Organisation communiste internationaliste

Infos
L'Organisation communiste internationaliste (ou OCI) a été fondée en 1965 à partir d'une scission du Parti communiste internationaliste datant de 1952. En 1952, Michel Raptis dit « Pablo », qui dirige alors le Secrétariat international de la IVe Internationale, préconise une tactique d'entrisme en direction des organisations staliniennes au niveau mondial, dans la perspective d'une troisième guerre mondiale qu'il pense imminente, et dont il estime qu'e
Organisation communiste internationaliste

L'Organisation communiste internationaliste (ou OCI) a été fondée en 1965 à partir d'une scission du Parti communiste internationaliste datant de 1952. En 1952, Michel Raptis dit « Pablo », qui dirige alors le Secrétariat international de la IVe Internationale, préconise une tactique d'entrisme en direction des organisations staliniennes au niveau mondial, dans la perspective d'une troisième guerre mondiale qu'il pense imminente, et dont il estime qu'elle va entraîner la radicalisation des PC. La majorité de la section française s'oppose à cette politique, et autour de Pierre Boussel, dit « Lambert », Marcel Favre-Bleibtreu, Marcel Gibelin ou encore Michel Lequenne, est exclue. Elle se réduit progressivement à ce qu'on appellera le « groupe Lambert ». Le 23 novembre 1953, il participe à la création du Comité international de la Quatrième Internationale (CI), qui deviendra (à la suite d'une scission), le Comité pour la reconstruction de la Quatrième Internationale (CORQI). En 1965, les progrès politiques et numériques réalisés par le groupe Lambert lui font proclamer l'OCI. L'OCI, dissoute le 12 juin 1968 en même temps que les autres organisations d'extrême gauche, devient un temps l'Organisation trotskyste, puis obtient du Conseil d'État l'annulation du décret. À la différence des autres partis et groupements qui se sont développés après 1968, l’OCI n’a jamais été mêlée aux mouvements féministes, écologistes, etc. En revanche, elle a longtemps été très influente au sein de syndicats tels que Force ouvrière (FO), la Fédération de l'Éducation nationale (FEN) ou encore l'Union nationale des étudiants de France (UNEF), dont elle a pris en charge la direction après la scission de 1968 et autour de laquelle se créera en 1981 l'UNEF-indépendante et démocratique. Ses détracteurs définissaient cette organisation trotskiste comme ayant un fonctionnement secret et centralisé, soucieuse d’étendre son influence plutôt que de se faire connaître dans les médias. Des ex-militants(es) ont, par le passé, parlé de l'hermétisme de l'organisation (utilisation des pseudos, cloisonnement hiérarchique), de ses méthodes très autoritaires pratiquées dans le cadre du « centralisme démocratique » imposé à ses membres, de ses groupes d'études à pensée unique (les GER, groupes d'études révolutionnaires), du temps d'investissement important demandé à ses militants et de l'obligation de rendre compte de son activité politique. L'OCI, quant à elle, s'est toujours défendu de ces attaques en parlant de la pluralité des idées, de droit de tendance, et faisant passer des communiqués de presse réguliers qu'elle disait boycottés par les médias. Parmi ses dirigeants les plus influents ou les plus connus, on a compté, outre Pierre Boussel (Lambert), l'historien Pierre Broué, Stéphane Just, Gérard Bloch, Jean-Christophe Cambadélis (dit « Kostas », aujourd'hui au PS), ou encore Jean-Jacques Marie. Lionel Jospin en a été membre des années 1960 à une date indéterminée, postérieure à son entrée au Parti socialiste ; il l'a longtemps nié avant de devoir l'admettre après plusieurs articles de presse en 2001. Appartenant aujourd'hui à l'UMP, Jean-Paul ALDUY, maire de Perpignan a également était membre de cette organisation. En 1981, lorsque l'OCI a repris le sigle de Parti communiste internationaliste, son organisation internationale, le CORQUI, comptait au niveau mondial près de 10 000 militants et de très multiples ramifications dans le monde et en France. Mais progressivement, après avoir été sur le plan numérique et organisationnel la principale organisation trotskyste au début des « années 1980 » en menant notamment une vigoureuse campagne pour le vote Mitterrand « dès le premier tour, pour chasser Giscard », les crises internes se succèdent. Voulant capter les nombreuses désillusions qui se développent au sein du PS et du PCF, le PCI prend l'initiative, à partir de 1984, avec des militants socialistes et communistes ayant rompu avec leur organisation, d'un Mouvement pour un parti des travailleurs. Mais le succès attendu ne vient pas. En 1984, Stéphane Just en désaccord avec cette orientation est exclu avec plusieurs militants. En 1986, Jean-Christophe Cambadélis emporte près de 400 militants dont l'essentiel de l'équipe dirigeant le syndicat étudiant UNEF-ID, avec son président Philippe Darriulat, au Parti socialiste. Cette scission anéantit l'influence du PCI dans les universités. En 1989, c'est le grand historien du trotskysme Pierre Broué qui est exclu avec plus d'une centaine de militants. En 1991, c'est le tour d'André Langevin rédacteur en chef de l'hebdomadaire Informations ouvrières d'être exclu avec un groupe de militants. En 1992, quatre membres du comité central dont Pedro Carrasquedo et Alexis Corbière, responsable du travail jeune, sont exclus avec plus de 150 militants. La même année, le PCI avait été dissout et transformé en Courant communiste internationaliste au sein du Parti des travailleurs. L'organisation a longtemps édité un hebdomadaire Informations ouvrières (repris aujourd'hui par le Parti des travailleurs), ainsi qu'une revue théorique, La Vérité. L'influence politique de ce courant est aujourd'hui faible, même si elle reste très importante dans les milieux syndicaux et particulièrement au sein de la confédération FO mais aussi dans la CGT. Sans conteste, il regroupe encore quelques milliers de militants. En 1988 et en 2002, il a été capable de rassembler plus de 500 signatures de maires pour présenter un candidat à l'élection présidentielle. Mais alors que les organisations trotskystes gagnaient une audience inédite lors de l'élection présidentielle de 2002, le candidat du PT réalisait un score insignifiant. Généralement, depuis 1988, le PT n'appelle plus à voter pour d'autres formations politiques de gauche lorsqu'il ne présente pas de candidat, et n'appelle pas à voter pour le candidat de gauche au second tour contre la droite. Le principal dirigeant de ce courant politique est aujourd'hui Daniel Gluckstein.

Voir aussi

- Boris Fraenkel

Bibliographie

- Philippe Campinchi, Les Lambertistes : un courant trotskiste français, éd. Balland, 2001, ISBN 2715813848
- Stéphane Just, Ce qu'est l'OCI, Selio, 1978.
- Jean-Jacques Marie, Le trotskysme et les trotskystes.
- Benjamin Stora, La dernière génération d'Octobre, éd. Stock, coll. « Un ordre d’idées », 2003, ISBN 2234056209 Catégorie:extrême gauche française Catégorie:Ancienne organisation trotskiste Catégorie:Ancien parti communiste de France en:Internationalist Communist Organisation ru:Международная коммунистическая организация (Франция)
Sujets connexes
Années 1960   Benjamin Stora   Boris Fraenkel   Confédération générale du travail - Force ouvrière   Daniel Gluckstein   Extrême gauche   FEN   France   Jean-Christophe Cambadélis   Jean-Jacques Marie   Lionel Jospin   Mouvement pour un parti des travailleurs   Parti communiste internationaliste   Parti des travailleurs (France)   Parti socialiste (France)   Pedro Carrasquedo   Philippe Darriulat   Pierre Boussel (politique)   Pierre Broué   Stéphane Just  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^