Convention sur la conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique

Infos
La Convention sur la conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique (Convention on the Conservation of Antarctic Marine Living Resources, CCAMLR) est entrée en vigueur en 1982, dans le cadre du Système du traité sur l'Antarctique, en vertu de l'Article IX du Traité.
Convention sur la conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique

La Convention sur la conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique (Convention on the Conservation of Antarctic Marine Living Resources, CCAMLR) est entrée en vigueur en 1982, dans le cadre du Système du traité sur l'Antarctique, en vertu de l'Article IX du Traité.

Objectif de la Convention

La convention a pour objectif la conservation des ressources marines vivantes de l'Antarctique. Elle couvre une très grande zone qui comprend l'océan austral (voir ).

Fonctionnement

Une Commission, définie par la Convention, gère les ressources marines vivantes de la région ; son siège est situé en Australie à Hobart (Tasmanie). Elle dispose d'un secrétariat et d'un comité scientifique.

États parties à la convention

32 États sont parties à la CCAMLR : Argentine, Australie, Belgique, Brésil, Chili, Communauté européenne, France, Allemagne, Inde, Italie, Japon, République de Corée, Namibie, Nouvelle Zélande, Norvège, Pologne, Fédération de Russie, Afrique du Sud, Espagne, Suède, Ukraine, Uruguay, Royaume Uni, États-Unis, Bulgarie, Canada, Finlande, Grèce, Maurice, Pays-Bas, Pérou, Vanuatu. 28 d'entre eux (italiques) sont membres de la commission. ==
Sujets connexes
Antarctique   Traité sur l'Antarctique  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^