Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort

Infos
Sébastien-Roch Nicolas, qui prit par la suite le nom de Chamfort, né à Clermont-Ferrand le 6 avril 1741 et mort à Paris le 13 avril 1794 est un poète et un moraliste français.
Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort

Sébastien-Roch Nicolas, qui prit par la suite le nom de Chamfort, né à Clermont-Ferrand le 6 avril 1741 et mort à Paris le 13 avril 1794 est un poète et un moraliste français.

Biographie

Il est le fils clandestin du chanoine Pierre Nicolas de la cathédrale de Clermont-Ferrand et d'une grande dame de la noblesse auvergnate Jacqueline Cisternes de Vinzelles mariée au procureur général Jean-François Dauphin de Leyval (on ignore le lieu et la date exacte de sa naissance probablement au château des Vinzelles à Theix). On le baptisa le 22 juin 1740 à Saint-Genès-les-Carmes Sébastien Roch Nicolas et on lui trouva deux parents adoptifs, l'épicier Nicolas et sa femme Thérèse Creuzet. Il fit ses études comme boursier au collège des Grassins à Paris, et remporta les premiers prix de l'Université. Il s'y montra un élève brillant mais fantasque, qui alla jusqu'à faire une fugue au cours de laquelle il pensa s'embarquer pour l'Amérique. On lui pardonna et il put terminer ses études. II prit en entrant dans le monde le nom de Chamfort, à la place, du simple nom de Nicolas qu'il avait porté jusque-là, se fit de bonne heure connaître par des prix de poésie remportés à l'Académie, donna au Théâtre-Français quelques comédies qui réussirent, et s'attacha pour vivre à diverses entreprises littéraires. Sa réputation le fit choisir par le prince de Condé pour être secrétaire de ses commandements; il devint ensuite en 1789 lecteur de Madame Elisabeth, sœur du roi. Avant la Révolution, il fut un des écrivains les plus apprécié par les salons parisiens, brillant et spirituel, il écrivit des pièces de théâtre. Il avait été élu à l'Académie française en 1781 au fauteuil 6. Il applaudit la venue de la Révolution française mais en condamna les excès, parlant à son sujet de « la fraternité d'Étéocle et de Polynice ». De 1790 à 1791, il est secrétaire du club des Jacobins. Il fut l'ami de Mirabeau ; il écrivit pour l'orateur du peuple des discours et des rapports, collabora à la rédaction de plusieurs journaux en particulier le Mercure. En 1792, le ministre de l'Intérieur, Jean-Marie Roland de La Platière le nomme directeur de la Bibliothèque nationale. Le Comité de sûreté générale le dénonça pour propos hostile à la Terreur (il avait blâmé les fautes et les violences du parti révolutionnaire). Il fut emprisonné quelques jours aux Madelonnettes avec son neveu, l'abbé Bathélemy. Un mois après, menacé d'une nouvelle arrestation, il essaya de se suicider et fut sauvé par une intervention chirurgicale. Mais il mourut au bout de quelques semaines, des suites des blessures qu'il s'était faites (avril 1794). Il fit une carrière d'homme de lettres qui le conduisit à l'Académie, mais très tôt contracta une maladie vénérienne dont il ne guérit jamais véritablement et qui le tint dans un état valétudinaire tout le reste de sa vie. L'œuvre la plus célèbre et la seule lue de Chamfort a été publiée en 1795 par son ami Pierre Louis Ginguené : Maximes et pensées, caractères et anecdotes, tirée des notes manuscrites qu'il avait laissées de Maximes et Pensées et de Caractères et Anecdotes. L'amertume de ces écrits annonce déjà Ambrose Bierce ou George Bernard Shaw. Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort souhaitait les publier sous le nom de Produits de la civilisation perfectionnée. La mort de Chamfort représente le comble du suicide raté. Ne supportant l'idée de retourner en prison, il s'enferme dans son cabinet et se tire une balle dans le visage. Le pistolet fonctionne mal et, s'il perd le nez et une partie de la mâchoire, ne parvient pas à se tuer. Il se saisit alors d'un coupe-papier et tente de s'égorger mais malgré plusieurs tentatives ne parvient pas à trouver d'artère. Il utilise alors le même coupe-papier pour « fouiller sa poitrine » et ses jarrets. Épuisé, il perd connaissance. Son valet, alerté, le retrouvera dans "une mare de sang". Malgré tous ces efforts pour se supprimer, on parviendra à sauver Chamfort qui mourra quelques mois plus tard d'une humeur dartreuse.

Quelques extraits

- « C’est une vérité incontestable qu’il y a en France sept millions d’hommes qui demandent la charité, et douze millions hors d’état de la leur faire. »
- « Dans le monde, vous avez trois sortes d'amis : vos amis qui vous aiment, vos amis qui ne se soucient pas de vous, et vos amis qui vous haïssent. »
- « La plus perdue des journées est celle où l'on n'a pas ri. »
- « En vivant et en voyant les hommes, il faut que le cœur se brise ou se bronze »
- « Donner est un plaisir plus durable que recevoir, car celui des deux qui donne est celui qui se souvient le plus longtemps »
- « Si tu es soupçonné d'une faute que tes juges aient pu commettre, tu es un homme perdu »
- « Tout homme qui à quarante ans n'est pas misanthrope n'a jamais aimé les hommes » (Sacha Guitry pastichera cette citation en remplaçant misanthrope et hommes par misogyne et femmes)
- « Quiconque détruit un préjugé, un seul préjugé, est un bienfaiteur du genre humain »
- « En France, on laisse en repos ceux qui mettent le feu, et on persécute ceux qui sonnent le tocsin » !
-Le tsar Pierre 1, étant à Spithead, voulut savoir ce que c'était que le châtiment de la cale qu'on inflige aux matelots. Il ne se trouva pour lors aucun coupable. Pierre dit : « Qu'on prenne un de mes gens. - Prince, lui répondit-on, vos gens sont en Angleterre, et par conséquent sous la protection des lois. »
-Dans les malheurs de la fin du règne de Louis XIV, après la perte des batailles de Turin, d'Oudenarde, de Malplaquet, de Ramillies, d'Hochstet, les plus honnêtes gens de la cour disaient : « Au moins le roi se porte bien, c'est le principal. »
-Un courtisan disait, à la mort de Louis XIV : « Après la mort du roi, on peut tout croire. »
-A propos des choses de ce bas monde, qui vont de mal en pis, M... disait : « J'ai lu quelque part, qu'en politique il n'y avait rien de si malheureux pour les peuples que les règnes trop longs. J'entends dire que Dieu est éternel ; tout est dit. »
-Un énergumène de gentilhommerie, ayant observé que le contour du château de Versailles était empuanti d'urine, ordonna à ses domestiques et à ses vassaux de venir lâcher de l'eau autour de son château.
-Dans une dispute que les représentants de Genève eurent avec le chevalier de Bouteville, l'un d'eux s'échauffant, le chevalier lui dit : « Savez-vous que je suis le représentant du roi mon maître ? – Savez-vous, lui dit le Genevois, que je suis le représentant de mes égaux ? »
-Un Français avait été admis à voir le cabinet du roi d'Espagne. Arrivé devant son fauteuil et son bureau : « C'est donc ici, dit-il, que ce grand roi travaille ! – Comment, travaille ! dit le conducteur : quelle insolence ! ce grand roi travailler ! Vous venez chez lui pour insulter Sa Majesté ! » Il s'engagea une querelle où le Français eut beaucoup de peine à faire entendre à l'Espagnol qu'on n'avait pas eu l'intention d'offenser la Majesté de son maître.

Publications

Ses écrits les plus estimés au selon le Dictionnaire Bouillet sont :
- Éloge de Molière, couronné (1769) ;
- Éloge de La Fontaine (1774) ;
- La jeune Indienne ;
- le Marchand de Smythe, comédies ;
- Mustapha et Zéangir, tragédie. Plusieurs de ses ouvrages se sont perdus, entre autres un Commentaire sur La Fontaine (il n'en a paru qu'une partie dans les Trois Fabulistes, 1796). Ses œuvres ont été rassemblées :
- par Pierre Louis Ginguené, 1795, 4 vol. in-8
- par M. Auguis, 1824, 5 vol. in-8. Chamfort brillait surtout par l'esprit : on a fait sous le titre de Cliam-fortiana un recueil de ses bons mots, 1800.

Sources

- ==
Sujets connexes
Académie française   Ambrose Bierce   Amérique   Bibliothèque nationale   Château de Versailles   Clermont-Ferrand   Club des Jacobins   Comité de sûreté générale   France   Genève   George Bernard Shaw   Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye   Jean-Marie Roland de La Platière   Liste des ministres français de l'Intérieur   Molière   Moraliste   Paris   Pierre-Louis Roederer   Pierre Ier de Russie   Polynice   Poète   Révolution   Révolution française   Sacha Guitry   Terreur (Révolution française)   Théâtre-Français   Turin  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^