Championnat du monde de Formule 1 1959

Infos
Le championnat du monde de Formule 1 1959 a été remporté par l'Australien Jack Brabham sur une Cooper-Climax. La marque britannique Cooper a remporté le championnat du monde des constructeurs.
Championnat du monde de Formule 1 1959

Le championnat du monde de Formule 1 1959 a été remporté par l'Australien Jack Brabham sur une Cooper-Climax. La marque britannique Cooper a remporté le championnat du monde des constructeurs.

Règlement sportif

-Seuls les 5 meilleurs résultats sont retenus.
-L'attribution des points s'effectue selon le barême 8, 6, 4, 3, 2, avec 1 point pour l'auteur du meilleur tour en course.

Règlement technique

-Moteurs atmosphériques: 2 500 cm³
-Moteurs suralimentés: 750 cm³

Principaux engagés

Avec le retrait confirmé de Vanwall, les cartes sont complètement redistribuées. L'équipe la plus concernée par les grandes manœuvres hivernales est bien sur la Scuderia Ferrari, obligée de totalement reconstruire son équipe de pilotes après les drames successifs de 1958. Ferrari decide de faire confiance à Phil Hill, décisif dans son role de joker à la fin de la saison précédente, ainsi qu'à deux nouvelles recrues: l'Anglais Peter Brooks, venu de chez Vanwall et le Français Jean Behra, en provenance de BRM. Pour completer ce trio inédit, Ferrari a également engager le Britannique Cliff Allison, vu chez Lotus l'année précédente. La principale opposition à Ferrari est attendue du côté de chez Cooper, où le fameux moteur Climax en position arrière a été porté à 2, 5 L. Aux cotés de l'équipe officielle (où figurent Jack Brabham et Bruce McLaren), l'équipe privée de Rob Walker est très surveillée, d'autant plus que Rob Walker a engagé Stirling Moss, considéré par beaucoup comme le meilleur pilote en activité. A surveiller enfin la montée en puissance de BRM, où le Suédois Joakim Bonnier a été choisi pour remplacer Jean Behra aux cotés d'Harry Schell.

Résumé du championnat du monde 1959

Moss malchanceux, Brabham s'échappe Très attendues sur le tourniquet monégasque, les agiles petites Cooper à moteur arrière ne décoivent pas. Mais si Stirling Moss domine la majeure partie de la course sur sa "privée", force reste à la voiture officielle de Jack Brabham, qui profite d'une rupture de boîte de vitesse sur la monoplace de l'Anglais pour s'imposer. A Zandvoort, Joakim Bonnier crée la sensation en imposant sa BRM devant une meute de Cooper à nouveau emmenée par Brabham, qui prend ainsi le large au championnat. Le grand malchanceux du jour est encore Stirling Moss, contraint à l'abandon (à nouveau la transmission) alors qu'il semblait avoir pris la mesure de Bonnier. Dépité Moss claquera la porte de l'écurie de Rob Walker pour rejoindre l'écurie BRP (pour British Racing Partnership) de...son père, lequel aligne une BRM privée. Brooks sonne le réveil de Ferrari En France, les Ferrari jusque là très discrètes retrouvent des couleurs, Brooks l'emportant devant Phil Hill. De quoi se repositionner au championnat dans le sillage de Brabham, solide quatrième. Mais chez Ferrari, tout ne se passe pas dans la plus grande sérénité, comme le prouve en fin de course la vive altercation (on parlera de coups échangés) entre Jean Behra et son directeur sportif. Licencié, Behra sera remplacé par le longiligne américain Dan Gurney et trouvera la mort un mois plus tard sur le circuit de l'AVUS au volant d'une Porsche "sport", en lever de rideau du GP d'Allemagne. Absence de taille au GP de Grande-Bretagne: bloquée par des mouvements syndicaux en Italie, la Scuderia Ferrari n'a pu faire le déplacement. En lutte pour le titre mondial, Peter Brooks a été autorisé à s'aligner au volant d'une Vanwall pour défendre ses chances. Mais sur une voiture dépassée (rappelons que Vanwall a officiellement quitté la F1), il ne peut rien faire pour empêcher la victoire de Brabham, qui prend ainsi une sérieuse option sur le titre mondiale. Sur le tracé de l'AVUS, Brooks, comme à Reims, met à profit la puissance de sa Ferrari pour l'emporter. C'est même un triomphe de la Scuderia puisque les Américains Hill et Gurney complètent le podium. Une fois n'est pas coutume, Brabham a du renoncer. Le duel Brabham-Brooks est donc relancé. Retour tardif de Moss, le titre pour Brabham Il sera perturbé lors des deux GP suivants par l'innatendu Stirling Moss, de retour sur la Cooper de Rob Walker après sa décevante expérience sur la BRM du BRP. Avec deux victoires consécutives, c'est bel et bien Moss et non Brooks qui se positionne comme le plus sérieux rival de Brabham à la veille de l'ultime GP de la saison à Sebring. Mais la lutte à trois n'aura jamais véritablement lieu. Moss contraint à l'abandon dès le début de course, et Brooks rapidement retardé par une touchette, Brabham n'a qu'à se laisser glisser jusqu'à l'arrivée pour décrocher le titre. Et même une panne d'essence dans les derniers mètres (Brabham devra pousser sa voiture pour franchir la ligne) n'y changera rien.

Grand Prix de la saison 1959

Classement des pilotes

Classement des constructeurs

Formule 1 Catégorie:Sport automobile en 1959 1959 bg:Световен шампионат на Формула 1 (1959) ca:Temporada 1959 de Fórmula 1 cs:Formule 1 v roce 1959 de:Formel-1-Saison 1959 en:1959 Formula One season es:Temporada 1959 de Fórmula 1 fi:Formula 1 -kausi 1959 it:Formula 1 Anno 1959 nl:Formule 1 in 1959 pl:Formuła 1 Sezon 1959 pt:Temporada de Fórmula 1 de 1959 ru:Сезон 1959 Формулы-1 sl:Formula 1 sezona 1959 sq:Rezultatet e F1 1959 sv:Formel 1-VM 1959
Sujets connexes
Australie   British Racing Motors   Bruce McLaren   Cliff Allison   Cooper   Coventry Climax   Dan Gurney   Grand Prix automobile d'Allemagne   Grand Prix automobile d'Allemagne 1959   Grand Prix automobile d'Italie   Grand Prix automobile d'Italie 1959   Grand Prix automobile de France   Grand Prix automobile de France 1959   Grand Prix automobile de Grande-Bretagne   Grand Prix automobile de Grande-Bretagne 1959   Grand Prix automobile de Monaco   Grand Prix automobile de Monaco 1959   Grand Prix automobile des Pays-Bas   Grand Prix automobile des Pays-Bas 1959   Grand Prix automobile des États-Unis   Grand Prix automobile des États-Unis 1959   Grand Prix automobile du Portugal   Grand Prix automobile du Portugal 1959   Gueux (Marne)   Harry Schell   Indianapolis   Indianapolis 500   Innes Ireland   Jack Brabham   Jean Behra   Joakim Bonnier   Masten Gregory   Maurice Trintignant   Monaco   Monza   Offenhauser   Olivier Gendebien   Phil Hill   Reims   Scuderia Ferrari   Stirling Moss   Team Lotus   Tony Brooks   Vanwall   Watson   Zandvoort  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^