Dañs tro

Infos
Gavotte. Gravure de 1880. La dañs tro ou gavotte est une famille de danses traditionnelles de Basse-Bretagne. Leur style en tient au maintien, les danseurs étant relativement fermement liés en se donnant les bras sur la hanche ou plus haut (Fisel), en se tournant légèrement vers la gauche. Il en résulte une suspension verticale des danseurs, une petite trépidation verticale des mains, une légère oscillation naturelle de la ligne de danse. La suspension
Dañs tro

Gavotte. Gravure de 1880. La dañs tro ou gavotte est une famille de danses traditionnelles de Basse-Bretagne. Leur style en tient au maintien, les danseurs étant relativement fermement liés en se donnant les bras sur la hanche ou plus haut (Fisel), en se tournant légèrement vers la gauche. Il en résulte une suspension verticale des danseurs, une petite trépidation verticale des mains, une légère oscillation naturelle de la ligne de danse. La suspension verticale est moins importante qu'en Fisel et varie selon la progression horizontale. Par exemple, les gavottes qui se sont ouvertes en chaîne comme la gavotte de Braspart progressent plus et la suspension verticale en est d'autant moins importante. On observe une très légère oscillation naturelle de la ronde. Certains la provoquent consciemment. Le style de l'accompagnement musical (kan ha diskan ou couple de sonneurs) colle à la danse.

Nommage et etymologie

Le terme « gavotte » est en fait impropre ; en effet, contrairement à an-dro, aux laridés et ridées, aux ronds de Landéda et de Loudéac, les gavottes ne dérivent pas des branles de la Renaissance française, mais probablement des trihoris anciens d'influence bretonne, tout comme le kost ar c'hoad. Ce terme abusif de gavotte a été employé par des observateurs étrangers à la région qui vu des ressemblances avec ce qu'ils appellaient gavotte. Il est depuis passé en breton : gavotenn.

Décomposition

Les gavottes sont généralement dansées dans une suite composée de trois parties, chacune ayant son propre motif musical et son propre tempo :
- ton simpl (également appelé ton kentañ, « premier "temps, ou ton berr, « temps court »), d'exécution rapide
- tamm kreiz (« morceau » du milieu, appelé aussi tamm diskuizh, temps de repos, ou bal), promenade lente composé d'une marche entrecoupée de figures plus vives
- ton doubl (également appelé ton diwezhañ, « dernier temps» ou ton hir, « temps long »), rapide (mais d'exécution souvent plus vive et plus dynmaique sur la première partie) avec un phrasé musical souvent redoublé Le ton doubl peut être remplacé par un ton tripl mais cela est assez rare. Il existe cependant des suites de gavottes qui ne suivent pas cette décomposition mais associent une gavotte à un bal 8, à un jabadao, à une suite de bals (à 2, à 4 et à 8).

Structure du pas

Les gavottes proprement dites (ton simpl et ton doubl) comportent 8 temps et divergent par :
- la présence d'une subdivision ou non, la subdivision variant selon les temps auxquels elle se produit (en 3-et-4, en 4-et-5, en 5-et-6) et son style : irrégulier, petits pas, pause, pause avec un appui fictif (pas dit de repos, ie l'ancien pas des femmes en Poher), en sursaut/frapper/changement d'appui (gavotte de Calanhel)
- le style du pas : en progression linéaire, avec des broderies (gavotte de l'Aven, gavotte Pourlet), sautillant (Châteauneuf-du-Faou), aéré (Fisel)
- le temps ou le pied de départ : normalement le pied gauche, mais plusieurs gavottes (par exemple la gavotte de Braspart) démarrent du pied droit
- la figure du bal : simple ou avec changement d'appui
- l'accompagnement musical : un couple de sonneurs (biniou/bombarde) ou un couple de chanteurs de kan ha diskan center Les gavottes se dansaient généralement en rond (certaines se sont par la suite ouvertes en chaîne comme la gavotte de Braspart) mais quelques unes se dansent à quatre : gavotte de l'Aven, de Châteauneuf-du-Faou. Il existe même une gavotte en couple, celle de la suite glazik. La deuxième partie de la suite est une ballade entrecoupée d'un bal sur le refrain. Il existe plusieurs bals :
- le bal dit ancien, où cavalier et cavalière se tournent l'un vers l'autre et effectuent une série de posé croisé alternativement vers l'intérieur et vers l'extérieur
- le bal dit de Poullaouen, collecté par Loeiz Roparz, utilisé en pays Dardoup et dans le Poher, où cavalier et cavalière se tournent l'un vers l'autre puis effectuent un pas de quatre vers la cavalière puis vers le cavalier sur la ligne de danse
- le bal du pays Calanhel
- le bal moderne, c'est une évolution introduite par le cercle de Berlien dans les années 1950 qui voit les danseurs poser légèrement le pied en avant en accompagnant le geste d'un léger mouvement de bras, avec ou sans changements d'appuis
- le bal de la gavotte du pied droit, figure en pas de quatre vers le centre du rond D'autres gavottes ont des bals plus complexes (bal Fisel, bal à 8 de la gavotte Dardoup) ou comprennent une succession de bals (bals de Aven, bals de la suite de Chateauneuf-du-Faou, bals de la suite Glazik).

Évolution

Autrefois dansée en ronde, ce qui donne une danse plus énergique, plus « puissante », la gavotte a évolué par endroits en chaîne ouverte, ce qui donne une danse plus rapide, moins « sautillante » verticalement. Cette évolution s'est réalisée à la fin du et au début du XX. À cette époque, plusieurs danses bretonnes se sont progressivement « individualisées », c'est-à-dire ont comporté des figures à deux dans des danses jusque-là massivement en groupe (à comparer avec l'apparition de figures à deux dans an-dro, puis son évolution en kas-a-barh). Aussi voit-on parfois des bals à deux durant le tamm diskuizh de certaines gavottes.

Les airs

Les gavottes formant une très grande famille qui couvre un large territoire de la Bretagne (Cornouaille / centre Bretagne et Trégor), il existe de nombreux airs différents (ainsi que de manières de danser), notamment de Kan ha diskan. Cependant, son style général se démarque des autres danses. Généralement, on emploie un seul air par partie (ton simpl, tamm kreiz, ton doubl). Cependant certaines gavottes, comme la suite de l'Aven, ont un accompagnement beaucoup plus complexe qui se compose d'une succession de nombreux airs différents (au moins douze).

Voir aussi

- Danse bretonne Catégorie:Danse bretonne de:Gavotte en:Gavotte es:Gavota fi:Gavotti hu:Gavotte ja:ガヴォット nl:Gavotte pl:Gawot pt:Gavota uk:Ґавот
Sujets connexes
An-dro   Années 1950   Basse-Bretagne   Biniou   Bombarde (musique)   Branle   Châteauneuf-du-Faou   Cornouaille   Danse bretonne   Fisel   Kan ha diskan   Kost ar c'hoad (danse)   Laridé (danse)   Poher   Poullaouen   Renaissance (période historique)   Trihori   Trégor   XXe siècle  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^