Préservatif

Infos
Le préservatif est un étui mince et souple, imperméable au sang ainsi qu'aux sécrétions vaginales et péniennes. Le préservatif, correctement utilisé lors des relations sexuelles, est le seul contraceptif qui protége également des maladies sexuellement transmissibles (MST) et des infections sexuellement transmissibles (IST). On le nomme aussi condom, du mot allemand Latexkondom, ou plus familièrement capote ou capote anglaise<
Préservatif

Le préservatif est un étui mince et souple, imperméable au sang ainsi qu'aux sécrétions vaginales et péniennes. Le préservatif, correctement utilisé lors des relations sexuelles, est le seul contraceptif qui protége également des maladies sexuellement transmissibles (MST) et des infections sexuellement transmissibles (IST). On le nomme aussi condom, du mot allemand Latexkondom, ou plus familièrement capote ou capote anglaise. La ville française de Condom, dans le Gers, n'est donc qu'une simple homonymie. Il existe 2 types de préservatif : le préservatif masculin (') et le préservatif féminin (').

Histoire

Des étuis péniens en peau de gazelle, et même en os, ont été retrouvés dans des grottes comme la grotte de Combarelles (Dordogne), mais l'utilité contraceptive est peu probable. On pense plutôt à une utilité décorative ou vestimentaire. Le véritable préservatif est né ans avant JC. Les soldats égyptiens souhaitant se protéger des maladies vénériennes à l'aide de boyaux de mouton. Par la suite, le préservatif deviendra aussi un moyen de contraception, qu'il soit en papier de soie huilé, en soie ou en velours. Il sera ainsi interdit à plusieurs reprises car accusé de favoriser la débauche. Le premier préservatif en caoutchouc est inventé en 1880 par la compagnie de pneumatiques Goodyear Tire & Rubber, soit 40 ans après la découverte de la vulcanisation du caoutchouc. Il est lavable après usage et garanti cinq ans.

Efficacité

L'efficacité du préservatif dans la prévention des MST n'est connue qu'approximativement, et varie, selon les études disponibles, entre 60 et 96 % environ (par exemple, une méta-étude de 1993 conclut à une réduction du risque de 69 %http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?cmd=Retrieve&db=PubMed&list_uids=8327927&dopt=Abstract ; une autre étude de 1994 donne 87% moyenné (entre 60% et 96%)http://www.ncbi.nlm.nih.gov:80/entrez/query.fcgi?cmd=Retrieve&db=PubMed&list_uids=10614517&dopt=Abstract même si ces études concluent au peu de fiabilité de leurs propres mesures). Les études ont montré aussi qu'une part non négligeable de ce manque de fiabilité provient souvent d'une mauvaise éducation quand au port du préservatif, cf. ci-dessous. La principale problématique mise en avant reste essentiellement celle d'une mauvaise pose du préservatif et d'une mauvaise connaissance du dispositif. Exemples :
- problématiques mécaniques (déchirures, fissures même microscopiques laissent passer les sécrétions) ;
- utilisation de préservatifs ayant dépassé leur date limite d'utilisation ;
- utilisation de corps gras rendant le matériel poreux donc caduque ;
- manque de lubrifiant, y compris lors de rapports vaginaux mais surtout en ce qui concerne les rapports anaux. Voici d'autres exemples de mauvaise utilisation et la conséquence lors des rapports génitaux ou anaux (plus dangereux) :
- trop large, un préservatif ne tient pas en place ;
- trop petit ou trop fin (rapport anaux, surtout), un préservatif se fissure voire craquèle ;
- des bulles d'air entre la verge et le préservatif mal déroulé provoquent des craquements ;
- le non respect de la poche de réserve peut aussi être à l'origine d'éclatements locaux et minuscules mais dangereux ;
- l'utilisation de deux préservatifs en même temps est à l'origine de déchirure. Les études sur la perméabilité réelle du matériel n'ont pas encore été réalisées. Son efficacité en tant que contraceptif est mieux connue. Son indice de Pearl va de 2 à 15 % d'échec pour le préservatif masculin et de 5 à 25 % d'échec pour le préservatif féminin.

Préservatif masculin

Préservatif masculin

Utilisation

Méthode d'utilisation du préservatif masculin Le condom masculin est généralement en latex. Il se place sur le pénis en érection, avant une relation sexuelle avec mise en contact du sexe masculin et d'une muqueuse; il remplit deux fonctions:
- prophylactique, pour éviter la propagation de maladies et d'infections sexuellement transmissibles (MST et IST) ;
- contraceptive, pour éviter la procréation non désirée. Le préservatif masculin doit respecter des normes strictes.La norme qui s'applique en France est la norme ISO 4074:2002. Les différents contrôles peuvent concerner les dimensions, les volumes et pressions d'éclatement, la résistance à la traction avant et après vieillissement, l'absence de perforations, la stabilité des couleurs, la résistance au stockage, les emballages. Cas d'utilisation :
- pénétration vaginale;
- pénétration anale : à noter que les risques de transmettre une MST ou une IST sont plus élévés dans ce cas et qu'il est recommandé d'utiliser des préservatifs spécifiquement dédiés à cet usage ;
- fellation. Précautions d'utilisation :
-un préservatif est périmé au bout de 5 ans ;
-il ne s'utilise qu'une seule fois ;
-il doit être conservé dans un endroit frais et sec ;
-il ne faut jamais utiliser deux préservatifs l'un sur l'autre ;
-il doit être enlevé de sa pochette avec les mains et non à l'aide de ciseaux ou d'ustensiles coupants sous peine de l'endommager
-l'usage des gels lubrifiants, vendus en pharmacie, est recommandé. Les corps gras (crèmes, huiles, vaseline par exemple) sont fortement déconseillés, car ils rendent les préservatifs poreux, et donc inefficaces.

Les différents préservatifs masculins

Des préservatifs avec des caractéristiques différentes existent : la taille, la texture, les parfums, mais aussi le lubrifiant varient. Un préservatif peut mesurer entre 170 et 215 mm de longueur et de 49 à 60 millimètres de diamètre, pour les préservatifs européens.
- Les préservatifs standards sont ceux disponibles dans les distributeurs (en France, situés devant les pharmacies, et dans les collèges et lycées).
- Les préservatifs plus fins ont une épaisseur de 40 à 55 micromètres.
- Le préservatif le plus fin vendu en Europe a une épaisseur de 15 micromètres.
- Certains préservatifs sont mieux lubrifiés. Cela permet de contourner les problèmes de sécheresse vaginale. La lubrification est aussi le garant d'un confort plus important et réduit aussi le risque de rupture... attention toutefois à bien utiliser des gels lubrifiant compatibles avec les préservatifs en latex (sans corps gras).
- Des préservatifs grande taille existent.
- Pour les personnes allergiques au latex, des préservatifs sans latex existent. Attention, si certains modèles sont effectivement sans latex (cas du Durex avanti par exemple), d'autres ne sont que déprotéinéisés du latex... mais des traces peuvent demeurer présentes.
- Des préservatifs avec des nervures existent.
- Certains préservatifs sont colorés ou parfumés : par exemple: rose, orange, à la fraise, à la menthe, ou à la vanille. Il en existe même des phosphorescents.

Préservatif féminin

Préservatif féminin Le préservatif féminin est le pendant du préservatif masculin adapté à la morphologie de l'organe sexuel féminin. Ce dispositif est composé d’une fine gaine en polyuréthane (pour éviter les problèmes d'allergie du latex) munie d'un anneau souple à chaque extrémité. L’anneau du côté fermé se tord et se place dans le vagin alors que l’autre bout prend place à l’extérieur et recouvre les parties génitales. Au même titre que le préservatif masculin, le préservatif féminin est à la fois contraceptif et protège des maladies sexuellement transmissibles (MST). L'anneau interne peut être retiré pour plus de confort mais également pour les rapports anaux. Il ne sert alors que de guide pour positionner le préservatif. Une fois retiré, le préservatif féminin doit être jeté. Son utilisation doit impérativement être limitée à un seul partenaire, afin d'éviter les transmissions de virus entre deux partenaires masculins. En France, son utilisation reste marginale, principalement à cause de coûts d'approvisionnement prohibitifs et d'un aspect peu avenant. Néanmoins, les autorités publiques réfléchissent à des conditions d'accès plus aisées. Ces efforts sont entrepris car le préservatif féminin est aujourd'hui le seul moyen de contraception et de protection contre le VIH et les IST entièrement contrôlés par les femmes. En effet, le préservatif féminin ne requiert pas l'approbation du partenaire masculin et/car il peut se positionner facilement quelques heures avant un rapport sexuel. Le condom féminin est un moyen de contraception qui permet d'éviter la fécondation. Il s'agit d'une enveloppe que la femme doit introduire dans son vagin et qui empêche le sperme d'entrer en contact avec l'appareil génital féminin. Avantages habituellement cités de ce préservatif :
- il est très solide (moins de risque de déchirure) ;
- il peut-être posé longtemps avant le rapport, ce qui n'interrompt pas les préliminaires ;
- après éjaculation, il n’impose pas le retrait immédiat ;
- il ne serre pas le sexe masculin ;
- il ne provoque pas d’allergie, car il n’est pas en latex mais en polyuréthane.

Allergies aux préservatifs et solutions

Les préservatifs étant constitués de latex, ils peuvent provoquer des allergies (démangeaisons). Il existe donc des solutions faibles en protéines de Latex permettant à tous de se protéger.

Position de l'Église catholique

Certaines religions, et particulièrement le catholicisme, n'acceptent pas l'usage de la contraception. L'usage du préservatif est refusé par l'Église catholique. L'encyclique Humanæ vitæ article 14http://www.vatican.va/holy_father/paul_vi/encyclicals/documents/hf_p-vi_enc_25071968_humanae-vitae_fr.html précise : :« Moyens illicites de régulation des naissances : :14. En conformité avec ces points fondamentaux de la conception humaine et chrétienne du mariage, nous devons encore une fois déclarer qu'est absolument à exclure, comme moyen licite de régulation des naissances, l'interruption directe du processus de génération déjà engagé, et surtout l'avortement directement voulu et procuré, même pour des raisons thérapeutiques (14).Est pareillement à exclure, comme le Magistère de l'Eglise l'a plusieurs fois déclaré, la stérilisation directe, qu'elle soit perpétuelle ou temporaire, tant chez l'homme que chez la femme (15). : :Est exclue également toute action qui, soit en prévision de l'acte conjugal, soit dans son déroulement, soit dans le développement de ses conséquences naturelles, se proposerait comme but ou comme moyen de rendre impossible la procréation (16). »

Slogans

Afin de diminuer la transmission des MST, l'usage du préservatif est encouragé par des slogans, tels que :
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-

Industrie du préservatif en France

Après une hausse importante au début des années 90, les ventes de préservatifs ont ensuite lentement baissé avant de connaitre un rebond à partir de 2003. En France, le chiffre d'affaires du secteur est de 47 millions d'euros soit plus de 55 millions de préservatifs vendus en 2005 avec une forte saisonnalité, plus de 40 % des ventes se situant pendant la période estivale. Les 4 leaders avec plus de 98 % du marché français sont les sociétés anglaise Durex (également leader mondial) 35 % des ventes, australienne Manix 24, 5%, allemande Hansaplast avec 21% et Laboratoires Juva (marque Intimy) avec 20%. Depuis cette année, le marketing des fabricants cherche à gommer l'aspect médical et prévention pour mettre en avant l'aspect sensation avec le lancement de nouveaux produits sensés apporter plus de plaisir et de sensations aux utilisateurs. La polémique s'est amplifiée cette année sur le prix des préservatifs, jugé trop élevé au vu de son coût de fabrication (entre 5 et 10 centimes d'euros). Le Ministère de la Santé, alarmé par la recrudescence de MST auprès des jeunes ou des personnes défavorisées, a tenté en 2006 une médiation auprès des fabricants pour obtenir de ces derniers la commercialisation d'un préservatif à bas prix. Les Laboratoires Demapharm ont répondu à ce souhait en mettant au point un distributeur automatique de préservatifs de marque française "Star", distribuant une pochette unitaire de préservatif à forme anatomique à 20 centimes d'euros. Cette société propose aux établissements scolaires cet appareil depuis janvier 2006. Début septembre 2006, plusieurs dizaines d’établissements scolaires l'ont installé. Selon la circulaire n°2006-204 du 11 décembre 2006, l'École doit aussi avoir pour fonction de renforcer l'accessibilité des lycéens aux moyens de protection. Les lycées doivent donc programmer l'installation de distributeurs automatiques de préservatifs à l’intérieur de l’établissement. Avec la caution de , Make Love by Entrevue rend le préservatif accessible à tous au prix unitaire de 20 centimes d'euro seulement dans 20 000 points de vente (buralistes - libraires - marchands de journaux).

Les différentes marques de préservatifs

-Be Love
-Condomi
-Contex
-Demapharm
-Durex
-Hansaplast
-Intimy
-Make Love
-Manix
-Protex
-Soft
-Star Préservatif
-Star'tex
-Trojan
-Unilatex
-Copyriht
-Life

Notes et références

Voir aussi

===
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^