Pierre de Bénouville

Infos
Pierre de Bénouville, né le 8 août 1914 à Amsterdam et décédé le 4 décembre 2001 à Paris, était un écrivain, homme politique et résistant français. Il a écrit plusieurs ouvrages sous le patronyme complet de Guillain de Bénouville et a souvent été appelé Pierre Guillain de Bénouville. La particule ainsi que le patronyme ont cependant été relevés par Bénouville lui-même dès 1936 (pour la signature de l'ouvrage Baudelaire
Pierre de Bénouville

Pierre de Bénouville, né le 8 août 1914 à Amsterdam et décédé le 4 décembre 2001 à Paris, était un écrivain, homme politique et résistant français. Il a écrit plusieurs ouvrages sous le patronyme complet de Guillain de Bénouville et a souvent été appelé Pierre Guillain de Bénouville. La particule ainsi que le patronyme ont cependant été relevés par Bénouville lui-même dès 1936 (pour la signature de l'ouvrage Baudelaire le trop chrétien) (lire à ce sujet les explications de Guy Perrier dans sa biographie de Pierre de Bénouville parue en 2005). Le livret de famille, l'acte de mariage ainsi que l'acte de décès de l'état-civil portent la mention "Pierre de Bénouville", tandis que sa nomination de général de brigade dans le Journal Officiel en 1953 porte celle de "Pierre Guillain de Bénouville".

Jeunesse

Pendant sa jeunesse, étudiant à la faculté de lettres de Paris, il milite aux Camelots du Roi, organisation de jeunesse de l'Action française (AF), un temps proche de La Cagoule, et participe aux émeutes du 6 février 1934. Dans les années 1935-1937, il fréquente les chefs de la Cagoule, ainsi que ses amis André Bettencourt, Claude Roy et François Mitterrand. Il rompt avec l'Action française à la fin 1938, car elle se déclare favorable aux accords de Munich, alors que Bénouville, nationaliste intransigeant, y est hostile.

Résistance

Mobilisé en 1939 pendant la Seconde Guerre mondiale, Bénouville est fait prisonnier par les troupes allemandes. Il s'évade et rejoint Nice. Maréchaliste dans un premier temps, il part clandestinement pour l'Afrique du Nord, en janvier 1941, espérant rejoindre les Forces françaises libres, mais il est fait prisonnier par la police du régime pétainiste. Renvoyé devant le tribunal militaire de Toulon, il est acquitté pendant l'été 1941. Il rejoint alors la Résistance aux côtés d'Henri Frenay. Il fonde le mouvement Radio-Patrie, se lie avec Combat et Noyautage des administrations publiques. À la fin de 1942, il retrouve son ami François Mitterrand, et l'aide à tisser son réseau de résistance. Peu après, lors de la création des Mouvements unis de résistance (MUR), Bénouville devient membre de leur comité directeur. En parallèle, sous le nom de code de Barrès, il s'implique personnellement dans la mise en place des contacts entre les mouvements de Résistance intérieure et la France libre, franchissant ainsi cinquante-trois fois la frontière franco-suisse. En avril 1944, il rejoint Alger via l'Espagne, pour échapper à la Gestapo. De mai à juin 1944, il combat en Italie. Son attitude pendant la Seconde Guerre mondiale lui vaut d'être fait Compagnon de la Libération, Grand officier de la Légion d'honneur, décoré de la croix de guerre 1939/1945, de la médaille de la Résistance, de la croix de guerre belge et de l'Ordre de Léopold. Dans le téléfilm Jean Moulin, une affaire française (2003), Bénouville est accusé à demi-mot d'avoir « donné » Jean Moulin aux allemands, par calcul politiqueCe que réfute un ancien résistant : , André Lafargue, Le Parisien, lundi 13 janvier 2003. Revenu à Alger où il dirige le bureau FFI au sein du GPRA, il est promu général de brigade à 30 ans par le général de Gaulle. Fait Compagnon de la Libération, le général de Bénouville s'engage dès la fin de la guerre en politique aux côté du général.

Après-guerre

Membre du Conseil de Direction du RPF en 1949, député gaulliste d'Ille-et-Vilaine entre 1951 et 1956, et de 1958 à 1962, puis de la douzième circonscription de Paris entre 1970 et 1986 puis de la huitième circonscription de Paris de 1986 à 1993. Favorable à l'Algérie française, il reste toutefois indéfectiblement fidèle au général de Gaulle. En 1984, il défend vigoureusement à l'Assemblée nationale l'attitude de son ami François Mitterrand pendant la guerre, attaqué par des députés de droite comme François d'Aubert, Jacques Toubon ou Alain Madelin. L'ancien chef de Radio-Patrie déclare par exemple : « Mitterrand était des nôtres ! » Dix ans plus tard, les attaques reprenant, Bénouville propose à François Mitterrand que des compagnons de la Libération signent un texte de soutien, mais le président refuse : il n'a pas, selon lui, à se justifier, du moins pas à ce point. En 1988, il organise chez lui à Paris, un mois avant l'élection présidentielle, une rencontre entre Jacques Chirac et le chef du Front national, Jean-Marie Le Pen pour discuter de l'entre-deux-tours Franz Olivier Giesbert, La Tragédie du Président, scènes de la vie politique (1986-2006), Flammarion, 2006.. Pierre de Bénouville mène parallèlement une carrière dans le secteur privé comme administrateur de plusieurs sociétés, les éditions Robert Laffont, les établissements Gaumont et surtout la société Dassault-Bréguet. Il est directeur du journal Jours de France de 1954 à 1967, puis président-directeur général de la société éditrice. Cet homme d'honneur, profondément catholique, et qui ne reniera jamais ses convictions royalistes de jeunesse s'est toujours distingué par une grande indépendance d'esprit, liée à son amour de la France.
Mandat de Député
-député de la cinquième circonscription d'Ille-et-Vilaine entre 1951 et 1956, et de 1958 à 1962
-député de la douzième circonscription de Paris entre 1970 et 1986
-Deputé de la huitième circonscription de Paris de 1986 à 1993.
Mandat Locaux
-Maire de La Richardais (Ille-et-Vilaine) de 1953 à 1971
-Conseiller de Paris de 1989 à 1995

Décorations

- Grand Officier de la Légion d'honneur
- Compagnon de la Libération - décret du 6 avril 1945
- Croix de Guerre 1939-1945 (5 citations)
- Médaille de la Résistance
-Croix de Guerre Belge
-Officier de l'Ordre de Léopold

Œuvres

;Sous le nom de « Guillain de Bénouville »
-Captivité et délivrance de l'esprit aux XIX et XX siècles. Baudelaire le trop chrétien. Précédé d'une lettre de Charles Du Bos à l'auteur, et suivi d'une lettre de l'auteur à René Béhaine, Bernard Grasset, Paris, 1936, 221 p. (diverses rééditions)
-Les Soirées d'Altkirch
-Saint Louis ou le Printemps de la France, éditions Didier, coll. « Les Grands serviteurs », Toulouse, 1943, 247 p.
-Le Sacrifice du matin, Robert Laffont, Paris, 1946, 610 p.
-Vie exemplaire du commandant d'Estienne d'Orves : papiers, carnets et lettres, précédés d'une préface de Guillain de Bénouville, Plon, Paris, 1950, XIII-335 p. (diverses rééditions) ;Sous le nom de « Pierre de Bénouville »
-Avant que la nuit ne vienne (entretiens avec Laure Adler), Bernard Grasset, Paris, 2002, 359 p.

Lien externe

- sur le site de l'Ordre de la Libération

Notes et références

Catégorie:Militaire français du XXe siècle Catégorie:Militaire français de la Seconde Guerre mondiale Catégorie:Général français Catégorie:Grand Officier de la Légion d'honneur Catégorie:Compagnon de la Libération Catégorie:Titulaire de la Croix de guerre 1939-1945 Catégorie:Titulaire de la Médaille de la Résistance Catégorie:Personnalité du Rassemblement pour la République Catégorie:Personnalité du Rassemblement du peuple français Catégorie:Député de la Quatrième République française Catégorie:Ancien député de Paris Catégorie:Ancien député d'Ille-et-Vilaine Catégorie:Ancien maire d'Ille-et-Vilaine Catégorie:Homme politique breton Catégorie:Militant chrétien Catégorie:Nationaliste français Catégorie:Action française Catégorie:Patron de presse Catégorie:Naissance en 1914 Catégorie:Décès en 2001
Sujets connexes
AF   Accords de Munich   Action française   Afrique du Nord   Alain Madelin   Alger   Algérie française   Amsterdam   André Bettencourt   Barrès   Bernard Grasset   Cagoule   Camelots du Roi   Cinquième circonscription d'Ille-et-Vilaine   Claude Roy   Combat (résistance)   Compagnon de la Libération   Croix de guerre 1939-1945   Douzième circonscription de Paris   Espagne   Forces françaises de l'intérieur   Forces françaises libres   France   France libre   François Mitterrand   François d'Aubert   Front national (parti français)   Gaullisme   Gaumont   Gestapo   Guy Perrier   Général de brigade   Henri Frenay   Huitième circonscription de Paris   Ille-et-Vilaine   Italie   Jacques Chirac   Jacques Toubon   Jean-Marie Le Pen   Jean Moulin   Jours de France   La Cagoule   La Richardais   Laure Adler   Le Parisien   Légion d'honneur   Médaille de la Résistance   Nice   Ordre de Léopold   Ordre de la Libération   Paris   Rassemblement du peuple français   Rassemblement pour la République   Régime de Vichy   Résistance intérieure française   Seconde Guerre mondiale  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^