Enterobacteriaceae

Infos
Les entérobactéries (Enterobacteriaceae) constituent l'une des plus importantes s de bactéries, autant du point de vue quantitatif (plus d'une quarantaine de s) que du point de vue qualitatif. Elle regroupe ainsi de nombreux genres, très ubiquitaires, et ceux-ci sont fréquemment rencontrés en pathologie infectieuse ainsi que dans les bio-industries (fermentation de fromages et produits laitiers, alcools, traitements médicaux supplétifs, production de toxines
Enterobacteriaceae

Les entérobactéries (Enterobacteriaceae) constituent l'une des plus importantes s de bactéries, autant du point de vue quantitatif (plus d'une quarantaine de s) que du point de vue qualitatif. Elle regroupe ainsi de nombreux genres, très ubiquitaires, et ceux-ci sont fréquemment rencontrés en pathologie infectieuse ainsi que dans les bio-industries (fermentation de fromages et produits laitiers, alcools, traitements médicaux supplétifs, production de toxines à usage cosmétique, industrie pharmaceutique pour la fabrication d’agents antiviraux, analyse biologique de prélèvements médicaux ou vétérinaires pour isoler en culture les agents pathogènes, un grand nombre d’industries pour effectuer des mesures de niveau de toxicité biologique...).

Définition

On définit classiquement les entérobactéries par 7 critères (mais il faut faire attention, avec les remaniements de familles issues des nouvelles méthodes de la taxonomie, certains genres, ne répondant pas forcément à tous ces critères, font aujourd'hui partie de cette famille) :
- Bacilles Gram- de dimension moyenne (coccobacille, souvent polymorphe)
- Non exigeants (culture facile)
- Oxydase - (sauf Plesiomonas, Oxydase +)
- Nitrate réductase + (capables de réduire les nitrates en nitrites)
- Aéro-anaérobies facultatifs (capables de pousser en présence ou en absence de dioxygène)
- Fermentatifs du glucose (avec ou sans production de gaz)
- Immobiles ou mobiles par ciliature péritriche (très rares exceptions : Plesiomonas, ciliature polaire) Les différences entre les nombreux genres et espèces viennent de critères plus précis, comme la fermentation de différents sucres, la production ou non de sulfures, la présence ou l'absence d'enzymes du métabolisme (β-galactosidase, désaminases, décarboxylases), le type de fermentation (butan-2, 3-diol ou acides mixtes). Ces critères permettent de regrouper les différents genres en « groupes », rendant les démarches d'identification plus méthodiques et plus aisées, mais qui ne correspondent pas forcément à des réalités de proximité phylogénétique (puisque ce sont des critères uniquement phénotypiques, comme l'ancienne classification scientifique).

Ecologie

Habitat

Elles sont très répandues, certaines ne sont retrouvées que dans l'environnement, en particulier dans les milieux humides. La plupart des genres comportent des espèces pathogènes qui provoquent des troubles dont la gravité varie énormément d'une souche à l'autre. Certaines sont responsables de maladies des végétaux (phytopathogène) et d'autres pour l'animal. Ce sont des bactéries très ubiquitaires, c'est-à-dire qu'on peut les retrouver dans de nombreux écosystèmes :
- certaines espèces sont seulement saprophytes : milieux humides surtout, sols, eaux, végétaux, produits alimentaires,
- d'autres sont phytopatogènes : Erwinia, Pantoea,
- mais la plupart des espèces sont commensales, isolées dans l'intestin de l'homme et des animaux, d'où le nom d'entérobactéries. Elles se multiplient généralement aussi bien chez un hôte (commensales : Escherichia coli) que dans l'environnement (saprophytes : Serratia marcescens), bien que certaines s soient plus adaptées à l'un ou l'autre de ces habitats.

Les entérobactéries commensales

Elles sont les hôtes de l'homme et des animaux chez lesquels elles résident principalement au niveau de l'intestin. On peut cependant les retrouver dans la cavité buccale, les régions humides de la peau en particulier le périnée, les fosses nasales et les voies génitales féminines dans lesquels elles peuvent constituer une flore transitaire. Dans l'intestin, elles représente une fraction très importante de la flore aérobie de l'intestin. Elles se retrouvent en grand nombres au niveau du côlon (du ceacum au rectum), elle contribuent à la dégradation des résidus alimentaires et à la production de gaz intestinaux ; on parle de flore de fermentation. L'espèce Escherichia coli y joue un rôle prépondérant en raison de sa présence constante et de sa large prédominance sur les autres espèces, elle constiturait 80% dans la flore aérobie avec une concentration avoisinant les 10^8 E.Coli/g de selles terminales. D'autres espèces ont une présence moins marquée tel que Proteus et Klebsiella ainsi que Citrobacter, Hafnia, Providencia, Enterobacter... à la présence plus irrégulière. Les germes commensaux de l'intestin ou d'ailleurs peuvent être pathogènes par opportunisme (infections urinaires, surinfection ...). Leur pathologie est non spécifique mais tient surtout du "terrain" (la nature du germe est peu importante mais le "terrain", lui, est très important. Un immunodéprimé ne réagit pas comme un sujet sain). La polyrésistance aux antibiotiques qu'ils peuvent présenter provient de plasmides résistantes.

Les entérobactéries pathogènes

Comme nous l'avons dit, les espèces pathogènes possèdent une grande variabilité dans leur comportement et leur agressivité chez l'hôte. On distingue alors deux groupes d'entérobactéries pathogènes : Les pathogènes strictes et les pathogènes opportunistes.

Les entérobactéries pathogènes strictes

Leur présence dans l'organisme est anormale quelque soit leur nombre et entraînent souvent une infection dont la gravité dépend de leur point d'entrée. Introduite par un aliment contaminé, elles provoqueront des troubles intestinaux en adhérant sur la muqueuse intestinale puis en traversant la barrière entérocytaire. Les symptômes se caractérisent souvent par des diarrhées importantes suivit d'une déshydratation (grave chez le nourrisson) Certaines espèces provoquent des pathologies spécifiques :
-L'espèce Salmonella typhi responsable de la fièvre typhoïde ;
-l'espèce Shigella dystenteriae est l'agent responsable de la dysenterie bacillaire ;
-l'espèce Escherichia coli entérotoxique responsable de gastro-entérite infantile ou GEI ;
-l'espèce Yersinia pestis responsable de la peste. Ces germes entéropathogènes sont agressifs par eux-même ; leur identification est donc capitale.

Les entérobactéries pathogènes opportunistes

Les entérobactéries opportunistes ne disposent pas d'un pouvoir pathogène suffisant pour déclencher une pathologie chez un hôte sain. Elles sont en revanche susceptibles de déclencher une infection chez un sujet immunodéprimé comme des septicémies surtout en milieu hospitalier (par exemple, Serratia, Klebsiella, etc...) ce qui les a mis sur le même pied que d'autres germes d'hôpitaux tels que le Staphylococcus et le Pyocyanique, infections respiratoires, urinaires, abdominales en particulier iatrogènes en post-opératoire. Elles peuvent être présentes dans l'intestin et faire partie intégrante de sa flore commensale, c'est ainsi que l'espèce Escherichia coli est responsable d'infection urinaire (en particulier chez la femme) lors de, par exemple, constipations chroniques. L'espèce Klebsiella pneumoniae est parfois responsable d'infections respiratoires.

Les entérobactéries saprophytes

Les entérobactéries saprophytes sont présentes dans les sols, les eaux, les végétaux et dans tout type d'environnement humide en général. Elles participent à la dégradation des matières organiques. On compte parmi celles-ci : Les Proteus (qui vivent aussi bien en saprophytes qu'en commensaux), les Providencia, Enterobacter, Serratia, Hafnia... qui sont plus adaptés à l'environnement.

Liste de s

Voir aussi

-Paroi bactérienne
-voies fermentaires des entérobactéries
- Catégorie:Bactérie (nom scientifique) ca:Enterobacteriàcia cs:Enterobacteriaceae de:Enterobakterien en:Enterobacteriaceae es:Enterobacteriaceae hr:Enterobakterije hu:Enterobacteriaceae ja:腸内細菌科 nl:Enterobacteriaceae pl:Enterobakterie pt:Enterobacteriaceae ru:Энтеробактерии sk:Enterobacteriaceae tr:Enterobacteriaceae
Sujets connexes
Coccobacille   Côlon   Diarrhée   Décarboxylase   Enterobacter   Enterobacteriaceae   Enzyme   Erwinia   Escherichia coli   Espèce   Euryarchaeota   Fermentation   Fièvre typhoïde   Fromage   Genre (biologie)   Glucose   Immunodépression   Klebsiella   Matière fécale   Médecine   Nitrate   Nitrite   Nourrisson   Oxydase   Paroi bactérienne   Peste   Phytopathogène   Plasmide   Proteus (genre)   Périnée   Recherche de la nitrate réductase   Salmonella   Saprophyte   Serratia   Staphylococcus   Type énergétique   Ubiquitaire   Voies fermentaires des entérobactéries   Yersinia   Yersinia pestis  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^