Jan Hus

Infos
Jan Hus ou Jean Huss est un théologien, un universitaire et un réformateur religieux tchèque. Son excommunication, en 1411, sa condamnation par l'Église pour hérésie, puis sa mort sur le bûcher, en 1415, lors du Concile de Constance, enclenchent un processus qui mène à la création de l'Église hussite puis aux croisades contre les hussites. Le Protestantisme voit en lui un précurseur. La langue tchèque lui doit sa diacritique (le háček). Les Tch
Jan Hus

Jan Hus ou Jean Huss est un théologien, un universitaire et un réformateur religieux tchèque. Son excommunication, en 1411, sa condamnation par l'Église pour hérésie, puis sa mort sur le bûcher, en 1415, lors du Concile de Constance, enclenchent un processus qui mène à la création de l'Église hussite puis aux croisades contre les hussites. Le Protestantisme voit en lui un précurseur. La langue tchèque lui doit sa diacritique (le háček). Les Tchèques ont fait de lui l’allégorie de leur nation face à l'oppression catholique, impériale et allemande : c'est un héros national commémoré, chaque 6 juillet, jour de sa mort sur le bucher, par un jour férié.

La Bohême et la Chrétienté à la charnière des XIV et XV siècles

Le , Charles IV, obtient pour son fils le margraviat de Brandebourg, et avec lui, le titre de Prince-Électeur attaché à cette possession. En 1376, il obtient des Princes-Électeurs l'élection de son fils en tant que roi des Romains, futur empereur du Saint-Empire. L'autorité de Charles est suffisante pour établir une succession dynastique, fait rarissime jusqu'alors dans les élections au titre impérial. Venceslas succède à son père le . Dans le cadre de l'héritage, le margraviat de Brandebourg va à son frère cadet Sigismond, son autre frère, Jean obtient la marche de Lusace; la Moravie va à ses cousin Jobst et Procope. 1378 est l'année fatidique du début du Grand Schisme d'Occident, l'Église traverse une crise morale, éthique et financière sans précédent. Cette même année, en ce qui concerne la Bohême, Jean de Jenstein devient archevêque de Prague et il entre rapidement en conflit ouvert avec l'empereur et roi de Bohême Venceslas sur la question des investitures. Ce conflit débouche, en 1393, sur la mise à mort de Jean Népomucène, trop fidèle soutien de l'archevêque de Bohême, par des hommes d'armes du roi. Le nœud du conflit a été la nomination de l'abbé du riche monastère de Kladruby que le roi réservait pour un protégé. La mort de Jean de Nepomuk entraine l'union seigneuriale, une rébellion des nobles tchèques, qui dure de 1394 à 1402. Les nobles bohémiens ligués font emprisonner leur roi en 1394 et nomment son cousin Jobst de Moravie, régent du royaume. Grâce à l'intervention de son frère Sigismond, il est libéré et remonte sur le trône (en échange de quoi, Venceslas, sans enfant, reconnait Sigismond comme son héritier). Mais à cause des problèmes en Bohême, Venceslas délaisse les affaires de l'Empire, une foule en colère lui fait face lors de la Diète de Nuremberg (1397) et lors de celle de Francfort (1398). On lui reproche ses soûleries, son incompétence et surtout de ne rien faire pour mettre un terme au Grand Schisme : il est, fait rarissime, démis de son titre impérial en août 1400 par les Princes-Électeurs, en faveur de Robert Ier dont Venceslas refuse de reconnaitre la légitimité. De 1402 à l'automne 1403, Venceslas se retrouve de nouveau en prison à Vienne, cette fois-ci sur décision de son benjamin, Sigismond et toujours avec le soutien de la noblesse tchèque. Il en est libéré grâce à Johann von Liechtenstein, accompagné d'une bande armée. C'est dans ce cadre trouble, tant au niveau politique que religieux, que Jan Hus étudie puis prêche et enseigne.

L’universitaire

Jan Hus étudie à l'Université de Prague où il obtient sa licence en 1393 et la maitrise en arts libéraux en 1396. En 1400, il est nommé professeur à l'université, ordonné prêtre et il commence à prêcher à l'église de Saint-Michel. En 1401, il devient doyen de la faculté de philosophie et, un an plus tard, recteur de l'université de Prague.

Un linguiste économe

En linguistique, dans De orthographia bohemica (De l'orthographe du tchèque), Jan Hus invente une orthographe utilisant des diacritiques comme le point suscrit, devenu ensuite le háček pour noter ce que les langues slaves considèrent grammaticalement comme des consonnes molles. il préconise l'usage de l'accent (au lieu du redoublement des voyelles) pour noter les voyelles longues. À l'époque, le papier ou le parchemin est un produit de luxe et économiser de l'espace lors de l'écriture constitue une économie précieuse. Comparez sch et š - tsch et č. Cette diacritique, adoptée par le croate, le slovaque et le slovène, est parfaitement adaptée au slave, à sa grammaire, ses flexions. Globalement, elle correspond, dans l'alphabet latin, aux modifications apportées par Cyrille et Méthode au grec lorsqu'il créent l'alphabet glagolitique avec lequel maitre Hus a pu se familiariser au cloître d'Emmaüs de Prague, fondé le , qui est alors un centre important de la culture et de la liturgie en vieux slave.

Recteur d'une université divisée

Prague est capitale du Saint Empire romain germanique et son université, véritablement internationale, est divisée en sections (aussi appelées « nations ») bavaroise, tchèque, saxonne et polonaiseNotons l'équilibre entre les nations slaves et les allemandes.. Chacune des nations dispose d'une voix lors des votes décisifs sur l'administration de l'université. En 1407, l'archévêque de Prague est chargé par le pape Grégoire XII d'interdire la diffusion des thèses hérétiques de John Wyclif. L'université (le système éducatif est alors religieux et dominé par l'Église) condamne comme hérétiques les théories de Wyclif, dont on sait qu'elles ont été introduites en Bohême un vingtaine d'années auparavant : en 1381 son opinion sur l'eucharistie est débattue par Mikuláš Biskupec et, en 1393, c'est l'archévêque de Prague, Jean de Jenstein, qui prêchait contre les idées wycliffiennes au regard de la richesse (ou plutôt de la pauvreté nécessaire) de l'Église. Jan Hus avait traduit le Trialogus de Wyclif en tchèque Sans doute ramené en Bohême par Jérôme de Prague, dont on sait qu'il en avait fait une copie lors de son séjour à Oxford.. Il louvoie entre son allégeance envers l'Église et son idéal wycliffien : le , la nation tchèque de l'université de Prague (sous la houlette de Hus) rejette publiquement les articles de Wyclif mais souligne que, correctement interprétés dans leur contexte, ces articles ne sont pas totalement hérétiques. L'archévêque de Prague, benoitement, écrit au pape Grégoire XII qu'il n'y a pas d'âme errante en Bohême. Les autres nations décident de se ranger fermement auprès de Grégoire XII mais Hus utilise, pour défendre son idéal, l'opposition du roi Venceslas à Grégoire XIILe roi Venceslas a été dépossédé, en 1400, de la dignité impériale - son appel au pape pour invalider la décision des princes-électeurs, était resté sans effet. et obtient, en 1409, que la nation tchèque eut trois voix lors des votes décisifs sur l'administration de l'université, les autres nations n'en bénéficiant que d'une voix chacune. Cette décision, appelée aussi décret de Kutná Hora, provoque le départ des professeurs allemands qui contribuent à la fondation de l’université de Leipzig en mai 1409. L'université de Prague perd alors la majorité de ses étudiants et de sa faculté et décline pour devenir un établissement au rayonnement tout au plus national. Pendant quelques décades, aucun titre n'est distribué. Il faut attendre l'empereur Sigismond puis surtout Rodolphe II qui refait de Prague sa capitale, pour voir l'université renaitre de ses cendres.

Le théologien

Le Chapelle de Bethléem où Hus prêche. Influencé par l'Anglais John Wyclif, il s'interroge sur les conséquences pratiques de l'obéissance au Christ, prononce des sermons, en particulier au sein de la Chapelle de Bethléem, à Prague, contre ce qu'il appelle les erreurs du catholicisme et se consacre à la réforme de l'Église. Il se trouve bientôt à la tête d'un mouvement national de réforme et prend publiquement la défense des écrits de John Wyclif condamnés par une bulle pontificale en date du qui ordonne la destruction des ouvrages de Wyclif et l'interdiction de prêcher sa doctrine. Jan Hus fait appel au « pape de Pise » Alexandre V mais en vain.

Indulgences

Alexandre V meurt en 1410, Jean XXIII lui succède et entreprend, en 1411, une croisade contre le roi Ladislas Ier de Naples, protecteur du « pape de Rome » Grégoire XII (Ladislas avait surtout envahit Rome et est l'allié des Colonna). Cette croisade doit etre financée et les indulgences sont un moyen pratique pour la papauté pour lever des fondsÀ l'époque, comme le souligne l'article Grand Schisme d'Occident, avec trois papes en titre, ce sont trois administrations parallèles qu'il convient de financer, des « voix » et des soutiens qu'il convient d'acheter.. Hus s'élève contre ce « trafic » dans son adresse Quaestio magistri Johannis Hus de indulgentiis, quasiment une copie conforme du dernier chapitre du De Ecclesia de Wyclif. Le pamphlet hussite déclare qu'aucun prêtre, qu'aucun évêque, aucun religieux ne peut prendre l'épée au nom du Christ; ils doivent prier pour les ennemis du Christ et bénir ceux qui le combattent. Le repentir de l'homme passe par l'humilité, pas l'argent ni les armes ni le pouvoir. Remarquable orateur, il provoque l’émeute du peuple de Prague qui est durement réprimée. Le , un cortège d’étudiant conduit par le disciple de Hus, Jérôme de Prague, va clouer au pilori la bulle du pape et la brûle ensuite. Trois étudiants, qui ont interrompu un prêtre pendant qu’il prêchait l’achat d’indulgence, sont exécutés à la hache. Les docteurs de la faculté de théologie répondent contre Hus.

Excommunication

Excommunié le par Grégoire XII, Hus en appelle au jugement du Christ, instance inconnue du droit canonique. Il ne limite pas aux seuls autorités écclésiastiques ses diatribes. Hus entre, cette année-là, en conflit avec le roi de Bohême Venceslas IV, qui avait autorisé des envoyés du pape à vendre des indulgences pour l'organisation d'une croisade contre le roi de Naples. Persona non grata à Prague, Jan Hus se retire au château de Kozí Hradek, dans le sud de la Bohême, afin d’y rédiger son ouvrage De ecclesia et un Explication des Saints Évangiles (1413).

Le Concile de Constance

Évêques, cardinaux et pape(s) lors d'un débat du Concile. Chronik des Konzils von Konstanz d’Ulrich Richental, un bourgeois de la ville. Vient le Concile de Constance, dont l'antipape Jean XXIII a signé la convocation. Hus s'y rend, muni d'un sauf-conduit signé de Sigismond Ier du Saint-Empire afin d'y défendre ses thèses.

Arrivée à Constance et débuts du Concile

A Constance, ont accouru, en grand apparat, les représentants des grandes nations catholiques, tous les prélats et les princes que compte la Chrétienté, y compris des orthodoxes, des lithuaniens, des coptes. Le premier but du Concile, réuni sous la pression de Sigismond, n'est pas de le juger, mais de mettre fin à ce scandale que représente le Grand Schisme d'Occident. Trois « papes » se disputent le trône de saint Pierre, Grégoire XII, « pape de Rome », Jean XXIII, « pape de Pise » et Benoît XIII, « pape d'Avignon ». Hus part le et arrive le à Constance. Le jour suivant, un bulletin sur les portes des églises annonce que Michal de Nemecky Brod sera l'opposant de Hus « l'hérétique ». Il est tout d'abord libre de ses mouvements mais, de peur de le voir s'échapper, le , il est enfermé dans un monastère dominicain de la ville. Le sauf-conduit impérial, apparemment, ne s'applique pas (ou plus) légalement aux hérétiques… Peu auparavant, le , Jean XXIII nomme trois évêques pour entamer les investigations contre Hus. Sous la pression impériale, le mode de scrutin est changé : non pas une voix par cardinal (ce qui avantage considérablement l'Italie) mais une voix par nation (ce qui apporte une solution inédite au problèmes nationaux qui déchirent alors l'Église). Le , comprenant qu'il perd le soutien impérial, Jean XXIII s'enfuit. Le , le concile adopte le décret Hæc sancta, affirmant la supériorité du concile sur le pape. Les questions institutionnelles en passe d'être réglées, le procès de Hus peut reprendre.

Le procès de Jan Hus

Au premier rang des censeurs de Jan Hus, outre le cardinal Pierre d'Ailly et son disciple Jean de Gerson, doctor christianissimus et chancelier de l'Université de Paris, se trouvent les grands inquisiteurs, secondés par les plus brillants canonistes romains. Les juges procèdent à des interrogatoires ex-cathedra, Hus n'a que trop rarement la parole, malgré tout il arrive à désarçonner ses accusateurs. Peu à peu, les débats quoique fort confus, tournent à l'avantage du réformateur. Au cachot, après des semaines d'interrogatoires incessants, Jan Hus ne faiblit pas et parle comme le feront plus tard les premiers protestants : « Dieu et ma conscience sont mes seuls témoins, jamais je n'ai prêché ni enseigné les choses que les témoins invoquent contre moi ». Condamné comme hérétique à être brûlé vif, il s'écrie : « Seigneur Jésus-Christ, pardonne à tous mes ennemis ». La censure passera au crible ses ultimes lettres, écrites de sa cellule, à ses amis de Prague. Hus au bûcher.

Le bûcher

Le , selon le jugement, Jan Hus doit être « réduit à l'état laïc » : le bourreau lui arrache publiquement les vêtements. Coiffé d'une mitre de carton sur laquelle sont peints des diables, il est emmené vers le bûcher au milieu d'une foule partagée entre colère et délire : on le lie au poteau, entouré de paille humide et de fagots, et le feu est mis au bûcher. Tandis que montent les flammes, Jan Hus aurait chanté : « Christ, Fils du Dieu vivant, aie pitié de moi ». Enfin, comble de ce martyre, l'aide-bourreau réduit ses os brûlés en poussière que l'on va jeter dans les eaux du Rhin car selon le jugement : « de Jan Hus, il ne doit rien rester ». Son ami Jérôme de Prague, qui était venu le soutenir, s'exclamera : « On a pu le brûler, mais on ne brûle pas la vérité ». Las, il subira le même sort, le 30 mai 1416.

Guerre hussites

Les croisades contre les Hussites, événement de première grandeur dans l'histoire européenne, commencent : un peuple révolté va s'organiser militairement pour tenir tête 25 ans durant aux armées européennes coalisées. La supériorité militaire et technique d'une armée de volontaires élisant leurs chefs, Jan Žižka puis Procope le Chauve, dans le cadre d'une idéologie égalitariste voire communiste, est le précédent immédiat du protestantisme européen, l'exemple que tous les chefs protestants ont médité, la crainte que nourrissent toutes les chancelleries et évêchés depuis ce temps.

Son apport

la statue monumentale de Jan Hus sur la place la Vieille-Ville de Prague. Ses disciples le considèrent comme un patriote et un martyr de la nation tchèque et de la foi chrétienne. Précurseur de la Réforme, sa mort déclenche une véritable révolution religieuse, politique et sociale qui secoue la Bohême et la Moravie pendant encore des décennies.

Annexes

Notes et références

Bibliographie

- Jean Hus. Témoin de la vérité, par Amedeo Molnar, 1978, Éditeur / Edition : Bergers et Mages, ISBN 2853040518
- BOULIER Jean, Jean Hus, Editions Complexe, 1958 ===
Sujets connexes
Alexandre V (antipape)   Allégorie   Alphabet glagolitique   Anabaptisme   Arts libéraux   Bavarois   Benoît XIII (antipape)   Bohême-du-Sud   Bûcher   Catholicisme   Chapelle de Bethléem   Charles IV du Saint-Empire   Chrétienté   Cloître d'Emmaüs   Concile de Constance   Constance (Allemagne)   Croate   Croisade   Croisades contre les Hussites   Cyrille et Méthode   Diacritique   Diacritiques de l'alphabet latin   Doyen   Droit canonique   Excommunication   Grand Schisme d'Occident   Grégoire XII   Hatchek   Hérésie   Indulgence   Inquisition   Investiture   Jan Žižka   Jean Népomucène   Jean XXIII (antipape)   Jean de Gerson   Jean de Goerlitz   Jobst de Moravie   John Wyclif   Jour férié   Jérôme de Prague   Jésus de Nazareth   Ladislas Ier de Naples   Linguistique   Marche de Lusace   Margraviat de Brandebourg   Martyr   Orthographe   Papauté d'Avignon   Persona non grata   Pierre (apôtre)   Pierre d'Ailly   Point suscrit   Polonais   Prague   Prince-Électeur   Protestantisme   Prêtre catholique   Recteur   Robert Ier du Saint-Empire   Roi des Romains   Réforme radicale   Révolution   Sauf-conduit   Saxons   Sigismond Ier du Saint-Empire   Slovaque   Slovène   Socinianisme   Tchèque   Union seigneuriale   Université Charles de Prague   Université de Leipzig   Venceslas Ier du Saint-Empire   Vieux slave  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^