Noblesse

Infos
La noblesse est une classe sociale basée sur l'hérédité, dont les membres ont montré leur valeur, ou sont censés imiter la valeur de leurs ancêtres.
Noblesse

La noblesse est une classe sociale basée sur l'hérédité, dont les membres ont montré leur valeur, ou sont censés imiter la valeur de leurs ancêtres.

La noblesse en Occident

Origines

La noblesse de l'Ancien Régime est issue de plusieurs traditions. Les sociétés indo-européennes vivent sur la division tripartite de la société, entre une fonction sacerdotale, une fonction guerrière, et une fonction de production. L'Église s'est fait la promotrice de cette organisation trifonctionnelle de la société, entre ceux qui prient, ceux qui combattent et ceux qui travaillent. L'aristocratie romaine antique est appelé patriciat. Cette noblesse va perdre le pouvoir au et être remplacée par un autre type de noblesse appelée nobilitas qui va perdurer jusqu'à la disparition de l'Empire romain d'Occident. Les termes de rex, dux, comes sont à l'origines des titres de la noblesse occidentale et recoupent des réalités bien différentes. Les peuples barbares, ainsi que nombre de populations indigènes aux provinces de l’empire connaissaient une forme de noblesse, mais cette noblesse ne semble pas définie par des critères aussi stricts que ceux de la nobilitas romaine.

Évolution de la noblesse en Occident

chevalier règne sur les champs de bataille, où la charge de ces combattants cuirassés provoque la crainte de la piétaille. La technologie de l'armement médiéval lui est très largement consacré. Symbolique de la féodalité, la noblesse européenne s'instaure à partir de la classe sociale héritée des cavaliers vainqueurs de hautes luttes, associant sacralité du pouvoir et servant leur suzerain par un ensemble de rites propres. Disposition en « statue équestre » d'un chevalier, sa monture cabrée. L'époque franque emploie les termes de nobiles viri ou illustri viri (« hommes illustres »), qui prouvent que l'héritage romain a été intégré, mais aussi des termes tels que proceres (« les grands »). Initialement les nobles francs sont détenteurs de charges amovibles au bon vouloir des souverains, comparables à des hauts fonctionnaires. Cependant à partir de 877, par le capitulaire de Quierzy-sur-Oise, l'hérédité des domaines (les « honneurs ») et des charges se met en place, donnant naissance progressivement à la féodalité. Le pouvoir se désagrégeant la noblesse finit par s'identifier au seigneur local, le miles. La noblesse connaît au Moyen Âge un renouvellement incessant du fait des guerres. En Bretagne, des 34 familles ayant participé à la bataille de Bouvines (1214) seules 4 à 5 existent encore à la seconde moitié du . Les guerres flamandes de Philippe le Bel à la fin du porteront un premier ombrage à la fonction militaire de cette noblesse par ses défaites contre les troupes communales flamandes, telles que la bataille de Courtrai dite « Bataille des Éperons d'or » (11 juillet 1302) où par dérision les flamands exhibèrent comme trophées les éperons des chevaliers français abattus. Au , la noblesse française est gravement entamée par d'importantes défaites militaires (Poitiers, Azincourt) et le peuple ne tarde pas à se soulever contre les nobles qu'il juge incompétents, mouvements appelés jacquerie. La guerre devient de plus en plus l'affaire de professionnels et de mercenaires. Alors que les nobles évitent de s'entretuer au combat pour tirer une rançon de leurs prisonniers, les mercenaires ne s'encombrent plus des valeurs « chevaleresques ». Au l'armée se professionnalise encore davantage avec la création des compagnies d'ordonnance, et l'appel au ban et à l'arrière-ban se fait rare. De nombreux petits nobles deviennent des gentilhommes campagnards dont le journal de Gilles de Gouberville donne idée du mode de vie. En dehors de l'exploitation agricole, plus ou moins tolérée selon les provinces, les seules activités non dérogeantes sont la verrerie et l'activité de maître de forges. La Bretagne autorise la noblesse dite « dormante », le noble peut mettre de côté sa noblesse, parfois sur plusieurs générations, pour se refaire une santé financière, une simple déclaration suffit à retrouver l'intégrité de ses droits. Pour attirer la noblesse dans les Compagnies des Indes le roi dût promulguer des édits de dérogation. Parallèlement la noblesse entre toujours davantage dans les fonctions et charges au service de l'État. Fonctions et charges rémunératrices depuis les petits offices de notaire dans les campagnes aux hautes fonctions dans les Parlements où à la Cour. À partir du , devant les besoins d'argent de la monarchie, un certain nombre de charges sont ouvertes aux roturiers avec un anoblissement à la clef – elles furent qualifiées de « savonnette à vilains » (comme les charges de secrétaire du Roi). De ce système naquit la noblesse dite de robe (la robe des magistrats, par opposition à la noblesse d'épée -des militaires -).

La noblesse française au Moyen Âge :

De l'aristocratie féodale à la noblesse d'Ancien Régime. civilisation romaine : l'aristocratie de privilèges perdure dans l'Occident chrétien, tout en faisant évoluer ses caractéristiques liées à la pratique guerrière et la vie de châtelain à une vie de courtisanerie éloignée des terres de propriété, de plus en plus centrée sur le monarque. La difficulté à définir la noblesse provient du fait que les réalités sociales, politiques et culturelles de cette population ont évolué, changeant le contenu de la noblesse, sans en changer la nature : une aristocratie dominant et encadrant la société et jouissant de privilèges divers. Cependant, l'idée que l'on se fait de la noblesse est aujourd'hui largement conditionnée par la société d'Ancien Régime, héritière de la noblesse médiévale.On l'appelle la noblesse d'épée. Cependant, si la seconde provient bien de la première, la société médiévale n'est pas la société d'Ancien Régime, et la noblesse ne peut se définir au Moyen Âge comme elle se définit à l'époque moderne. Certains historiens du Moyen Âge considèrent comme noble toute personne portant les titres de chevalier ou d'écuyer (voir Philippe Contamine). Or la chevalerie qui apparait autour du , est à l'origine une population au service des grandes familles héritières de l'aristocratie carolingienne et propriétaire de vastes domaines fonciers. Au on observe une progressive fusion des valeurs chevaleresques et aristocratiques, notamment à travers le roman courtois. Mais cette littérature témoigne également des frustrations sociales des chevaliers, encore considérés comme des serviteurs de l'aristocratie. À la même époque, les archives permettant de connaître la population "noble" ou aristocratique sont d'origine ecclésiastique et écrites en latin. Les milites des archives sont considérés comme nobles. Le singulier miles signifie soldat en latin. La noblesse est donc essentiellement liée à l'armée féodale. Lorsqu'au , des archives seigneuriales nous parviennent, la plupart rédigées en français, on retrouve également de nombreux seigneurs. Mais ils sont nettement plus nombreux que dans les archives latines du siècle précédent. Ainsi, on compte dans le Bas-Maine (Mayenne) 13 familles de miles au , contre plus de 130 aux et s. Faut-il y voir un renouveau profond de l'aristocratie féodale à cette période ? En fait, on peut distinguer parmi ces seigneurs différentes nuances sociologiques :
- le "noble et puissant seigneur" est l'héritier du miles des archives latines.
- Le "seigneur de…", écuyer ou chevalier ne trouve pas d'équivalent clair dans les archives latines. Il est pourtant clairement un cadre de la féodalité, jouissant du privilège des armes, combattant à Poitiers (1356) ou à Orléans (1429). Mais peut-on le qualifier de noble ? Si l'on ne peut distinguer une noblesse structurée par une sociologie précise, le droit médiéval peut, sans doute, nous éclairer. L'organisation sociale en trois ordres La définition des privilèges de la noblesse n'apparaît que sous Louis XI après 1440. Ce n'est qu'à cet instant que la couronne réglemente les conditions d'accès à la noblesse et les privilèges dont elle jouit. Avant cela, la noblesse est un état de fait, une place dans une société conférée par un rang dans la hiérarchie féodale, et/ou la proximité avec un roi à travers le service armé, administratif ou politique. Les villes du nord de la France comptent de nombreuses familles jouissant aussi bien des privilèges bourgeois et de fonctions municipales, que d'un statut aristocratique et féodal. La bourgeoisie n'est pas un statut dérogeant à la noblesse jusque-là. Par ailleurs, on trouve, dans de nombreuses régions de France, des familles de paysans qui, par l'accès à la propriété foncière, accèdent au bout d'une ou deux générations à l'aristocratie féodale et donc au service armé. Philippe Contamine, qui considère qu'aux et s est noble toute personne portant le titre de chevalier ou d'écuyer, a basé ses travaux sur des archives essentiellement militaires. Or, chevalier ou écuyer sont les titres de l'armée féodale. Ces écuyers et ces chevaliers sont des membres de l'aristocratie féodale. L'aristocratie féodale est-elle noble ? Les sources des chartriers seigneuriaux montrent que cela n'est pas toujours vrai pour cette période. C'est pourquoi, à l'exception de certaines très grandes familles, l'usage du terme noble est très délicat pour la période médiévale et il vaut mieux lui préférer celui d'aristocratie, en précisant ecclésiastique, féodale, militaire, etc. Un autre cas ne laisse pas d'ambiguïté sur le caractère nobiliaire d'une personne, ce sont les cas d'annoblissement par lettre royale. En récompense de services rendus certains membres de l'entourage du roi se voient anoblis, et ce avant même que la couronne ait clairement défini les privilèges de la noblesse. La plupart sont originaires de familles bourgeoises et, ayant pu étudier le droit, sont entrés au service du roi, à des charges plus ou moins importantes. Leur noblesse ne se transmet pas toujours, car les générations suivantes doivent pouvoir vivre noblement, c'est-à-dire disposer de fiefs, et participer à l'armée féodale et/ou au service du roi. Ainsi de la même façon que l'on pouvait devenir noble, en vivant noblement, on pouvait perdre sa noblesse en cessant de vivre noblement. Le statut nobiliaire ou aristocratique est donc moins un statut juridique, qu'un statut social relativement mouvant. Le monde médiéval n'a pas de géographie sociologique aussi clairement défini que la société d'Ancien Régime. Mais c'est bien cette aristocratie féodale, qui, pour l'essentiel et par un culte profond des valeurs chevaleresques, et du service au roi constitue la matrice première de la noblesse d'Ancien Régime.

La noblesse d'Ancien Régime

L'échec de la Fronde (1648-1658) marque la fin des révoltes nobiliaires et la "domestication" des nobles. Cependant, le roi se veut toujours le "premier gentilhomme de France" et le gardien des privilèges de ses sujets. La vérification des titres de noblesse par Colbert (1662) marque la clôture du "second ordre" auquel on ne pourra plus accéder que par un anoblissement en bonne et due forme (jusque-là, vivre "noblement" était un critère suffisant). La noblesse se caractérise par ses privilèges fiscaux (exemption de la taille), politiques (accès aux assemblées des États provinciaux), de carrière (dans l'armée notamment), honorifiques (entourer le roi à la Cour; préséance) et judiciaires (elle est jugée par un tribunal spécifique:le parlement).

Bouleversement de la noblesse en Italie

Suite à l'élection de Mussolini dit le "duce" en italie, et parce que celui-ci craignait de ne pas avoir le soutien des grandes familles nobles, la noblesse subit une épuration: il fallut en effet coopérer ou en subir les conséquences. Certaines familles, comme celle du duché de Piémont coopérèrent mais furent contraintes de quitter le pays après la guerre, d'autres, au contraire, comme la famille del Fabbro, héritière du trône d'Italie et à la tête de fortunes considérables, choisirent de quitter le pays et d'aider la résistance en la finançant depuis la France... cependant, à ce jour la plupart n'ont pu retrouver leurs prestances et titres de noblesse...

La noblesse ailleurs qu'en Occident

Chine

En Asie de l'Est, la noblesse est basée sur le modèle culturellement dominant de la Chine. L'empereur peut donner des degrés de noblesse, mais ceux-ci ne sont pas permanents et diminuent d'un rang à chaque génération. Durant la dynastie Qin, ces titres sont honorifiques et le pouvoir est surtout détenu par des érudits confucéens.

Etats du Commonwealth

Il existe une caste noble que certaines castes(!) européennes apparentent également à des usurpateurs de titres, ceux dits réhabilités par achat. Cela revient à faire l'acquisition de titre(s) dit(s) tombé(s) en désuétude communément appelé titre nobiliaire : N’ayant plus d’héritier direct, le porteur du titre n’a pas eu de descendance ou que celle-ci a disparu avant ou avec lui, titre reconnu uniquement dans tous les pays membres du Commonwealth. Titre acquis par voie administrative et pécunière après recherches de descendance éventuelle pour ne pas risquer un conflit ouvert vis à vis de la possession du titre.

Japon

Un daimyo en visite d'État Le Japon médiéval a un système féodal semblable à celui d'Europe médiévale, où une noblesse possède un territoire en échange de son service militaire. Les nobles étaient appelés daimyo et avaient un pouvoir militaire et politique considérable. Comme leurs équivalents européens, ils commandaient des armées et soldats élites, les samouraï.

Polynésie

En Polynésie, le statut de chef tribal est souvent semi-hériditaire.

La noblesse à l'époque contemporaine en Europe

La situation de la noblesse en France

Depuis la Révolution et donc la chute de l'Ancien Régime, la noblesse n'a plus de droits particuliers dans les instances de l'État et n'a plus aucun privilège, sinon le droit de porter le titre de noblesse qui est une extension du nom, transmissible de père en fils. Par l’article 71 de la Charte, c’est Louis XVIII lui-même qui tire un trait sur l’Ancien Régime : « La noblesse ancienne, y lit-on, reprend ses titres. La nouvelle conserve les siens. » Mais cette apparence de retour au passé est accompagnée de cette précision : « Le roi fait des nobles à volonté ; mais il ne leur accorde que des rangs et des honneurs, sans aucune exemption des charges et des devoirs de la société. » Même le majorat créé par Napoléon est supprimé dans un premier temps (avant d’être rétabli en 1817), car il s’agit d’un privilège alors que la Charte n’en reconnaît pas. On peut noter que lors des réceptions officielles, la présidence de la République honore ses hôtes nobles de leurs titres sur les cartons d'invitation, « privilège » supprimé seulement au cours du septennat de Valéry Giscard d'Estaing.

Hiérarchie des titres de noblesse

Il n'y avait pas de vraie hiérarchie des titres proprement dite sous l'Ancien Régime. Se distinguaient la famille royale (roi, reine, enfants et petits-enfants de France) et les princes du sang. La seule distinction réelle est ensuite entre noblesse dite « titrée » — le titre étant celui de duc, quand il est accompagné de la dignité de pair de France et noblesse non titrée. La noblesse titrée avait droit à des préséances protocolaires sur les autres nobles, par exemple un tabouret pour les duchesses. La catégorie mouvante des princes dits « étrangers », grands lignages d'abord étrangers puis « naturalisés » en France maison de Clèves, maison de Guise, famille de Rohan, etc., tantôt recoupait celle des ducs et pairs, tantôt venait s'intercaler entre princes du sang et ducs et pairs. La hiérarchie des familles se faisait notamment sur la base de critères tels que :
- 'ancienneté' de la famille (noblesse immémoriale, noblesse d'extraction chevaleresque, etc.)
- 'illustration' (personnages s'étant distingués au cours de leur vie)
- les alliances et les parentés (qualité des familles nobles épousées)
- les services
- le train de vie
- les possessions Cependant, Napoléon en recréant une noblesse d'Empire, qui s'apparente d'ailleurs plus à une titulature héréditaire qu'à une noblesse de sang, introduisit une hiérarchie des titres inspirée du système anglais et qui s'est maintenue sous la Restauration. Nous trouvons depuis par ordre croissant : chevalier, baron, vicomte, comte, marquis, duc et prince ; les titres de vicomte et de marquis n'existant pas sous l'Empire ont été recréés après sa chute et intégrés dans la hiérarchie. Un seul membre de la famille titrée : l'aîné (que l'on nomme « chef de nom et d'armes ») a vocation à porter le titre familial. Les cadets adoptent généralement le même titre en intercalant leur prénom, entre le titre et le « nom de terre » auquel est attaché le titre. Il s'agit là d'un titre, dit « de courtoisie », dépourvu de valeur nobiliaire légale et réservé à un usage mondain. Ainsi le comte Hugues de Guitaut porte un titre de courtoisie, alors que le comte de Guitaut porte le titre territorial. Dès lors, la distinction pertinente porte sur la nature du titre porté, sachant que l'intitulé du titre ne préjuge en rien de la dignité du fief auquel il est attaché : un comte de Toulouse était plus puissant qu'un Duc d'Anjou, et le Duc d'Aquitaine était aussi Comte de Poitiers…

Cercle

Certains domaines de la vie publique ou économique sont proportionnellement surreprésentés par des gens issus de la noblesse : nombreux cadres dans le corps diplomatique, l'armée et d'autres secteurs de l'administration, ainsi que dans la haute finance. On en retrouve aussi plus qu'ailleurs dans les relations publiques, certains domaines culturels, comme la conservation du patrimoine et même la mode, où le port d'un nom aristocratique est considéré comme un avantage et un gage de savoir-vivre. Les nobles ont parfois une vie sociale riche dans le but de favoriser leurs réseaux de sociabilité et d'entraide. Quand ils en ont les moyens financiers, ils se côtoient et s'invitent souvent à l'occasion de dîners, de bals ou de rallye. Les plus huppés d'entre eux organisent des soirées au profit d'une œuvre de charité, avec un droit d'entrée très cher et une tombola. Il existe par ailleurs des associations ouvertes exclusivement à des personnes nobles, comme en France l'ANF (Association d'entraide de la noblesse française), en Italie le CNI (Corps de la Noblesse Italienne), en Espagne l'AHFE (Association d'Hidalgos a Fuero de España), l'ANRB (Association de la Noblesse du Royaume de Belgique) en Belgique. Ainsi que quelques ordres militaires de droit canonique telles que l'Ordre de Malte ou celle du Saint Sepulcre.

La chevalière

Elle est portée en France par les hommes à l'annulaire de la main gauche (avec l'alliance s'ils sont mariés), contrairement à l'usage dans d'autres pays européens où elle est portée à l'auriculaire de la main droite (Grande-Bretagne, Belgique...) ou gauche (Suisse et Belgique). En revanche, les femmes la portent toujours à l'auriculaire. Il existe plusieurs modèles : ovale, tonneau, ronde, carrée, etc. Les armoiries de la famille y sont représentées et sont « timbrées », c'est-à-dire surmontées :
-soit d'une couronne si la famille posséde un titre de noblesse (la forme de ces couronnes varie en fonction du titre porté),
-soit d’un heaume (casque) d'écuyer, symbole de la chevalerie, pour celles qui ne possédent pas de titre de noblesse. Néanmoins, beaucoup d'entre eux ajoutent aujourd'hui une couronne à leurs armes. Tous les nobles non-titrés sont écuyers, mais ce « titre » ne se porte pas. Par contre, ces nobles non titrés ont droit à l'appellation désuète de « Messire » suivie du seul patronyme pour le chef de famille, et du prénom et du nom pour les autres membres de la famille. Les roturiers (personnes non nobles) ne peuvent avoir sur leur chevalière qu’un simple écu ou leurs initiales sous peine d'usurpation de noblesse s'ils affichent un heaume ou une couronne. Cependant, la règle selon laquelle le heaume et la couronne sont réservés à la noblesse n'a jamais été suivie. De même, l'usurpation de titre n'a jamais été réellement punie. En Suisse tous les citoyens peuvent porter des armoiries surmontées d'un heaume. La chevalière peut se porter en baise-main (pointe de l'écu vers l'extrémité des doigts) ou en bagarre (pointe de l'écu vers l'intérieur de la main). Il est de plus en plus courant de la porter en bagarre. Toutefois en France les familles nobles suivent plutôt la tradition voulant que seules les personnes dont le cœur est pris la portent ainsi, montrant ainsi qu'elles ne sont pas libres. Et si porter une chevalière n’est pas gage de noblesse, ne pas en porter n’est pas gage de roture, car beaucoup de nobles n'en portent pas, le plus souvent par discrétion ou refus d'être catalogués comme tels.

La particule

La particule n'est pas un signe de noblesse. En effet, des familles «roturières» peuvent avoir des noms à particule soit depuis toujours, soit par ajout récent (notamment depuis l'instauration de la Troisième République), et inversement de nombreuses familles nobles possèdent des noms sans particule (environ 10% en France), bien qu'étant d'ailleurs parfois titrées (par exemple la famille Salmon issue de la noblesse d'Empire avec le titre de baron).

Etre noble en France

Il convient de rappeler que la particule n'est pas la marque d'une ascendance noble, la plupart des noms à particule ne sont pas nobles même si 90% des nobles portent une particule. En France, les individus qui se reconnaissent nobles ne retiennent ni rang ni pouvoir de leur ascendance. Ils s’en tiennent à des valeurs mythiques qui n’ont pas d’autorité. Rappelons que la France, à la différence du Royaume Uni est une république et qu'à ce titre la noblesse n'a d'existence que symbolique, sans privilège et sans statut juridique. À ce titre, les notions ici rapportées définissent la vision d'un corps qui se sent encore exister selon les règles qu'il définit pour lui-même. Les titres nobiliaires quant à eux sont toujours en usage et quand ils sont réguliers, ils existent juridiquement comme une extension du nom, bien que juridiquement ils ne confèrent aucun privilège. Contrairement aux noms propres, ils ne sont pas concernés par la réforme du code civil de 2005Cette réforme permet aux enfants de porter le nom de l'un de leurs deux parents, ou les deux., car « le titre nobiliaire n’obéit pas aux règles du code civil mais au droit applicable à l’acte de création du titre ».

Monarchies européennes

Les titres de noblesse existent encore aujourd'hui dans les monarchies européennes, soit parce qu'ils sont attachés à l'histoire des familles royales, soit comme récompense pour services rendus à la nation. Aujourd'hui on observe une distinction entre la noblesse ancienne et la noblesse contemporaine : la première remonte parfois à des temps dits « immémoriaux », la seconde a gagné ses titres (souvent héréditaires comme en Belgique ou en Espagne) par son action dans l'armée, la haute finance (Empain), la politique (Thatcher), les sciences (Alexander Fleming, Dirk Frimout), les arts (Dali, Ensor, Gros, Sean Connery, Elton John, Joaquín Rodrigo) ou les sports (Eddy Merckx, Sebastian Coe, Ellen MacArthur). Les souverains britannique, espagnol, belge, néerlandais, luxembourgeois, suédois, danois, et norvégien, ainsi que les familles Impériales, Royales, Princières et Ducales non régnantes, peuvent encore octroyer des titres de noblesse, et ceux-ci sont limités au rang de chevalier, baron, vicomte, comte ou marquis (on ne crée plus —sauf de rarissimes exceptions— de ducs ou de princes).

Noblesse en Belgique

Dans le Royaume de Belgique les titres de noblesse sont honorifiques. Ces titres sont accordés par le Roi en vertu de l'article 113 de la Constitution. Le roi accorde ces faveurs avec le contreseing et sous la responsabilité d'un Ministre. Ils ne donnent en droit aucune faveur, privilège ou avantage. Le titre nobiliaire a un lien avec le nom patronymique et est enregistré d'ans l'acte officiel de l'Etat Civil. La constitution ni la loi ne précisent les critères utilisés pour l'anoblissement . Toutefois l'AR de 1978 reconnaît que les mérites cumulés sur plusieurs générations peuvent fonder l'attribution d'un titre héréditaire. Il faut noter que lors des débats constitutionnels Messieurs Seron et Jottrand ont explicitement mis en question le bien fondé des titres de nobles et leur caractère héréditaire. (Discussions du Congrès national de Belgique 1830-1831) Des juristes ont aussi mis en cause le caractère démocratique des titres de noblesse dans la mesure où ils constituent un accessoire honorifique du patronyme et permettent à celui qui le porte de se situer dans une hiérarchie sociale. Blaise Pascal avait d'ailleurs écrit : «Que la noblesse est un grand avantage qui dès dix-huit ans met un homme en passe, connu et respecté comme un autre pourrait avoir mérité à cinquante ans. C’est trente ans gagnés sans peine.» La réflexion sociologique de Pierre Bourdieu sur les goûts et styles de vie publiée dans son livre La distinction 1972 s'applique aussi à une certaine noblesse. Distinction signifie autant la notion de raffinement que celle de séparation. Ce regard sociologique remettant en cause les mécanismes même de création et de survie de la noblesse pourrait ne pas être volontiers accepté par les membres de cette micro-société. En pratique la noblesse jouit de nos jours d'un certaine forme de pouvoir et d'influence tacite. Dans les années ’80, le journaliste auprès de l’office public de radio-télévision francophone RTBF, Gérard de Selys Longchamps a réalisé une étude sur la présence de la noblesse dans les 3 500 principales entreprises belges. Dix pour cent de ces entreprises étaient dirigées par des personnes appartenant à la noblesse. Il s’agit d’un pourcentage élevé, quand on sait que la noblesse ne représente que 0, 2% de la population totale de la Belgique. Le baron Gérard de Selys Longchamp trouve que la transmissibilité des titres de noblesse est une ineptie biologique. « Je trouve inconvenant qu’un individu soit, avant même sa naissance, prédestiné à jouer un rôle dans le sort d’une nation. D’après moi, pareille conception participe de théories pseudo-scientifiques qui justifient le racisme en se raccrochant au principe selon lequel certaines personnes sont génétiquement supérieures à d’autres.» La noblesse dit par ailleurs d'elle même que son état implique surtout des obligations. Les nobles défendent et maintiennent à l'honneur des valeurs morales traditionnelles. Ces valeurs sont la religion, la famille, le Roi et la Patrie, et le souci du bien public. En outre ils prônent comme valeurs éthiques : honnêteté, fidélité et respect de la parole donnée, sens du devoir, aide au prochain en commençant par les membres de la famille, respect de l'héritage moral et matériel transmis par les parents et les ancêtres. Pour honorer les faveurs nobiliaires acquises ou héritées et pour en rester dignes, les nobles doivent, dans cette vision, tendre vers une certaine excellence. Cette perspective demande aussi que le noble adopte une attitude de courtoisie et de modestie dans le comportement et dans les paroles. On estime qu'en Belgique 20 à 25.000 personnes portent un titre de noblesse ce qui représente 0, 25 % de la population. Cette répartition est cependant inégale entre francophones et néerlandophones. Cette disproportion et d'autres considérations ont mené à la mise en place en 1978 d'une Commission d'avis sur les faveurs nobiliaires. (AR du 31 janvier 1978) Le 15 janvier 2002 une proposition de loi a été soumise au Sénat visant à abroger diverses dispositions concernant la noblesse. Elle a été caduque par dissolution des chambres en avril 2003. Il existe quatre modes d'acquisition de la noblesse : par descendance, par concession, par reconnaissance et par admission ou incorporation. Les titres nobiliaires sont fixés par la loi de 1838.
- Descendance : les enfants d'un noble porteront ce titre s'ils remplissent les conditions parfois liées au titre telles que primogéniture et sexe.
- Concession : à la suite de l'attribution d'une faveur nobiliaire par le roi
- Reconnaissance : par la validation d'un titre ancien auquel le citoyen peut légitimement prétendre.
- Admission : par reconnaissance d'un titre de noblesse étranger. Chaque année le roi annoblit une vingtaine de belges de différents horizons de la société. Malgré un accent récent sur l'équilibre des femmes et des hommes dans ces nominations, les dernières listes comportent moins de femmes. Par discrimination postive les femmes sont promues à des titres plus élevés que les hommes. Par ailleurs le droit de la noblesse ne permet pas que les femmes transmettent leur état ou titre de noblesse à leurs enfants. Ces principes datant de l'Ancien Régime sont encore en vigueur aujourd'hui et sont contestés par les personnes et les instances en charge de la promotion de l'égalité des femmes et des hommes. Depuis quelques décades il semble qu'une attention nouvelle soit portée à reconnaître les mérites. Alors que jadis l'activité industrielle, politique, économique prévalait aujourd'hui des accomplissements dans les domaines intellectuels, artistiques, sportifs ou sociaux qualifient leur auteurs. Ainsi, par arrêté royal du 20 décembre 2002, le titre personnel de vicomte a été accordé au Lieutenant-Colonel Aviateur Frank De Winne, astronaute. Depuis le 10 février 2003 il a été institué une seule commission chargé de soumettre au roi une liste de noms de personnes éligibles suite à des prestations exceptionelles. Il s'agit de la Commission d'avis sur les concessions de faveurs nobiliaires et sur l'octroi de distinctions honorifiques de grade élevé. Cette commission fonctionne sous la responsabilité du Ministre des affaires étrangères. Le roi a cependant le droit d'attribuer des faveurs nobiliaires en dehors de celles proposées par ladite commission. On peut penser que le titre de Comte concéder en 1999 à Patrick, Raoul et Henri d'Udekem d'Acoz respectivement père et oncles paternels de Mathilde, épouse du prince Philippe relève de ce droit. En pratique le service du Protocole du Ministère des affaires étrangères compte une cellule P&S5 chargée des questions relatives à la noblesse belge et les matières relatives aux Ordres nationaux. Elle agit comme secrétaire de la commission nommée plus haut ainsi que pour le Conseil de la Noblesse belge. Les quatorze membres de cette commission (neuf hommes et cinq femmes en 2007) sont nommés pour un terme de quatre ans renouvelable une fois à condition que la limite d'âge de 70 ans ne soit pas dépassée. Lors de leur nomination, les membres sont classés dans le groupe linguistique français ou dans le groupe linguistique néerlandais. Chaque année, la commission essaie d'établir d'une manière « équilibrée » une liste des éventuels bénéficiaires, en tenant compte de la langue, de la région, des activités professionnelles et du sexe des candidats. Elle essaie également d'arriver à un équilibre en ce qui concerne la gradation des titres. La réalisation de cet équilibre peut certes être étalée sur plusieurs années. Les noms des personnes à qui une faveur nobiliaire est conférée sont publiées chaque année au Moniteur, journal officiel de l'état belge, avant la fête nationale. Une liste de tous les belges annoblis par le roi est disponible sur Wikipedia en Nééerlandais. Entre 1815 et 1957, il y avait encore en Belgique 1.277 clans nobiliaires. Au cours de la période de 1830 à 1857, 469 familles ont reçu un titre. 104 d’entre elles se sont éteintes. A la fin des années 1950 il y avait encore 788 familles nobles. Depuis 1960 environ 400 personnes et familles ont reçu des faveurs nobiliaires. Il existe un annuaire de la Noblesse belge, une Association de la Noblesse du Royaume de Belgique (ANRB) et Le Carnet Mondain et High Life de Belgique des initiatives privées qui publient contre paiement ou abonnement les noms et adresses et/ou évènements civils et festifs de la haute société. La version néérlandaise de Wikipedia comporte
- un bon article sur la noblesse belge
- une liste de tous les belges annoblis par le roi :
-une liste des familles nobles de Belgique :

Voir aussi

Références

Bibliographie

- Martin Aurell, La noblesse au Moyen Âge, Paris, Armand Colin, 1996 ;
- Christophe Badel, La Noblesse de l’empire romain. Les masques et la vertu, Seyssel, Champ Valon, coll. « Époques », 2005 (ISBN 287673415) ;
- Jean-Marie Constant, La noblesse française aux et siècle, Paris, Hachette, coll. « La vie quotidienne », 1994 (ISBN 2012351395) ;
- Philippe Contamine, La noblesse au royaume de France de Philippe le Bel à Louis XII, Paris, PUF, coll. « Moyen Âge », 1997 (ISBN 2130496881) ;
- Georges Duby, Les trois ordres ou l'imaginaire du féodalisme, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 1978 (ASIN 2070286045) ;
- Philippe Du Puy de Clinchamps, La noblesse, 5 éd., Paris, L'Intermédiaire des Chercheurs et Curieux, 1996 ;
- Jacques Heers, Le Clan familial au Moyen Âge, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1993 (ISBN 2130446582) ;
- Alain Texier, Qu'est ce que la noblesse ?, Tallandier, coll. « Approches », 1988 (ISBN 2235017800) ;
- Léo Verriest, Noblesse, chevalerie, lignages, Bruxelles, chez l'auteur, 1959 ;
- Karl-Ferdinand Werner, Naissance de la noblesse, Paris, Fayard, 1998 (ISBN 2213021481).
- Marquis Silva de Balboa, La Noblesse Fitz-James, Paris, Fayard, 1991
- J. Van Den Berghe, Noblesse Oblige, Globe, Grand-Bigard, 1997
- Pascal, Pensées, 1670
- Pierre Bourdieu, La distinction : critique sociale du jugement, éditions de Minuit, 1979, collection "Le sens commun", 672 pages, ISBN : 2707302759.
- Vincent Van Quickenborne et Jean-Marie Dedecker, Développements préliminaires. Proposition de loi abrogeant diverses dispositions concernant la noblesse Sénat de Belgique, 15 Janvier 2002 ===
Sujets connexes
ANF   Agrégation à la noblesse   Alexander Fleming   Ancien Régime   Anoblissement   Antoine-Jean Gros   Aristocratie   Armement médiéval   Armorial   Armorial au lion   Armorial britannique   Armorial d'Orient   Armorial de Gelre   Armorial de la Suisse   Armorial des blasons personnels   Armorial des maisons d'Europe   Armorial du Saint-Empire   Armorial du royaume de France   Armorial italien   Armorial scandinave   Art   Asie de l'Est   Association d'entraide de la noblesse française   Azincourt   Ban   Baron (noblesse)   Baronnage anglo-normand   Bataille de Bouvines   Bataille de Courtrai (1302)   Biens de la maison d'Orléans   Blaise Pascal   Capitulaire de Quierzy   Carnet Mondain   Caste   Charte   Chevalerie   Chevalier   Châtelain   Civilisation chinoise   Clan   Classe sociale   Comes   Compagnie des Indes   Comte   Comtes et ducs d'Europe   Culture latine   Daimyo   Dirk Frimout   Duc   Dynastie Qin   Eddy Merckx   Ellen MacArthur   Elton John   Empire romain d'Occident   Finance   Fonctions tripartites indo-européennes   Féodalité   Gentilhomme   Gilles de Gouberville   Graf   Grand d'Espagne   Habsbourg   Hidalgo (noblesse)   High Life   Honneur   Héraldique   Hérédité   Jacquerie   Japon   Joaquín Rodrigo   Junker   Liste des comtes de Roucy   Liste des comtes de Toulouse   Liste des comtes et ducs d'Anjou   Liste des ducs de Mortemart   Liste des monarques de France   Liste des reines de France   Liste des souverains anglais   Liste des souverains de Bretagne   Liste des vicomtes de Rochechouart   Maison capétienne de Dreux   Maison d'Armagnac   Maison d'Harcourt   Maison de Bourbon   Maison de Cunha   Maison de Roquefeuil-Blanquefort   Maison de Rougé   Margaret Thatcher   Marquis   Monarchie   Monarque   Monarques de Grande-Bretagne   Nobilitas   Noblesse   Noblesse d'Empire   Noblesse d'extraction   Noblesse franque   Occident chrétien   Organisation sociale   Pairie d'Angleterre   Particule (onomastique)   Patricien   Philippe Contamine   Philippe IV de France   Pierre Bourdieu   Poitiers   Politique   Polynésie   Presses universitaires de France   Prince (titre)   Rallye (Noblesse)   Rex   Rome antique   Roture   Roturier   Révolution française   Samouraï   Science   Sean Connery   Sebastian Coe   Société d'Ancien Régime   Sport   Statue équestre   Tiers état   Titre de noblesse   Troisième République   Valeur   Valéry Giscard d'Estaing   Verrerie   Vicomte  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^