Pierre (apôtre)

Infos
Simon, fils de Jonas, dit Simon-Pierre ou saint Pierre, né au début de l'ère chrétienne en Galilée et mort vers 65 à Rome, est l'un des douze apôtres du Christ, parmi lesquels il tient une position privilégiée, il est le chef de l'Eglise fondée par Jésus de Nazareth. Il est le premier évêque de Rome, ce qui fonde la primauté épiscopale dont le pape actuel est 264ème sucesseur. Son personnage a suscité un grand nombre d'œuvres
Pierre (apôtre)

Simon, fils de Jonas, dit Simon-Pierre ou saint Pierre, né au début de l'ère chrétienne en Galilée et mort vers 65 à Rome, est l'un des douze apôtres du Christ, parmi lesquels il tient une position privilégiée, il est le chef de l'Eglise fondée par Jésus de Nazareth. Il est le premier évêque de Rome, ce qui fonde la primauté épiscopale dont le pape actuel est 264ème sucesseur. Son personnage a suscité un grand nombre d'œuvres artistiques, en particulier dans l'Occident latin. clefs du salut des âmes et du Paradis (Saint-Pétersbourg)

Pierre dans le Nouveau Testament

Saint Pierre par Guido Reni De son vrai nom Simon ou Siméon, fils de Jonas, il est, selon les Évangiles, originaire de Bethsaïde, marié et pêcheur sur le lac de Tibériade en Galilée. Avec son frère André, il décide de suivre Jésus (Mt 4, 18) qu'il accueillera dans sa maison de Capharnaüm. Il recevra de lui le nom de « Képha » (Jn 1, 42 ; Mc 3, 16), mot qui signifie en araméen « rocher » traduit par Πετρος, « pierre », en grec, ce qui a donné Petrus en latin, puis Pierre en français. Pierre est toujours cité en premier parmi les apôtres (Mc 3, 16; Ac 1, 13). A plusieurs reprises, dans les récits, Jean et Paul reconnaissent sa prééminence. Ainsi, il manifeste sa foi au nom de tous les disciples : « Et vous, leur demanda-t-il, qui dites-vous que je suis ? Pierre lui répondit : Tu es le Christ. » (Mc 8, 29). De manière spécifique, l'Évangile de Matthieu rapporte que Jésus l'a explicitement considéré comme étant le fondement de son Église : « Et moi je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église » (Mt 16, 18). Pierre a assisté et participé à plusieurs miracles ou évènements majeurs de la vie du Christ, comme la marche sur les eaux (Mt 14, 28-31), la Transfiguration, l'arrestation de Jésus, son procès, puis sa Passion. Décrit dans les Évangiles comme enthousiaste mais parfois hésitant et faillible, il abandonne Jésus pendant la Passion malgré l'assurance qu'il avait manifesté auparavant : « Si tous viennent à tomber, moi je ne tomberai pas » (Mc 14, 29). Il a regretté amèrement ce reniement : « Et Pierre se souvint de la parole que Jésus lui avait dite : Avant que le coq chante deux fois, tu me renieras trois fois. Et en y réfléchissant, il pleurait. » (Mc 14, 72). A l'annonce par Marie de Magdala que le tombeau de Jésus avait été trouvé vide, il fut le premier à y entrer, Jean lui ayant laissé la préséance (Jn 20, 5s ; 21, 7). Par la suite, il bénéficia avant les douze d'une apparition du Christ ressuscité (1Co 15, 5). Lors de la dernière apparition du Christ à ses disciples, il reçoit la mission d'être le pasteur de l'Église : « Il lui dit pour la troisième fois : Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu ? Pierre fut attristé de ce qu’il lui avait dit pour la troisième fois : M’aimes-tu ? Et il lui répondit : Seigneur, tu sais toutes choses, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit : Fais paître mes brebis. » (Jn 21, 15-17). Les Actes des Apôtres le montrent dirigeant la communauté chrétienne. Après la Pentecôte, c'est lui qui prend la parole et commence la prédication du message chrétien. Lors du concile de Jérusalem, il prend position en faveur de l'admission des païens dans l'Église sans leur imposer les prescriptions mosaïques telles que la circoncision ; cependant Paul lui reprochera de ménager le point de vue des judaïsants menés par Jacques le mineur, « frêre du Seigneur », chef de la communauté de Jérusalem (Ac 21, 18) : « Mais quand Céphas vint à Antioche, je lui résistai en face, parce qu'il s'était donné tort. En effet, avant l'arrivée de certaines gens de l'entourage de Jacques, il prenait ses repas avec les païens ; mais quand ces gens arrivèrent, on le vit se dérober et se tenir à l'écart, par peur des circoncis.» (Ga 2, 11-12). Après cet incident, les Actes ne disent plus rien de sa vie, mais la Tradition apporte de nombreux renseignements.

La tradition du martyre à Rome

« La crucifixion de saint Pierre » par le Caravage La tradition de l'Église attribue à Pierre la direction de l'Église d'Antioche. Premier évêque de cette ville, une fête de « la chaire de saint Pierre à Antioche » est célébrée le 22 février depuis le . Il serait resté sept ans à Antioche. Le séjour de Pierre à Rome est attesté par la Première épître de Pierre : « L’Église des élus qui est à Babylone vous salue, ainsi que Marc, mon fils. » (1 P 5, 13) sous réserve d'admettre que le mot Babylone désigne de façon péjorative Rome en tant que ville corrompue et idolâtre, image familière aux lecteurs de la Bible. Il faut cependant noter que Babylone existait toujours à l'époque et, bien qu'elle avait perdu sa splendeur passéeStrabon , Géographie XVI, 5. Dion Cassius, Histoire romaine, 68, 30, elle était un centre important du judaïsmeFlavius Josèphe, Antiquités Judaïques, XV, II, 2.. Marc, qui est cité dans le verset, est l'auteur du deuxième évangile et a été l'interprète fidèle de Pierre, d'après Jean le Presbytre cité par Eusèbe de Césarée Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique III, 39, 15. Plusieurs textes antiques font allusion au martyre de Pierre, ainsi qu'à celui de Paul, qui se seraient produits lors des persécutions ordonnées par Néron. Le plus ancien de ces textes, la Lettre aux corinthiens de Clément de Rome datée de 96, ne cite pas explicitement de lieu, même s'il y a diverses raisons pour penser qu'il s'agit de Rome Clément de Rome, Lettre aux Corinthiens, V, 3-5.. Une vingtaine d'années plus tard, une lettre d'Ignace d'Antioche aux chrétiens de Rome comporte ces mots : « Je ne vous donne pas des ordres comme Pierre et Paul »« Lettre aux romains » in Les écrits des pères apostoliques, édition du cerf, 2001, p185 et s.. Un passage, de la fin du , cité par Eusèbe de Césarée, indique qu'à un certain Proclus, qui se vantait que sa patrie possédait la tombe de l'apôtre Philippe, le Romain Gaïus a répondu : « Mais moi, je puis te montrer les trophées des saints apôtres. En effet, si tu veux te rendre au Vatican ou sur la voie d'Ostie, tu trouveras les trophées de ceux qui ont fondés cette Église. »Histoire ecclésiastique II, 25, 7 ; le mot « trophée », du grec τροπαιον, monument de victoire, dans le contexte, désigne ici les tombes de Pierre et Paul où s'élèveront plus tard les basiliques qui leur sont dédiées. Eusèbe rapporte aussi les témoignages de Denys de CorintheHistoire ecclésiastique II, 25, 8 et de Zéphyrin de RomeHistoire Ecclésiastique V, 28, 3. Clément de Rome affirme que son martyre serait dû à une « injuste jalousie » et à la dissension entre les membres de la communauté chrétienneà rapprocher de ce que dit Paul en 1 Phil 1, 15 : Il y eut vraisemblablement dénonciation. Selon un apocryphe, les Actes de Pierre, il aurait été crucifié la tête vers le solAc Pierre 38.(d'où le nom de croix de Saint-Pierre donné à la croix latine inversée). Cette position est justifiée dans le texte par des considérations gnostiques liées à un mythe des origines..

Le tombeau de saint Pierre au Vatican : les fouilles archéologiques

Relique de Pierre dans la Basilique Saint-Pierre de Rome La tradition localise la tombe de Pierre au Vatican. L'empereur Constantin y a fait édifier la basilique Saint-Pierre, cela malgré les difficultés considérables du terrain, à flanc de colline, obligeant à d’énormes travaux de terrassement, et bien qu'il ait fallu modifier un cimetière. Les fouilles qui ont été effectuées au dans les Grottes du Vatican, ont mis en évidence, au-dessous de l'autel et à la verticale exacte du sommet de la coupole, un monument cultuel au-dessus d’une tombe, trouvée vide, du premier siècle (tombe thêta). Ce mémorial, qui serait le « trophée de Gaïus », est inclus dans un monument d'époque constantinienne. Sur l'un des murs de soutien (mur rouge) a été incisé un graffito dont subsistent les quatre caractères grecs ΠΕΤR, c’est-à-dire les quatre premières lettres du nom de Pierre, et au-dessous EN(I), ce qui serait, selon Margherita Guarducci, la forme abréviative de εν εστι, mot à mot « dedans est ». Jérôme Carcopino, qui défendait l'hypothèse d'un transfert temporaire des reliques lors de la persécution de Valérien, lisait au contraire EN(Δ), ενδει « il manque ». Une cachette aménagée sur un mur perpendiculaire (mur G) contenait les ossements d'un individu de sexe masculin âgé de soixante à soixante-dix ans, mais rien n'indique avec certitude qu'ils soient ceux de l'apôtre.

Rome, « Siège de Pierre »

salut des âmes et du Paradis Dans les Évangiles, aucun exégète ne conteste la prééminence de Pierre sur les autres disciples de Jésus ; son séjour et son martyre à Rome sont « quasi certains » comme disait l'exégète protestant Oscar Cullmann« Témoignage protestant » in Daniel-Rops, Histoire de l'Église du Christ , tome II, 1965. Ainsi, la prééminence de Pierre est reconnue par tous les chrétiens. Les difficultés entre les confessions chrétiennes, et en particulier entre catholiques et orthodoxes, sont dues à la définition exacte de cette prééminence : pour les catholiques, ils s'agit d'une primauté de juridiction, alors que pour les orthodoxes — mais aussi pour les anglicans, ils ne s'agit que d'une primauté d'honneur. Les difficultés entre catholiques et protestants sont dûes au refus de ces derniers de la transmission de cette prééminence à quelques successeurs que ce soit. Un des éléments en faveur de la « tradition romaine » de Pierre est l'absence de toute autre revendication de sa tombe par une autre cité antique. Les découvertes archéologiques faites au cours du n'apportent pas une certitude complète. À l'issue d'une campagne de fouilles, une tombe a été retrouvée en 1942 ; il s'agit d'une tombe que les chrétiens du considéraient comme celle de Pierre. Elle fut officiellement reconnue comme telle par le pape Paul VI en 1964.

Les écrits attribués à Pierre

Martyre de saint Pierre par Michel-Ange. Chapelle Paolina du Vatican

Textes canoniques

Dans le Nouveau Testament, deux textes sont attribués à Pierre : la Première et la Deuxième épître de Pierre. Leur auteur s'identifie nettement au premier apôtre : l'incipit de la première épître est « Pierre, apôtre de Jésus-Christ » (1P 1, 1), renforcé dans le corps de la lettre par les mots « témoin des souffrances du Christ » (1P 5, 1), et celui de la deuxième « Simon Pierre, esclave et apôtre de Jésus-Christ » (2P 1, 1). Il y a cependant des raisons de penser que la deuxième épître n'a pas été composée telle quelle par Pierre. Ce fait ne met pas en cause sa canonicité.

Écrits apocryphes

Un grand nombre de textes sont attribués à Pierre ou parlent de lui, mais ne sont pas reconnus comme canoniques par les Églises chrétiennes : les Actes de Pierredir François Bovon et Pierre Geoltrain, Écrits apocryphes chrétiens I, Bibliothèque de la Pléiade 442, Éditions Gallimard, Paris 1997, p. 1039-1114., dont la fin, dans une version remaniée, constitue la Passion de Pierre (dite du Pseudo-Linus)dir Pierre Geoltrain et Jean-Daniel Kaestli, Écrits apocryphes chrétiens II, Bibliothèque de la Pléiade 516, Éditions Gallimard, Paris 2005, p. 709-734., l’Évangile de Pierredir François Bovon et Pierre Geoltrain, Écrits apocryphes chrétiens I, Bibliothèque de la Pléiade 442, Éditions Gallimard, Paris 1997, p. 239-254., l’Apocalypse de Pierredir François Bovon et Pierre Geoltrain, Écrits apocryphes chrétiens I, Bibliothèque de la Pléiade 442, Éditions Gallimard, Paris 1997, p. 745-774., une Lettre de Pierre à Philippe, les Actes de Pierre et Andrédir Pierre Geoltrain et Jean-Daniel Kaestli, Écrits apocryphes chrétiens II, Bibliothèque de la Pléiade 516, Éditions Gallimard, Paris 2005, p. 521-538..

Fêtes de saint Pierre dans les Églises orthodoxe et catholique

La crucifixion de saint Pierre par Cimabue en l'Église d'Assise

La Saint-Pierre

La Saint-Pierre est fêtée par l'Église, aussi bien catholique qu'orthodoxe, le 29 juin, date à laquelle la tradition situe le martyre de Pierre, crucifié la tête en bas dans le cirque Maxime. C'est aussi la Saint-Paul, qui serait mort le même jour (soit la même année, soit deux à trois ans plus tard, selon les sources), décapité sur la route d'Ostie. L'apôtre des juifs et l'apôtre des gentils sont ainsi unis dans leur mort et leur fête : l'Église y voit un symbole de l'union ecclésiale.

Chaire de saint Pierre à Antioche

Le 22 février, la Tradition fête le premier siège épiscopal de Pierre. C'est dans cette ville du Moyen-Orient, à cette époque troisième grande ville de l’empire romain après Rome et Alexandrie, que Pierre ouvre son apostolat vers les gentils. La Tradition y voit aussi le lien intrinsèque qu'il y a entre les Églises latines et orientales. La fête de la chaire de saint Pierre est très ancienne, étant attestée avec certitude à Rome au article « Chaire de Pierre » in Dictionnaire de l'antiquité dir Jean Leclant, édition Puf, 2005, ISBN 2130550185. Pour autant, ce n'est qu'au que la « titularisation » du siège est effectuée, avec l'apparition de la deuxième fête en l'honneur du siège pétrinien.

Chaire de saint Pierre à Rome

Le 18 janvier, la tradition fête le siège romain du pontife : cette fête, qui semble d'origine gallicane, est adoptée dans le calendrier romain tardivement : elle est fixée par le Pape Paul V en 1557. C'est à cette époque que la fête de février est attribuée au siège d'Antioche. Après la réforme du calendrier qui a suivi le concile Vatican II, les deux fêtes ont été réunies au 22 février.

Fête de saint Pierre-aux-liens

Le 1 août dans l'Église catholique et le 16 janvier dans l'Église Orthodoxe sous le vocable « Chaînes de Saint Pierre ». Cette fête rappelle l'épisode raconté dans les Actes des Apôtres au chapitre 12 : Alors que Pierre est dans une prison de Jérusalem, un ange vient le délivrer et faire tomber ses liens. Il peut alors, croyant avoir rêvé, revenir chez ses amis, à leur grande surprise.

Fête de la dédicace des Basiliques Saint-Pierre et Saint-Paul

Le 18 novembre Les deux grandes basiliques romaines, consacrés à Pierre et Paul sont fêtées ensemble : C'est encore une fois l'occasion pour l'Église d'unir ses deux apôtres.

Pierre dans les arts et la littérature

Icône du du Monastère Sainte-Catherine du Sinaï

Architecture

Un grand nombre d'Églises ont été dédicacées à saint Pierre. La plus importantes et certainement la première en ancienneté est la basilique Saint-Pierre de Rome, bâtie sur la tombe de l'apôtre. Les autres églises construites, à toutes les époques et en tous les lieux, marquent souvent un attachement particulier à l'apôtre et à la papauté : c'est par exemple le cas lorsque Prosper Guéranger restaure l'abbaye de Solesmes.

Arts figuratifs

Une image représentant les visages des apôtres Pierre et Paul est gravée sur la « tombe de l'enfant Asellus » au Musée du Vatican, Rome. En peinture, l'une des premières figuration de Pierre est une icône du . Au cours des siècles le personnage reste un thème classique d'inspiration. Les épisodes évangéliques sont représentés mais on rencontre aussi couramment des scènes issues des textes apocryphes, telles sa crucifixion la tête en bas. Dans toute la chrétienté, les statues et les peintures représentant saint Pierre sont innombrables : il est traditionnellement montré comme un homme de forte stature, à la chevelure abondante, portant la barbe. Il peut être figuré debout, siégeant sur un trône, tirant des filets de pêche ou même pleurant, et souvent tenant en mains les clefs du paradis avec parfois un coq à ses pieds. Les statues de saint Pierre sont toujours présentes dans les églises cathédrales des diocèses.

Littérature

Les vies de saint Pierre sont multiples et diverses : la Légende dorée au Moyen Age, qui a eu un grand succès, va être une large source de l'iconographie chrétienne et un moyen efficace de faire connaître saint Pierre pour les prédicateurs de l'époque. Le roman historique Quo vadis ? de Henryk Sienkiewicz, dont l'action se place sous Néron, reprend une légende notée dans les Actes de Pierre (§ 35) : A la demande des chrétiens de Rome, Pierre quitte la ville pour fuir les persécutions et rencontre le Christ. Pierre demande : « Domine, quo vadis ? » (« Seigneur, où vas-tu ? ») et Jésus répond qu'il entre dans Rome pour y être crucifié à nouveau. Alors Pierre revient sur ses pas et affronte le martyre.

Cinéma

Le roman de Henryk Sienkiewicz, Quo vadis ?, a été porté à l'écran à plusieurs reprises. L'adaptation la plus connue est celle, sous le même titre, de Mervyn Le Roy (1951).

Annexes

Notes et références

Album Photo

Image:Kapernaum Ecclesia ex.jpg|Eglise catholique construite sur les vestiges de la maison de saint Pierre à Capharnaüm Image:Kapernaum Domus Petri.jpg|Vestiges antiques de la maison de saint Pierre sous l'église catholique de Capharnaüm

Bibliographie

;Généralités sur les débuts du christianisme
-Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, Cerf, coll. « Sagesse Chrétienne », 2003.
-Daniel-Rops, Histoire de l'Église du Christ, tome II, Fayard, 1965
-Odon Vallet, Petit lexique des idées fausses sur les religions, Paris : A. Michel, 2002 ; Une autre histoire des religions, Paris, Gallimard, 2001
-Malachi Martin, La saga des Papes, Paris, Exergue, 1999
-Alain Decaux, La révolution de la Croix, Néron et les chrétiens, Perrin, 2007, 322p. ;Ouvrages spécialisés
-Pierre Debergé, Saint Pierre, Paris, Éditions de l'Atelier, 2003, 156 p.
- Sous la direction de Raymond E. Brown, Karl P. Donfried et John Reumann Saint Pierre dans le Nouveau Testament, Cerf, 1974, 224 pages., epuisé.
-Margherita Guarducci : The tomb of St Peter, Hawthorn Books, 1960,

Filmographie

- 1951 : Quo Vadis de Mervyn LeRoy (persécution des premiers Chrétiens contemporains de Saint Pierre à Rome par l'empereur Néron) ===
Sujets connexes
Abbaye Saint-Pierre de Solesmes   Actes de Pierre   Actes des Apôtres   Alain Decaux   Alexandrie   André (apôtre)   Anglicanisme   Antioche   Apocryphes (Bible)   Apôtre   Babylone   Basilique Saint-Pierre   Bethsaïde   Bible   Capharnaüm   Chapelle Brancacci   Christianisme   Cimabue   Clef (serrurerie)   Concile de Jérusalem   Constantin Ier (empereur romain)   Critique textuelle   Daniel-Rops   Deuxième épître de Pierre   Dion Cassius   Empire romain   Eusèbe de Césarée   Filippino Lippi   Flavius Josèphe   Florence   Galilée (région)   Grottes du Vatican   Guido Reni   Henryk Sienkiewicz   Icône (religion)   Ignace d'Antioche   Incipit   Jacques le Juste   Jean (apôtre)   Jérusalem   Jérôme Carcopino   Jésus de Nazareth   Le Caravage   Lin (pape)   Liste des saints de l'Église orthodoxe   Liste détaillée des papes   Légende dorée   Malachi Martin   Marc (évangéliste)   Marie de Magdala   Martyre de saint Pierre   Masaccio   Masolino da Panicale   Mervyn LeRoy   Michel-Ange   Monastère Sainte-Catherine du Sinaï   Nouveau Testament   Néron   Odon Vallet   Oscar Cullmann   Pape   Paradis   Passion du Christ   Paul Poupard   Paul V   Paul VI   Paul de Tarse   Pentecôte   Philippe (apôtre)   Première épître de Pierre   Prosper Guéranger   Quo Vadis (film, 1951)   Quo vadis ?   Relique   Rome   Saint-Paul   Saint-Pétersbourg   Salut de l'âme   Strabon   Tibériade   Tradition (christianisme)   Transfiguration   Valérien   Vatican  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^