Drôle de guerre

Infos
La drôle de guerre (en anglais "phoney war", fausse guerre; en allemand "Sitzkrieg", guerre assise) est la période de la Seconde Guerre mondiale sur le théâtre européen entre la déclaration de guerre par la France et le Royaume-Uni (les Alliés) à l'Allemagne nazie le 3 septembre 1939 et l'invasion par cette dernière de la France, de la Belgique, du Luxembourg et des Pays-Bas le 10 mai 1940. Elle reçut ce surnom du journaliste Roland Dorgel
Drôle de guerre

La drôle de guerre (en anglais "phoney war", fausse guerre; en allemand "Sitzkrieg", guerre assise) est la période de la Seconde Guerre mondiale sur le théâtre européen entre la déclaration de guerre par la France et le Royaume-Uni (les Alliés) à l'Allemagne nazie le 3 septembre 1939 et l'invasion par cette dernière de la France, de la Belgique, du Luxembourg et des Pays-Bas le 10 mai 1940. Elle reçut ce surnom du journaliste Roland Dorgelès reprenant une expression utilisée dans un reportage sur les armées alliées qui attendaient l'offensive dans leurs retranchements et notamment la ligne Maginot en trompant l'ennui. Les communiqués des armées ne faisaient état d'aucune activité notoire, tout au plus quelques escarmouches.

Déroulement

L'Europe au 1 Septembre 1939 Après s'être assuré que l'URSS participerait au démembrement du pays en signant le Pacte Molotov-Ribbentrop, Hitler lance ses armées sur la Pologne, le 1939, sans déclaration de guerre (voir : incident de Gleiwitz). En application de leur alliance, la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l'Allemagne. En particulier, la France a garanti après 1918 par des traités d'assistance mutuelle l'existence de la plupart des pays nouvellement créés en Europe centrale (avec l'arrière-pensée de créer un cordon sanitaire autour de l'Allemagne). Cependant, malgré la pression de Chamberlain, pas plus qu'elle n'a respecté ses engagements envers les précédentes victimes d'Hitler, la France ne respecte ses obligations envers la Pologne : celles-ci prévoyaient que la France attaquerait l'Allemagne 15 jours après le début de la mobilisation générale, soit à la mi-septembre. Mais les Français restent l'arme au pied alors que la Pologne fait seule face à l'agression allemande puis soviétique. Les Allemands utilisent alors pour la première fois la tactique de la « guerre éclair » (Blitzkrieg), qui assure à la Wehrmacht une victoire rapide malgré la contre-offensive de la Bsura. L'URSS prend alors sa part de la Pologne ainsi que les États baltes, et attaque la Finlande (Guerre d'Hiver) pour lui prendre la région frontalière de Carélie, près de Leningrad. Les Finlandais résisteront trois mois puis finiront par céder. Après sa première campagne victorieuse, Hitler se tourne vers l'ouest, mais rien ne se passe sur ce front pendant plusieurs mois. Retranchés derrière la ligne Maginot, les Français attendent l'assaut allemand pour l'endiguer. C'est un conflit sans combats majeurs si ce n'est quelques escarmouches de patrouilles de reconnaissance. C'est ce que l'on appelle la drôle de guerre. En France la structure de commandement se complexifie avec la création fin 1939 du GQG de Doumenc à mi-chemin entre Gamelin et Georges. On se retrouve dès lors pour le secteur clef des opérations avec pas moins de quatre échelons de commandement: – Gamelin (Défense nationale) – Doumenc (GQG intermédiaire) – Georges (Théâtre Nord-Est) – Billotte (1 premier Groupe d'Armées, c’est-à-dire l'essentiel de l'affaire) Sans oublier la chaîne "Air" distincte. Les trois premiers se "partageant" les principaux services d'État-major, ceux-ci y perdent évidemment en efficacité et plus personne ne dispose dans sa main de tous les outils nécessaires à la conduite de la bataille. Si on ajoute ces deux personnalités spécifiques, l'une dans l'ombre de Reynaud, l'autre dans celle de Daladier. Le conflit s'enlise jusqu'à ce que les hostilités reprennent au printemps, lorsque les alliés se préparent à couper l'approvisionnement en acier de Suède vers l'Allemagne depuis la Norvège, mais l'opération tourne au fiasco et l'Allemagne envahit le Danemark et la Norvège le 9 avril 1940. La drôle de guerre prend définitivement fin lorsque les armées allemandes lancent le Fall Gelb, une vaste offensive sur les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg violant la neutralité de ces États, puis à travers les Ardennes (la percée de Sedan) afin de prendre à revers la ligne Maginot. Cela entraîne le rembarquement précipité du corps expéditionnaire du Royaume-Uni et de la France en Scandinavie d'une part et l'encerclement du gros des forces alliées dans la poche de Dunkerque d'autre part. La Royal Navy et les bateaux de plaisance britanniques évacuent leurs troupes et une large partie des forces françaises durant l'Opération Dynamo en abandonnant leur équipement lourd, tandis qu'un rideau de troupes françaises freine la réduction du réduit avant d'être fait prisonnier.

Propagande et économie de guerre

Les chansons patriotiques de la der des ders comme La Madelon sont utilisées en version douce-amère nostalgique. L'Allemagne a de son côté le Westwall ou ligne Siegfried. Les combats surtout aériens feront de part et autre environ 1 500 morts. La propagande est dirigée pour l'Allemagne par Goebbels et pour la France par Giraudoux. Les deux adversaires mettent leur économie au service de leurs armées. En France, pour respecter la consigne du Parti communiste français : « Une heure de moins pour la production, c'est une heure de plus pour la révolution », de nombreux sabotages sont commis. Les États-Unis vendent comptant leur matériel militaire uniquement aux Alliés tandis que l'URSS fait commerce de ses ressources avec l'Allemagne. L'accès au minerai de fer suédois déclencha un affrontement en Norvège et son invasion par les nazis. Les Alliés déclenchèrent le blocus et l'Allemagne quelques attaques par ses sous-marins.

Littérature

La « drôle de guerre » sert de contexte à de nombreuses œuvres littéraire comme Un balcon en forêt de Julien Gracq publié en 1958 où l'auteur prend appui sur son expérience de soldat dans les Ardennes au début de la Seconde Guerre mondiale.

Voir aussi

- Étapes marquantes de la Seconde Guerre mondiale :
- avant : Campagne de Pologne
- Drôle de guerre : Campagne de Norvège | Guerre d'Hiver
- après : Bataille de France
- Chronologie : septembre 1939 - octobre - novembre - décembre - janvier 1940 - février - mars - avril Catégorie:Histoire de la France pendant la Seconde Guerre mondiale bg:Странна война ca:Guerra de Broma de:Sitzkrieg en:Phoney War es:Drôle de guerre fi:Valesota he:המלחמה המדומה hu:Furcsa háború it:Finta guerra ja:まやかし戦争 ka:უცნაური ომი ko:가짜 전쟁 nl:Schemeroorlog no:Phony War pl:Dziwna wojna ro:Războiul ciudat ru:Странная война sr:Лажни рат sv:Låtsaskriget tr:Phony Savaşı zh:假戰
Sujets connexes
Adolf Hitler   Allemagne   Allemand   Anglais   Ardenne   Ardennes (département)   Arthur Neville Chamberlain   Aviation   Bataille de France   Belgique   Blitzkrieg   Blocus   Campagne de Norvège   Chronologie de la Seconde Guerre mondiale   Danemark   Dunkerque   France   Gaston Billotte   Guerre d'Hiver   Guerre sous-marine   Jean Giraudoux   Joseph Goebbels   Juin 1940   Julien Gracq   Ligne Maginot   Ligne Siegfried   Luxembourg (pays)   Maurice Gamelin   Norvège   Opération Himmler   Pacte Molotov-Ribbentrop   Parti communiste français   Paul Reynaud   Pays-Bas   Pays baltes   Percée de Sedan   Pologne   Première Guerre mondiale   Propagande   Roland Dorgelès   Royal Navy   Royaume-Uni   Scandinavie   Seconde Guerre mondiale   Suède   Un balcon en forêt   Union des républiques socialistes soviétiques   Wehrmacht  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^