Joachim von Ribbentrop

Infos
A gauche, Von Ribbentrop durant le procès de Nuremberg Joachim von Ribbentrop (30 avril 1893 à Wesel - 16 octobre 1946 à Nuremberg, Allemagne) était ministre des affaires étrangères du Troisième Reich de 1938 à 1945.
Joachim von Ribbentrop

A gauche, Von Ribbentrop durant le procès de Nuremberg Joachim von Ribbentrop (30 avril 1893 à Wesel - 16 octobre 1946 à Nuremberg, Allemagne) était ministre des affaires étrangères du Troisième Reich de 1938 à 1945.

Jeunesse et débuts

Il passe sa jeunesse au Canada anglophone. Soldat pendant la Première Guerre mondiale, il est blessé en 1917. Ancien représentant en vin de Champagne pour Pommery, il rejoint le NSDAP en 1932 où ses liens avec le milieu politique traditionnel sont appréciés. Il est alors l'ami de Heinrich Himmler mais leur relation se détériore.

Diplomate

Signature du Pacte Molotov-Ribbentrop, à l'arrière plan Ribbentrop est à côté de Staline En juin 1935, il négocie un accord naval germano-britannique permettant au Reich d’accroître sensiblement sa flotte. D'abord ambassadeur à Londres en 1936, il devient ministre des affaires étrangères d'Hitler en 1938 à la place de Konstantin von Neurath. Il est l'artisan, avec Viatcheslav Molotov, du pacte germano-soviétique de non-agression qui aboutit notamment en 1939 à la partition de la Pologne entre les deux puissances. Il prépare aussi le terrain diplomatique de l’annexion des Sudètes et joue un rôle essentiel dans le rapprochement entre Hitler et Mussolini qui aboutit au Pacte d'Acier signé le 22 mai 1939. Il pousse au déclenchement de la guerre contre l'URSS en 1941.

Perte d'influence

Au fur et à mesure que la guerre se poursuit, l'influence de Ribbentrop diminue. De plus, la plupart des personnes qu'il nomme dans les ambassades sont grossièrement incompétentes. Hitler le marginalise, mais le maintient dans son entourage où il est fréquemment moqué. Il est complètement exclu de la tentative d'assassinat du 20 juillet 1944 pourtant menée par sa classe sociale.

Jugement et exécution

Procès de Nuremberg; Ribbentrop est assis à l'avant en deuxième position en partant de la droite Lors du Procès de Nuremberg, il nie toute responsabilité au sujet des camps de concentration. Cependant, il aurait poussé, en septembre 1942, les diplomates allemands en poste dans les pays occupés à accélérer les déportations de Juifs. Ribbentrop se serait plaint auprès des Italiens des lenteurs dans la déportation des Juifs de la zone d'occupation italienne de la France. Les diplomates ont joué un rôle important dans l'organisation de la déportation, négociée, comme en France avec le régime de Vichy en juin 1942, lorsque le représentant allemand auprès du régime de Vichy exige de Laval la déportation de 50.000 Juifs. Au cours du procès, c'est le procureur français Edgar Faure qui mène le contre-interrogatoire : il lit à l'accusé un extrait d'une lettre de l'Ambassade d'Allemagne du 27 juin 1942, adressée au chef de la Sicherheitspolizei en France. « Le Hauptsturmführer Dannecker m'a indiqué qu’il avait besoin au plus tôt de 50 000 Juifs de la zone libre pour être déportés vers l'Est, et qu'il convenait de soutenir l'action de Darquier de Pellepoix, Commissaire Général aux Questions Juives. » Dans sa réponse, Ribbentrop s'embrouille et se laisse piéger par Edgar Faure. Il commence par nier avoir eu connaissance de ce travail de ses propres services, avant d'essayer de dire qu'il a tenté de temporiser, ce qui indique qu'il connaissait parfaitement la situation. En avril 1943, Ribbentrop participe aussi à une conférence entre Hitler et le Hongrois Horty durant laquelle ce dernier est informé que les Juifs devaient être exterminés ou envoyés en camps de concentration. Ribbentrop après son exécution Il est condamné à mort lors du Procès de Nuremberg en 1946 pour plan concerté ou complot, crimes contre la paix, crimes de guerre et crime contre l'humanité, et il est le premier des condamnés à être exécuté par pendaison dans la nuit 16 octobre 1946 à 1h01 . Ses dernières parole sur l'échafaud : : « Que Dieu protège l'Allemagne, sur le point de mourir, j'exprime l'espoir qu'elle puisse conserver son unité, et que l'ouest et l'est arriveront à s'entendre sur ce point. »

Référence

-Magazine Historia N° 334 septembre 1974 Sur le procès de Nuremberg ==
Sujets connexes
Adolf Hitler   Allemagne   Benito Mussolini   Camp de concentration   Canada   Crime contre l'humanité   Crime de guerre   Edgar Faure   Hauptsturmführer   Heinrich Himmler   Juin 1942   Konstantin von Neurath   Londres   Maisons de Champagne   Nuremberg   Pacte Molotov-Ribbentrop   Pacte d'Acier   Parti national-socialiste des travailleurs allemands   Pierre Laval   Pologne   Première Guerre mondiale   Procès de Nuremberg   Septembre 1942   Sicherheitspolizei   Sudètes   Theodor Dannecker   Troisième Reich   Viatcheslav Mikhaïlovitch Molotov   Vin de Champagne   Wesel  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^