Arme chimique

Infos
Attaque au gaz durant la 1ere guerre mondiale Une arme chimique est une arme utilisant un (ou plusieurs) produit(s) chimique(s), toxiques pour l'étre humain (et souvent pour tout ou partie des animaux, voire pour les plantes). La recherche et l'emploi d'armes chimiques s'inspirent de ceux d'armes biologiques, dont l'usage est très ancien. L'arme peut être (mortelle) ou simplement neutralisante. L'usage intense et la fabrication industrielle de ces armes se sont développés e
Arme chimique

Attaque au gaz durant la 1ere guerre mondiale Une arme chimique est une arme utilisant un (ou plusieurs) produit(s) chimique(s), toxiques pour l'étre humain (et souvent pour tout ou partie des animaux, voire pour les plantes). La recherche et l'emploi d'armes chimiques s'inspirent de ceux d'armes biologiques, dont l'usage est très ancien. L'arme peut être (mortelle) ou simplement neutralisante. L'usage intense et la fabrication industrielle de ces armes se sont développés en 1914-1918. La charge toxique (chlore dans un premier temps) a d'abord été diffusée sous forme gazeuse emportée par le vent vers l'ennemi, puis transportée par un vecteur (munition), généralement obus ou bombe, mais des grenades chimiques ont été utilisées au moins dès 1914-1918.

Types

Les agents chimiques sont des armes de destruction massive. Ils peuvent être classé en trois catégories :
- Les irritants, comme les gaz lacrymogènes ;
- les incapacitants psychiques ou physiques
- les agents létaux qui provoquent la mort, eux-mêmes classés en plusieurs groupes :
- les agents vésicants ;
- les agents suffocants ;
- les agents asphyxiants ;
- les agents neurotoxiques.

Historique

Des bombonnes de gaz chlorés toxiques ont été utilisés avant une production massives d'obus à gaz lors de la Première Guerre mondiale Soldats de la 55ème division de la British Army, aveuglés par les gaz de combats durant la Bataille de la Lys le 10 avril 1918 (cliquez pour agrandir) Bien que le fait soit rarement évoqué, l'armée allemande employa pour la première fois des obus à gaz dès fin 1914 en Pologne contre l'armée de l'empire russe, mais le froid intense les rendit absolument inefficaces.Histoire de la guerre terrestre, Encyclopédie elsevier, Bruxelles, 1977, ISBN 2800302275 La première attaque chimique massive employé avec succès lors de la Première Guerre mondiale eu lieu le 22 avril 1915, près d’Ypres par l'armée allemande. La vapeur de chlore envoyé sous forme d'un nuage dérivant sur les lignes alliées était émise à partir de bouteilles d'acier ouvertes sur place. L'attaque fit environ 10 000 victimes (morts ou hommes hors de combat). Mais il s'avère que la France avait mené des recherches secrètes avant la Grande Guerre sur le sujet et avait employé ponctuellement du gaz lacrymogène non-léthal sans succès dans des projectiles nommés engins suffocants. Il s'en est ensuivi une "course" aux protections (masques anti-gaz) et aux produits de plus en plus toxiques avec une accumulation de stocks considérables (qui n'ont que peu été utilisé après 1919). La ville d'Ypres a ainsi donné son nom à l'un des plus célèbre gaz de combat, l'ypérite ou gaz moutarde, utilisé pour la première fois sur le front le 11 juillet 1917.Daniel Riche, La Guerre Chimique et Biologique, Belfond, Paris, 1982, ISBN 2.7144.1731.0, p. 104 En 1918, avant l'armistice, un obus sur quatre sortait des chaînes de fabrication muni d'une charge chimique. Grâce au masques anti-gaz et à un assez mauvais pouvoir de dispersion, seuls 5 % des tués furent victimes de ces armes, mais elles ont fait de nombreux blessés, et on s'est rendu compte plusieurs décennies après que l'Ypérite était également cancérigène, comme probablement les arsines et d'autres toxiques, qui pourraient par ailleurs être un facteur supplémentaire de risque pour la Maladie d'Alzheimer ou de Parkinson, ou responsables de troubles de la fertilité et de la reproduction. L'horreur inspirée par ces armes s'est traduite par des dispositions visant leur interdiction dans les traités internationaux, dont notamment l'article 171 du Traité de Versailles qui prohibe l'usage des gaz toxiques, sans paradoxalement en interdire la fabrication et le stockage en masse, qui fut une réalité jusqu'à la fin de la guerre froide dans nombre de nations. Selon les historiens Seiya Matsuno et Yoshiaki Yoshimi Dokugasusen kankei shiryô II, Kaisetsu, 1997 l'empereur Showa autorisa en dépit de ces traités et durant la guerre sino-japonaise dès 1937, l'usage d'armes chimiques contre les troupes ennemies et les populations civiles. À titre d'exemple, des gaz toxiques furent autorisées à 375 reprises lors de la Bataille de Wuhan d'août à octobre 1938 et ce, en dépit de la résolution du 14 mai de la Société des nations condamnant l'usage de gaz toxiques par l'armée japonaise. Ces armes ne furent toutefois jamais autorisées sur le champ de bataille contre des nations occidentales mais seulement contre les autres populations de race jaune jugées "inférieures" et des prisonniers de guerre. Dès 1937, l’Allemagne exploite les propriétés neurotoxiques d'un insecticide organophosphoré, le tabun; puis en 1939, le sarin; et en 1944, le soman. Après guerre, les amitons furent développés, les trois derniers produits agissant même à travers l’épiderme. L’ypérite a continué à être utilisé dans des conflits «périphériques» malgré les dénégations de leurs utilisateurs. Les infrastructures de production d'engrais et de pesticides ont respectivement pu fournir de grandes quantités d'explosif (nitrates) et de neurotoxiques et autres produits chimiques pour la guerre. Le non-emploi des produits stockés, pendant la Seconde Guerre mondiale, est heureux, bien que mal expliqué. Il a en tous cas laissé des stocks importants qui attendent qu'on les traite ou qui n'ont pas jusqu'à un passé récent été correctement éliminés (c'est-à-dire éliminés sans impacts écologiques ou sanitaires ni définitivement pour les toxiques non dégradables). Depuis, de nombreux pays ont fait des recherches sur les possibilités d'utiliser des produits chimiques dans le cadre militaire. Ils ont donc développé, étudié et stocké des quantités, parfois très importantes, de ces substances toxiques qui sont souvent très délicates à détruire. L'utilisation d'armes chimiques après la Seconde Guerre mondiale fut relativement limité mais la guerre Iran-Irak vit l'utilisation massive de ces armes par l'Irak. On a vu la crainte d'un terrorisme chimique se concrétiser avec les attentats au sarin commit au Japon par la secte Aum Shinrikyo en 1994 et 1995. Depuis janvier 2007, on assiste durant la guerre d'Irak à des attentats à l'explosif combiné avec du chlore contre la population .

Convention sur l'interdiction des armes chimiques

Quand ce type d'armes est destiné à être utilisé sur un périmètre important pour tuer de nombreuses personnes, elle est désignée comme arme de destruction massive, au même titre qu'une arme nucléaire. Actuellement, ce type d'armes fait l'objet d'une Convention sur l'interdiction des armes chimiques entré en vigueur en 1997, par laquelle les pays signataires s'interdisent leur utilisation et promeuvent leur destruction. En 2006, seuls les pays suivants n'ont pas adhéré à cette convention : Angola, Barbade, Égypte, Irak, Liban, Monténégro, Syrie, Corée du Nord et Somalie

Principaux produits toxiques utilisables comme armes chimiques

ogive de missile sol-sol Honest John. Les sous-munitions M139 devant contenir du sarin sont bien visibles. Il existe de nombreux produits toxiques pouvant être employés comme armes. Ils sont classés dans divers types, en fonction de leur mode d'action. On distingue ainsi les vésicants, les suffocants, les plus dangereux étant les neurotoxiques. Ces produits se présentent généralement sous forme de gaz ou d'aérosols largués dans des bombes ou pulvérisés par des avions spécialement équipés.
- Acide cyanhydrique (Forestite)
- Acroléine (Papite)
- Gaz moutarde (Ypérite)
- Gaz poivre
- Gaz VX
- Phosgène
- Sarin
- Soman
- Tabun Remarque:
-S'il n'était pas utilisé comme gaz de combat, l'insecticide Zyklon B, à base d'acide cyanhydrique, peut être considéré comme arme chimique dans le sens où il était détourné de sa fonction première pour gazer en masse des populations déportées.
- L'agent orange, est un défoliant qui peut également être considéré comme une arme chimique en raison de sa toxicité à long terme.

Les effets des armes chimiques

Les chiffres du tableau sont exprimés en hectares couverts par tonne de produit toxique répandue à densité uniforme sur des objectifs matériels ou des personnels sans protection. Par exemple, par une journée chaude et un temps couvert, 5 kg de Sarin par hectare, mettrait hors de combat 50 % des personnels supposés sans masque (attaque surprise).

Parades

Équipement NBC (Nucléaire Biologique Chimique) - Armée française - 1997 Personnels de l'USAF en tenue NBC durant un exercice sur un aéroport en 1985 Pour se protéger des agents chimiques, il n'existe que trois types de parades :
- la combinaison étanche de protection comprenant un masque à gaz adapté aux risques NBC (Nucléaire, Biologique, Chimique), c’est-à-dire conçue pour empêcher l'inhalation ou le contact avec les agents de l'un ou de l'autre type (hormis le rayonnement radioactif). Il faut porter l'équipement de protection préventivement. Or plusieurs types de gaz de combats n'ont ni goût ni odeur, ou n'induisent des symptômes évidents qu'après un certain temps (plusieurs heures pour l'ypérite).
- Curativement : Ingérer ou injecter un antidote (s'il en existe un) dans les minutes qui suivent l'exposition.
- Décontaminer le corps, les objets et lieux avec des produits adaptés (ce qui demande de connaitre l'agent en question)

Armes chimiques non-conventionnelles

On évoque depuis les années 1990 des recherches sur une arme chimique capable de dissoudre les caoutchoucs, naturel et synthétique. Plus de pneus, de joints ou de durits, cela implique tout simplement la paralysie d’une armée. En 1914-1918, l'Ypérite était déjà capable de passer au travers du caoutchouc naturel (latex). Rappelons qu’il avait été envisagé par les services français lors de l'affaire du Rainbow Warrior de dégrader le gazole du navire en déversant des bactéries dans les réservoirs, avant de retenir l’option de la bombe. Dans la même logique, des agents aptes à dégrader le cuivre ou le silicium aurait des effets similaires en détruisant les systèmes de communications. On a aussi évoqué les armes phéromoniques ; un laboratoire de l'US Air Force avait demandé un financement en 1994 pour une arme capable de plonger les troupes visées dans un véritable état de transe sexuelle, celui ci a été refusé par le Département de la Défense .

Problèmes environnementaux

Certains de ces produits ne se dégradent pas, ou ne se dégradent que très lentement et les amorces des munitions anciennes contiennent par ailleurs du mercure toxique (sous forme de 2 grammes de fulminate de mercure) et un explosif souvent également toxique. Les stocks de munitions chimiques ou de toxiques de guerre sont un danger permanent exposant à un risque croissant de fuites et de contacts dans le cas des munitions anciennes qui se dégradent inéluctablement. De nombreuses munitions non-explosées ont été détruites dans de mauvaises conditions après guerre sur terre, ou en mer, ou persistent dans les sols, notamment en Belgique et en France, dans la zone rouge la plus touchée par la Première Guerre mondiale. Les stocks de munition non explosée ou non-utilisées ou ont été immergés, avec plusieurs dépôts de dizaines de milliers de tonnes, contribuant aux séquelles durables des guerres mondiales et de la guerre froide (eau, air et sols pollués, écosystèmes dégradés, menace permanente pour les ressources en eau potable et en produits de la mer, problèmes de santé). Une convention internationale engage ses pays signataires à éliminer leurs stocks d'armes chimiques avant 2007. Peu de pays ont pris les moyens d'y arriver, et la résolution du problème des nombreux dépôts immergés en mer n'est pas inclu dans la convention. La Commission OSPAR et la Commission HELCOM y travaillent également dans le cadre de deux conventions régionales, mais sans que se sujet semble prioritaire pour leurs états membres, bien que les pays de la Baltique s'en inquiètent sérieusement depuis la découverte par les pêcheurs d'un nombre important d'obus ou de contenants fuyant dans leurs filets (au Danemark notamment, où 400 pêcheurs au moins auraient été brûlés par de l'Ypérite).

Notes et références

Voir aussi

===
Sujets connexes
Acroléine   Affaire du Rainbow Warrior   Agent orange   Allemagne   Angola   Années 1990   Antidote   Arme   Arme biologique   Arme de destruction massive   Arme nucléaire   Armistice   Armée allemande   Armée française   Aum Shinrikyo   Barbade   Bataille de Wuhan   Bataille de la Lys (1918)   Bombe (militaire)   British Army   Caoutchouc (matériau)   Chlore   Composé chimique   Convention sur l'interdiction des armes chimiques   Corée du Nord   Crimes de guerre japonais   Cuivre   Danger   Densité   Durit   Défoliant   Engrais   Forestite   Fulminate de mercure   Gaz VX   Gaz lacrymogène   Gaz moutarde   Gaz poivre   Gazole   Grenade (arme)   Guerre Iran-Irak   Guerre froide   Guerre sino-japonaise (1937-1945)   Hectare   Insecticide   Irak   Japon   Latex   Liban   Maladie d'Alzheimer   Maladie de Parkinson   Masque à gaz   Mercure (chimie)   Missile sol-sol   Monténégro   Munition   Munition immergée   Munition non explosée   Neurotoxique   Nitrate   Obus   Ogive (missile)   Papite   Pesticide   Phosgène   Phéromone   Pologne   Première Guerre mondiale   Pulvérisation   Risque   Sarin   Seconde Guerre mondiale   Sexe   Showa   Silicium   Somalie   Soman   Syrie   Séquelle de guerre   Tabun   Terrorisme   Tonne (unité)   Toxicité des munitions   Vésicant   Ypres   Zone rouge (séquelles de guerre)   Zyklon B  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^