Stalinisme

Infos
Le stalinisme est un mot désignant les idées et surtout les pratiques de Joseph Staline, puis, par extension, des staliniens.
Stalinisme

Le stalinisme est un mot désignant les idées et surtout les pratiques de Joseph Staline, puis, par extension, des staliniens.

Bases idéologiques

Le stalinisme est essentiellement une pratique, appliquée en URSS puis dans les États du bloc de l'Est. Il a néanmoins une composante idéologique, caractérisée par :
- L'organisation du Parti : Staline estime qu'aucun débat et aucune opposition ne saurait être tolérée à l'intérieur du Parti. Seul le secrétaire général (Staline en URSS) doit diriger le Parti. Par contraste, on rappellera que Trotski défend ainsi un minimum de démocratie et de pluralisme, mais uniquement dans le strict cadre du Parti ; et que les communistes de conseils défendent une décision locale, et considèrent que « la révolution n’est pas une affaire de partis » (Otto Rühle).
- La théorie du « socialisme dans un seul pays ». Lénine et Trotski prônaient au contraire la révolution internationale, permanente jusqu'à la victoire.
- Staline est partisan d'un État fort et autoritaire, même si sa disparition est déclarée « prévue » au terme du processus. En attendant, l'État suspend de nombreuses libertés individuelles et collectives conquises dans la Révolution Russe, comme le droit à l'avortement (le droit à l'avortement avait été obtenu en Russie en 1920 sous pression d'Alexandra Kollontaï ; il a ensuite été supprimé par Staline en 1936), le suffrage universel pour les femmes, la liberté de presse, la liberté sexuelle (y compris l'homosexualité)…
- Au contraire de « la disparition du travail », but ultime proclamé par Karl Marx, le stalinisme exalte le travail et le dévouement du salarié avec la doctrine du Stakhanovisme. Staline abandonne la NEP (Nouvelle politique économique) entamée en 1921 et commence à re-nationaliser systématiquement les moyens de production.
- Staline développa le nationalisme, y compris le chauvinisme et la xénophobie - ce qui était l'inverse du principe de l'internationalisme (une des bases du communisme). Staline condamnait avec force « l'égalitarisme ». Il considérait que la société socialiste devait adopter des normes de distribution de la richesse différenciées suivant la « contribution » de chaque couche sociale à la société. Les conditions de vie et de travail de l'élite bureaucratique étaient nettement plus favorables que celles de la masse ouvrière. La paysannerie était la grande perdante de ces inégalités avec des conditions d'existence très fragiles et, à certaines périodes, des situations de famine. Tout en se revendiquant officiellement du marxisme, Staline était un opportuniste qui adaptait ses idées à son but de domination (les changeant pour prendre des adversaires à contre-pied et les transformer en « traîtres », par exemple), et non un idéologue utilisant sa domination pour faire avancer des idées. Ainsi, le stalinisme « n’a pas été théorisé a priori, mais correspond davantage à des pratiques ayant pour objectif la confiscation du pouvoir par Staline »Jean-Louis Van Regemorter, Le Stalinisme, La Documentation française, juin 1998..

Pratiques staliniennes

Le concept de stalinisme, n'étant pas véritablement une idéologie, est associé à des pratiques de terreur organisée par l'État. Il a laissé sa marque dans :
- l'élimination systématique de tous les opposants réels ou potentiels, à l'intérieur comme à l'extérieur. Staline fait assassiner tous les cadres polonais (Katyń, entre autres), ses opposants bolcheviks (dont Trotski) ou non, etc. ;
- la déportation massive dans les goulags de peuples entiers et d'opposants réels ou supposés (cf Kolyma) ;
- lorsque la déportation ou l'action policière et militaire n'est pas possible, l'utilisation de la famine organisée pour dompter les peuples rebelles ;
- une manipulation permanente de l'Histoire et de l'idéologie, avec des « purges » visant à éliminer tous les « traîtres », c'est-à-dire en pratique tous les concurrents potentiels, tous les témoins et toutes les traces des évolutions de Staline ;
- le concept de procès stalinien : le coupable d'avance (car il reconnaît son crime, suite à une préparation psychologique adéquate et si nécessaire sous la menace directe ou indirecte visant ses amis ou sa famille) est jugé sans pitié et avec un respect tout formel des procédures, car tout est préparé d'avance. Le procès sert à justifier les purges, mais aussi à faire porter le poids des échecs à des boucs émissaires ;
- un régime militariste et « totalitariste » ;
- une propagande très active et entièrement au service du chef (annonçant une récolte record une année de famine, par exemple);
- une surveillance de la population entière par elle-même, sous la férule de services secrets surdéveloppés (Tcheka, GPU/Guépéou, OGPU, NKVD/NKGB , et services successeurs), eux-mêmes régulièrement purgés. Ces procédés ne sont pas spécifiques à Staline, ils ont de nombreux antécédents et successeurs historiques, en Russie et ailleurs, mais on peut dire que Staline les a industrialisés et portés à un haut degré, au point que la machine continuera à fonctionner après sa mort. Staline commence à dominer en URSS dès 1922, puis, à partir de la mort de Lénine en 1924 Staline consolide progressivement son pouvoir. L'exclusion de Léon Trotski du Parti en 1927 marque son succès définitif. Ses pratiques, et les moyens de l'URSS, permettent à Staline de dominer les principaux « Partis communistes » (stalinisés), réunis dans le Komintern (III Internationale), puis le Kominform à partir de 1947. Par contre, elles échouent à donner réellement à l'URSS la place dans le monde à laquelle Staline prétendait (la première).

Culte de la personnalité

Pour l’État totalitaire, le culte de la personnalité sert à tisser des liens entre le Chef et la population soumise, à développer l’identité nationale ainsi qu’à masquer les différents problèmes (manque de liberté, arrestations arbitraires…). À partir du 50e anniversaire de Staline (1929), le stalinisme ne fait pas exception à la règle. En plus des multiples portraits de lui qui fleurissent chez bon nombre de Soviétiques, il existe des poèmes à la gloire du « petit père des peuples » : « Ô grand Staline, Ô chef des peuples Toi qui fait naître l’homme Toi qui fécondes la terre Toi qui rajeunis les siècles Toi qui fais fleurir le printemps Toi qui fait vibrer les cordes musicales Toi splendeur de mon printemps, Soleil reflété par des milliers de cœurs. » (Rakhimov, La Pravda, 28 août 1936, mis en musique par Prokoviev).

Postérité

Staline meurt en 1953. En 1956, l'URSS et les pays d'Europe de l'Est commencent à rompre avec certains aspects du stalinisme, tout en se déclarant toujours favorables au « marxisme-léninisme ». Les fondamentaux du régime stalinien sont cependant conservés, et le rapport Khrouchtchev ne désigne les crimes de Staline que comme des « excès » et des « déviations ». À partir des années soixante et de la rupture sino-soviétique, seule la République populaire de Chine de Mao Zedong et son alliée l'Albanie de Enver Hodja continuent à se réclamer de Staline. Depuis, le stalinisme a évolué sous la forme du maoïsme : régime des Khmers rouges au Cambodge, guérilla du Sentier lumineux au Pérou à partir des années 1980 ou guérilla maoïste au Népal. En France, en 2007, les derniers groupuscules se revendiquant ouvertement du stalinisme sont le Parti communiste marxiste-léniniste de France et le Parti communiste des ouvriers de France. Les régimes staliniens se caractérisent par la dictature de chefs d'États comme Staline ou Mao Zedong, et par une économie planifiée bureaucratisée (appelée par d'autres branches communistes un capitalisme d'État), où la bureaucratie d'État constitue l'exploiteur et oppresseur unique des masses. Ces régimes sont considérés comme de véritables prisons à ciel ouvert. Le mot est appliqué pour désigner des pratiques considérées comme le comble de l'inacceptable, notamment en terme de démocratie bafouée, même si elles n'ont aucun rapport avec le communisme.

Genèse du concept

Le terme "stalinien" est utilisé à partir de 1926, et "stalinisme" à partir de 1929Source : Le Petit Robert.. Staline se mettait lui-même en avant en organisant le culte de sa personnalité, ainsi que celle de Lénine, ce qui lui assurait une légitimité. Ainsi dès les années 1930, partisans comme adversaires utilisaient largement le vocable de « stalinien » (dès le milieu des années 1920 pour certains communistes opposants au stalinisme). Par exemple, le dirigeant du PCF, Maurice Thorez, se proclamait « premier stalinien de France ». Dès cette période, les trotskistes, les communistes non-léninistes (libertaires, luxemburgistes, conseillistes...), les représentants de la Gauche communiste et certains socialistes (notamment les différents socialistes révolutionnaires) ont dénoncé le « stalinisme » du gouvernement de l’URSS et des différents partis affiliés au PCUS. Staline proclamait un respect scrupuleux des « grands anciens » (Marx, Lénine) et ne faisait désigner la doctrine en vigueur que sous le vocable de « marxisme-léninisme », vocable utilisé pour désigner la doctrine des partis du Komintern puis du Kominform, sous domination stalinienne (de 1924 à 1956 environ). De fait, Staline n'était pas un théoricien, mais plutôt un propagandiste, son « talent » n'était pas de créer de nouveau concepts, mais plutôt de leur en donner une interprétation accessible et apparemment conforme aux originaux, tout en étant d'abord et avant tout en phase avec ses propres objectifs. De la même manière, Staline savait dénaturer les conceptions de ses ennemis pour les faire passer pour d'« évidentes » erreurs voire trahisons. La notion de stalinisme fait parfois l'objet de polémiques. Ainsi, dans L'Erreur de l'Occident, Alexandre Soljenitsyne s'est - entre autres - appliqué à contester l'existence même d'une doctrine « stalinienne ». Pour lui, considérer que le stalinisme existe reviendrait à atténuer les crimes commis sous la révolution russe de 1917. Staline n'aurait fait qu'appliquer les préceptes de Lénine : « Le stalinisme n'a existé ni en théorie ni en pratique : on ne peut parler ni de phénomène stalinien, ni d'époque stalinienne, ces concepts ont été fabriqués après 1956 par la pensée occidentale de gauche pour garder les idéaux communistes. »Alexandre Soljenitsyne, L'Erreur de l'Occident, Grasset, 1980, p. 46-47. Cependant, le terme de « stalinisme », contrairement à ce qu'affirme Alexandre Soljenitsyne, a été utilisé dès les années 1920, et encore plus largement à partir des années 1930, pour marquer ce qui était considéré comme une rupture avec le marxisme (voire avec le bolchevisme), par exemple par Boris SouvarineSouvarine fait une analyse spécifique du stalinisme dans sa biographie de Staline : Staline. Aperçu historique du bolchevisme, 1935. ou plusieurs personnalités trotskistes dont Trotsky lui-mêmeLéon Trotsky rédige lui même un ouvrage intitulé en 1937. Victor Serge a également publié plusieurs ouvrages avant-guerre sur la dégénérescence de la révolution russe et l'avènement du stalinisme.. De nos jours, le terme est généralement utilisé de façon péjorative en occident, mais de nombreux partis et groupes dans le monde se revendiquent eux-mêmes du stalinisme.

Citations

- « Le stalinisme, c'est la voie la plus longue pour aller du capitalisme… au capitalisme. » Lech Wałęsa.
- « La présentation du régime russe comme "socialiste" - ou comme ayant un rapport quelconque avec le socialisme - est la plus grande mystification connue de l'histoire. » Cornelius Castoriadis, Devant la guerre, 1981.
- Dans le stalinisme « la pratique précède la théorie : il s'agit essentiellement d'un ensemble composite de pratiques dont certaines ont été après coup érigées en théories, mais la plupart restées sans formulations théoriques, voire même dissimulées sous des formules contraires à la réalité. » C'est « un parti qui prolonge indéfiniment sa dictature, lequel parti se ravale au service d'une nouvelle oligarchie profiteuse dont l'idéologie illusoire, stalinisme ou marxisme-léninisme, dissimule une implacable exploitation de l'homme par l'homme, négation du socialisme et du communisme. » Boris Souvarine, Le Stalinisme, 1964.
- « Un mort c'est une tragédie… Un million de morts, une statistique. » Joseph Staline.

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

- Robert Conquest, La Grande terreur, précédé de Sanglantes moissons : Les purges staliniennes des années 1930, Robert Laffont, coll. Bouquins, 1995.
- Jean Elleinstein, Histoire du phénomène stalinien, Grasset, 1975.
- Sheila Fitzpatrick, Le Stalinisme au quotidien. La Russie soviétique dans les années trente, Flammarion, Paris, 2002, 415 p.
- Moshe Lewin et Ian Kershaw (eds), Stalinism and Nazism: Dictatorships in Comparison, Cambridge University Press, 1997.
- Henry Rousso (dir.), Stalinisme et nazisme. Histoire et mémoire comparées, Paris/Bruxelles, IHTP-CNRS/Complexe, coll. « Histoire du temps présent » 1999, 387 p.
- Boris Souvarine, Le Stalinisme, Spartacus, 1964.
- Boris Souvarine, Staline, aperçu historique du bolchévisme, Plon, 1935, réédition Ivréa, 1992 - Détail des éditions ===
Sujets connexes
Albanie   Alexandra Kollontaï   Alexandre Soljenitsyne   Années 1960   Années 1980   Avortement   Bloc de l'Est   Boris Souvarine   Bouc émissaire   Capitalisme d'État   Communisme   Communisme de conseils   Cornelius Castoriadis   Démocratie   Déportation   Déstalinisation   Famine   France   GPU   Gauche communiste   Goulag   Grandes Purges   Guépéou   Henry Rousso   Histoire   Histoire de l'URSS sous Staline   Homosexualité   Ian Kershaw   Idéologie   Internationalisme   Jean-Louis Van Regemorter   Jean Elleinstein   Joseph Staline   Karl Marx   Khmers rouges   Kolyma   Kominform   Le Petit Robert   Lech Wałęsa   Luxembourgisme   Lénine   Léninisme   Léon Trotsky   Mao Zedong   Maoïsme   Marxisme   Marxisme-léninisme   Massacre de Katyń   Maurice Thorez   Moshe Lewin   NKVD   Nationalisme   Nouvelle politique économique   Népal   Otto Rühle   Parti communiste des ouvriers de France   Parti communiste marxiste-léniniste de France   Pravda   Procès de Moscou   Propagande   Pérou   Robert Conquest   Rupture sino-soviétique   République populaire de Chine   Sentier lumineux   Sheila Fitzpatrick   Stakhanovisme   Totalitarisme   Travail (économie)   Trotskisme   Union des républiques socialistes soviétiques   Victor Serge  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^