Shining (film)

Infos
Shining (The Shining) est un film britannique réalisé par Stanley Kubrick, sorti en 1980 et adapté du roman éponyme de Stephen King.
Shining (film)

Shining (The Shining) est un film britannique réalisé par Stanley Kubrick, sorti en 1980 et adapté du roman éponyme de Stephen King.

Synopsis

Jack Nicholson y joue le rôle de Jack Torrance, un écrivain un peu perdu, en panne d'inspiration, qui, pour écrire sereinement son nouveau roman, accepte l'emploi un peu particulier de gardien de l'hôtel Overlook, dans les montagnes du Colorado, vide et coupé du monde durant tout l'hiver. Accompagné de sa femme Wendy et de leur fils Danny, il va, petit à petit, perdre la raison sous l'influence de cet hôtel où de terribles évènements ont à jamais marqué les lieux... Le titre évoque le don de télépathie que possèdent à divers degrés tous les personnages de ce film, mais plus particulièrement Danny, le fils de Jack Torrance, et le cuisinier de l'hôtel. Ce dernier utilisait ce don pour « parler » pendant des heures avec sa grand-mère, et tous deux l'avaient appelé « the Shining ». La bande-annonce du film est une des plus célèbres et réussit à produire une tension insoutenable et à susciter l’horreur en une courte durée.

Fiche technique

- Titre : Shining
- Titre original : The Shining
- Origine :
- Réalisation : Stanley Kubrick
- Directeur de la photographie : John Alcott
- Opérateur caméra : Garett Brown
- Année : 1980
- Genre : Horreur, fantastique, thriller
- Durée : 119 minutes, 146 minutes (version intégrale)
- Musiques : Béla Bartók, Penderecki, Ligeti, Wendy Carlos, Rachel Elkind
- Interdit aux moins de 12 ans

Distribution

-Jack Nicholson : Jack Torrance
-Shelley Duvall : Wendy Torrance
-Danny Lloyd : Danny Torrance
-Scatman Crothers : Dick Hallorann
-Barry Nelson : Stuart Ullman
-Philip Stone : Delbert Grady
-Joe Turkel : Lloyd

Analyse

Un film marquant

Loin d'être un film vraiment violent, Shining est avant tout un long-métrage angoissant dans lequel règne une ambiance froide et morbide, soulignée par une musique inquiétanteComme dans tous ses films, Kubrick utilise une œuvre du répertoire classique. Dans Shining, c'est la Musique pour cordes, percussion et célesta, de Béla Bartók, qui est habilement exploitée.. Cependant, certaines scènes, courtes mais efficaces, ont installé la réputation du film, notamment les flots de sang jaillissant d'un ascenseur ou encore la scène où Jack Nicholson défonce une porte à coups de hache. L'esthétique particulière du film tient en partie à l'utilisation par le réalisateur d'objectifs de courte focale donnant à l'image des perspectives déformées. Les éclairages ainsi que la mise en scène participent également à cette identité visuelle singulière. Privilégiant les climats et les décors, Stanley Kubrick a démontré avec génie que la peur n'était pas conditionnée par la nuit. Ici, l'horreur naît dans des paysages immaculés, sous une lumière aveuglante... Mais le trait distinctif de Shining est l'utilisation du steadicam, opéré par son inventeur, Garett Brown. Kubrick est le premier réalisateur à avoir fait usage de cet appareil dans une aussi grande proportion pour un film. La caméra semble se déplacer dans l'espace par ses propres moyens, elle vole à la manière d'un fantôme. Elle suit les personnages dans l'hôtel, donnant l'impression d'une présence et confère au film un aspect étrange. C'est un film qui fait preuve de beaucoup de réalisme malgré le fantastique utilisé par Kubrick.

La symbolique du labyrinthe

Les personnages vont, au fil du film, se perdre et ce à différents niveaux : physiquement, émotionnellement et mentalement. La symbolique du labyrinthe est donc très présente et se traduit notamment à travers les décors. On trouve tout d'abord un labyrinthe de verdure, présent dans deux scènes, qui joue un rôle important dans l'histoire. Puis l'hôtel lui-même, immense, avec ses couloirs sans fin et sa chambre interdite, hôtel qui est un véritable dédale, inquiétant et menaçant : les moments où Danny le parcourt frénétiquement sur son « Big Wheel »"Big Wheel" est le nom d'un tricycle pour enfants, bon marché, en plastique, commercialisé aux États-Unis dans les années 1970. sont extrêmement angoissantes; une scène un peu similaire se trouve dans le film The Omen (1976), elle pourrait avoir influencé celles de Shining. Enfin, le labyrinthe de l'esprit : certains fantômes affirment à Torrance que ce dernier est employé dans l'hôtel depuis très longtemps. On pourrait croire qu'il ne s'agit que d'une hallucination du personnage, mais le dernier plan du film, à l'attention des seuls spectateurs- il n'y a plus aucun personnage sur place ni à proximité- nous montre sur une photo, prise un demi-siècle plus tôt en 1921, Jack Torrance en habit de soirée participant à une fête donnée à l'hôtel. Par ailleurs, le caractère énigmatique et troublant de cette fin rapproche Shining de 2001, l'odyssée de l'espace car elle ouvre davantage la réflexion sur les interprétations possibles.

Un devoir de mémoire

Kubrick a aussi glissé dans plusieurs scènes une réflexion concernant les injustices qui ont été faites aux indiens lors de la conquête de l'Amérique du Nord. La scène où du sang jallit de l'ascenseur montre que ce sang provient du sous-sol. Rappelons que l'hôtel Overlook fut bâti sur un cimetière indien. Quand le cuisinier noir est abattu par Jack Torrance, il est allongé au milieu d'un motif indien. Quand le petit Danny est poursuivi dans le labyrinthe, il parvient à fuir son père grâce à une ruse d'indien. Enfin, autre exemple, lorsque Jack entre dans la chambre 237, il voit une belle femme que l'on peut percevoir comme un symbole américain. Une femme qui est en réalité un cadavre immonde. Beaucoup d'autres éléments montrent que Kubrick joue sur ce devoir de mémoire.

Autour du film

Shining dans la culture populaire

Shining, a été l'objet de nombreuses parodies ou « clins d'œil » dans de nombreux médias différents.
- Le film a été cité dans un épisode de NCIS, citation faite après qu'un mort sur lequel était inscrit « Redrum » a été retrouvé sur une scène de crime.
- L'épisode Simpson Horror Show V des Simpson contient une parodie de Shining : Homer Simpson tente de tuer sa famille dans l'hôtel prêté par Monsieur Burns.
- Dans le même épisode des Simpson, Maggie écrit « Redrum » avec des cubes.
- Dans un autre épisode des Simpson, Bart essaye de contacter son père par la pensée, comme s'il utilisait le « shining », pour qu'il passe le chercher, mais c'est Milhouse qui écrit sur un mur « Trab pu kcip » (inverse de « Pick up Bart » = « Venir chercher Bart ») et qui le prononce plusieurs fois à la manière de Danny.
- Dans l'épisode 9 de la saison 9 des Simpsons, le plus jeune fils Flanders fait parler son doigt en répétant « la chambre rouge » en anglais « Red room » se rapprochant phonétiquement de « RedRum ».
- Un tee-shirt représentant le bébé de la famille Griffin en train d'écrire « Redrum » avec des cubes a été commercialisé.
- Dans le jeu-vidéo Half-Life, on peut trouver un scientifique mort à côté de la salle 237, la solution de l'énigme suivant ce passage étant une série de téléporteurs numérotés 2, 3 et 7.
- Le site a publié une en Flash interprétée par des lapins.
- Le groupe Slipknot a réalisé le clip de Spit it out en parodiant différentes scènes de Shining.
- Le début du clip Rock The House de Gorillaz fait référence à Shining car on y voit la caméra suivant Noodle qui parcourt le manoir en « Big Wheel ».
- Dans l'épisode 14 de la saison 6 de la série Smallville, Lana refusant les avances de son garde du corps, celui-ci en devient fou et la poursuit dans le manoir de Lex. Elle s'enferme alors dans sa chambre, il prend une hache et défonce la porte avec celle-ci. Il entre ensuite dans la chambre et, Lana s'étant enfuie par la fenêtre, il la suit dehors dans une tempête de neige et essaie de la tuer à coups de hache. Cette scène est très similaire au scénario du film.
- Le vidéoclip de la chanson The kill de la formation 30 Seconds to Mars a été fortement inspiré du film.
- Dans le jeu vidéo Max Payne 2: The Fall of Max Payne, Max Payne traverse une maison d'horreur dans un parc d'attractions. On peut trouver le mot « Redrum » écrit sur un mur avec du sang, et le reflet de ce mot (« Murder ») dans le miroir.
- Dans le film Scary Movie, le tueur, habillé comme dans Scream, prononce le mot « Redrum ». De plus, on voit un moment le père de l'héroïne qui montre sa tête par la porte entrouverte. C'est une parodie de la scène où Jack Nicholson montre sa tête par le trou de la porte qu'il vient de faire lui-même.
- Dans l'épisode Malcolm in the Middle de la série télévisée Malcolm, Reese imite Danny en « faisant parler » son doigt alors qu'il va voir la psychologue de l'école.
- Dans l'épisode Vas-y Dieu, vas-y de South Park, Eric Cartman veut se faire congeler pour attendre la sortie de la console Wii, et sa position rapelle grandement celle de Nicholson à la fin du film, lorsqu'il est congelé dans la neige.
- Dans l'épisode Poisson Sanglant de South Park, la tante de Stanley lui offre un poisson rouge. Celui-ci assassine plusieurs habitants de South Park au cours de l'épisode. Les enfants demandent alors à la tante de Stanley où celle-ci a acheté le poisson. Il s'agit de « L'animalerie du vieux cimetière indien ». Questionné sur le nom du magasin, le commerçant leur explique qu'il a érigé le bâtiment au-dessus d'un ancien cimetière indien : il s'agit d'une allusion à la situation de l'hôtel dans le film.
- Dans le film Le Fils de Chucky de Don Mancini, Chucky essaye de retrouver Tiffany, qui s'est réfugiée dans une chambre d'hôpital avec son fils Glen. Chucky prend une hache et commence à fracasser la porte puis passe la tête pas le trou : c'est un rappel de la scène avec Jack Nicholson.
- Dans Time Splitter: Futur perfect, le héros Cortez s'aventure dans un manoir infesté de zombis. Dans une chambre, on peut remarquer le mot « Redrum » inscrit a la craie sur un tableau noir.
-Jack Torrance est dans la liste d'AFI's 100 ans... 100 Héros et Méchants du cinémas US.
- Dans l'épisode de Futurama où Bender doit passer une nuit dans le château hanté qui lui a été légué par son grand-père, on peut voir dans une scène un code binaire en chiffre de sang qui apparaît sur le mur, et lorsque Bender le lit dans le miroir, il en est terrifié. C'est une référence à la scène du Redrum.
- La scène de la traque de Danny par Jack dans les cuisines de l'hôtel est reprise dans Jurassik Park lorsque Tim tente d'échapper à un vélociraptor.

Anecdotes

- Pour les scènes en extérieur, les immenses tas de neige autour de l'hôtel étaient constitués de sel. Le résultat à l'écran est tout à fait saisissant, notamment lors de la scène finale.
-
-
- Jack est écrivain comme F. Alexander dans Orange Mécanique.
- , usé par la fatigue- il tape à l'infini sur sa machine la même phraseAll work and no play makes jack a dull boy., soit : Beaucoup de travail fait de Jack un mauvais garçon.- et la rage, comme Alex dans Orange Mécanique.
- La marche dans le labyrinthe est équivalente à la marche ininterrompue du colonel Dax dans les tranchées du film Les Sentiers de la gloire.
-
- Les deux acteurs masculins ont le même prénom dans le film et dans la vie.
- Dans le livre, l'hôtel maléfique, disparaît après l'explosion de la chaudière, dans le film seul Jack meurt.
- Musiques de Béla Bartók et Penderecki, générique par Wendy Carlos, arrangement sur la Symphonie fantastique de Berlioz, générique de fin : Midnight, the Stars and You.
- Le film qui passe à la télévision lorsque Danny parle à sa mère et à son double, symbolisé par son doigt, est Un été 42,
- Lors des premiers plans aériens du film, pendant le générique du début, on peut apercevoir l'ombre d'un hélicoptère sur un flanc de montagne. Connaissant le perfectionnisme de Kubrick sur ses films, cette ombre malencontreuse a souvent été commenté.
- De nombreuses erreurs de continuité (plus d'une vingtaine) sont aisément repérable tout au long du film, ce qui est inhabituel chez Kubrick connaissant sa méticulosité. ¨Par exemple lorsque Danny joue aux voitures sur la moquette, une balle arrive près de lui, le plan change et les motifs de la moquette indique qu'il n'est plus au même endroit.

Notes et références

Voir aussi

- Shining (The Shining), télésuite de Mick Garris (1997) ===
Sujets connexes
AFI's 100 ans... 100 Héros et Méchants   Acteur   Adobe Flash   Amérindiens   Amérique du Nord   Années 1970   Barry Nelson   Bart Simpson   Bender   Béla Bartók   Chucky   Cinéma britannique   Colorado   Danny Lloyd   Don Mancini   Fantastique   Film d'horreur   Futurama   Gorillaz   Half-Life   Jack Nicholson   John Alcott   Le Fils de Chucky   Les Sentiers de la gloire   Les Simpson   Lolita (film, 1962)   Maggie Simpson   Malcolm (série télévisée)   Mick Garris   Musique pour cordes, percussion et célesta   Nicholson   Philip Stone   Rage   Scary Movie   Scatman Crothers   Scream   Shelley Duvall   Shining   Shining (télésuite)   Simpson Horror Show V   Slipknot   Smallville   South Park   Stanley Kubrick   Steadicam   Stephen King   Symphonie fantastique   Tee-shirt   Thriller (cinéma)   Tricycle   Télépathie   Télésuite   Wendy Carlos   Wii  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^