Pancho Gonzales

Infos
Ricardo Alonso González généralement connu comme Pancho Gonzales (né le 9 mai 1928 à Los Angeles, Californie – mort le 3 juillet 1995 à Las Vegas) était un joueur de tennis américain qui fut le joueur de tennis dominateur des années 1950 au début des années 1960. Durant cette période, il jouait en tant que professionnel. Entièrement autodidacte, il était aussi un champion amateur à la fin des années 1940, gagnant deux fois l'US Open. Un article
Pancho Gonzales

Ricardo Alonso González généralement connu comme Pancho Gonzales (né le 9 mai 1928 à Los Angeles, Californie – mort le 3 juillet 1995 à Las Vegas) était un joueur de tennis américain qui fut le joueur de tennis dominateur des années 1950 au début des années 1960. Durant cette période, il jouait en tant que professionnel. Entièrement autodidacte, il était aussi un champion amateur à la fin des années 1940, gagnant deux fois l'US Open. Un article de 1999 dans « Sports Illustrated » qui sélectionnait leurs 20 athlètes préférés du a sélectionné Gonzales comme numéro 15 : « Si le sort de la Terre était en question, l'homme que vous voulez voir servir pour sauver l'humanité serait Ricardo Alonso González. »

Carrière

Amateur

Quasiment inconnu à 20 ans, Gonzales était le numéro 17 aux États-Unis quand il a participé à son premier championnat national à Forest Hills en 1948. Il n'était que tête de série numéro 8 mais a gagné le tournoi assez facilement avec son jeu puissant de service-volée. L'année suivante, il a mal joué à Wimbledon et a été critiqué par une partie de la presse. Un journaliste anglais l'a traité de « champion de fromage » et, à cause de son nom, son partenaire en double, Frank Parker, a commencé à l'appeler « Gorgonzales », d'après Gorgonzola, le fromage italien. Ce nom est devenu éventuellement « Gorgo », le sobriquet par lequel il était connu plus tard par ses collègues sur le circuit professionnel. En 1949 Gonzales a refait les championnats américains et, à la surprise de beaucoup d'observateurs, a répété sa victoire de l'année antérieure, battant Ted Schroeder, la tête de série numéro 1, lors de la finale de cinq manches. Numéro 1 en Amérique à la fin de 1948 et en 1949, Gonzales a aussi remporté ses deux matchs de simple dans la finale de la Coupe Davis contre l'Australie. Il est ensuite devenu professionnel.

Professionnel

Gonzales a été fréquemment battu lors de sa première année sur le circuit professionnel par le roi régnant du tennis professionnel, Jack Kramer, et ensuite a plus ou moins disparu de l'actualité. Il a continué de gagner des tournois occasionnellement, battant plusieurs fois son vieux Némésis Kramer. En 1953, Kramer, maintenant promoteur autant que joueur, a organisé une tournée en Australie avec en vedette Frank Sedgman, Ken McGregor, Pancho Segura, et lui-même. Blessé au dos, cependant, Kramer a désigné Gonzales pour le remplacer. Dans les matchs suivants, Gonzales a facilement battu Sedgman, le gagnant de sept titres de simples de Grand Chelem et a surclassé McGregor, le champion de l'Australie en 1952. Jouant devant un nombre de spectateurs diminuant à cause de la nette supériorité de Gonzales, Kramer a ensuite récruté un autre champion Australien, Dinny Pails, vainqueur en 1947, pour affronter l'Américain. Gonzales l'a battu 47 matchs à 7 et, à fin de l'année 1954, il était clairement établi qu'il était le meilleur joueur du monde. Gonzales était maintenant le joueur dominant pour à peu près dix ans, battant régulièrement les grands champions tels que Sedgman, Tony Trabert, Ken Rosewall, Lew Hoad, Mal Anderson, et Ashley Cooper. Pendant cette période il a remporté huit fois le Championnat professionnel américain et quatre fois le championnat professionnel de Wembley, Angleterre, considéré comme l'équivalent de Wimbledon. En plus, il a battu tous les meilleurs amateurs devenus professionnels dans de longues séries de matchs sur le circuit professionnel. Gonzales était célèbre pour son ardente volonté de vaincre, son service en balle de canon, et son jeu au filet conquérant, une combinaison tellement puissante que les règles du circuit professionnel ont été brièvement changées dans les années 1950 pour lui interdire d'avancer au filet immédiatement après son service. Il a gagné quand même, et les règles traditionnelles ont été rétablies. Si fort était son pouvoir d'élever la qualité de son jeu au plus haut niveau, surtout à la cinquième manche des longs matchs, que Allen Fox a dit qu'il n'a jamais vu Gonzales perdre son service même une seule fois quand il servait pour la manche ou pour le match. Le défi le plus difficile pour Gonzales pendant ces années venait de Lew Hoad, le très puissant jeune Australien qui a gagné cinq titres du Grand Chelem comme amateur. Pendant la tournée de 1958, Gonzales a été confronté à Hoad 87 fois. Hoad a remporté 18 des premiers 27 matchs et il semblait qu'il allai supplanter Gonzales comme le meilleur du monde. Gonzales, cependant, refaisait et améliorait son revers pendant le cours de ces matchs (comme Bill Tilden a été obligé de le faire en 1920 pour ensuite devenir le meilleur du monde), et après il a gagné 42 des 60 matchs suivants pour maintenir sa supériorité par un marge finale de 51 à 36. Beaucoup du feu compétitif de Gonzales dérivait de la colère qu'il ressentait d'être payé beaucoup moins que les joueurs qu'il battait régulièrement. En 1955, par exemple, il n'était payé que $ bien que son adversaire habituel du circuit, Tony Trabert, tout récemment devenu professionnel, avait un contrat pour $. Ses relations avec les autres joueurs étaient souvent colériques et amères. Normalement il voyageait seul entre les étapes, arrivant juste à temps pour faire son match, puis partant tout seul pour la prochaine ville. Gonzales et Kramer, le promoteur du circuit pendant des années, étaient aussi des ennemis ardents depuis les jours où Kramer avait battu le jeune Gonzales pendant sa tournée initiale. Maintenant ils se disputaient incessamment à cause de l'argent et Kramer manifestait ouvertement son désir de voir Gonzales battu par ses adversaires. Mais malgré son antipathie pour Gonzales, Kramer savait fort bien que Gonzales était la grande attraction des joueurs professionnels et que, en son absence, il n'y aurait pas de circuit du tout.

l'Ère « Open »

La plus grande partie de la carrière professionnelle de Gonzales était avant le début de l'ère « Open » en 1968 et il était inéligible à jouer dans les quatre tournois qui composent le Grand Chelem de tennis entre 1949, quand il est devenu professionnel, et 1967. Comme on l'a remarqué pour d'autres grands champions tels que Rod Laver, Gonzales aurait presque certainement gagné encore de nombreux titres de Grand Chelem s'il lui avait été permis de disputer ces tournois pendant cette période de 18 ans. Jack Kramer, par exemple, a spéculé dans un article sur les champions théoriques de Forest Hills et Wimbledon que Gonzales aurait gagné encore 11 titres dans ces deux tournois seuls. Le premier tournoi du Grand Chelem de l'ère Open fut Roland Garros en mai 1968, quand Gonzales venait d'avoir 40 ans. Malgré le fait qu'il ait été en semi-retraite depuis quelques années et que le tournoi se pratiquait sur la surface lente de terre battue qui handicape les joueurs de service-volée, Gonzales a battu le détenteur du titre Roy Emerson dans les quarts de finale. Il a ensuite perdu contre Rod Laver dans les demi-finales. Il a perdu dans le troisième tour de Wimbledon mais après avoir battu Tony Roche, la tête de série numéro 2, dans le quatrième tour de l'US Open avant de perdre un match épique face au Hollandais Tom Okker.

Match très célèbre

En 1969, cependant, ce fut le tour de Gonzales de remporter un match si long et ardu que cela a incité à l'adoption du jeu décisif. Un véteran de 41 ans, Gonzales a affronté à Wimbledon l'excellent jeune amateur Charlie Pasarell et l'a battu dans un match qui a duré 5 heures et 12 minutes et qui a pris deux jours pour se terminer. Dans la cinquième manche, Gonzales a été confronté à sept balles de match et les a toutes gagnées, deux fois remontant d'un déficit de 0-40. Le score final était un incroyable 22-24, 1-6, 16-14, 6-3, 11-9. Gonzales a continué jusqu'au quatrième tour, où il a été battu par Arthur Ashe en quatre manches. Le match avec Pasarell, cependant, reste un des clous de l'histoire de tennis.

Les dernières années professionnelles

Plus tard dans l'année, Gonzales a gagné le Howard Hughes Open à Las Vegas et le Pacific Southwest Open à Los Angeles, battant, parmi d'autres, John Newcombe, Ken Rosewall, Stan Smith (deux fois), Cliff Richie, et Arthur Ashe. Parmi les joueurs américains, Gonzales a gagné le plus d'argent pour l'année 1969, $. Si les professionnels du circuit avaient été inclus dans la liste nationale, il est probable qu'il aurait été numéro 1 aux États-Unis, comme il l'a été deux décennies plus tôt en 1948 et 1949. En plus, il restait capable de battre, de temps en temps, le joueur numéro 1 du monde, Rod Laver. Dans leur rencontre la plus célèbre, un match pour $, le-gagnant-prend-tout, devant personnes au Madison Square Garden à New York en février 1970, Gonzales, 41 ans, a battu Laver en cinq manches. Gonzales a continué à faire des tournois de temps en temps et il est devenu le joueur le plus âgé ayant gagné un tournoi professionnel, remportant le Des Moines Open contre le français Georges Goven, 24 ans, à trois mois son 44 anniversaire. Malgré le fait qu'il était toujours connu comme un joueur de service-volée, quand il avait 43 ans et Jimmy Connors 19 seulement, il a battu le grand jeune baseliner en jouant de la ligne de fond au Pacific Southwest Open. Roy Emerson, le grand joueur australien qui a gagné une douzaine de titres de Grand Chelem dans les années 1960 comme amateur quand la plupart de meilleurs joueurs du monde étaient des professionnels, est devenu professionnel en 1968 à l'âge de 32 ans, en ayant gagné Roland Garros l'année avant. Gonzales, de huit ans plus âgé, l'a battu immédiatement dans les quarts de finales du championnat français de 1968. Dans les années suivantes, Gonzales a battu Emerson encore 11 fois, ne cédant jamais un match. Un autre grand champion australien était Ken Rosewall, qui a remporté 8 titres de Grand Chelem pendant sa longue carrière, d'abord comme amateur, puis comme professionnel dans les premières années de l'ère Open. Gonzales a joué 160 matchs contre Rosewall, il en gagna 101 et en perdit 59.

Sa vie personnelle

Les parents de Gonzales, Manuel Antonio González et Carmen Alire, ont émigré aux États-Unis depuis Chihuahua, Mexique, au début des années 1900. Gonzales est né à Los Angeles, l'aîné de sept enfants. Bien que son nom soit correctement écrit « González », pendant la plupart de sa carrière de joueur de tennis il était connu comme « Gonzales ». Ce n'était que vers la fin de sa vie que l'orthographie correcte a commencé à être employée. Le jeune Gonzales a eu une adolescence troublée et a appris à jouer tout seul sans aucun encouragement de establishmment du tennis assez haute-société de Los Angeles des années 1940. Il a eu quelques problèmes avec la loi et s'est engagé dans la marine militaire à l'âge de 16 ans, faisant deux ans de service. Gonzales s'est marié six fois (deux fois à la comédienne Madelyn Darrow) et a eu sept enfants. Sa dernière femme, Rita, est la sœur du champion de tennis Andre Agassi. Gonzales est mort, à peu près fauché et sans amis, dans une maison minuscule près de l'aéroport de Las Vegas en 1995. Ses funérailles furent payées par Andre Agassi.

Sa place parmi les meilleurs joueurs de tous les temps

Pour à peu près 35 ans, de 1920 à 1955, Bill Tilden était généralement considéré comme le meilleur joueur de tous les temps. Des années 1950 aux années 1970, beaucoup d'observateurs estimaient que Gonzales méritait ce titre. Depuis, des champions de l'ère Open tels que Rod Laver, Björn Borg, et Pete Sampras, ont été considérés comme meilleur que Tilden ou Gonzales. Il y a, cependant, des experts qualifiés qui estiment toujours que Gonzales était le meilleur joueur de l'histoire. Jack Kramer, par exemple, qui est devenu un joueur de classe mondiale en 1940 et qui a battu Gonzales facilement dans sa première année sur le circuit professionnel, a déclaré que Gonzales était meilleur que Laver et Sampras. Pancho Segura, qui a souvent battu tous les grands joueurs depuis les années 1930 jusqu'aux années 1960, a dit qu'il croyait que Gonzales était le meilleur de tous les temps. D'autres grands champions tels que Don Budge, Lew Hoad, et Allen Fox sont d'accord avec cette estimation. Dans un article en 1972, le joueur Gene Scott a imaginé un tournoi entre tous les grands champions. Gonzales, la tête de série numéro 4, a renversé Tilden, le numéro 1, dans les demi-finales, et puis, avec son service-volée fulgurant, a détruit Rod Laver dans les finales.

L'avis de Gonzales sur d'autres grands champions en 1995

-Pete Sampras : "Je l'évalue potentiellement avec n'importe qui, dont Lew Hoad."
-Andre Agassi : "C'était un talent naturel, mais quand il est devenu professionnel à 15 ans il n'arrivait pas à couvrir le court."
-Björn Borg : "Il était solide. J'ai joué contre lui quand il avait 18 ans et moi 42... et je l'ai battu 6-1, 6-1. Mon meilleur jeu contre son meilleur jeu, il aurait été un des plus forts. Un des plus grands de tous les temps."
-Jimmy Connors : "Mon service écarté aurait été efficace contre son retour de revers à deux mains."
-John McEnroe: "Je le place tout en haut, juste derrière Hoad, car il tapait la balle un peu moins fort."
-Rod Laver : "Même à son meilleur niveau, je crois que je couvrais trop de terrain pour lui. C'était un grand athlète, mais il jouait sans réfléchir."
-Ken Rosewall : "Frank Sedgman et moi exceptés, il pouvait battre tous les autres... mais il avait une faiblesse en coup droit et une faiblesse en service."
-Lew Hoad : "Il était le seul gars qui, si je jouais mon meilleur tennis, pouvait me battre quand même. Je crois que son jeu était le meilleur jeu de tous les temps. Meilleur que le mien."
-Don Budge : "Même aujourd'hui, je crois qu'il avait le meilleur revers jamais développé... Sa balle venant de son revers était la balle la plus lourde dont je me rapelle." : Toutes citations sont du New York Times du 12 mars 1995. Gonzales est mort quatre mois plus tard. Gonzales était incorporé dans l'International Tennis Hall of Fame à Newport, Rhode Island, en 1968.

Résultats plus importants

Victoires du Grand Chelem:
-l'US Open:
-Champion en simples messieurs - 1948, 1949
-Wimbledon:
-Champion en doubles messieurs - 1949
-Internationaux de France (Roland Garros):
-Champion en doubles messieurs - 1949
-Simple, Demi-finaliste en, 1949 & 1968.

Principaux résultats et toutes les victoires (connues) de Pancho Gonzales

-Wembley Pro
-Champion - 1950, 1951, 1952, 1956
-Finaliste - 1953
-US Pro Championship
-Champion - 1953, 1954, 1955, 1956, 1957, 1958, 1959, 1961
-Finaliste - 1951, 1952, 1964
-Roland-Garros Pro
-Finaliste - 1953, 1956, 1961 Résultats des tournées professionnelles :
-1949-1950 - Jack Kramer a battu Gonzales 96 matchs à 27
-1953-1954 - Gonzales a battu Frank Sedgman 16-9, Ken McGregor 15-0, et Dinny Pails 47-7
-1954 - Gonzales a battu Sedgman 30-21 et Pancho Segura 30-21 dans un série de matchs "round-robin"
-1955-1956 - Gonzales a battu Tony Trabert 74-27
-1957 - Gonzales a battu Ken Rosewall 50-26
-1958 - Gonzales a battu Lew Hoad 51-36
-1959 - Gonzales a battu Mal Anderson, Ashley Cooper, et Hoad dans des matchs "round-robin"
-1959-1960 - Gonzales a battu Alex Olmedo, Segura, et Rosewall dans des matchs "round-robin"
-1961 - Gonzales était le gagnant le plus important dans un circuit qui comprenait Butch Buchholz, Barry MacKay, Andres Gimeno, Hoad, Olmedo, Sedgman, Trabert, et Cooper. Coupe Davis :
-Membre de l'équipe américaine gagnante en 1949 (a gagné ses deux matchs de simple dans la finale contre l'Australie). 85 titres en simple (au moins) : Carrière amateure 1947 : début de sa carrière mais aucun tournoi remporté 1948 : Tampa 9 Janvier, Orlando 25 Janvier, California State - Berkeley Mai ?, U.S. Clay - River Forest 18 Juillet, Orange, Southampton (U.S.) Août, U.S. Nationals - Forest Hills 19 Septembre (7 titres) 1949 : La Jolla 9 Février, Los Angeles Metropolitan 20 Février, U.S. Indoor - New York 26 Mars, Ojai valley 30 Avril, U.S. Clay - River Forest 17 Juillet, Philadelphia 7 ? Août, Newport (U.S.) 14 Août, U.S. Nationals - Forest Hills 5 Septembre, Pacific Southwest - Los Angeles 18 Septembre (9 titres) Carrière pro 1950 : Philadelphia 26 Mars, London Indoor Pro Championships-Wembley 30 Septembre (2 titres) 1951 : London Indoor Pro Championships-Wembley 28 Septembre (1 titre) 1952 : Philadelphia 29 Mars, Scarborough 2 Août, Berlin Rot Weiss Club 31 Août, London Indoor Pro Championships-Wembley 28 Septembre (4 titres) 1953 : U.S. Pro - Lakewood 20 Juin, California State Pro - Beverly Hills 16 Août, Canadian Pro - Quebec City 20 Septembre (3 titres) 1954 : Boston Pro Indoors (tournoi à 4 joueurs) Février, U.S. Pro - Cleveland 2 (ou 3?) Mai, U.S. Pro hardcourt - Los Angeles 13 Juin (3 titres) 1955 : U.S. Pro - Cleveland 2 Avril, Scarborough 30 Juillet, Ostend 23 Août, U.S. Pro hardcourt - Los Angeles 14 Novembre (4 titres) 1956 : U.S. Pro - Cleveland 6 Avril, Argentina Pro - Buenos Aires (tournoi à 4 joueurs) Juillet 3, Chicago Pro (tournoi à 4 joueurs) Juillet 16, Tournament of Champions - Los Angeles (tournoi en poule à 6 joueurs) 5 Août, Trophy of Champions - Milan 20 Septembre, London Indoor Pro Championships-Wembley 29 Septembre (6 titres) 1957 : U.S. Pro - Cleveland 12 Avril, Bermuda Pro - Hamilton (tournoi à 4 joueurs) 21 Avril, San Francisco Pro Indoors - Cow Palace 24 Mai, Tournament of Champions - Forest Hills (tournoi en poule à 6 joueurs) 27 Juillet, Masters Round Robin - Los Angeles (tournoi en poule à 7 joueurs) 3 Août (5 titres) 1958 : U.S. Pro - Cleveland 5 Mai, Bakersfield (Cal.) (tournoi à 4 joueurs) 2 Juin, Palo Alto (tournoi à 4 joueurs) 3 Juin, Tournament of Champions - Forest Hills (tournoi en poule à 7 joueurs) 24 Juin (4 titres) 1959 : New South Wales Pro - Sydney 9 Février, U.S. Pro - Cleveland 26 Avril, Masters Round Robin - Los Angeles 14 Juin, O'Keefe Pro - Toronto 21 Juin, New South Wales Pro - Sydney (2 édition) 13 Décembre (5 titres) 1960 : Tuscaloosa 16 Mai (1 titre) 1961 : U.S. Pro - Cleveland 3 Mai, Geneva 20 Août, Scandinavian Pro Indoor - Copenhagen 2 Octobre, Milano 7 Octobre, Austrian Pro Indoor - Vienna 20 Octobre (5 titres) 1962 : retraite de Gonzales 1963 : retour de Gonzales à la compétition mais sans remporter de tournoi 1964 : Pepsi Cola World Pro - Cleveland 16 Mai, U.S. Pro Indoor - White Plains 31 Mai, Golden Racquet Pro - Wembley (tournoi à 4 joueurs : à ne pas confondre avec le traditionnel London Indoor Pro Championships-Wembley en automne) 21 Juillet, Knokke-le-Zoute (tournoi à 4 joueurs) 24 Juillet, Florida Pro - Hollywood (Fla) 13 Décembre (5 titres) 1965 : New South Wales Pro - Sydney 23 Janvier, Florida Pro - Orlando 11 Avril, CBS TV Pro Dallas Mai, Seafirst - Greater Seattle Pro Champs 6 Juin (4 titres) 1966 : Florida Pro - Hollywood (Fla) 6 Février, BBC2 Trophy - Wembley (tournoi à 4 joueurs : 'à ne pas confondre avec le traditionnel London Indoor Pro Championships-Wembley en automne) 31 Mars, Birmingham (Ala.) Pro Classic 18 Septembre, Hollywood (Fla) Pro Challenge Cup 4 Décembre (4 titres) 1967 : Melbourne (tournoi à 4 joueurs) 19 Février, Birmingham (Ala.) Pro Classic 7 Mai (2 titres) Open career 1968 : NTL Los Angeles Champs (tournoi à 4 joueurs) Août, NTL Midland Champs (tournoi à 6 joueurs) 1 Octobre (2 titres) 1969 : Pacific Southwest Open - Los Angeles 28 Septembre, Howard Hughes Open - Las Vegas 12 Octobre (2 titres) 1970 : Howard Hughes Open - Las Vegas WCT 17 (ou 13 ?) Mai (1 titre) 1971 : Southern California - Los Angeles 9 Mai, Pacific Southwest Open - Los Angeles 26 Septembre, Kingston 16 Décembre (3 titres) 1972 : Des Moines 6 Février, Southern California - Los Angeles 14 Mai, Kingston 14 Décembre (3 titres) 1973 : fin de carrière mais pas de tournoi remporté note : Gonzales aurait gagné à La Jolla le 1 Juin 1959 mais on ne sait pas si ce fut un tournoi ou un match de tournée professionnelle Sources : Sources: Michel Sutter, Vainqueurs Winners 1946-2003, Paris 2003; World Tennis Magazines; Joe McCauley, The History of Professional Tennis, London 2001; 10 tournées professionnelles remportées (au moins)' : - Australian Pro Tour Janvier-Février 1951 : 1) Gonzales 36 matches gagnés - 6 perdus ( 2) Dinny Pails 27-15, 3) Frank Parker 14-28, 4) Donald Budge 9-33) - World Pro Tour Janvier 3 - Mai 1954 : Gonzales a dominé Segura 30 matches à 21 (ou 20), Sedgman 30 matches à 21 (ou 20), et Budge (score inconnu mais Budge n'a battu Gonzales qu'une seule fois, à Los Angeles) - Australian Pro Tour Novembre-Décembre 1954 : 1) Gonzales ( 2) Sedgman or Segura, 4) McGregor) - World Pro Tour 9 Décembre 1955 - 3 Juin 1956 : Gonzales a vaincu Trabert 74-27 - South African Tour Novembre-Décembre 1956 : 1) Gonzales 9-4 ( 2) Sedgman 7-6, 3) Trabert 6-7, 4) Hartwig 4-9 - World Pro Tour Janvier 14-Mai 1957 : Gonzales a battu Rosewall 50-26 - World Pro Tour Janvier-Avril ou Mai 1958 : Gonzales a dominé Hoad 51-36 - World Pro Tour Février-Mai ? 1959 : 1) Gonzales 47-15 ( 2) Hoad 42-20, 3) Ashley Cooper 21-40, 4) Mal Anderson 13-48) - World Pro Tour Janvier-Mai 1960 : 1) Gonzales 49-8 ( 2) Rosewall 32-25, 3) Segura 22-28, 4) Olmedo 11-44) - World Pro Tour 30 Décembre 1960 - Avril 1961 : initialement 6 joueurs devant disputer chacun 47 matches de poule, suivi de 28 face-à-face opposant le 1 et le 2nd de la 1 phase et autant de matches entre les 3èmes et 4èmes pour déterminer le classement final; le grand absent fut Rosewall qui déclina l'invitation pour prendre 6 mois de vacances après plus de dix ans sans interruption sur le circuit; les remplacements de joueurs blessés étaient permis et les résultats étaient pris en compte. 1 phase de la tournée : Gonzales-(Segura) 33-14, Andres Gimeno 27-20, Hoad-(Trabert, Cooper, Sedgman) 24-23, Barry MacKay 22-25, Olmedo 18-29, Butch Buchholz 16-31; 2 phase : Gonzales (1 de la 1 phase) vainquit Gimeno (2 de la 1 phase) 21-7 pour la victoire finale, et Sedgman (remplaçant définitif de Hoad blessé) domina MacKay 15-13 pour la 3 place finale Sources : World Tennis Magazines; Joe McCauley, The History of Professional Tennis, London 2001;

Voir aussi

- Joueurs de tennis numéros 1 mondiaux
- Records divers depuis les débuts du tennis

Lien externe

- ---- Catégorie:Joueur américain de tennis Catégorie:Naissance en 1928 Catégorie:Décès en 1995 de:Ricardo González en:Pancho Gonzales es:Pancho Gonzales hi:रिकार्डो गोंज़ालेज़ it:Pancho Gonzales ja:パンチョ・ゴンザレス pl:Ricardo González sk:Pancho Gonzales sv:Pancho Gonzales
Sujets connexes
Alex Olmedo   Allen Fox   Andre Agassi   Angleterre   Années 1900   Années 1940   Années 1950   Années 1960   Arthur Ashe   Ashley Cooper   Australie   Bill Tilden   Björn Borg   Butch Buchholz   Californie   Charlie Pasarell   Chihuahua (ville)   Coupe Davis   Des Moines (Iowa)   Dinny Pails   Forest Hills   Frank Parker   Frank Sedgman   Gene Scott   Georges Goven   Gorgonzola (fromage)   Grand Chelem de tennis   Howard Hughes   International Tennis Hall of Fame   Internationaux de France de Roland-Garros   Jack Kramer   Jeu décisif   Jimmy Connors   John McEnroe   John Newcombe   Joueurs de tennis numéros 1 mondiaux   Ken McGregor   Ken Rosewall   Las Vegas   Lew Hoad   Los Angeles   Madison Square Garden   Mexique   New York   Newport (Rhode Island)   Némésis   Pancho Segura   Pete Sampras   Records divers depuis les débuts du tennis   Rhode Island   Rod Laver   Roy Emerson   Sports Illustrated   Stan Smith   Ted Schroeder   Tennis   Tom Okker   Tony Roche   Tony Trabert   Tournoi de Wimbledon   US Open de tennis  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^