Marc Bloch

Infos
Marc Bloch, né le 6 juillet 1886 à Lyon, mort le 16 juin 1944 à Saint-Didier-de-Formans (Ain), est un historien français et un membre de la Résistance.
Marc Bloch

Marc Bloch, né le 6 juillet 1886 à Lyon, mort le 16 juin 1944 à Saint-Didier-de-Formans (Ain), est un historien français et un membre de la Résistance.

Biographie

Issu d'une famille juive alsacienne, Marc Bloch était le fils de Gustave Bloch, professeur d'histoire antique à l'université de Lyon, lui-même fils d'un directeur d'école. Il fait des études secondaires brillantes à Paris, au lycée Louis-le-Grand puis entre à l'École normale supérieure en 1904. Il est reçu à l'agrégation d'histoire et de géographie en 1908. Il sait sortir du milieu universitaire parisien puisqu'il suit de 1908 à 1909 les cours des facultés de Berlin avant d'être pensionnaire à la Fondation Thiers (1909-1912). Professeur de lycée (Montpellier puis Amiens) quand éclate la Première Guerre mondiale, il est mobilisé comme sergent d'infanterie. Chef de section, il termine le conflit avec le grade de capitaine, dans les services de renseignement. Marc Bloch est cité quatre fois à l'ordre de l'armée et reçoit la croix de guerre. En 1919 il épouse Simone Vidal, fille d'un polytechnicien dont la famille, depuis le , était enracinée dans le Comtat venaissin et en Alsace, qui lui donne six enfants. La même année, il soutient une thèse de doctorat allégée, au propos déjà neuf, sur l'affranchissement des populations rurales de l'Ile-de-France au Moyen-Age : Rois et Serfs (1920). Peu avant, Bloch avait été nommé professeur à la faculté de Strasbourg, nouvellement française, où ses qualités professorales et sa rigueur méthodologique représentent alors une vitrine prestigieuse pour l'université française. Il y rejoint des enseignants de premier ordre comme Lucien Febvre, André Piganiol, avec qui il noue des liens fructueux. Bloch publie en 1924 son œuvre magistrale, Les Rois thaumaturges, où il expérimente avec audace une méthode comparatiste empruntée aux maîtres de linguistique (il parle lui même une dizaine de langues). En 1931, son ouvrage le plus maîtrisé, Les Caractères originaux de l'histoire rurale française, innove une fois encore car il présente une interdisciplinarité peu courante à cette époque (botanique, démographie, etc.) pour mieux comprendre l'évolution des structures agraires de l'Occident médiéval et moderne. En 1928, Marc Bloch introduit sa candidature au Collège de France et propose d'enseigner une « histoire comparée des sociétés européennes ». Malheureusement ce projet échoue. Il retentera sa chance en 1934-1935, mais avec le même résultat. Bloch participe en 1929, avec le « groupe strasbourgeois » dont Lucien Febvre, à la fondation des Annales d’histoire économique et sociale dont le titre est déjà en lui-même une rupture avec « l’histoire historisante », triomphante en France depuis l'école positiviste. Bloch y publie jusqu'à la guerre d'importants articles mais surtout de brillantes notes de lecture dont l'impact méthodologique s'est fait encore sentir après sa mort et jusqu'à aujourd'hui. Succédant à Henri Hauser à la Sorbonne en 1936 (chaire d'histoire économique), la guerre le surprend à la plénitude de sa carrière et de ses recherches. Mobilisé, il voit de très près le naufrage de la III République. Bloch tirera de cet événement majeur, qui a bouleversé sa vie, un livre posthume, essai d'histoire immédiate, L’Étrange défaite (publié en 1946), qui reste un témoignage lucide et pénétrant sur les insuffisances des élites qui sombrent en mai 1940. Malgré son âge, il a 53 ans, une polyarthrite invalidante et une famille nombreuse, il a demandé à combattre, se déclarant lui-même « le plus vieux capitaine de l’armée française ». Affecté au service des essences, il refuse de suivre les cours de l’École de guerre, ce qui lui interdit toute future promotion. Après la Campagne de France, exclu de la fonction publique comme juif par le gouvernement de Vichy en octobre 1940, il y est rétabli pour services exceptionnels par le ministre Jérôme Carcopino, ancien élève de son père, et nommé à la Faculté de Strasbourg repliée à Clermont-Ferrand. Il y continue ses recherches dans des conditions de vie très difficiles et en proie aux pires inquiétudes. Du fait de la santé de sa femme, il demande et obtient une mutation à Montpellier en 1941. C'est dans la maison qu'il possédait au hameau de Fougères, commune du Bourg-d'Hem (Creuse) qu'il rédigea son témoignage sur les causes de la défaite française en 1940 : L'étrange défaite. Il entre dans la clandestinité à la fin de 1942 quand les Allemands envahissent la zone libre. Réfugié dans la Creuse, Bloch rédige alors, sans documents et dans des conditions difficiles, son Apologie pour l'histoire ou métier d'historien (publié en 1949 par les soins de Lucien Febvre), dans lequel il résume avec brio les exigences singulières du métier d'historien. En 1943, après l'invasion de la zone Sud qui ne le laisse en sécurité nulle part, il s'engage dans la Résistance, dont il devient un des chefs pour la région lyonnaise au sein de Franc-Tireur, puis dans les MUR (Mouvements unis de la Résistance). Il est arrêté à Lyon le 8 mars 1944 par la Gestapo, torturé, et meurt fusillé le 16 juin. Il se serait écroulé en s'écriant : « Vive la France ! » Par la suite, ses cendres ont été rapportées dans le cimetière du Bourg-d'Hem. Marc Bloch, moins polémique que son aîné Lucien Febvre, rejoint cependant celui-ci par la rigueur de ses analyses et sa volonté d'ouvrir le champ de l'histoire aux autres disciplines scientifiques. De plus, sa contribution à l‘histoire médiévale, par la variété de ses sources et la rigueur de son analyse, reste encore aujourd'hui largement utilisée par les chercheurs. À l'instar de ses collègues de l’École des Annales, Marc Bloch suggère de ne pas utiliser exclusivement les documents écrits et de recourir à d’autres matériaux, artistiques, archéologiques, numismatiques… Plus qu’aucun autre responsable des Annales, il s’oriente vers l’analyse des faits économiques. Également partisan d’une unicité des sciences de l’homme, il cherchera un recours permanent à la méthode comparative, favorisera la pluridisciplinarité et le travail collectif chez les historiens.

Anecdotes

- L'université de sciences humaines de Strasbourg (Strasbourg II) porte son nom depuis 1998.
- Le Centre franco-allemand de recherches en sciences sociales, dit Centre Marc Bloch, a été fondé à Berlin, sous son patronage, le 9 décembre 1992, à l'initiative des gouvernements français et allemandsVoir le du Centre Marc Bloch..
- En juin 2006, plusieurs historiens demandent, dans le Figaro littéraire, son transfert au Panthéon.
- La promotion de l'ENA de 1997 porte son nom.
- Le lycée général et technologique de Bischheim porte son nom, ainsi que le collège de Bonnat (Creuse).
-

Bibliographie

- Rois et Serfs, thèse soutenue en 1920.
- Les Rois thaumaturges, 1924.
- Les Caractères originaux de l'histoire rurale française, 1931.
- La Société féodale, 2 vol., 1939-1940.
- L'Étrange défaite, 1940.
- (1941, publié en 1949)

Références et notes

Voir aussi

Ouvrages sur Marc Bloch

- Carole Fink, Marc Bloch. Une vie au service de l'histoire, Presses universitaires de Lyon, 1997 (version angl. 1989).
- Peter Schöttler (éd.), Marc Bloch - Historiker und Widerstandskämpfer, Campus-Verlag, 1999.
- Olivier Dumoulin, Marc Bloch, Presses de Sciences Po, 2000.
- Massimo Mastrogregori, Introduzione a Bloch, Laterza, 2001.
- Ulrich Raulff, Marc Bloch. Un historien au XXe siècle, Editions de la Maison des sciences de l'homme, 2006 (version all. 1995). ===
Sujets connexes
Ain (département)   Alsace   André Piganiol   Arthrite   Berlin   Bischheim   Bonnat   Capitaine   Clermont-Ferrand   Collège de France   Croix de guerre 1914-1918   Fondation Thiers   Franc-Tireur (résistance française)   France   Gestapo   Henri Hauser   Histoire de l'économie   Historien   Jérôme Carcopino   L'Étrange Défaite   Le Bourg-d'Hem   Le Figaro   Lucien Febvre   Lycée Louis-le-Grand   Lyon   Montpellier   Mouvements unis de la Résistance   Numismatique   Panthéon de Paris   Paris   Première Guerre mondiale   Régime de Vichy   Résistance intérieure française   Saint-Didier-de-Formans   Section   Sergent   Sorbonne   Zone libre  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^