Marius Vazeilles

Infos
Marius Vazeilles, né le 29 juillet 1881 à Messeix (Puy-de-Dôme), mort le 7 juin 1973 à Meymac (Corrèze), fut expert forestier, syndicaliste et archéologue. Fils d'un garde forestier, sorti major de l'École forestière des Barres, il fut d'abord instituteur stagiaire à Saint-Sauves-d'Auvergne, puis entre 1911 et 1912, il occupe le poste de garde général des eaux et forêts à Mauriac. En 1913, il est détaché au service des améliorations agricoles et s'installe à Mey
Marius Vazeilles

Marius Vazeilles, né le 29 juillet 1881 à Messeix (Puy-de-Dôme), mort le 7 juin 1973 à Meymac (Corrèze), fut expert forestier, syndicaliste et archéologue. Fils d'un garde forestier, sorti major de l'École forestière des Barres, il fut d'abord instituteur stagiaire à Saint-Sauves-d'Auvergne, puis entre 1911 et 1912, il occupe le poste de garde général des eaux et forêts à Mauriac. En 1913, il est détaché au service des améliorations agricoles et s'installe à Meymac.Pendant la guerre, il est mobilisé et c'est en 1915 qu'il est détaché de l'armée, sur l'intervention d'Henri Queuille pour mettre en valeur le plateau de Millevaches. Il répertorie de façon détaillée cette région et en 1917 il publie son ouvrage Mise en valeur du Plateau de Millevaches, lequel demeure encore l'un des ouvrages fondamentaux de l'aménagement forestier et agricole.En 1919, il quitte l'administration des Eaux et Forêts, devient pépiniériste puis expert forestier à Meymac. Il met au point au Puy Chabrol l'implantation de près de 400 nouvelles espèces forestières (surtout des résineux) inconnues dans la région et plante 38 hectares d'arboretums. Également passionné d'archéologie, il devient un spécialiste des époques gauloises, gallo-romaines et mérovingiennes dont il met en évidence les traces sur le plateau de Millevaches. Il fouille inlassablement, classe et publie ses découvertes qu'il rassemble en collections parfaitement répertoriées. La majeure partie de ses collections, fruits de plus de 150 études, sont regroupées au Musée Marius Vazeilles suite à la création, en 1974, de la fondation Marius Vazeilles présidée initialement par sa fille, Mme Marcelle Magné-Vazeilles. Ses découvertes, qu'il avait jusque là placées dans son jardin, furent ainsi regroupées dans l'ancienne abbaye Saint-André de Meymac. Il fut aussi un militant convaincu du syndicalisme agricole au sein du parti communiste français de 1924 à 1928. Conseiller municipal communiste à Meymac, élu en 1936 député du Front populaire pour la Circonscription d'Ussel, il organise et dirige la Fédération Socialiste de la Corrèze et la Fédération Nationale des Paysans Travailleurs. Malgré son désaccord avec le pacte germano-soviétique de 1939, il est interné par la Troisième République. Henri Queuille, malgré son opposition politique, tente de le faire libérer mais sans succès. Marius Vazeilles se désolidarise du parti communiste et ne militera plus.

Publications

- Mise en valeur du Plateau de Millevaches, 1920
- La très vieille histoire locale ; archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine de la montagne limousine, Cahiers archéologiques, 2 et 3 fascicules, 1936
- Inventaire préhistorique en Haute et Moyenne Corrèze, In: Bull. Soc. Lett. Sci. Arts Corrèze, t. LVII, 1953
- Le pays d'Ussel, Imp. du Corrézien, 1962 Catégorie:Sylviculture Catégorie:Archéologue Catégorie:Archéologue français Catégorie:Syndicaliste agricole français Catégorie:Naissance en 1881 Catégorie:Décès en 1973
Sujets connexes
Abbaye Saint-André de Meymac   Agriculture   Aménagement forestier   Arboretum   Archéologie   Corrèze (département)   Eau   Forestier   Forêt   Front populaire (France)   Garde forestier   Guerre   Henri Queuille   Instituteur   Jardin   Mauriac (Cantal)   Messeix   Meymac   Mérovingiens   Parti communiste français   Plateau de Millevaches   Puy-de-Dôme   Saint-Sauves-d'Auvergne  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^