Course aux armements

Infos
Dans les années 1970, la course aux armements est une phase tendue des relations entre les deux Grands de la Guerre froide. Schéma de fonctionnement d'un MIRV, "Multiple independently targetable reentry vehicle", équipant le missile balistique intercontinental. Son nom commercial est "peacemaker"… un faiseur de paix… armée. Par extension, le terme de « course aux armements » désigne toute circonstance où deux groupes (deux espèces vivantes, deux systèmes, etc.) opp
Course aux armements

Dans les années 1970, la course aux armements est une phase tendue des relations entre les deux Grands de la Guerre froide. Schéma de fonctionnement d'un MIRV, "Multiple independently targetable reentry vehicle", équipant le missile balistique intercontinental. Son nom commercial est "peacemaker"… un faiseur de paix… armée. Par extension, le terme de « course aux armements » désigne toute circonstance où deux groupes (deux espèces vivantes, deux systèmes, etc.) opposés se dotent successivement de mesures et de contre-mesures, l'un ripostant à l'autre.

Déroulement

Les missiles européens

Alors que Soviétiques et Américains s'étaient mis d'accord pour limiter les armements par les accords SALT (1972), l'URSS procède à une modernisation de ses effectifs sans toutefois rompre les traités précédents. Elle diffuse les engins à têtes multiples, ce qui multiplie de fait sa puissance atomique mais n'entre pas dans le champ de restriction des traités. De plus, elle crée des missiles de moyenne portée, les SS-20, qu'elle place en Europe de l'Est: incapables d'atteindre les États-Unis, ils menacent cependant l'Europe Occidentale. Les Soviétiques engagent un réel effort de réarmement qui leur coûte 15% de leur PIB, contrairement au budget militaire americain qui n'est "que" de 5%.

Surarmement en Europe

Au début des années 1980, l'Institut d'Études Stratégiques de Londres publie un bilan du rapport des forces en Europe qui démontre la superiorité numérique soviétique : du point de vue des forces conventionnelles du Pacte de Varsovie auxquelles il faut ajouter les SS-20 installés sur le continent européen. Sur les 866 400 km² que représentent les superficies du Benelux, de la RFA, de la RDA, de la Pologne et de la Tchécoslovaquie qui constituent le théâtre Centre-Europe étaient concentré dans les années 1980 plus de 96 000 engins blindés de toute nature (dont 69 000 pour le Pacte de Varsovie), plus de 21 000 pièces d’artillerie (dont 17 000 pour le Pacte de Varsovie), environ 6 000 avions tactiques (dont 4 000 pour le Pacte de Varsovie), et 130 divisions (dont 95 pour le Pacte de Varsovie). Une telle densité d’armes, alors la plus élevée au monde, auxquelles s’ajoutent les arsenaux nucléaires et chimiques de quatre grandes puissances (URSS, États-Unis, Royaume-Uni, France) leurs réserves et celle de leurs alliés proches suffit à faire saisir l’étendue des destructions si ces armées étaient venues à s’affronter.

Accords de Salt II

Les négociations sur les limites d'armes deviennent alors plus difficiles et malgré une longue tractation le traité SALT II est signé par Brejnev et Jimmy Carter en 1979 à Vienne. Le Sénat américain refusera de le ratifier, l'accord étant jugé trop favorable aux Soviétiques. Cette impasse débouche sur la crise des euromissiles.

L’innovation technologique

La course aux armements conduisit surtout à une course aux innovations technologiques entre les 2 superpuissances et les puissances moyennes durant la guerre froide :

Course aux armements en biologie

En biologie de l'évolution, on utilise l'analogie de la course aux armements pour qualifier une situation de coévolution adaptative entre deux espèces dans laquelle les stratégies évolutives de l'une répondent aux stratégies de l'autre, et réciproquement. Les exemples les plus connus de telles courses aux armements concernent les systèmes hôte-parasite ou proie-prédateur. Ainsi, les tritons de Californie secrètent un poison (tétrodotoxine) qui les protègent de leurs prédateurs. Parmi ceux-ci, les couleuvres rayées ont évolué une résistance à cette toxine qui leur permet de contrecarrer ce mécanisme de défensePredator-Prey Arms Races ? Asymmetrical selection on predators and prey may be reduced when prey are dangerous. Brodie E. D. BioScience 49 (7), 557-568, 1999. .

Références

Bibliographie

- Richard J. Barnet: Der amerikanische Rüstungswahn. Rowohlt, Reinbek 1984, ISBN 3-499-11450-X
- Jürgen Bruhn: Der Kalte Krieg oder: Die Totrüstung der Sowjetunion. Focus, Gießen 1995, ISBN 3-88349-434-8

Course aux armements biologique

- Arms Races between and within Species. R Dawkins, JR Krebs. Proceedings of the Royal Society of London. Series B (1979) 205, 1161.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Adaptation (biologie)   Années 1970   Artillerie   Benelux   Biologie   Bombardier (avion)   Bombe A   Bombe H   Complexe militaro-industriel   Couleuvre rayée   Coévolution   Crise des euromissiles   Division (militaire)   Désarmement nucléaire   Espèce   France   Guerre froide   Horloge de la fin du monde   Hôte   Jimmy Carter   Londres   Mer-sol-balistique-stratégique   Militarisme   Missile balistique intercontinental   Missile de croisière   Pacte de Varsovie   Paix armée   Parasite   Poison   Pologne   Proie   Prédateur   Richard Dawkins   République démocratique allemande   SS-20   Sous-marin   Superpuissance   Système   Taricha granulosa   Tchécoslovaquie   Toxine   Tétrodotoxine   Union des républiques socialistes soviétiques   Vienne (Autriche)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^