Bataille de Saratoga

Infos
EN COURS DE TRADUCTION DEPUIS ICI La Bataille de Saratoga est considérée par de nombreux historiens comme le tournant de la guerre d'indépendance américaine et l'une des batailles les plus décisives de l'histoire. La défaite et la capture d'une grande partie des forces militaires britanniques lors de la campagne de Saratoga par Américains ont protégé les forces armées du Nord d'attaques venant du Canada. Il est aussi convenu du rôle que la France a t
Bataille de Saratoga

EN COURS DE TRADUCTION DEPUIS ICI La Bataille de Saratoga est considérée par de nombreux historiens comme le tournant de la guerre d'indépendance américaine et l'une des batailles les plus décisives de l'histoire. La défaite et la capture d'une grande partie des forces militaires britanniques lors de la campagne de Saratoga par Américains ont protégé les forces armées du Nord d'attaques venant du Canada. Il est aussi convenu du rôle que la France a tenu entre les mesures militaires, politiques et le soutien diplomatique aux insurgents américains du Nord.

Contexte

La guerre d’indépendance américaine opposait les insurgents, organisés en milices et en une armée continentale dirigée par George Washington, aux Britanniques aidés par des mercenaires hessiens. À partir de 1775, les Américains remportent quelques batailles (Lexington et Concord, siège de Boston, bataille de Trenton, bataille de Princeton) mais essuient également des revers (campagne d’invasion du Canada, bataille de Long Island). Ils perdent la ville de New York en 1776 qui sert alors de base arrière pour les Britanniques et les loyalistes. L'année suivante, les insurgents sont défaits à la bataille de Brandywine et perdent le contrôle de Philadelphie.

Analyse

Il est intéressant de noter qu'à la bataille de Saratoga, les deux armées avaient des forces équivalentes au même moment. La plupart des combats à Saratoga ont plus ressemblé à des techniques de guérilla (guerilla warfare) de la part des révolutionnaires. De plus, la bataille de Saratoga servira comme première analyse militaire avec des forces et possibilités équivalentes. Ces techniques de harcèlements étaient celles des chasseurs indiens, des trappeurs et coureurs des bois « Canayens ». La bataille de Saratoga a été remportée grâce à l'aide des "Indians" et "Canadians" qui étaient « Canayens » ou Canadiens Français de la Nouvelle France qui allait de l'embouchure du fleuve Saint-Laurent au delta du fleuve Mississippi avec le Territoire de l'Ohio qui bloquait l'expansion vers l'ouest des treize colonies britanniques. Tous les écoliers des États-Unis connaissent cette histoire.

Des Québécois étaient présents aux deux batailles de Saratoga

François Monty, Jacques Monty, André Pépin, Robichau, Duplessis, DeRoussi, Daniel Petit, Pierre Picard, Desgagnés et plusieurs autres étaient avec James Livingston du premier régiment canadien. Ce premier régiment fut célèbre également dans la trahison de Arnold à Verplank où ils tirèrent sur le vaisseau le Vulture des Britanniques. Presque en même temps que Saratoga, un deuxième régiment de Québécois, le Congress Own Regiment, se battait avec George Washington et La Fayette à Brandywine contre William Howe, l'envahisseur des plaines qui accompagnait James Wolfe le 13 septembre 1759Les participants à la bataille de Saratoga (les noms français sont anglicisés mais les participants du Régiment de Robichau et James Livingston venaient de la vallée du Richelieu au Québec). Situation de Saratoga et Brandywine

La triple attaque ratée

Saratoga a lieu en 1777 presque au même moment que la bataille du Fort Stanwick et la bataille de Brandywine. Et ce n'est pas un hasard. En 1777 les Anglais avaient prévu d'écraser les Américains en attaquant par trois directions différentes la ville d'Albany. La première attaque devait partir de Montréal, descendre la Rivière Richelieu et le lac Champlain et attaquer Albany. C'était l'expédition de John Burgoyne qui remplaçait Guy Carleton (lord dorchester) que les Britanniques avaient remplacé à cause de ses hésitations de l'année précédente après la bataille navale de Valcourt contre Benedict Arnold. Cette attaque devait être secondée par deux autres régiments qui n'arrivèrent jamais. La deuxième attaque provenait du lac Ontario et suivait la rivìère Mohawk vers l'est jusqu'à Albany. Mais Barry St-Leger et ses Iroquois furent arrêtés à la bataille de Fort Stanwick. La troisième attaque en provenance de New York arriva trop tard pour aider Burgoyne. Henri Clinton en partance de New York devait remonter l'Hudson River et rejoindre John Burgoyne à Albany. Mais Clinton partit trop tard et avec trop peu de troupes. Cette troisième attaque aurait du être menée par William Howe et l'armée principale anglaise mais Howe était parti vers Philadelphie et se battait à la bataille de Brandywine contre le régiment du Congress Own Regiment et le jeune La Fayette. Les historiens s'entendent pour dire que c'est ce que William Howe aurait du faire mais ce n'était pas ce que les Britanniques lui avait demandé. Néanmoins cette erreur causera l'entrée de la France dans la guerre et ultimement la défaite britannique à Yorktown en 1781 et le Traité de Paris de 1783. Ironiquement l'erreur de William Howe cause la perte des États-Unis par l'Angleterre et c'était lui qui avait escaladé la pente pendant la bataille des Plaines d'Abraham avant James Wolfe en 1759.

Conséquences de Saratoga

Tour commémorative de Victory Les soldats de John Burgoyne furent désarmés et autorisées à rentrer en Grande-Bretagne, à condition qu'ils ne s'engagent pas à nouveau dans le conflit. Le congrès continental refusa de ratifier la convention passée entre Gates et Burgoyne. Quelques officiers britanniques et allemands furent échangés contre des prisonniers américains, mais la plupart restèrent internés dans des camps de Nouvelle-Angleterre, de Virginie et de Pennsylvanie, jusqu'à la fin de la guerre d'indépendance. William Pitt l'Ancien meurt dans le Parlement britannique quand il apprend que la France entre en guerre du côté américain. Ironiquement c'est William Pitt sr qui avait organisé l'invasion du Québec en 1759. La mort de William Pitt sr. est l'objet d'une peinture célèbre. (Pitt ne meurt pas immédiatement mais il ne se remettra jamais du malaise qui l'a terrassé en pleine session du Parlement pendant une discussion sur la France et son entrée dans la guerreLa mort de William Pitt apprenant l'alliance des Américains avec la France conséquence de la défaite de Saratoga).

Voir aussi

Notes et références

- Richard H Ketchum; Saratoga: Turning Point of America's Revolutionary War; 1997, Henry Holt & Company, ISBN 080504681X; (Paperback ISBN 0805061231)
- Max M. Mintz; The Generals of Saratoga: John Burgoyne and Horatio Gates; 1990, Yale University Press, ISBN 0300047789;
- http://www.rootsweb.com/~nysarato/sarapk.htm
-Top
- http://www.peterwestern.f9.co.uk/copley.htm (The Collapse of the Earl of Chatham in the House of Lords, 7 July 1778 ) ===
Sujets connexes
Albany   Albany (New York)   Armée continentale   Bataille de Brandywine   Bataille de Lexington et Concord   Bataille de Long Island   Bataille de Princeton   Bataille de Trenton   Bataille des Plaines d'Abraham   Benedict Arnold   Canada   Congrès continental   Coureur des bois   Fleuve Saint-Laurent   George Washington   Guerre d'indépendance des États-Unis d'Amérique   Guy Carleton   Guérilla   Horatio Gates   Hudson (fleuve)   Insurgents   Invasion du Canada (1775)   Iroquois   James Livingston   James Wolfe   John Burgoyne   La Fayette   Lac Champlain   Lac Ontario   Mercenaire   Milice   Mississippi (fleuve)   Montréal   New York   Nouvelle-Angleterre   Pennsylvanie   Philadelphie   Rivière Richelieu   Royaume-Uni   Siège de Boston   Virginie   William Howe   William Pitt l'Ancien   Yorktown  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^