane cellulaire est intègre et sépare un milieu intérieur de composition différente du milieu extérieur. La mort est donc causée par la rupture de la membrane. La présence de cette forme de résistance explique la différence entre la pasteurisation et la stérilisation, seul ce dernier traitement tuant les spores. Il est intéressant de noter que les organismes unicellulaires meurent aussi de "vieillesse". Cela est assez bien documenté dans le cas des levures saccharomyces sp. Une cellule mère donne par division deux cellules filles. On a toujours pensé que ces cellules filles sont identiques entre elles. Ce n'est pas le cas. Il existe en effet sur l'une des cellules une cicatrice visible sur la membrane et reflet de la division qui vient de se produire. Au delà d'un certains nombre de ces cicatrices, la cellule ne peut plus se diviser : elle mourra de « vieillesse ».

Virus

Les virus se situent à la frontière entre le vivant et l'inerte. Ainsi, la question de la catégorisation d'un virus parmi les organismes vivants n'étant pas tranchée de manière satisfaisante, il est impossible de se prononcer sur la mort d'un virus en général. Cela dit, il existe différents types de virus, se situant plus ou moins du côté du vivant ou de celui de l'inerte. Par exemple, beaucoup de virus sont grosso modo du code génétique dans une membrane ayant la propriété de se fondre avec celle des cellules infectées. Ces virus peuvent être comparés à des livres attrayants, le texte étant le code génétique. Ils seraient donc, d'un point de vue biologique, plutôt du côté de l'inerte. Par contre, le virus ATV (Acidianus Two-tailed Virus) quand il sort de la cellule qui l'a produit a une forme de citron et deux bras lui poussent à chaque extrémité. C'est un processus actif, ce qui fait que ce virus est plus du côté du vivant que de l'inerte (Pour la Science, décembre 2006). Quant au virus mimivirus, il contient un code génétique plus important que certaines bactéries, et en même temps de l'ADN et de l'ARN. Les médicaments antiviraux se contentent d'empêcher les virus de se multiplier, par interférence avec la réplication du matériel génétique, formation de la capside ou prévention de la formation de virus complets. La prévention de l'encapsidation du code génétique du virus, ARN ou ADN, dans la capside virale est donc une manière d'inactiver un virus. Dès que les conditions sont à nouveaux réunies (présence d'une cellule hôte, absence d'antiviraux), le virus se multipliera à nouveau. Le problème se complique par la présence d'une forme silencieuse du virus au cours de laquelle le code génétique du virus s'intègre dans celui de l'hôte parasité. La destruction totale du virus implique la destruction de ce code.

Définition générale de la mort

On peut donc en conclure que la mort biologique est l'incapacité permanente d'un organisme à résister à son environnement. Cette définition permet de définir en miroir aussi ce qu'est la vie (dans sa définition la plus large) : la capacité à maintenir son intégrité malgré la pression de l'environnement (homéostasie). En termes d'entropie (niveau de désorganisation), il s'agit pour l'organisme de maintenir localement une entropie basse. Or l'entropie globale ne peut que être stable ou augmenter d'après les principes de la thermodynamique. L'organisme doit donc puiser dans son environnement (d'où la nécessité de respirer etc.). La mort intervient quand l'organisme ne peut plus puiser et maintenir son entropie basse. La principale source d'énergie sur Terre est la lumière du soleil qui permet la photosynthèse.

Définition médico-légale

La mort est le moment où le corps commence à se décomposer. Médicalement, certains états mènent irrémédiablement à la mort, alors même que des cellules du corps continuent à vivre. C'est le cas de la mort cérébrale. La mort cérébrale désigne l'arrêt des signaux électro-encéphalographiques du cerveau humain. C'est d'après ce critère que l'on constate le décès d'une personne en médecine légale. Cette définition légale est importante, car c'est elle qui va permettre des actes tels que le prélèvement d'organes pour la transplantation. On peut pour cette raison maintenir des personnes en état de mort cérébrale sous respiration artificielle, lorsque le cœur continue à battre spontanément : cela permet de maintenir les organes en bon état en vue d'un prélèvement. Cependant, cela donne aussi l'illusion aux proches que la personne est encore en vie. Mais dans la plupart des cas, le décès est constaté par un médecin par des signes cliniques caractérisant un arrêt cardio-circulatoire prolongé. Cela peut être un échec des tentatives de réanimation cardio-pulmonaire par une équipe médicale, ou bien la constatation par un médecin généraliste à domicile pour une personne que l'on sait en fin de vie (personne âgée ou bien souffrant d'une maladie diagnostiquée). En France, comme dans la plupart des pays développés, le médecin remplit alors un certificat de décès comportant la date et l'heure de la constatation de la mort, l'identité de la personne décédée, les causes suspectées, l'absence de contre-indication à une inhumation ou à une crémation.

Signes de la mort

Le premier signe de la survenue de la mort est l'arrêt cardio-respiratoire :
- la personne ne parle pas et ne bouge pas, elle ne réagit pas lorsqu'on lui parle et qu'on la touche ;
- on ne perçoit pas sa respiration même lorsque l'on est sûr que ses voies aériennes sont libres ;
- elle ne réagit pas aux insufflations ;
- les pouls centraux (carotidien ou éventuellement fémoral chez l'adulte et l'enfant de plus de un an, huméral chez le nourrisson) ne sont pas perçus — notons que ce critère n'est pas fiable en raison de la difficulté d'affirmer qu'un pouls est absent (notamment en raison du propre pouls de la personne qui contrôle, qui est renforcé par le stress). Mais ces éléments ne sont pas suffisants pour déterminer la mort (dans certains cas, une personne en arrêt cardio-respiratoire peut être réanimée). Il peut y avoir dans les secondes suivant l'arrêt cardiaque :
- une respiration d'agonie bruyante (stertoreuse), un râle (le gasp) ;
- des tremblements, provoqués par la libération de calcium. Très vite viennent s'installer :
- une pâleur provoquée par l'arrêt de la circulation sanguine, notamment visible au niveau des muqueuses (par exemple intérieur des paupières et des lèvres) ;
- une dilatation des pupilles (mydriase aréactive symétrique, personne dite « pleins phares ») ;
- une froideur (selon la température extérieure) ; la température interne est d'ailleurs une des manières de situer l'heure d'un décès récent. Le relâchement des muscles provoque une apparition de marbrures bleues sur la peau : les veines se dilatent, faisant apparaître la couleur du sang pauvre en dioxygène. Le relâchement des sphincters provoque également l'émission d'urine et de matière fécale. Vient ensuite les lividités (livor mortis, le sang s'accumulant vers le bas) puis la rigidité cadavérique (rigor mortis). La rigidité cadavérique apparaît 2 à 3 heures après le décès, puis disparaît au bout de 2 à 3 jours lorsqu'apparaît la putréfaction (en climat tempéré). Les signes de décomposition se caractérisent par une odeur nauséabonde caractéristique et par l'apparition de taches vertes sur la peau (apparaissant d'abord au niveau de l'abdomen), l'apparition de gonflements, puis par la dégradation visible du corps. Le corps peut également être dévoré par des animaux (vers, charognards) ; en climat tempéré et en présence d'insectes (mouches), la ponte suit la mort de quelques heures, les œufs éclosent au bout d'environ deux jours et les larves se transforment en insectes au bout d'environ deux semaines, selon la température. La putréfaction peut être interrompue ou retardée par le froid ou bien par des techniques d'embaumement, ainsi que par des techniques de thanatopraxie.

Mort et philosophie

Le triomphe de la mort Peinture de Pieter Bruegel l'Ancien (1562). La mort est un changement particulier, celui de l'Homme dans son principe. À ce titre on peut dire que seul l'Homme meurt. La plupart des philosophes s'accordent sur le fait que c'est la conscience de la mort qui caractérise l'Homme par rapport aux animaux. En paléontologie, la découverte de rites funéraires est un élément important pour déterminer le degré d'éveil social d'un hominidé. Cette conscience de la mort est un moteur de cohésion sociale (s'unir pour résister aux calamités, aux ennemis) et d'action (réaliser quelque chose pour laisser une trace). Elle est à l'origine de la réflexion métaphysique. C'est aussi ce qui donne la puissance symbolique à des actes tels que l'homicide et le suicide. La philosophie des Lumières en Europe, incitant à la maîtrise de la nature, suggère l'avènement d'une domination de la dégradation du corps de l'Homme. L'idée de la mort se déplace par ce fait de la sphère de la foi (mort fatalité) vers la sphère de la raison (mort accidentelle). Ce déplacement s'illustre par l'évacuation des morts hors de la cité et semble constituer l'espoir destinal de cette civilisation. Hegel explique le lien social, et notamment les relations maître/esclave, par la lutte à mort pour la reconnaissance. André Malraux fonde l'héroïsme humain dans la conscience de la fraternité des Hommes dans la mort, fraternité qui peut s'exprimer par des combats politiques (contre le fascisme par exemple) ou par des œuvres d'art. Charles Baudelaire trouve que le plus grand ennemi que l'on puisse avoir est l'ennui. Tôt ou tard nous devrons passer à autre chose. La mort vient nous délivrer de l'ennui et nous transporte vers une autre aventure, un autre système, une autre vie... Nous pourrons comme la plupart des dogmatiques nous baser sur une certaine vérité et vivre une vie pleine de foi et de conviction; toujours est-il que nous allons passer le rélais à quelqu'un pour vivre en Lui et avec Lui. Le bonheur véritable réside dans le changement, dans l'alternance de situation. La mort en elle-même ne signifie rien et ne doit nous faire peur; car la vie éternelle se trouve être un resassement, un perpetuel recommencemnt. La mort en elle-même n'est une fatalité mais une ouverture vers une autre vie et peu importe ce qu'elle peut être. Car qu'il le veuille ou non Il existera toujours et experimentera toutes les sortes de vies possible qu'il le veuille ou non. La vie est une partie de plaisir épicé par les difficultés, les douleurs et les pleurs. Toute la vie n'est qu'une histoire, un récit, un film...et quand elle prend fin il la rembobine.

Mort et religion

Animisme

Bouddhisme

Christianisme

En religion, les justes reçoivent la vision béatifique au cours de l'adoption surnaturelle. En Occident, le mot purgatoire traduit l'idée orientale du theosis : une période de purification des justes avant leur union. La privation éternelle de Dieu par le péché est appelée enfer. Françoise Romaine a vivement décrit cela. La théologie distingue le ciel inférieur du ciel supérieur : le ciel inférieur est le repos des justes alors que le ciel supérieur c'est Dieu lui-même. L'eschatologie chrétienne a réfléchi sur le sens de la mort et des fins dernières. Il y a un jugement immédiat de l'âme et un jugement dernier collectif.

Hindouisme

Islam

Les musulmans se sentant sur le point de mourir récitent la shahada. Après la mort, le corps est lavé et enveloppé dans des pièces de tissu blanc, trois épaisseurs pour les hommes, cinq pour les femmes, à la suite de quoi il est procédé à l'enterrement le plus tôt possible Le rite funéraire consiste à jeter de la terre sur le linceul (il n'y pas de cercueil), tandis que les personnes présentes récitent cet extrait du Coran: « De la terre, nous vous avons créé ; en elle nous vous ramènerons, et d'elle nous vous ferons sortir une fois encore ».

Jaïnisme

Judaïsme

Le judaïsme n'est pas explicite sur la vie après la mort. Il encourage une conduite juste au cours de la vie. Il voit le paradis comme étant le lieu de récompense des justes.

Autres religions

La Mort en tant que personnage symbolique

La haute teneur symbolique de la mort et la forte charge affective liée au décès d'êtres humains ont façonné l'imaginaire des Hommes qui ont créé un personnage, la Mort, qui vient chercher les gens au terme de leur vie. Deux représentations symboliques se démarquent : la douce et l'austère. La première se réfère à la douce mort qui libère des souffrances infinies auxquelles la vie nous oblige. La deuxième vient souligner le côté cruel, froid et irrémédiable qu'elle peut prendre lorsque les proches du défunt le pleurent.

Expressions

- la petite mort est un moment qui peut suivre l'orgasme et pendant lequel on peut paraître inconscient.
- avoir, ou faire quelque chose la mort dans l'âme : avec une extrême réticence.
- être mort de peur/de froid : être saisi par la peur/le froid au point de ne plus pouvoir agir, réfléchir, ou plus simplement être très affecté par cet état.
- mort aux rats : produit destiné à empoisonner les rats.
- trompe-la-mort : personne qui se comporte de manière inconsciente face au danger.
- donner la mort : tuer.
- se donner la mort : se suicider.
- trouver la mort : mourir (terme journalistique employé le plus souvent lorsque la mort est accidentelle, fait suite à un attentat ou concerne plusieurs personnes)
- avoir le droit/pouvoir de vie et de mort : posséder un pouvoir absolu (y compris au sens propre : être en mesure de donner la mort sans réserve ni justification).
- faire le mort : au sens propre, donner l'illusion d'être mort, généralement pour ne pas être tué ; au sens figuré, ne pas répondre aux injonctions, pour ne pas faire face à ses responsabilités.
- il n'y a pas mort d'Homme : ce n'est pas si grave que cela.
- la mort du petit cheval: la mort ou la disparition de quelque chose de beau, de bien ou de sympathique,
- être plus mort que vif : être très faible, après un événement qui a mis l'organisme à rude épreuve.
- porter le cadavre : être prêt à tout pour aider un ami même à porter un cadavre
- le petit chat est mort : dans « L'école des femmes » de Molière et dans « Le chat de la voisine » une chanson de de Yves Montant, thème sur le futile et l'important.
- mort de l'auteur concept relié au structuralisme et développé entre autre par Roland Barthes.
- la mort n'est pas le contraire de vie, mais le contraire de naissance; le contraire de vie entre la naissance et la mort est vie entre la mort et la naissance.

Statistiques

Les causes de mortalité sont un élément important de l'épidémiologie. En france elles sont suivies par un laboratoire de l'INSERM, le CEDPIC (Centre d'épidémiologie sur les causes médicales de décès ; Centre Collaborateur OMS) qui a notamment produit une base de donnée alimentée en 1968 (près de 18 millions de données, issues des certificats de décès (établis par les médecins lors du Constat de décès) et des bulletin de décès (faits par l'officier d'état civil en mairie).

Notes et références

Voir aussi

===
Sujets connexes
Acidianus Two-tailed Virus   Adénosine triphosphate   André Malraux   Antiviral   Apoptose   Arrêt cardio-circulatoire   Biologie   Bleu   Calcium   Capside   Cellule (biologie)   Cerveau   Charles Baudelaire   Cimetière   Congélation   Conscience   Constat de décès   Coran   Corps (biologie)   Crémation   Datation des cadavres   Deuil   Digestion   Dioxygène   Décomposition   Dénutrition   Embaumement   Entropie   Environnement   Eschatologie chrétienne   Esprit   Excrétion   Existence   Expérience de mort imminente   Faucheuse (allégorie)   Foie   Françoise Romaine   Froid   Gustave Flaubert   Hibernation   Homicide   Homéostasie   Immortalité   Jacques Monod (biologiste)   La Mort (mythologie)   Levure   Libération des voies aériennes   Matière fécale   Membrane (biologie)   Mimivirus   Molière   Mort aux rats   Mort cérébrale   Morts insolites   Mouche   Mydriase   Médecine légale   Métaphysique   Nature   Nutriment   Nécrophagie   Organisation mondiale de la santé animale   Orgasme   Oxygène   Paléontologie   Pasteurisation   Peine de mort   Philosophie   Photosynthèse   Pieter Bruegel l'Ancien   Poison   Pouls   Pour la Science   Prix Nobel   Prévention   Pupille   Purgatoire   Putréfaction   Péché   Rat   Rein   Respiration   Rite funéraire   Roland Barthes   Réanimation cardio-pulmonaire   SENS   Saccharomyces   Sang   Soleil   Sphincter   Spiritualité   Spore   Stertor   Stress   Structuralisme   Stérilisation (microbiologie)   Suicide   Système immunitaire   Système nerveux central   Température   Terre   Thanatologie   Thanatopraxie   Thermodynamique   Urine   Veine   Ventilation artificielle   Ver   Vie   Vie après la mort   Vieillesse   Virus   Vision béatifique  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^