Nicolas de Condorcet

Infos
Marquis de Condorcet Marie Jean Antoine Nicolas de Caritat, marquis de Condorcet, né le 17 septembre 1743 à Ribemont (Picardie), mort le 29 mars 1794 à Bourg-la-Reine, est un philosophe, mathématicien et politologue français.
Nicolas de Condorcet

Marquis de Condorcet Marie Jean Antoine Nicolas de Caritat, marquis de Condorcet, né le 17 septembre 1743 à Ribemont (Picardie), mort le 29 mars 1794 à Bourg-la-Reine, est un philosophe, mathématicien et politologue français.

Sa jeunesse

Né à Ribemont (Picardie) en 1743, il est l’un des descendants de la famille Caritat. Les Caritat tenaient leur titre de la ville de Condorcet (Dauphiné) dont ils étaient originaires. Son père mourut lorsqu’il était encore très jeune. Sa mère, très dévote, confia son éducation au collège jésuite de Reims, puis au collège de Navarre, à Paris. Condorcet se distingua rapidement par ses capacités intellectuelles. Les premières distinctions publiques qu’il reçut furent en mathématiques. Quand il eut 16 ans, ses capacités d’analyses furent remarquées par D'Alembert et A.C. Clairaut, et bientôt, il devint l’élève de D’Alembert.

Mathématicien

Marquis de Condorcet De 1765 à 1774, il se concentra plus particulièrement sur les sciences. En 1765, il publia son premier travail sur les mathématiques, intitulé Essai sur le calcul intégral, qui fut très favorablement accueilli, et lança sa carrière de mathématicien de renom. Cet essai ne sera d’ailleurs que le premier d’une longue série. Le 25 février 1769, il fut élu à l’Académie royale des sciences. En 1772, il publia à nouveau des travaux sur le calcul intégral, qui furent unanimement acclamés et considérés comme révolutionnaires dans de nombreux domaines. C’est peu après cela qu’il rencontra et se lia d’amitié avec l’économiste Turgot, qui allait devenir administrateur sous Louis XV (1772), puis contrôleur général des Finances sous Louis XVI (1774). En 1786, il épousa Sophie de Grouchy, la sœur du futur maréchal de Grouchy, lui-même déjà beau-frère de Cabanis.

Homme en politique

En 1774, Condorcet fut nommé inspecteur général de la Monnaie par Turgot. Dès lors, Condorcet déplaça son centre d’intérêt des mathématiques vers la philosophie et la politique. Les années qui suivirent, il prit la défense des droits de l’homme, et particulièrement des droits des femmes, des juifs, et des noirs. Il soutint les idées novatrices des tout récents États-Unis, et proposa en France des projets de réformes politiques, administratives et économiques. En 1776, Turgot fut démis de son poste de contrôleur général. Condorcet choisit alors de démissionner de son poste d’inspecteur général de la Monnaie, mais sa démission fut refusée, et il resta en poste jusqu’en 1791. Plus tard, Condorcet écrira la Vie de M. Turgot (1786), où il exposera et démontrera le bien fondé des théories économiques de Turgot. Condorcet continuera à se voir attribuer des fonctions prestigieuses : en 1777, il fut nommé secrétaire de l’Académie des sciences, et en 1782, secrétaire de l’Académie française.

Théoricien des systèmes de votes

Page de titre de l’Essai sur l’application de l’analyse à la probabilité des décisions rendues à la pluralité des voix
- Articles détaillés : Méthode Condorcet, Paradoxe de Condorcet Dans de nombreux ouvrages, ( Essai sur l'application de l'analyse à la probabilité des décisions rendues à la pluralité des voix - Essai sur la constitution et les fonctions des assemblées provinciales - Sur les élections ), Condorcet s'intéresse à la représentativité des systèmes de vote. Il démontre que le vote à la pluralité peut très bien ne pas représenter les désirs des électeurs dès lors que le premier candidat ne récolte pas plus de la moitié des voix. Il propose son propre système de vote , la méthode Condorcet, tout en admettant qu'il est peu réalisable à grande échelle et échange une correspondance très riche avec Jean-Charles de Borda concepteur d'un autre système, la méthode Borda. Il met en évidence une faille dans son propre système de vote - le paradoxe de Condorcet- qui prouve l'impossibilité, dans son système, de dégager avec certitude une volonté générale à partir d'une somme de volontés individuelles. Kenneth Arrow prouvera par la suite que cette impossibilité est inhérente à tout système de vote (Théorème d'impossibilité d'Arrow).

Autres travaux

En 1786, Condorcet travailla à nouveau sur le calcul intégral et les équations différentielles, montrant une nouvelle manière de traiter les calculs infinitésimaux. Ces travaux ne furent jamais publiés. En 1789, il publia la Vie de Voltaire, où il se montre tout aussi opposé à l’Église que Voltaire.

Révolution française

En 1789, lorsque la Révolution éclata en France, Condorcet y tint un rôle majeur, lui, grand défenseur de nombreuses causes libérales, qui espérait une reconstruction rationaliste de la société. Après la prise de la Bastille (1789) il fut élu au conseil municipal de Paris. Si bien qu’en 1791, il fut élu représentant de Paris au sein de l’Assemblée législative, après avoir demandé l'établissement de la République et devint même le secrétaire de l'Assemblée. Il siège avec les Brissotins (Girondins). L’Assemblée adopta, pour le système éducatif de la nation, la structure que proposait Condorcet : il introduit la notion fondamentale de laïcité de l’enseignement. Il proposa même un brouillon de constitution pour la nouvelle France. De plus, il prit une part active à la cause des femmes, en se prononçant pour le vote des femmes dans un article du Journal de la Société de 1789, et en publiant en 1790 De l'admission des femmes au droit de cité. Condorcet se trouva bientôt en mauvaise posture. Deux courants de pensée s’affrontaient quant à la manière de réformer l’état français : les Girondins, favorables à une reconstruction pacifique du pays et les Jacobins, dirigés par Maximilien de Robespierre, qui prônaient une purge radicale du passé monarchique français. Condorcet, qui faisait partie des Girondins, vota contre l’exécution de Louis XVI, mais ne fut pas exactement partisan de la clémence, en cela qu'il prôna la condamnation aux galères à vie, idée qu'il fut d'ailleurs l'un des seuls à défendre. Les Girondins perdirent le contrôle de l’Assemblée en faveur des Jacobins, en 1793. Le Jacobin Marie-Jean Hérault de Séchelles proposa alors une nouvelle constitution, très différente de celle de Condorcet. Mais celui-ci la critiqua, ce qui le fit condamner pour trahison. Le 3 octobre 1793, un mandat d’arrêt était délivré contre lui.

La fuite

Le mandat d’arrêt contre Condorcet le força à se cacher. Il trouva refuge pendant cinq mois dans la demeure de Mme Vernet, rue de Servandoni, à Paris. Il en profita pour écrire l'un de ses ouvrages les plus appréciés par la postérité, Esquisse d'un tableau historique des progrès de l'esprit humain qui fut publié après sa mort, en 1795. Le 25 mars 1794, Il quitta sa cachette, convaincu de ne plus y être en sécurité, et tenta de fuir Paris. Il fut arrêté à Clamart deux jours plus tard, et mis en prison à Bourg-Egalité (Bourg-la-Reine). On le retrouva deux jours plus tard mort, dans sa cellule. Les circonstances de sa mort restent énigmatiques (suicide, meurtre ou maladie). Selon Histoire et dictionnaire de la Révolution française, 1789-1799, par Tulard, Fayard et Pierro, p 612 et 671, Robert Laffont, collection Bouquins 1987, ISBN/2-221-04588-2, Condorcet se serait empoisonné l'aide d'une substance que Cabanis ( médecin et physiologiste) aurait fournie aux Girondins à la veille de la proscription, mais selon les époux Badinter ( Condorcet : un intellectuel en politique, Fayard, 1988), la thèse de la mort par œdème pulmonnaire serait plus convaincante.

Transfert au Panthéon de Paris

À l'occasion des fêtes du bicentenaire de la Révolution française, en présence de François Mitterrand, président de la République, les cendres de Condorcet furent symboliquement transférées au Panthéon de Paris en même temps que celles de l'abbé Grégoire et de Gaspard Monge, le 12 décembre 1989. En effet, le cercueil censé contenir les cendres de Condorcet était vide : inhumée dans la fosse commune de l'ancien cimetière de Bourg-la-Reine - désaffecté au -, sa dépouille mortelle n'a jamais été retrouvée.

Œuvres

-1765 : Du calcul intégral.
-1767 : Du problème des trois corps.
-1768 : Essais d’analyse.
-1773 : Éloges des académiciens de l’Académie royale des sciences, morts depuis l’an 1666 jusqu’en 1699.
-1774 : Lettres d’un théologien à l’auteur du Dictionnaire des trois siècles.
-1775 :
-1775 : Lettre d’un laboureur de Picardie à M. N. (Necker) auteur prohibitif à Paris.
-1775 : Réflexions sur les corvées. Monopole et monopoleur.
-1775 : Rapport sur un projet de réformateur du cadastre.
-1775 : Réflexions sur la jurisprudence universelle.
-1776 :
-1776 : Réflexions sur le commerce des blés.
-1776 : Pensées de Pascal, édition corrigée et augmentée.
-1776 : Éloge de Pascal.
-1776-1777 : rédaction de 22 articles sur l’analyse mathématique, dans le cadre du Supplément de l’Encyclopédie
-1777 : Éloge de Michel de l’Hôpital.
-1778 : Sur quelques séries infinies.
-1778 : Nouvelles Expériences sur la résistance des fluides (en collaboration avec D’Alembert et Bossuet).
-1780 : Essai sur la théorie des comètes.
-1781 : Réflexions sur l'esclavage des nègres.
-1781-1784 : Mémoire sur le calcul des probabilités, in Mémoires de l’Académie royale des sciences.
-Tome I. Réflexions sur la règle générale qui prescrit de prendre pour valeur d’un événement incertain la probabilité de cet événement multipliée par la valeur de cet événement en lui-même (1781) ;
-Tome II. Application de l’analyse à cette question: déterminer la probabilité qu’un arrangement régulier est l’effet d’une intention de le produire ;
-Tome III. Sur l’évaluation des droits éventuels (1782) ;
-Tome IV. Réflexions sur la méthode de déterminer la probabilité des événements futurs d’après l’observation des événements passés (1783) ;
-Tome V. Sur la probabilité des faits extraordinaires. Application de l’article précédent à quelques questions de critique (1784).
-1782 : Discours de réception à l’Académie française.
-1782 : Lettre sur Swedenborg.
-1783 : Dialogue entre Aristippe et Diogéne.
-1783-1788 : Essai pour connaître la population du royaume.
-1784-1789 : Collaboration, avec d’Alembert, Bossut, Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande (1732-1807), etc., à la partie Mathématiques de l’Encyclopédie méthodique.
-1785 : Essai sur l’application de l’analyse à la probabilité des décisions rendues à la pluralité des voix.
-1785-1789 :
-Œuvres complètes de Voltaire, éditées par Condorcet, Beaumarchais, etc. (édition de Kehl).
-Vie de Voltaire.
-1786 : Vie de Turgot.
-1786 : De l’influence de la révolution d’Amérique sur l’Europe.
-1786 : Traité de calcul intégral (inachevé).
-1788 : Lettres d’un bourgeois de New Haven à un citoyen de Virginie, sur l’inutilité de partager le pouvoir législatif entre plusieurs corps.
-1788 : Lettres d’un citoyen des États-Unis à un Français, sur les affaires présentes de la France.
-1788 : Essai sur la constitution et les fonctions des assemblées provinciales.
-1789 : Réflexions sur les pouvoirs et instructions à donner par les provinces à leurs députés aux États généraux. Sur la forme des élections.
-1789 : Réflexions sur ce qui a été fait et sur ce qui reste à faire.
-1789 :
-1789 : Déclaration des droits.
-1789 : Éloge de M. Turgot.
-1790 : Dissertation philosophique et politique sur cette question : s’il est utile aux hommes d’être trompés ?
-1790 : Opinion sur les émigrants.
-1790 : Sur le mot « pamphlétaire ».
-1790 : Le Véritable et le Faux Ami du peuple.
-1790 : Sur l’admission des femmes au droit de cité.
-1791 : De la République, ou Un roi est-il nécessaire à la conservation de la liberté ?
-1791 : Discours sur les conventions nationales.
-1791 : Discours du 25 octobre Sur les émigrants à l'Assemblée législative
-1792 : Cinq Mémoires sur l’instruction publique (1791-1792).
-1792 : Discours sur les finances.
-1792 : Sur la liberté de la circulation des subsistances.
-1792 : La République française aux hommes libres.
-1792 : Ce que c’est qu’un cultivateur ou un artisan français.
-1792 : Sur la nécessité de l’union entre les citoyens.
-1792 : De la nature des pouvoirs politiques dans une nation libre.
-1793 : Sur la nécessité d’établir en France une constitution nouvelle.
-1793 : Ce que les citoyens ont droit d’attendre de leurs représentants.
-1793 : Que toutes les classes de la société n’ont qu’un même intérêt.
-1793 : Sur le sens du mot Révolutionnaire.
-1793 : Tableau général de la science qui a pour objet l’application du calcul aux sciences politiques et morales.
-1793 : Esquisse d'un tableau historique des progrès de l'esprit humain.

Notes et références

Voir aussi

Cercles Condorcet, association de réflexion philosophique et citoyenne. ===
Sujets connexes
Académie des sciences (France)   Académie française   Alexis Claude Clairaut   Badinter   Bastille (Paris)   Bernard-Joseph Saurin   Bourg-la-Reine   Cabanis   Cercle Condorcet   Clamart   Compagnie de Jésus   Condorcet (Drôme)   Dauphiné   Emmanuel de Grouchy   Fayard (édition)   France   François Mitterrand   Gaspard Monge   Henri Grégoire   Jean-Charles de Borda   Jean le Rond d'Alembert   Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande   Kenneth Arrow   Laïcité   Marie-Jean Hérault de Séchelles   Marquis   Mathématiques   Maximilien de Robespierre   Mouvement laïque québécois   Méthode Borda   Méthode Condorcet   Noël-Gabriel-Luce Villar   Panthéon de Paris   Paradoxe de Condorcet   Paris   Philosophie   Pierre Jean Georges Cabanis   Politique   Prix Condorcet   Président de la République   Reims   Ribemont   Robert Badinter   Réforme   Révolution française   Science   Scrutin uninominal majoritaire à un tour   Siècle des Lumières   Sophie de Condorcet   Sur les émigrants   Système de vote   Théorème d'impossibilité d'Arrow   Voltaire  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^